Culś

Sangue

15/04/2019

Nuclear War Now! Productions

Je précise d’emblée à tous les pervers de la création que le titre de cet album est bien Culś et non pas Culs. Alors, si vous en cherchez une histoire, vous êtes prié d’aller voir ailleurs. Ce qui n’empêche pas ce premier LP de faire preuve d’une certaine perversion dans l’attitude, et de prôner des valeurs déviantes dans le rendu. Mais dès lors qu’on note une signature en bas de page, de celles qui mentionnent des labels comme Iron Bonehead, Sentient Ruin, Blood Harvest ou Nuclear War Now !, on sait à qui on risque d’avoir affaire, et le cas d’école en est encore un aujourd’hui. Sortant son stylo plume pour parapher la distribution d’un énième combo underground, les américains de NWN nous ont encore gâtés en nous offrant l’un des cadeaux les plus fétides de leur existence, emballé dans un papier kraft en sachet de superette US. Nous pouvons faire confiance à ce label de dégénérés qui nous a déjà présenté les travaux d’ABOMINATOR, BLASPHEMY, PERVERTED CEREMONY, REVENGE et MORBOSIDAD pour nous inciter à nous enfoncer encore plus profondément dans le marigot de l’inhumanité, et assurément, SANGUE ne fera pas tâche dans leur catalogue de bestiaux tous aussi déviants et violents les uns que les autres. SANGUE dans les faits, est une aventure italienne pas vraiment comme les autres, fuyant la lumière pour mieux se vautrer dans les ténèbres, et déjà responsable d’une première démo éponyme faisant étalage d’un certain sadisme occulte. Concrètement, cette nouvelle entité est censée se répandre en effluves Death Metal, mais leur approche est tellement obscure et malicieuse qu’on se demande parfois si le BM le plus âpre n’est pas aussi invité aux agapes, ce que les sonorités étouffées de ce premier longue-durée semblent confirmer. Difficile toutefois de se faire un avis précis sur la question, le quintet romain n’étant pas vraiment disert sur son passé et ses envies d’avenir, ne disposant même pas d’une page officielle pour disserter sur la question.

Tout au plus pouvons-nous faire mention d’un line-up (MeTa - basse, Rector Stench - batterie, Valerio Scissor & Welt - guitares et Mirko "Offender" Scarpa - chant), de quelques groupes antérieurs ou actuels (THE TEMPTER, PUNGENT STENCH, LAWA, CARNAGE, LOS TRES HOMBRES, ON/OFF, SPINE, MORBO, VII ARCANO, OMICRON, THROAT VIOLENCE pour Rector et Mirko), mais surtout, de ce Culś qui repousse les limites de la violence en prônant une sorte d’alternance entre la vitesse et la lourdeur pour parvenir à ses fins. Ce qui intrigue au prime abord, c’est cette intro, composée et interprétée à la demande par l’illustre Claudio Simonetti des GOBLIN, qui pose les jalons, et plante l’ambiance glauque et poisseuse. Nationalité oblige, les artistes ont tendance à se filer des coups de main, mais on se demande quand même comment un petit groupe aussi underground a pu convaincre le grand maître des B.O de Dario Argento de collaborer à un disque aussi extrémiste…Toujours est-il que cette entame est une jolie plus-value à une réalisation se plaçant sous des auspices de Death Metal étrusque (ça n’est pas moi qui le dit, mais leur label), et décrivant « les rites anciens d’une civilisation qui a cherché les faveurs des Dieux ayant créé le chaos en interférant avec les hommes » (là aussi, le tout vient d’une accroche publicitaire futée). Mais concrètement, en en aparté de ces gimmicks certes vendeurs, mais légèrement flous, que faut-il attendre de ce premier LP qui en quelque sorte, présente les SANGUE à un monde intrigué ? Une forme très larvée et étouffée de Death Metal, grossièrement teintée de BM occulte, qui sans concourir pour le titre de champion du monde de la brutalité, parvient quand même à titiller la moiteur la plus éprouvante via des astuces de composition remarquables.

