Nervosa + Sekator

Altered Beast, Nervosa, Sekator Thrash

Secret Place, St Jean De Védas (France)

du 08/08/2018 au 08/08/2018

Après SOULFLY nous allions garder un pied au Brésil pour cet autre concert caniculaire. J'avais découvert Nervosa il y a deux ans à pareille époque dans une petite salle en ville. Le premier progrès visible était le gain d'affluence. Oh, c'était loin du complet dans la cour et la salle de la TAF, mais sensiblement mieux alors qu'elles se présentaient cette fois comme l'unique tête d'affiche internationale.

Craignant d'être en retard pour une stupide étourderie, j'arrivai pendant le début du set d'ALTERED BEAST. Je vous avais déjà parlé de ce groupe Biterrois au printemps dernier, et je ne serai pas redondant sur leur ThrashCore typé années 90 déjà disponible sur un premier album, le set étant très semblable. Le passé du chanteur dans le groupe de Heavy Mystria se sent sur le recours fréquent aux aigus, qui font ressembler les morceaux à du Channel Zero ou "Cowboys from Hell". La reprise à nouveau de "Roots Bloody Roots", de circonstance, passa cette fois sans incident. Je leur souhaite de gagner en férocité pour franchir un palier. Avec une chaleur si lourde encore, il était difficile de bouléguer le public.


Par contre je ne vous avais encore jamais parlé de nos compères Montpelliérains de SEKATOR. Le quartet se présentait avec un pigiste à l'une des guitares. Le début de set fut compliqué avec une corde cassée sur les deux premiers titres. Comme le nom le suggère, il s'agit de Thrash dans l'esprit du revival, exécuté pied au plancher avec des riffs qui font penser à Exodus ou Slayer. Toutefois, les vocaux bien rauques du bassiste ramènent nettement le style vers le moment historique précis où certains groupes comme Sepultura ou Incubus (de Louisiane) faisaient émerger le Death Metal. Les quatre années d'expérience se sentent et à part la péripétie mentionnée le gang a atteint les moyens de ses ambitions dans le sillage d'une batterie aux parties assez simples mais jamais à la peine. La communication, plus sympathique et détendue que vraiment charismatique, devra peut-être oser perdre en naturel pour incarner encore mieux cette musique assez sombre et indéniablement violente, mais c'était difficile de le faire quand on jouait à domicile il est vrai.


Comme en 2016, les Brésiliennes ont pris un long moment pour régler leur son et l'assistance commençait à taper du pied quand le set débuta enfin. Là encore à fond les manettes (ce son fort !), NERVOSA montrait un progrès important pour qui les connaissait déjà avec la nouvelle batteuse. En dépit d'une brève engueulade en portugais avec la bassiste-chanteuse Fernanda, elle tient une cadence nettement plus rapide que celle qui la précédait ; et chacun sait l'énorme incidence que cela représente quand on fait du Thrash furibard à l'Allemande. Sur le fond, il n'y avait donc pas la moindre évolution à guetter à part ce net avantage qualitatif. Le public donna enfin toute l'énergie conservée patiemment.

Avec le ventilateur qui étoilait ses longs cheveux noirs et ses grimaces sur un micro toujours placé très bas pour l'obliger à se pencher, Fernanda paraissait comme une vraie possédée du démon quand elle grognait des paroles apparemment aussi basiques que les titres d'un répertoire maintenant assez étoffé. Elle se plaît à alterner une voix douce et caressante de lusophone, accompagnée d'un sourire complice, avec le cri de la thrasheuse en fureur qui n'en fait que plus mal. Prika étant seule guitariste, elle délivra tous les solos sans que l'ensemble ne perde en puissance quand elle devait quitter la rythmique, rouvrant l'éternel débat : un seul gratteux avec un gros volume n'est-il pas en fin de compte suffisant dans bien des cas ?

Le set dura un peu plus d'une heure. L'hermétisme d'un Thrash sans merci, et la redondance des compositions encore sensible malgré le déchaînement d'agressivité restituée au poil, laissa en route quelques personnes mais les nombreux amateurs du genre venus prendre leur dose, ont eu la fessée de riffs, galopades, cris, cornes et poings en l'air qu'ils attendaient. Comme en attestent ces poses, le nombre de photos et ces intitulés de morceaux enchaînant les clichés les plus éculés du style il faut reconnaître, une fois que l'excitation du set est retombée, qu'il leur faudra impérativement se détacher de l'exercice de style du Thrash qui avoine pour se singulariser. Devenir un groupe qu'on veut aussi écouter seul, et un peu plus que des gardiennes de la flamme.


