Je précise d’emblée à tous les pervers de la création que le titre de cet album est bien Culś et non pas Culs. Alors, si vous en cherchez une histoire, vous êtes prié d’aller voir ailleurs. Ce qui n’empêche pas ce premier LP de faire preuve d’une certaine perversion dans l’attitude, et de prôner des valeurs déviantes dans le rendu. Mais dès lors qu’on note une signature en bas de page, de celles qui mentionnent des labels comme Iron Bonehead, Sentient Ruin, Blood Harvest ou Nuclear War Now !, on sait à qui on risque d’avoir affaire, et le cas d’école en est encore un aujourd’hui. Sortant son stylo plume pour parapher la distribution d’un énième combo underground, les américains de NWN nous ont encore gâtés en nous offrant l’un des cadeaux les plus fétides de leur existence, emballé dans un papier kraft en sachet de superette US. Nous pouvons faire confiance à ce label de dégénérés qui nous a déjà présenté les travaux d’ABOMINATOR, BLASPHEMY, PERVERTED CEREMONY, REVENGE et MORBOSIDAD pour nous inciter à nous enfoncer encore plus profondément dans le marigot de l’inhumanité, et assurément, SANGUE ne fera pas tâche dans leur catalogue de bestiaux tous aussi déviants et violents les uns que les autres. SANGUE dans les faits, est une aventure italienne pas vraiment comme les autres, fuyant la lumière pour mieux se vautrer dans les ténèbres, et déjà responsable d’une première démo éponyme faisant étalage d’un certain sadisme occulte. Concrètement, cette nouvelle entité est censée se répandre en effluves Death Metal, mais leur approche est tellement obscure et malicieuse qu’on se demande parfois si le BM le plus âpre n’est pas aussi invité aux agapes, ce que les sonorités étouffées de ce premier longue-durée semblent confirmer. Difficile toutefois de se faire un avis précis sur la question, le quintet romain n’étant pas vraiment disert sur son passé et ses envies d’avenir, ne disposant même pas d’une page officielle pour disserter sur la question.

Tout au plus pouvons-nous faire mention d’un line-up (MeTa - basse, Rector Stench - batterie, Valerio Scissor & Welt - guitares et Mirko "Offender" Scarpa - chant), de quelques groupes antérieurs ou actuels (THE TEMPTER, PUNGENT STENCH, LAWA, CARNAGE, LOS TRES HOMBRES, ON/OFF, SPINE, MORBO, VII ARCANO, OMICRON, THROAT VIOLENCE pour Rector et Mirko), mais surtout, de ce Culś qui repousse les limites de la violence en prônant une sorte d’alternance entre la vitesse et la lourdeur pour parvenir à ses fins. Ce qui intrigue au prime abord, c’est cette intro, composée et interprétée à la demande par l’illustre Claudio Simonetti des GOBLIN, qui pose les jalons, et plante l’ambiance glauque et poisseuse. Nationalité oblige, les artistes ont tendance à se filer des coups de main, mais on se demande quand même comment un petit groupe aussi underground a pu convaincre le grand maître des B.O de Dario Argento de collaborer à un disque aussi extrémiste…Toujours est-il que cette entame est une jolie plus-value à une réalisation se plaçant sous des auspices de Death Metal étrusque (ça n’est pas moi qui le dit, mais leur label), et décrivant « les rites anciens d’une civilisation qui a cherché les faveurs des Dieux ayant créé le chaos en interférant avec les hommes » (là aussi, le tout vient d’une accroche publicitaire futée). Mais concrètement, en en aparté de ces gimmicks certes vendeurs, mais légèrement flous, que faut-il attendre de ce premier LP qui en quelque sorte, présente les SANGUE à un monde intrigué ? Une forme très larvée et étouffée de Death Metal, grossièrement teintée de BM occulte, qui sans concourir pour le titre de champion du monde de la brutalité, parvient quand même à titiller la moiteur la plus éprouvante via des astuces de composition remarquables.

Difficile toutefois de situer ce groupe autrement qu’en affirmant qu’ils ont parfaitement leur place dans l’écurie Nuclear War Now. Mais pour plus de précisions, référez-vous au premier vrai morceau de l’album, ce « They Do Not Rest (Clock of the Giants) » qui ose des guitares redondantes au possible sur fond de lignes vocales graves et régurgitées. C’est très gras, rapide mais emphatique, oppressant autant que le Death le plus primaire peut l’être, mais l’affaire va plus loin qu’un simple succédané de tradition perpétrée. On sent clairement que les cinq romains ont voulu adapter des thèmes à leur vision, mélangeant donc le Black norvégien des origines à une vision du Death très européenne, glauque mais ambitieuse, parsemée de chœurs grégoriens morbides, et d’aplatissements dignes du Néo-Doom des nineties. Les plans alternent, se différencient, et rendent donc l’écoute assez fascinante, offrant une versatilité dans la cohérence. La segmentation des morceaux est aussi très intrigante, les italiens se partageant entre des morceaux longs et évolutifs et des charges brutes plus concises, très symptomatiques de la vague centre-européenne de Death Metal de l’orée des années 90 (« Eerie Murmuring / Infinity Abysmal »), mais aussi caractéristiques de la mouvance Noisy actuelle, à cheval entre Death old-school et BM chaotique. Plus fins que la moyenne dans la grossièreté instrumentale, Culś sait imposer une ambiance morbide et fascinante, et profite d’un timing très resserré pour choquer, alternant les passages en mid qui freinent les élans bordéliques de blasts assez fréquents. Le mixage de l’album, assez homogène, place la voix en arrière-plan, pour laisser la rythmique et les guitares se fondre dans un même creuset, et il devient alors complexe de comparer les SANGUE à toute autre entité existante.

Les morceaux passent, accrochent l’oreille et salissent l’âme, interrompus régulièrement par des inserts en interludes qui accentuent la patine gothique et horrifique de l’ensemble. Loin de n’être que des artifices de composition, ces intermèdes sont ludiques et utiles, et achèvent de transformer ce premier LP en bande son d’un film d’épouvante pour les oreilles, entre un démarquage de la Hammer façon fumetti, et un scénario prétexte vite écrit sur un coin de nappe par Aristide Massaccesi. Mais on sent que les SANGUE ont une solide culture alternative qui leur permet d’adapter les préceptes Death des années 80 dans un contexte de Metal sombre et limite gothique (« Shifting into Necrocosmos »), et de dériver le long d’une inspiration dissonante à mi-chemin d’un BM rauque et viscéral (« The Rite of Cosmic Void »). Parfois, quelques gimmicks nous étonnent (cette basse proéminente sur l’intro de «When the Magus Whispers to the Skies »), mais le tout est largement assez crédible et solide pour attirer dans ses filets une frange du public un peu lassée des automatismes vintage actuels. Une découverte intéressante, qui demande à être approfondie et surveillée, histoire de voir où les délires cauchemardesques des italiens nous emmèneront la prochaine fois.    


Titres de l'album :

                        1.In the Church

                        2.They Do Not Rest (Clock of the Giants)

                        3.Eerie Murmuring / Infinity Abysmal

                        4.Interlude / Call of the Gorgon

                        5.Shifting into Necrocosmos

                        6.Her Cold Breath

                        7.Interlude / Tuchulcha

                        8.The Rite of Cosmic Void

                        9.When the Magus Whispers to the Skies


par mortne2001 le 15/06/2019 à 17:40
78 %    246

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !