50-50

Paris

26/03/2021

Aor Heaven

Ce troisième album de PARIS est une franche réussite, mais aussi une belle histoire. Une belle histoire à plusieurs niveaux, d’abord humaine, mais aussi artistique, puisque 50-50 scelle la collaboration entre deux français avec l’énorme indépendant mélodique allemand AOR Heaven, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Si d’aventure, vous ne connaissiez pas le groupe, sachez qu’il est né d’une belle amitié entre deux musiciens originaires du sud de Paris, qui depuis les bancs de l’école s’entendent comme larrons non en foire, mais en festival Metal. Fans des groupes mythiques d’origine, les DEF LEPPARD, SCORPIONS, IRON MAIDEN et autres, Frédéric Dechavanne et Sébastien Montet se découvrent des passions communes, dont celle pour un Hard-Rock mélodique très typé 80’s, et c’est donc en toute logique que quelques années après leur rencontre, ils décident de fonder un groupe ensemble, duo magique sachant s’entourer des meilleurs pour justement défier les meilleurs sur leur propre terrain. Et sans faire preuve de chauvinisme qui n’a pas lieu d’être, il est quand même très plaisant de tomber sur des français capables de jouer sur le terrain des suédois et des américains sans avoir recours à des astuces faciles ou des recettes éculées et empruntées.

Mais je le conçois, et l’avoue sans honte, le plaisir d’écouter une musique d’une telle qualité en sachant qu’elle est produite par des français est décuplé. Huit ans après Only One Life, et cinq après The World Outside, PARIS revient donc avec la même équipe pour produire le même résultat, et c’est sans forcer que le duo nous offre encore cinquante minutes de chansons étincelantes et portées par des refrains en or. 50-50 ne fait donc pas dans le moitié-moitié mais bien dans le carton plein, et même si l’album est rempli jusqu’à ras-bord, il se laisse digérer avec beaucoup de facilité, les claviers et harmonies agissant en enzymes particulièrement puissants et efficaces.

Autour de Frédéric (chant/claviers) et Sébastien (guitare/chant/claviers), nous retrouvons donc des accompagnateurs de luxe, avec Steve Newman (NEWMAN, production, mastering, choeurs), Dave Bartlett (basse, choeurs) et Rob McEwen (batterie), soit un solide backing-band et un producteur de luxe, qui aident nos deux musiciens à mettre en valeur leurs compositions de premier ordre. Il est impossible en écoutant ce troisième chapitre de ne pas penser à W.E.T, ECLIPSE, HARDLINE, mais aussi à JOURNEY ou TOTO (le plus agressif, s’entend), tout comme il était impossible de ne pas y penser en savourant l’album précédent. Car loin d’un AOR mélasse au romantisme factice et dégoulinant, 50-50 propose un Hard-Rock mélodique typiquement européen qui a pourtant retenu bien des leçons des maîtres du Billboard des années 82/83. Inutile donc de craindre une myriade de ballades pleureuses pour midinettes masculines en manque d’amour profond, ou des déhanchés de clavier à la Final Countdown, ici, on traite la mélodie comme le faisait JOSHUA ou le meilleur SURVOVOR, en laissant loin derrière les souvenirs gras de STARSHIP ou REO SPEEDWAGON.

On peut à la rigueur formuler quelques griefs envers la voix de Frédéric, qui manque parfois d’assurance ou de coffre, amis avec l’apport de chœurs dans la plus grande tradition américano-scandinave, le tout est méchamment consolidé, d’autant que l’ami Sébastien n’est pas en reste pour dégainer des riffs solides et des soli inspirés. Il a une fois de plus reçu le soutien d’un autre instrumentiste de talent, Robert Säll (WORK OF ART, WET), venu poser un solo comme la tradition de chaque album de PARIS l’exige. Le mid-tempo est donc incisif, l’up tempo hargneux et véloce, La guitare bien mise en avant, et les synthés intelligents, ce qui nous offre un équilibre parfait, présenté avec beaucoup d’humilité par « Breathe In/Breathe Out », morceau d’entame qui plaque des claviers stellaires sur un riff classique, mais velu. La voix part immédiatement dans la douceur, et les chœurs assurent un tapis de nuages vocaux, et en quelques secondes, PARIS séduit, comme un week-end en amoureux dans notre belle capitale en automne. Romantiques, Frédéric et Sébastien le sont, mais pas niais, ce qui nous évite les roucoulades. Pas question de céder à la mièvrerie, et le faux rythme brillamment imposé par Rob McEwen sur le puissant « Ashes To Ashes » appuie sur la pédale, sans que les deux auteurs ne se départissent de leur sens harmonique aigu.

Du coup, les tubes déroulent, comme sur un best-of west-coast des années 80 dopé à l’énergie du Hard-Rock européen de la même époque. Les deux compères se connaissent par cœur, et sont capables de composer des hymnes que les jeunes suédois pourraient leur envier, à l’image de « Superhero », classique de l’AOR comme on en signe une fois de temps en temps, ou de « Some Heart », trépidant comme du VAN HALEN, mais smooth comme du JOURNEY.

Euphorique, heureuse, entraînante, souriante, cette musique donne de l’énergie à revendre, et vous transforme en pile électrique s’enthousiasmant d’un petit rien. Décharge d’adrénaline, montée d’endorphine, 50-50 résume à merveille le parcours des deux potes qui prennent toujours autant de plaisir à composer et jouer ensemble. On pourrait presque toucher leur osmose du doigt, tant leurs compositions reflètent leur passion, et cette amitié nous permet de déguster de petits chefs d’œuvre comme « No Bridge Too Far », puisque même en fin de parcours, l’album ne donne aucun signe d’essoufflement. Tout au plus notons-nous un peu plus de sensibilité sur « Game Changer » et « Valentine’s Day », qui pourraient illustrer la scène finale d’une rom-com typique.

L’excellence donc, et bien de chez nous en plus. Alors qu’on pensait le style chasse gardée des Etats-Unis et de la Suède, PARIS prouve finalement que notre pays est capable de s’accaparer les trophées sans devoir ramer, et 50-50 vous offre le double de plaisir pour le même prix. Comme le dirait Louis Bertignac, « jolie petite histoire ». Sauf que celle-là a tout d’une grande.    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Breathe In/Breathe Out,

02. Ashes To Ashes

03. Crazy Over You

04. Touch Me (With Your Eyes)

05. Can’t Get You Out Of My Mind

06. Surrender

07. Some Heart

08. Superhero

09. Half Of Me

10. No Bridge Too Far

11. Game, Changer

12. Valentine’s Day


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/04/2021 à 15:29
85 %    102

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41