Relentless

Sweet Oblivion Feat Geoff Tate

09/04/2021

Frontiers Records

Depuis quelques années, et suivant son limogeage très houleux de son groupe d’origine, QUEENSRYCHE, la vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour Geoff Tate. Viré sans ménagement par ses trois anciens partenaires, après avoir craché sur eux et joué des poings avant un concert, Tate a débuté sa carrière post-QUEENSRYCHE en reprenant le flambeau de son côté, attendant un jugement de cour donnant finalement raison à ses anciens complices, et lui interdisant d’utiliser ce nom si célèbre. Ce qui n’avait pas empêché Tate de sortir un album complètement foireux sous le nom du RYCHE, avant de repartir à la conquête de ses fans via OPERATION MINDCRIME, le condamnant à vivre dans un passé illustre dont il ne pouvait pas s’extirper. D’où cette question fondamentale : en dépit de son talent surnaturel et de son aura quasi christique, le chanteur est-il capable d’avoir une légitimité en dehors du cadre de son histoire ? La réponse semble claire depuis quelques années, et évidemment négative, car malgré la création par ce bon vieux Serafino du concept SWEET OBLIVION, le contexte reste toujours le même, et pour chanter de toutes ses capacités, Geoff à besoin d’un cadre rétrograde le ramenant à ses vieux démons des jours de gloire.

Le premier album du concept, supervisé par Simone Mularoni (DGM) posait les bases et affichait clairement la tendance : proposer à Tate de se replonger dans les années de gloire de QUEENSTYCHE, et lui tailler un costume sonore sur-mesure, à mi-chemin entre le classique Empire et d’albums moins exposés comme Promised Land. Relentless, élaboré avec un autre équipier, ne change nullement la donne, mais la peaufine, et la perfectionne. Cette fois-ci, c’est l’italien Aldo Lonobile (SECRET SPHERE, AVALON DE TIMO TOLKKI, ARCHON ANGEL) que l’on retrouve dans le rôle de sidekick/mentor, Aldo s’étant chargé de la production, de la composition en collaboration avec Tate, et des parties de guitare. Et l’homme n’a pas fait semblant de se rapprocher de ce son si unique qui apposait une patine brillante aux plus grands albums du RYCHE, puisque Relentless sonne comme un gigantesque leftover d’Empire, son de guitare compris. Plus impliqué dans l’élaboration, Geoff en a profité pour imprimer sa patte à ce second chapitre pour le rendre plus personnel, mais nul n’est dupe des objectifs de la diva : harponner le public qui lui a tourné le dos lorsqu’il a été saqué de son groupe, et qui a pris fait et cause pour Scott, Todd, Eddie et Michael depuis l’éponyme de 2013.

En mettant de côté les analogies flagrantes avec qui-vous-savez, SWEET OBLIVION est évidemment un grand groupe dominé par un chanteur de légende, épaulé par un backing-band de luxe. Outre Aldo Lonobile à la guitare, nous retrouvons Luigi Andreone à la basse, Antonio Agate aux claviers et Michele Sanna à la batterie, belle équipe de mercenaires entièrement dévoués au tandem de base qui parvient en plus d’une occasion à nous refiler le frison du RYCHE de la grande époque. En prenant en compte les analogies flagrantes, chose obligatoire, on ne peut que se rendre à l’évidence : SWEET OBLIVION est  un copié/collé du QUEENSRYCHE des années 90. Tous les ingrédients sont là, avec peut-être une plus grande place donnée aux claviers, moins de nuances, mais entre les harmonies ciselées, les parties de guitare tantôt cristallines, tantôt agressives à souhait, les breaks tombant pile, et évidemment l’interprétation hors-pair de Tate. Et en écoutant un morceau comme « Wake Up Call », la sensation est tétanisante : on a l’impression que la basse ronde d’Eddie Jackson va sortir des enceintes, catapultée par la batterie de Scott Rockenfield. De là, plusieurs solutions sont possibles. Oublier que Tate ne peut pas oublier et qu’il continue de s’engluer dans son passé qui semble être son seul avenir, ou s‘attacher aux détails et remettre en cause la validité de la démarche. La seconde option est la plus honnête, mais elle vous empêchera de vous immerger dans un excellent album qui sent bon la nostalgie et qui parvient souvent à ressusciter la magie du RYCHE le plus classieux. Car aussi pompé soit-il, aussi rétrograde ses compositions sonnent, Relentless est un excellent travail d’orfèvre, à l’image de ces peintres très talentueux mais sans imagination, qui copient les maîtres avec une précision incroyable dans le brossé et le traitement des couleurs.

Alors, en mon âme et conscience, j’ai pris la décision d’occulter ces similitudes trop flagrantes, et ce mimétisme poussé à l’extrême, pour découvrir un excellent album de Hard-Rock, attitude que j’avais déjà adoptée à l’occasion du premier album du concept. Car après tout, aussi fourbe soit la technique, elle nous permet de retrouver l’essence même du QUEENSRYCHE le plus performant, celui qui nous a enchanté dans le passé d’un Hard-Rock précieux et décalé, capable de transcender le Heavy sur « Empire » ou de sublimer le Hard sur « Della Brown ». Evidemment, SWEET OBLIVION, même au summum de ses capacités ne pourra jamais approcher la perfection d’un Operation Mindcrime ou du sublime Empire, mais il parviendra toujours à se montrer allusif à leurs meilleurs côtés, en recréant ces ambiances uniques de cette voix fantastique qui nous fait encore vibrer.

