La journée sera Death ou ne sera pas. Et si ce matin, l’ambiance était morbide et allemande, cet après-midi, elle est plutôt brésilienne et morbide, ce qui dans le cas de notre style de prédilection veut dire beaucoup. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance des ORTHOSTAT, ensemble originaire de Jaraguá do Sul, Santa Catarina, et actif depuis l’année 2015. C’est un an plus tard que le groupe gravera sa première démo, sobrement baptisée Into The Orthostat, avant de prendre deux ans pour élaborer ce premier longue-durée qui tient toutes les promesses de son illustre brouillon. Trio selon les pages officielles (Eduardo Rochinski - basse, Pudolph Hille - guitare et David Lago - guitare/chant), ORTHOSTAT affirme proposer un Death Metal épais, axé autour de parties lourdes et orientées Doom mais aussi d’accélérations fulgurantes basées sur des blasts lâchés avec générosité, et n’hésite pas à agrémenter ses paroles d’une touche historique en s’intéressant aux civilisations anciennes, leur culture et les guerres qu’elles ont pu mener. Nous sommes donc loin du tout-venant Gore que la plupart des combos affectionnent tant, et musicalement, les brésiliens aiment aussi à s’éloigner des turpitudes passéistes et autres considérations modernistes pour proposer leur version d’un Metal résolument sombre, glauque, lourd, et à mi-chemin des tendances en dualité des années 90. Si les premières impressions visent à ramener le trio du côté de l’influence des INCANTATION, WINTER et autres SOLSTICE, il convient de voir en eux une démarcation assez intrigante du Death à la scandinave, avec cette patine glaçante de surface que des attaques acides typiquement américaines viennent moduler. De la brutalité donc, de l’oppression, mais aussi une certaine approche technique leur permettant des structures presque progressives que la longueur des morceaux confirme parfois. Il n’est donc pas rare sur cet album introductif de tomber sur des pistes dépassant les six, sept ou neuf minutes, sans que l’ennui ne s’installe, grâce à des astuces de compositions pleines de flair.

Du Death donc, traditionnel, mais savoureux. D’autant que les musiciens disposent d’un bagage technique certain, qu’ils ne mettent toutefois pas au service d’une démonstration stérile, mais bien d’arrangements solides et intrigants. Projet mené de voix caverneuse et de guitare volubile par David Lago, qui en plus d’assumer le rôle d’unique auteur/compositeur s’est bombardé maître d’œuvre, en enregistrant cet album au studio HellFrost, et en signant sa production conjointement avec Thiago Nogueira (ce dernier assurant le mixage et le mastering), Monolith Of Time est un album de Death massif et ample, qui privilégie les ambiances à la vélocité et aux excès et qui de fait, s’arroge des prérogatives de qualité qu’il est impossible d’ignorer. Si le fond de l’air est très frais, il se réchauffe à intervalles réguliers, pour nous rappeler le meilleur des jeunes années américaines des SUFFOCATION, lorsque le tempo martèle son leitmotiv et que les riffs abusent du vibrato pour sonner plus hystérique qu’une invocation de Trey Azagthoth. Profitant d’une cohésion d’ensemble redoutable, ce premier album est d’un professionnalisme bluffant, et semble l’œuvre d’un groupe confirmé, ce que contredit la jeunesse de ses musiciens qui semblent pourtant rodés comme de vieux briscards, et parfaitement au fait des exigences de la scène qui ne tolère que très peu les approximations. Et si d’un chapitre à l’autre, les modalités semblent les mêmes, se séparant en arcanes bien scindées, la fougue dont fait preuve le groupe excuse quelques redondances, qui sont inévitables pour n’importe quel effort estampillé Death atteignant presque les cinquante minutes. Mais il fallait du culot pour entamer sa première œuvre avec un morceau aussi ambitieux et roboratif que « Ambaxtoi », qui après une intro glauque comme une vieille tombe profanée, met les éléments en place pendant plus de sept minutes, pour tisser une trame sonore aussi traumatique qu’éprouvante. Des riffs qui tournent rond, mais qui n’hésitent pas à plaquer des motifs sombres après avoir imposé des saccades violentes, une voix faisant presque office de seconde ligne rythmique, pour une exploration des caves d’un enfer personnel empestant la charogne et le passé ténébreux.

Et ténébreux, Monolith Of Time l’est. Il insiste d’ailleurs sur cette propension à ralentir les débats pour se rapprocher d’un Doom vraiment poisseux, ce que ce fameux premier morceau démontre durant sa première moitié, avant d’emballer les débats. ORTHOSTAT n’hésite d’ailleurs pas à se placer sous l’égide de quelques références, dont les INCANTATION déjà cités, mais aussi DEAD CONGREGATION ou KRYPTS, noms qui balisent admirablement bien le terrain couvert dans ses traces les plus profondes et boueuses. Et c’est cette dualité qui confère à ce nouveau groupe une aura particulière, cette propension à alterner les approches, qui loin d’être handicapante, permet aux morceaux de respirer, David Lago ayant en outre le chic de lâcher des licks hautement mémorisables pour accrocher l’oreille, et ne pas se contenter de l’abîmer. Du Death de grande classe, donc, qui ose quelques signatures originales et des soli vraiment performants. Et si certaines entrées se veulent plus radicales et classiques que d’autres (« Incitatus », symptomatique du Death US le plus percutant), d’autres au contraire prennent leur temps pour installer les éléments, à l’instar du terriblement progressif « Tezcatlipoca », qui restera sans conteste l’achèvement le plus accompli de ce premier album avec ses neuf minutes bien tapées qui dénotent dans la production actuelle. On y retrouve toutes les qualités déjà citées, avec cette volonté d’adapter le fond à la forme, et la musique à des thématiques un peu moins conventionnelles que d’ordinaire. Et de fait, on se prend au jeu de ce Death Metal franchement probant, qui s’il n’est pas toujours novateur, sait toujours trouver les idées pour se relancer, et s’incruster dans l’inconscient collectif en joignant l’extrémisme d’INCANTATION et la rigueur instrumentale du MORBID ANGEL le plus formel. Sans hésiter à ajouter quelques plus-values Heavy à leur optique jusque boutiste, les brésiliens s’imposent donc sur la durée, et signent là l’un des manifestes les plus nauséeux du Death moderne, mais qui sait rester accessible aux âmes les plus sensibles.            

  

Titres de l'album :

                        1.Ambaxtoi

                        2.Qetesh

                        3.Eridu

                        4.Incitatus

                        5.Baetylus

                        6.The Will of Ningirsu

                        7.Tezcatlipoca

                        8.Orthostat

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 23/02/2019 à 18:25
82 %    84

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.