Culture Shock

Culture Shock

31/03/2017

Youth Attack

Si les groupes en plus n’ont même plus de page officielle, il va devenir de plus en plus ardu de trouver des informations, histoire d’étayer une chronique qu’on espère un poil plus longue que trois formules de base. Mais j’ai eu beau fouiner les arcanes de la toile, je n’ai pas trouvé grand-chose à me mettre sous le clavier, mis à part le court laïus de leur label, qui se montre plutôt avare lui aussi en renseignements.

Je vais donc vous communiquer le peu d’éléments en ma possession…

Les CULTURE SHOCK sont donc cinq (Geoff D. - chant, Wolf Bomgardner & James Trejo – guitares, John Menchaca – basse et Jake Hansen – batterie), viennent de Denver, et nous ont proposé au mois de mars via les bons services du label militant Youth Attack leur premier LP, façon de parler, puisque ce dernier n’excède pas le quart d’heure montre en main.

Mais dans le domaine du Hardcore cru et dru, ce timing reste tout à fait respectable, et permet à Culture Shock de garder son intensité de bout en bout. Et dans ce domaine, faites-moi confiance, les Américains savent de quoi ils jouent et crient.

Enregistré en analogique à Denver, Colorado, mixé et masterisé par Will Killingsworth aux Dead Air studios, ce premier EP est un concentré d’énergie brute, qui se veut écho de la philosophie lapidaire du hurleur en chef Geoff D., « L’équipe est réduite, mais la morsure est cruelle ».

Et effectivement, passées les treize minutes de cette carte de visite brutale, on en vient à croire sur parole le chanteur engagé à l’air pas du tout dégagé.

Ce qui va dégager par contre, ce sont les quelques illusions que vous vous faisiez encore sur la société moderne, lapidée par les jets de bile Core de ces cinq allumés.

Dans la plus grande tradition du véritable Hardcore US, qui pioche sans vergogne dans l’héritage du NYHC, de celui de Boston, et évidemment avidement dans les racines de Denver, Culture Shock n’est rien d’autre qu’une gigantesque beigne prise en plein dans la face d’une Amérique post-Trump qui se demande encore ce qui a pu arriver à son pays.

Alors, les rythmiques sont évidemment échevelées, les riffs acérés et affûtés, et le chant bien beuglé, histoire de rester de plain-pied dans un Hardcore à tendance Fast, qui sait se raidir quand il faut pour mieux accélérer ensuite.

Une sorte de Punk joué avec les tripes, mais doté d’une production ample et profonde, qui accentue encore la véhémence de l’approche.

Dix morceaux qui passent aussi vite qu’une rixe de rue le samedi soir, après échanges de propos houleux entre deux factions antagonistes. On peut y reconnaître le legs des AGNOSTIC FRONT, celui des WRECKING CREW ou de YOUTH OF TODAY, mais à vrai dire, on y voit surtout la rage d’une jeune génération qui n’a pas oublié en route les desseins originels du Hardcore.

Peu ou pas d’empathie, une affaire emballée et pesée rapidement mais précisément, et le cri de révolte d’une génération qui en a assez de voir ses espoirs tués dans l’œuf et qui veut y croire encore.

Alors de « Culture Shock » à « Won’t Play Your Games », en passant par le laminant et Thrashcore/Powerviolence « You’re Next », n’ayant rien à envier en termes de violence au film homonyme, tout est fait pour vous claquer le beignet dans les grandes largeurs.

Et c’est comme ça qu’on aime le Hardcore, le vrai, parce qu’il ne perd pas de temps en conjectures inutiles, et qu’il combat la conjoncture de façon mutine.

Il se veut lourd de temps à autres (« Stuck », coincé, en effet, dans une époque où l’égoïsme devient une valeur étalon, et qui du coup s’énerve CRYPTIC SLAUGHTER sur son final), mais aussi bien Crust quand le propos se durcit (« Stark Raving Mad », grosse boucherie en règle), ou plus épais et concret qu’un bloc de béton tombé d’un immeuble à l’abandon (« Behind The Glass », bien velu et qui laisse les cheveux crépus).

Pas grand-chose d’autre à dire sous peine de tomber dans la répétition, ce qui je crois aurait le don de frustrer nos amis du jour.

Sachez simplement que grâce aux CULTURE SHOCK, le Hardcore made in Denver revient sur le devant de la scène, et que ce premier album vaut largement les treize minutes que vous pourriez lui consacrer. Un Core plus cru et concret qu’une prise de conscience inopinée, plus violent qu’une époque pourtant peu portée sur le partage et la tolérance, et plus professionnel que bien des amateurs qui aimeraient nous persuader du contraire.

Voilà, mais la prochaine fois les gars, prenez le temps de vous faire un site à vous.

Niveau propagande, ça peut se révéler utile.


Titres de l'album:

  1. Culture Shock
  2. Lone Wolves
  3. Chainbreaker
  4. Stark Raving Mad
  5. Nothing
  6. Behind The Glass
  7. Brave New World
  8. You're Next
  9. Stuck
  10. Won't Play Your Games

Bandcamp label album


par mortne2001 le 02/06/2017 à 17:32
75 %    468

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30

Moshimosher

Excellent !!! \m/

01/06/2020, 17:16

Moshimosher

Mais c'est pas mal du tout ! :)

01/06/2020, 16:46

Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39