Pour l’occasion, Geoff a ressorti son costume de chanteur opératique aux nuances incroyables, et donne du coffre pour mettre en relief des morceaux vraiment profonds et puissants. Et dès « Once Again One Sin », la magie opère de nouveau, à la moindre envolée vocale, et au moindre tapis de chœurs en velours. Pour l’occasion, Geoff s’est même fendu d’un titre chanté en italien, « Aria », puisque le chanteur travaille en Italie depuis de nombreuses années. Le morceau, terriblement Heavy, nous renvoie d’ailleurs au QUEENSTYCHE le plus récent, mais n’incarne pas l’acmé d’un disque redoutablement intelligent. Il faut plutôt chercher du côté de « Let It Be », au faux rythme assez troublant, ou de « Wake Up Call », qui nous ramène des décennies en arrière, lorsque le RYCHE n’avait cure des querelles de clocher.

Beaucoup se diront, « mais, pourquoi faire finalement ? ». Je n’ai aucune réponse à cette question, mais je sais que Relentless mérite la compassion et l’intérêt. Au-delà de l’incapacité notoire de Geoff à se réinventer (quoiqu’au vu des tentatives d’un Michael Kiske, on se dit que finalement, l’américain a peut-être raison), SWEET OBLIVION reste un groupe crédible, capable de générer une réelle émotion (« I'll Be the One »). Et puis finalement, le plus important est que la voix de Geoff restera toujours aussi belle et incroyablement maîtrisée.             

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Once Again One Sin

02. Strong Pressure

03. Let It Be

04. Another Change

05. Wake Up Call

06. Remember Me

07. Anybody Out There

08. Aria

09. I'll Be the One

10. Fly Angel Fly


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/04/2021 à 14:07
80 %    122

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05

Arioch91

J'ai aussi trouvé que la vidéo était too much pour les 30 ans de Machine Head.Un paquet de zicos présents sur la vidéo ont un groupe bien plus vieux que ça et ça balance des "30 years ! wooohhhhhhhhh ! Great ! Incredible ! Inbeliva(...)

15/10/2021, 08:21

RBD

Normal, j'en ai servi l'autre soir. C'est de saison.Monolord va tourner en Europe et en France en novembre prochain, je crois.

14/10/2021, 23:09

Gargan

Le premier truc auquel j'ai pensé : civet aux cèpes... pfff..

14/10/2021, 21:11

Hoover

 @Arioch91: Personnellement j'aime bien World painted blood, ça ne réinvente rien mais c'est bien fait, le seul album de trop pour moi c'est le dernier. Quant à King c'est de loin le membre de Slayer qui m'intéresse le moins, pas sûr(...)

14/10/2021, 18:13

l\'anonyme

@ Jus de cadavre: non, ce n'était pas avec Holt mais avec Phil Demmel. Holt avait mentionné qu'il se consacrait maintenant pleinement à Exodus et King avait dit que, avec Holt, ça ferait clone de Slayer et que ça n'aurait pas de sens. (...)

14/10/2021, 11:41

l\'anonyme

Personnellement, je trouve que "Where can you Flee?" est meilleur que "the king let his crown". Mais ce ne sera pas l'album du siècle et probablement le moins bon d'Unleashed. Et puis, ce son de guitare sur "The King...", pas vraiment percutant p(...)

14/10/2021, 10:59

pierre2

........... encore un groupe que j'ai vénéré mais qui aurait dû s'arrêter depuis bien longtemps !

14/10/2021, 10:34

Jus de cadavre

Ce n'était qu'une rumeur lancée par la femme de King (elle cause beaucoup pour ne rien dire elle) le projet de KK (ça parlait aussi de Phil Anselmo et Gary Holt, en gros Slayer sans Araya quoi). Mais rien de nouveau la dessus j'ai l'impression. Le jour ou (...)

14/10/2021, 10:25

Humungus

"Le projet du père King avec Paul Bostaph ça en est où ?"Ah bon ?!J'étais pas au jus de ça du tout...Alors du coup effectivement : Ça en est où ?

14/10/2021, 10:00

Arioch91

Pour moi, le dernier bon album de Slayer, c'était Christ Illusion.World Painted Blood partait un peu en roue libre et Repentless, j'ai pas aimé du tout.Araya étaint rincé et avait envie d'une seule chose : profiter de sa retraite.Le (...)

14/10/2021, 09:09

Kerry King

Le projet du pere King avec Paul Bostaph ça en est où ?

13/10/2021, 22:40

dawad

Ils ont fait un bon album, le premier.

13/10/2021, 20:32

RBD

Machine Head... c'est une vieille histoire de fidélité entre Flynn et moi, au gré des rédemptions successives et de lives toujours sérieux à défaut d'être très spontanés parfois. J'apprécie même les a(...)

13/10/2021, 13:41

Humungus

Je ne pensais vraiment pas à une reformation de SLAYER en disant ça mais à un autre projet monté par Kerry.Je suis en gros d'accord avec toi concernant le timing séparation de SLAYER... Même si cela me fait grandement chier hé hé h&e(...)

13/10/2021, 13:17

mortne2001

Et on va à la ligne de temps en temps monsieur AlexXxis???? TU VEUX NOUS FAIRE SUFFOQUER, C'EST CA??????

13/10/2021, 11:55

Jus de cadavre

Et bien de mon coté je ne souhaite vraiment pas le retour de Slayer par contre ! Déjà, Araya a prévenu que pour lui c’était définitivement terminé. Donc si Slayer venait à se reformer ce serait sans lui. Donc bon, ce ne serait mê(...)

13/10/2021, 11:47

Humungus

Croisons les doigts pour ça Jus de cadavre !Croisons aussi les doigts pour que cela soit bon si cela se fait... ... ...PS : Une news sur MACHINE HEAD où on fini par commenter sur SLAYER...CQFD

13/10/2021, 11:17