Si les groupes en plus n’ont même plus de page officielle, il va devenir de plus en plus ardu de trouver des informations, histoire d’étayer une chronique qu’on espère un poil plus longue que trois formules de base. Mais j’ai eu beau fouiner les arcanes de la toile, je n’ai pas trouvé grand-chose à me mettre sous le clavier, mis à part le court laïus de leur label, qui se montre plutôt avare lui aussi en renseignements.

Je vais donc vous communiquer le peu d’éléments en ma possession…

Les CULTURE SHOCK sont donc cinq (Geoff D. - chant, Wolf Bomgardner & James Trejo – guitares, John Menchaca – basse et Jake Hansen – batterie), viennent de Denver, et nous ont proposé au mois de mars via les bons services du label militant Youth Attack leur premier LP, façon de parler, puisque ce dernier n’excède pas le quart d’heure montre en main.

Mais dans le domaine du Hardcore cru et dru, ce timing reste tout à fait respectable, et permet à Culture Shock de garder son intensité de bout en bout. Et dans ce domaine, faites-moi confiance, les Américains savent de quoi ils jouent et crient.

Enregistré en analogique à Denver, Colorado, mixé et masterisé par Will Killingsworth aux Dead Air studios, ce premier EP est un concentré d’énergie brute, qui se veut écho de la philosophie lapidaire du hurleur en chef Geoff D., « L’équipe est réduite, mais la morsure est cruelle ».

Et effectivement, passées les treize minutes de cette carte de visite brutale, on en vient à croire sur parole le chanteur engagé à l’air pas du tout dégagé.

Ce qui va dégager par contre, ce sont les quelques illusions que vous vous faisiez encore sur la société moderne, lapidée par les jets de bile Core de ces cinq allumés.

Dans la plus grande tradition du véritable Hardcore US, qui pioche sans vergogne dans l’héritage du NYHC, de celui de Boston, et évidemment avidement dans les racines de Denver, Culture Shock n’est rien d’autre qu’une gigantesque beigne prise en plein dans la face d’une Amérique post-Trump qui se demande encore ce qui a pu arriver à son pays.

Alors, les rythmiques sont évidemment échevelées, les riffs acérés et affûtés, et le chant bien beuglé, histoire de rester de plain-pied dans un Hardcore à tendance Fast, qui sait se raidir quand il faut pour mieux accélérer ensuite.

Une sorte de Punk joué avec les tripes, mais doté d’une production ample et profonde, qui accentue encore la véhémence de l’approche.

Dix morceaux qui passent aussi vite qu’une rixe de rue le samedi soir, après échanges de propos houleux entre deux factions antagonistes. On peut y reconnaître le legs des AGNOSTIC FRONT, celui des WRECKING CREW ou de YOUTH OF TODAY, mais à vrai dire, on y voit surtout la rage d’une jeune génération qui n’a pas oublié en route les desseins originels du Hardcore.

Peu ou pas d’empathie, une affaire emballée et pesée rapidement mais précisément, et le cri de révolte d’une génération qui en a assez de voir ses espoirs tués dans l’œuf et qui veut y croire encore.

Alors de « Culture Shock » à « Won’t Play Your Games », en passant par le laminant et Thrashcore/Powerviolence « You’re Next », n’ayant rien à envier en termes de violence au film homonyme, tout est fait pour vous claquer le beignet dans les grandes largeurs.

Et c’est comme ça qu’on aime le Hardcore, le vrai, parce qu’il ne perd pas de temps en conjectures inutiles, et qu’il combat la conjoncture de façon mutine.

Il se veut lourd de temps à autres (« Stuck », coincé, en effet, dans une époque où l’égoïsme devient une valeur étalon, et qui du coup s’énerve CRYPTIC SLAUGHTER sur son final), mais aussi bien Crust quand le propos se durcit (« Stark Raving Mad », grosse boucherie en règle), ou plus épais et concret qu’un bloc de béton tombé d’un immeuble à l’abandon (« Behind The Glass », bien velu et qui laisse les cheveux crépus).

Pas grand-chose d’autre à dire sous peine de tomber dans la répétition, ce qui je crois aurait le don de frustrer nos amis du jour.

Sachez simplement que grâce aux CULTURE SHOCK, le Hardcore made in Denver revient sur le devant de la scène, et que ce premier album vaut largement les treize minutes que vous pourriez lui consacrer. Un Core plus cru et concret qu’une prise de conscience inopinée, plus violent qu’une époque pourtant peu portée sur le partage et la tolérance, et plus professionnel que bien des amateurs qui aimeraient nous persuader du contraire.

Voilà, mais la prochaine fois les gars, prenez le temps de vous faire un site à vous.

Niveau propagande, ça peut se révéler utile.


Titres de l'album:

  1. Culture Shock
  2. Lone Wolves
  3. Chainbreaker
  4. Stark Raving Mad
  5. Nothing
  6. Behind The Glass
  7. Brave New World
  8. You're Next
  9. Stuck
  10. Won't Play Your Games

Bandcamp label album


par mortne2001 le 02/06/2017 à 17:32
75 %    365

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.