• Toc-toc
  • C’est qui ?
  • La nostalgie !
  • Encore ??Mais t’es déjà venue la semaine dernière, et celle d’avant aussi ! 
  • Oui, mais c’est pas grave, j’aime m’incruster. Et puis aujourd’hui, je viens de loin en plus, alors ouvre petit metalleux, où je crache le feu sur ton petit château-fort de carton !!

De loin, c’est peu dire, puisque le souffle vintage du jour provient des lointaines contrées indiennes, pas forcément les plus productives en termes de débarquement old-school, et plus volontiers portées sur les cadences infernales d’un underground extrême. Qu’à cela ne tienne, peu importe le pays pourvu qu’on ait les patches, les effluves épiques, et les souvenirs au bout des ceintures cloutées, et autant avouer que les musiciens du jour savent de quoi ils parlent en termes d’hommages appuyés rendus aux grands anciens. Provenant de Kolkata, la capitale de l’état du Bengale de l’ouest, les FALCUN nous offrent donc la primeur de leur premier album, via le label de passionnés grec Eat Metal Records. Et c’est un fait, en écoutant Kingdom Come, vous allez bouffer du Metal par la bouche, les oreilles, et tous les pores en général, puisque ce quintette indien (Abhishek Dasgupta - chant, Anirban Dasroy & Samrat Daas - guitares, Debarshi ‘Bob’ Chakraborty - batterie et Nilavro ‘Rony’ Ghosh - basse) ne s’est pas embarrassé de principes modernistes, en choisissant de se placer sous l’égide de références fameuses du passé. Si leur bio cite volontiers les sempiternelles références servant de perfusion à tous les accros de la vague old-school purement Metal (IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, RIOT, SAXON, RUNNING WILD, MANOWAR, MANILLA ROAD, TANK, DIO, et on s’arrêtera là avant de tomber dans le recensement de toutes les figures de proue des 80’s), leur musique n’en présente pas moins un aspect intéressant du concept d’admiration globale des racines, en osant des crossover et autres boutures histoire d’assister à une floraison un peu plus colorée que d’ordinaire.

Des botanistes musicaux les FALCUN ? Sans doute aucun, mais pas les plus téméraires non plus, puisque leurs morceaux ont tous des racines clairement identifiables, que les fans les plus acharnés de la scène Metal des années 80 sauront reconnaître sans forcer. Si l’espèce MAIDEN est sans conteste celle qui sert de base à toutes leurs expérimentations, on peut aussi déceler de solides traces de MANILLA ROAD dans leurs tentatives, qui si elles ne laissent jamais la mélodie dans le bac, préfèrent souvent se concentrer sur une pousse rapide, à la lisière d’un Power Metal à l’ancienne, celui prôné par les premiers TANK, et par le RIOT de la fin des années 80. On pense à beaucoup de choses à vrai dire en humant le délicat parfum de ces titres qui sont à peu près aussi héroïques qu’une pose de Ronnie James ou de Michael Kiske en plein concert, mais avouons-le, le plaisir est total, puisque l’entreprise repose sur une base instrumentale et technique aussi solide que le Metal. Dotés d’un bagage assez conséquent, nos amis indiens du jour ne charment pas les serpents, mais bien les maniaques de la NWOBHM et de la FWOAHM (First Wave of American Heavy Metal), avec leur savant mélange de traditionalisme typiquement Anglais et leur fougue mélodique radicalement américaine. Ils n’ont d’ailleurs pas hésité à nous exposer leurs vues sans les brider d’une quelconque manière, puisque la plupart des titres atteignent une durée plus qu’honorable, frisant même parfois les standards du Progressif de l’époque. Nous avons donc droit à une relecture des canons trentenaires, par l’entremise de chansons au Metal fier, et si certains tics et autres astuces semblent tout droit sortis d’un song-book « Le Metal d’hier pour les nuls », d’autres au contraire démontrent que le quintette se débrouille très bien tout seul pour faire avancer la machine à remonter le temps. Les musiciens se permettent même en certaines occasions de durcir le ton, pour faire des avances prononcées au Heavy Thrash bien musclé, comme le démontre sans ambages « Only Be One », assez décalé dans son désir d’unir dans une même violence la véhémence des derniers combos de Thrash ricains et la montée de testostérone des JUDAS PRIEST époque Painkiller (le morceau est d’ailleurs une reprise d’un groupe national, MILLENIUM).

Mais radicalisme et purisme ne sont pas forcément incompatibles avec une certaine ambition, et lorsque la transition grandiloquente « Hymn Of The Damned » retentit et vrombit de ses orchestrations tout en emphase, on sait qu’elle annonce un orage diluvien. Et cet orage, c’est « Eye Of The Storm », qui de sa rythmique échevelée nous ramène aux pires trombes d’eau de l’histoire du Heavy-Power allemand, celui des GRAVE DIGGER, des RUNNING WILD, mais aussi de l’HELLOWEEN première formule, le chant rauque en plus et l’apprêté des riffs en moins. Groupe multicarte FALCUN ? Pas vraiment, mais un ensemble qui se plaît à explorer toutes les facettes d’un Hard-Rock d’hier pour en offrir un joli catalogue assez précis, sans jamais tomber dans la sotte paraphrase ou la mièvrerie admirative. Le quintette n’a retenu que les aspects les plus durs et braves de sa musique de prédilection, et s’amuse beaucoup à jouer avec les codes, sans être dupe. Et comme en sus, ils sont tous musicalement très affûtés, le tout s’écoute avec grand plaisir, spécialement lorsque la délicatesse s’invite aux agapes de la puissance. Ainsi, « Martyr » pourrait figurer dans une anthologie du MAIDEN de la fin des eighties, en tant qu’inédit, sans que les fans de Steve Harris n’y trouvent rien à redire. Power ballad progressive unissant dans une même passion les techniques seventies et la rage d’années 80 en nage, ce morceau est sans conteste le point d’orgue d’un album aux grandes qualités, qui prouve que l’Inde vient de se trouver un nouveau prétendant au trône de fer. Production soignée, suffisamment crédible pour qu’on se prenne au jeu, mais assez pointue pour un confort de rendu, interprétation fougueuse, clichés certes présents mais assumés, soli bien chauffés, le bilan est donc largement positif pour ce Kingdom Come qui annonce une carrière qu’on pressent suffisamment solide pour permettre aux FALCUN de tailler leur route sur celles d’Europe, et du monde entier.

Alors ne soyons pas bégueule, et laissons la nostalgie entrer. De toute façon, si on lui laisse la porte fermée, elle passera par la fenêtre.           

  

Titres de l'album:

                          1.A Bard's Tale

                          2.Vixen

                          3.Brotherhood Of Steel

                          4.Only Be One

                          5.Hymn Of The Damned

                          6.Eye Of The Storm

                          7.Child Of Prophecy

                          8.Martyr

                          9.Knightfall

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/06/2018 à 18:04
78 %    231

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense