Vesica Piscis

The Odious

21/06/2019

Autoproduction

Si vous suivez un peu mes chroniques, vous vous souvenez sans doute que je vous ai parlé hier de mon affection pour les groupes qui tentent de sortir des lieux communs, au risque de se planter. Mais il est évident qu’en réfléchissant un peu, vous aurez compris de vous-même qu’il n’y a rien que j’aime plus qu’un groupe qui évite les clichés et la facilité, et qui y parvient avec panache. Des noms étayant cette thèse seraient faciles à nommer, mais je préfère me concentrer sur l’un d’entre eux. Pas le plus connu, pas le plus régulier dans son actualité, mais l’un des plus étranges, des plus séduisants, et osons le dire, des plus créatifs. En 2012, j’avais déjà croisé sa route sinueuse à l’occasion de la parution de son premier long, ce Joint Ventures qui m’avait permis de comprendre que le Death Metal n’avait pas encore dit son dernier mot, malgré sa compression de plus en plus oppressante et sa tendance à l’autosatisfaction dans son désir de ramener à la surface des souvenirs du passé. Mais certains musiciens ne se contentent heureusement pas de pousser la brutalité dans ses derniers retranchements synthétiques, ni de loucher vers le rétro pour se baigner dans les eaux floridiennes avant de se rafraîchir dans les glaces scandinaves, et avancent, coûte que coûte, au risque de se voir marquer au fer rouge de la honte dite du « Progressif ». Death progressif, on connaît bien depuis l’orée des années 90, et les CYNIC, PESTILENCE, ATHEIST, mais aussi par le versant plus romantique et flou des OPETH et autres GOJIRA, mais la surprise semble être toujours de mise, même si beaucoup s’étonnaient de ne plus être surpris par qui que ce soit. Et avec sept ans de silence et une discrétion fort peu à propos, les THE ODIOUS ne semblaient pas être à même d’incarner les superhéros susceptibles de nous sauver du marasme créatif, jusqu’à ce que ce Vesica Piscis batte le pavé de la reconquête.          

Pour être franc, disons simplement qu’on y croyait plus, ou plus simplement, qu’on n’y pensait plus. Sept ans en termes de production et de Metal extrême, c’est une carrière entière, et de quoi occulter la soif des fans en se disant implicitement que la régularité n’est pas une donnée essentielle. Sauf que cette attitude, aussi peu viable soit-elle, a besoin d’un élément clé pour fonctionner. Le talent, et parfois même, le génie. Deux qualités que les originaires de Portland possèdent, et qu’ils mettent en avant sur cette troisième réalisation les replaçant sous les feux ardents d’une actualité pourtant fertile. Et en parlant de fertilité, autant dire que le champ de leurs possibilités n’est pas resté en jachère depuis 2012, puisque le quatuor (Spencer Linn - guitares/chant

Patrick Jobe - chant/claviers, Garrett Haag - batterie et Austin Haag - basse) a une fois encore mis les petits plats dans les grands en se lançant dans une percée incroyable de technique et d’inspiration, fondant les genres les plus génériques dans un creuset plus spécifique, et atteindre ainsi les sommets de ce que l’on appelle avec encore un peu de condescendance le « Death progressif ». Alors, progressif comment ? De longues digressions le confinant au bavardage le moins tolérable ou en accumulant les idées jusqu’à frôler l’overdose de plans qui vous assomment plutôt qu’ils ne vous galvanisent ? Aucun des deux, chère audience, puisque les THE ODIOUS, fidèles à leur recette ont encore trouvé le juste milieu entre rêverie agressive et prolixité mesurée, et les dix morceaux de ce nouveau concept prouvent que le Death, le Jazz, le Rock, le Metal et plus généralement, la musique moderne cohabitent assez bien dans un contexte de brutalité mesurée. Des partitions, chargées, des expressions, modulées, mais surtout, l’envie de proposer autre chose qu’une simple surcharge pondérale de plans plus ventripotents que performants, et un utilisation très intelligente de la mélodie, des effets électroniques, et de synthés qui ne bouffent pas l’herbe verte du pré voisin.

