Rising Visionary

Crusade

16/04/2021

Autoproduction

Remplacer le pompeux du Progressif par une énergie artistique brute.

 

Tel est le leitmotiv de ce groupe originaire de Nashville dans le Tennessee, ville plus habituée à se détendre au son d’une Country de tradition. Mais après tout pourquoi pas, les arabesques du progressif et ses prétentions techniques représentant un écueil rédhibitoire pour bon nombre de fans de Heavy, qui se fatiguent vite de ses démonstrations sans fin et de ses signatures rythmiques un poil trop complexes. Toutefois, ne vous faites pas trop d’illusions : si l’album de CRUSADE est en effet suffisamment méchant, puissant et électrique pour satisfaire les moins exigeants et les plus virils, il n’en contient pas moins son lot de prouesses individuelles et autres trucs de magicien du manche. Et en tant que premier album de cette formation née en 2019, il pose des bases, propose une vision encore un peu générique, mais dessine des pistes pour un avenir qu’on peut envisager sereinement eu égard à leur philosophie.

Fondé par Michael Kupris, guitariste de BECOME THE KNIGHT, CRUSADE est l’archétype du groupe qui joue avec les limites et les frontières, pour proposer une musique certes métissée, mais incroyablement puissante et parfois proche d’un Death évolutif nuancé de mélodies beaucoup plus aérées. Au sein de son quatuor, Mike est épaulé par Jesse Peck aux claviers, Steve Casto à la basse, et Ryan Metroka à la batterie, et le quatuor semble à l’aise dans ses partitions. L’album a beau être long et constellé de compositions largement développées, son impact est immédiat, et on comprend assez rapidement où veut en venir le groupe. En tant qu’introduction claire et nette, « You're Not Welcome » met les choses au point comme un paillasson prévenant un visiteur potentiel du caractère dérangeant de son intrusion, et il y a fort à parier que cet avertissement soit adressé à tous les fans d’un progressif trop imbu de lui-même, ce que confirme ce refrain fédérateur à l’harmonie vocale superbe.

Quatre musiciens seulement, mais une pléiade d’invités, la plupart du temps pour tenir le micro aux côtés de Mike. Nous retrouvons donnant du gosier Jeremiah Richey, King Downs, Jesse Brock, Aly Dellinger, et Anthony Vincent, mais aussi d’autres guests à divers postes, comme Chase McCutcheon (guitare sur « Insatiable »), Joey Frevola (guitare sur « House of Cards », « Vision » et « Go Full Epic »), Zach Patton (guitare sur « Go Full Epic ») et Maggie Chafee (violoncelle sur « Standing Before the Fall »), soit pas mal de monde au niveau de l’interprétation, évidemment sans failles. Mais si les passages musclés et autres accélérations furieuses font partie du vocabulaire des américains, leur Progressif est encore un peu trop classique pour s’éloigner de ses codes. On apprécie bien sûr les nombreuses mélodies éthérées qui rappellent parfois les WASTEFALL, on aime cette structure mouvante qui fait se succéder des passages aux claviers très Pomp à des attaques franches et viriles, mais il est encore tôt pour décerner au quatuor la palme du combo le plus original du cru.

On trouve en effet dans leur musique des traces encore un peu trop évidentes des projets de Devin Townsend, du Steven Wilson époque PORCUPINE, du PERIPHERY lorsque la densité s’accentue, ce qui toutefois n’enlève rien à cette performance assez hallucinante. Et il n’aura fallu aux quatre musiciens que les six minutes de « Insatiable » pour me convaincre de leur démarche, CRUSADE passant en revue tous les tics pour les détourner à son compte. On note en premier lieu l’importance donné au chant, et cette approche théâtrale qui rapproche ce premier album d’un concept dont on a du mal à saisir le propos. C’est ici que l’apport de tous ces chanteurs extérieurs prend tout son sens, et que les morceaux s’offrent des couches superposées avec intelligence, sans toutefois éviter ce côté démonstratif conchié par le groupe.

Cela dit, l’efficacité prôné en argument artistique est bien présente, et se manifeste autour de riffs plus directs que la moyenne, au moins autant que ceux employés par DREAM THEATER sur le méchant Awake. « House of Cards » en est le témoin, et dresse un pont entre les mondes de John Petrucci et Paul Masvidal, unissant DT et CYNIC dans un même élan de créativité. Je parlais de Death évolutif plus en amont, et les nombreux passages en growls semblent abonder dans mon sens, ce qui achève de transformer ce premier jet en essai libre et dénué de toute obligation contractuelle.

Mais on ne présente pas à son public une longue outro comme « Standing Before the Fall » sans avoir recours à quelques astuces d’usage. La voix de Mike, pure et belle permet de s’abonner jazzy sur l’intro de ce dernier morceau aux proportions épiques, et dominé par un piano sublime. Vitrine de l’album imposé en clôture, « Standing Before the Fall » résume à merveille l’attitude de ces jeunes musiciens qui refusent les étiquettes, et qui jouent avec la violence comme des enfants avec des pétards ou des feux d’artifices. Avec un son global au-dessus de tout soupçon qui offre aux passages les plus nuancés le contraste dont ils ont besoin, avec une basse qui s’insinue rondement quand il le faut, un duel permanent entre la guitare et le clavier qui désigne deux grands gagnants, et une formule à la carte pour le chant,  Rising Visionary relève le défi avec brio, mais se montre encore trop classique pour vraiment mériter d’être considéré comme un sérieux outsider. On pense même parfois à un OPETH de début de carrière durci et entraîné à l’exercice du solfège, mais malgré cette publicité légèrement mensongère, ce premier album reste un monstre de puissance et de nuance qu’il convient d’affronter avec prudence. 

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. You're Not Welcome

02. Insatiable

03. House of Cards

04. Vision

05. Codename It

06. Go Full Epic

07. Standing Before the Fall


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/07/2022 à 18:21
80 %    53

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08

Muqueuse chiasseuse

Gatecreeper, c'est du pseudo death d'homosexuel variolé du singe.

05/08/2022, 21:07

Muqueuse chiasseuse

Deux doigts coupe-faim.

05/08/2022, 21:04