Humana Involución

Complex

24/05/2020

Autoproduction

Depuis quelques temps, je me plonge dans l’underground Techno-Thrash et progressif des années 80 et 90, à la recherche de la moindre pépite passée au travers de mon tamis. Je le reconnais, je suis plutôt un spécialiste de la chose, ayant découvert ce mélange il y a plus de trente ans en écoutant les œuvres de MEKONG DELTA, WATCHTOWER, SIEGES EVEN, mais aussi les travaux moins agressifs de JESTER’S MARCH, LETHAL, ou FATAL OPERA. Cette quête qui au départ semblait raisonnable s’est vite transformée en recherche de l’impossible, tant la production de l’époque cache encore des trésors de plus en plus difficiles à exhumer. C’est ainsi que je me replonge dans un bain de jouvence, me sevrant de performances homériques et de constructions alambiquées, renvoyant l’actualité musicale dans les cordes de la banalité la plus flagrante. Il est en effet assez difficile de nos jours de tomber sur un combo associant la rudesse du Thrash à la délicatesse du Progressif, la fusion semblant tombée en désuétude, et rebutant les musiciens les plus culottés. Pourtant, il subsiste de par le monde des instrumentistes à la mémoire longue, qui se souviennent de la magie provoquée par ce mélange hors-norme, et c’est au hasard des sorties que je me suis fié, accordant ma confiance à un destin parfois complice. Ainsi, en tombant sur le second album des chiliens de COMPLEX, rien ne m’indiquait une affaire plus complexe que la moyenne, et tout au plus un énième produit estampillé Thrash old-school comme il en dégouline dix ou vingt par mois. Mais heureusement, ce groupe sorti de nulle part à des ambitions un peu plus prononcées que la moyenne, et son Metal hautement agressif et construit nous ramène à l’heure de gloire des groupes cités plus haut, bien que le résultat concret soit moins élaboré et plus percutant.

Fondé en 2010 par Sergio Carrasco (guitare) et Alejandro Care (batterie), COMPLEX est l’archétype de la formation sud-américaine anonyme qui ne paie pas de mine, mais qui fait parler la poudre. Après une démo initiale en 2013 (Cruces de Muerte y Sangre), les hispaniques se sont concentrés sur l’élaboration du premier long, qui vit le jour en 2015 (Desde el Poder). Quelques problèmes de line-up sont venus freiner leur progression, et c’est cinq ans plus tard que ces originaires d’Osorno proposent le second chapitre de leur histoire, via cet impressionnant Humana Involución qui risque fort de faire plaisir aux thrasheurs les plus féroces et les plus exigeants. Avec une formation renouvelée mais toujours en quintet (Daniel García (chant), Sebastián López (batterie), Sergio Carrasco (basse), Matías Celis et Juan Garrido (guitares)), COMPLEX tente donc de rattraper le temps perdu avec huit nouveaux titres qui sont autant de bombes. Au prime abord, il n’est pas incongru de considérer la bande comme un simple Thrash-act de plus, mais la pochette de Humana Involución donne de précieuses indications quant à son contenu. Nous sommes loin du graphisme habituel décorant les œuvres Thrash les plus formelles, et ce roi Midas sur son trône suivi par une faune aussi inquiétante que bigarrée intrigue l’œil, et aiguise l’appétit des oreilles. La méfiance est donc de mise, le groupe paraissant plus malin que la moyenne, et après quelques minutes d’écoute, la sentence tombe sans appel : les chiliens sont en effet différents, et plus originaux que la plupart de leurs homologues.

S’il est assez difficile de remonter l’arbre généalogique de leurs influences, on peut affirmer que leur art semble résulter de la fusion de la puissance de METALLICA, de la complexité d’ANACRUSIS, et d’un sens de la mélodie héritée du Power Metal le plus complaisant avec une affiliation Thrash. Il n’est pas interdit non plus de voir en cette musique des réminiscences du Thrash américain à tendance Heavy le plus efficace, et des traces des WILD DOGS et de METAL CHURCH, le tout sous couvert d’une recherche progressive manifeste. Le meilleur exemple de cette théorie restant le monumental titre éponyme « Humana Involucion » qui réunit la fougue d’un HEATHEN, la préciosité harmonique d’un FLOTSAM & JETSAM, le tout épicé d’une folie typiquement sud-américaine. Ce qui frappe immédiatement, c’est le niveau des instrumentistes qui ne font pas semblant d’envoyer la sauce, et spécialement d’une paire de guitaristes qui en plus d’un catalogue impressionnant de riffs nous arrosent de soli en mode déluge de notes, sans perdre de leur pertinence ou de leur précision. Les deux riffeurs font en effet partie de cette caste de musiciens qui savent toujours comment densifier un morceau sans verser dans la démonstration stérile, et l’ouverture « Zona de Sacrificio » de nous en mettre plein la vue, avec des sifflantes hystériques, des sextolets finauds, et une fluidité d’ensemble diabolique. Soutenus par une section rythmique à l’abattage intelligent, et par le lyrisme d’un chanteur qui grogne comme il contrôle son vibrato, Humana Involución a tout d’une transposition Thrash progressif dans un univers plus efficace et groove, qui pioche dans le passé de quoi faire trembler le présent.

Huit titres dont une intro, et rien à jeter. Il semblerait que le groupe a atteint une sorte de maturité dans son art, qui ne l’empêche pas de rester sauvage. Entre des démonstrations rythmiques impressionnantes de puissance, et un instrumental qui retrouve la complexité des années 80/90 (« La Ira Del Olvidado »), et une fin d’album qui fait la part belle aux pièces les plus agencées et maîtrisées (« Fosil del Silencio » et son déferlement de colère qui n’empêche pas un break technique et syncopé du plus bel effet), ce second tome de la vie des chiliens se montre passionnant de bout en bout, parvenant à garder la sophistication des meilleurs efforts du genre tout en accentuant la violence d’un Metal sans compromis. On pense parfois à un ACCUSER plus dense techniquement, mais l’identité de COMPLEX se dispense très bien de comparaisons réductrices. Doté d’un énorme son très contemporain, Humana Involución est donc une sacrée allusion au passé qui trouve sans problème sa place dans l’actualité, et qui permet de se dégager des automatismes pénibles de la vague old-school qui se contente de reproduire des formules toutes faites. Aussi méchant qu’intelligent, cet album va faire le bonheur d’une frange du public extrême toujours aussi attachée à la finesse dans la brutalité.    

  

Titres de l’album :

                     01. Deus Miseri

                     02. Zona de Sacrificio

                     03. La Ira Del Olvidado

                     04. Nativa Depredacion

                     05. Lanzan Sus Dados

                     06. Humana Involucion

                     07. Fosil del Silencio

                     08. Balas Contra el Pueblo

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/01/2021 à 14:50
85 %    577

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40