Dans les faits, et avec un manque de recul flagrant, Vesica Piscis pourrait d’ores et déjà s’apparenter à un chef d’œuvre d’un genre qui n’existe que si l’on y croit. Entre les performances individuelles, les signatures rythmiques incroyables mais stables, la complémentarité des chants qui évitent enfin la simplicité lénifiante de la dualité growls/clair pour privilégier les volutes et les mécontentements factuels, les harmonies de guitare se transformant en riffs presque Metal Jazz, et des influences de mieux en mieux digérées entraînant nos amis à la lisière d’un Post Death logique, ce nouvel effort des américains ne ménage pas les siens pour nous convaincre de son caractère indispensable. Se plaçant toujours sous l’égide d’influences que chacun reconnaîtra au détour d’un passage plus évident que la moyenne, une chose toutefois rare (INTRONAUT, CEPHALIC CARNAGE, THE RED CHORD, LED ZEPPELIN, OPETH, MESHUGGAH, BETWEEN THE BURIED AND ME, GOJIRA, LOG!, GENGHIS TRON, THE FACELESS, DEVIN TOWNSEND), le quatuor évite avec un flair incroyable tous les pièges et poncifs du Death démonstratif et surchargé, aérant constamment leur musique de breaks harmoniques ou au contraire très condensés, ce qu’on remarque évidemment dès la plongée en apnée de « Repugnant », lâché en éclaireur. Très élaboré, mais n’oubliant pas de se montrer percussif, ce Metal extrême qui doit tout autant à la liberté du Rock Progressif qu’à la rigueur brutale d’un Death évolutif ne se refuse aucune possibilité, n’exclut aucune piste, au point de sonner parfois en convergence de la réunion improbable entre RUSH, OPETH et Devin TOWNSEND (« Mono No Aware »).

Et même les plus réfractaires à la cause progressive de se fédérer autour d’un groupe qui finalement, sonne aussi naturel qu’un combo de Metal lambda aux ambitions moindres (« Arbiter Of Taste »), reconnaissant leur capacité à moudre des grains différents dans un même café revigorant. Sans tergiverser, mais en naviguant entre douceur et puissance (« Glowjaw »), Vesica Piscis rappelle même par instants la vague de Seattle et les ALICE IN CHAINS, avant de retrouver l’impulsion géniale de la scène Néo suédoise de la même décennie, battant les GOJIRA sur leur propre terrain, et défiant même la génération des COMA CLUSTER VOID sur le modèle de l’étrangeté efficiente et ultraviolente (« Hastor the Shepard Gaunt »). Notes jamais superflues, inspiration mélodique divine, production claire et illuminée, l’ensemble à des allures d’arlésienne qui revient à la vie, et de madeleine de Proust multiple nous renvoyant à des souvenirs d’enfance individuels, mais partagés collectivement. On en finit même par se demander ce qu’on a pu vraiment écouter (« Fix », presque seventies dans ses arpèges acoustiques et sa pureté harmonique), nous disant que « Death » n’est qu’un terme parmi tant d’autres pour tenter de cerner une démarche terriblement personnelle. Sortir du rang, la tête haute, tenter, et réussir. Un exploit qui n’est pas donné à tout le monde mais que THE ODIOUS accomplit de façon irrégulière, mais magnifique.    

 

Titres de l’album :

                       1.Scape

                       2.Repugnant

                       3.Arbiter Of Taste

                       4.Glowjaw

                       5.Hastor the Shepard Gaunt

                       6.Vesica Piscis

                       7.Heavy Rhetoric

                       8.物の哀れ

                       9.Misuse And Malignment

                      10.Fix

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/02/2020 à 18:18
90 %    299

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15