Difficile toutefois de situer ce groupe autrement qu’en affirmant qu’ils ont parfaitement leur place dans l’écurie Nuclear War Now. Mais pour plus de précisions, référez-vous au premier vrai morceau de l’album, ce « They Do Not Rest (Clock of the Giants) » qui ose des guitares redondantes au possible sur fond de lignes vocales graves et régurgitées. C’est très gras, rapide mais emphatique, oppressant autant que le Death le plus primaire peut l’être, mais l’affaire va plus loin qu’un simple succédané de tradition perpétrée. On sent clairement que les cinq romains ont voulu adapter des thèmes à leur vision, mélangeant donc le Black norvégien des origines à une vision du Death très européenne, glauque mais ambitieuse, parsemée de chœurs grégoriens morbides, et d’aplatissements dignes du Néo-Doom des nineties. Les plans alternent, se différencient, et rendent donc l’écoute assez fascinante, offrant une versatilité dans la cohérence. La segmentation des morceaux est aussi très intrigante, les italiens se partageant entre des morceaux longs et évolutifs et des charges brutes plus concises, très symptomatiques de la vague centre-européenne de Death Metal de l’orée des années 90 (« Eerie Murmuring / Infinity Abysmal »), mais aussi caractéristiques de la mouvance Noisy actuelle, à cheval entre Death old-school et BM chaotique. Plus fins que la moyenne dans la grossièreté instrumentale, Culś sait imposer une ambiance morbide et fascinante, et profite d’un timing très resserré pour choquer, alternant les passages en mid qui freinent les élans bordéliques de blasts assez fréquents. Le mixage de l’album, assez homogène, place la voix en arrière-plan, pour laisser la rythmique et les guitares se fondre dans un même creuset, et il devient alors complexe de comparer les SANGUE à toute autre entité existante.

Les morceaux passent, accrochent l’oreille et salissent l’âme, interrompus régulièrement par des inserts en interludes qui accentuent la patine gothique et horrifique de l’ensemble. Loin de n’être que des artifices de composition, ces intermèdes sont ludiques et utiles, et achèvent de transformer ce premier LP en bande son d’un film d’épouvante pour les oreilles, entre un démarquage de la Hammer façon fumetti, et un scénario prétexte vite écrit sur un coin de nappe par Aristide Massaccesi. Mais on sent que les SANGUE ont une solide culture alternative qui leur permet d’adapter les préceptes Death des années 80 dans un contexte de Metal sombre et limite gothique (« Shifting into Necrocosmos »), et de dériver le long d’une inspiration dissonante à mi-chemin d’un BM rauque et viscéral (« The Rite of Cosmic Void »). Parfois, quelques gimmicks nous étonnent (cette basse proéminente sur l’intro de «When the Magus Whispers to the Skies »), mais le tout est largement assez crédible et solide pour attirer dans ses filets une frange du public un peu lassée des automatismes vintage actuels. Une découverte intéressante, qui demande à être approfondie et surveillée, histoire de voir où les délires cauchemardesques des italiens nous emmèneront la prochaine fois.    


Titres de l'album :

                        1.In the Church

                        2.They Do Not Rest (Clock of the Giants)

                        3.Eerie Murmuring / Infinity Abysmal

                        4.Interlude / Call of the Gorgon

                        5.Shifting into Necrocosmos

                        6.Her Cold Breath

                        7.Interlude / Tuchulcha

                        8.The Rite of Cosmic Void

                        9.When the Magus Whispers to the Skies


par mortne2001 le 15/06/2019 à 17:40
78 %    299

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42

Gargan

...Quand tu découvres les effets lumineux de ton logiciel de montage.

10/07/2020, 10:37

steelvore666

Bien d'accord avec vous messieurs.
J'écoute encore les "vieux" albums, ceux qui montrait un groupe sur de lui et assez puissant pour convaincre sans en faire des tonnes et devenir pathétique.
Un constat : la qualité de ses albums est inversement proportionnelle à son implication dans(...)

10/07/2020, 09:41

Speeding Velocity

Eh ben.... vraiment pas bandante cette affiche.
Je suis quand même curieux de voir le prix des places pour "ça".
(et le taux de remplissage, mouarf !)

10/07/2020, 09:00

NecroKosmos

Même opinion. Groupe de clowns. Après, cette polémique montre bien l'ouverture d'esprit du gouvernement polonais.

10/07/2020, 06:40

NecroKosmos

Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

10/07/2020, 06:28

aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07