En attendant la douche au retour fut bonne, après une telle dose de Thrash dans la touffeur d'une nuit de canicule interminable. Malheureusement je ne pourrai pas assister aux bonnes affiches qui termineront cet été – c'est là qu'on se félicite de s'être bougé pour aller voir ces mêmes groupes un peu plus loin un peu plus tôt dans l'année. Pire encore, la rentrée s'annonce maigre.





par RBD le 11/08/2018 à 14:48
   531

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Je suis aussi dubitatif que les autres sur l'opportunité de ce énième retour. Mais si Kam Lee et Rick Rozz (jusqu'à peu) sont encore là, c'est au moins autant en raison de leur participation à Death qui leur donne un statut de pères (...)

24/09/2020, 17:46

Raumsog

J'aurai plutôt cité Angelcorpse et Skitsystem pour évoquer le bon goût du bonhomme, mais toute référence à Eros Necropsique se doit d'être saluée! 

24/09/2020, 17:30

grinder92

Carcass, Eros Nécropsique... cet homme a du goût !

24/09/2020, 16:36

licks0re

Le dernier album n'était vraiment pas incontournable... J'ai peur pour ce nouvel opus...Ce groupe est là aujourd'hui parce que "from beyond" était bon, et qu'il est sortit au sommet de la vague death, sur earache qui sortait principalement(...)

24/09/2020, 15:57

Bones

Humungus, avec un avatar pareil tu nous avais plus ou moins prévenu.   

24/09/2020, 15:26

grinder92

Humungus, je vais développer le "like" des commentaires, tu vas voir flou !    

24/09/2020, 14:11

Humungus

Humungus = Asocial.

24/09/2020, 13:54

Humungus

Humungus = Asocial.

24/09/2020, 13:53

grinder92

@Bones : Merci pour ton retour. Oui, il y a une fonctionnalité de chat, mais qui est réservée aux membres connectés. Bon, ce n'est pas la fonctionnalité la plus utilisée

24/09/2020, 09:32

grinder92

Si... ça veut dire que c'est noirci... pas complètement noir mais un peu quand même... Ca veut dire qu'ils te transpercent avec leur glaive, mais qu'il ne te tuent pas...  

24/09/2020, 08:25

sare

Blackened, le préfixe qui ne veut rien dire...

24/09/2020, 08:08

Humungus

Je rejoins forcément mortne2001 et NecroKosmos sur le groupe...Hâte d'entendre tout l'album.Le premier clip est malheureusement tout pourri et donc nuit plus qu'autre chose au titre...Personne pour causer de l'hommage à THIN LIZZY (cf. (...)

24/09/2020, 04:20

dsaf

trop mélodique

23/09/2020, 23:22

Gargan

En y repensant, il vont au moins se reformer tous les Noël, avec toute la fratrie Cavanagh !

23/09/2020, 21:46

NecroKosmos

Un de mes groupes fétiches dont je n'ai jamais décroché depuis les années 80. Cet album s'annonce effectivement comme une pure tuerie !! J'adore RAVEN dont la carrière est irréprochable. 

23/09/2020, 21:29

Kerry King

Ah ben je connais aussi Yyrkoon, ça dépoutre bien, je savais pas qu'on avait une légende sur Metalnews !Bientot je vais apprendre que Simony c'est Alex Colin-Tocquaine et Jus de Cadavre Philippe de Misanthrope.

23/09/2020, 20:56

Saddam Mustaine

Le groupe existe encore ??

23/09/2020, 20:48

Saddam Mustaine

Vivement 2021...Pour les tournées je pense que cette année ça sera compliqué, il faut attendre janvier pas avant, en tout cas en france.On se rattrapera tous au Hellfest 2021.

23/09/2020, 20:46

RBD

Ce nouveau disque me paraît assez en lien avec le précédent, ils sont différents de l'agréable routine suffisamment variée pour maintenir l'attention qu'ils nous avaient dispensés à rythme serré de 2000 à 2013. Je(...)

23/09/2020, 20:24

Bones

@ Moshimosher : oui, carrément !

23/09/2020, 20:03