Je précise d’emblée à tous les pervers de la création que le titre de cet album est bien Culś et non pas Culs. Alors, si vous en cherchez une histoire, vous êtes prié d’aller voir ailleurs. Ce qui n’empêche pas ce premier LP de faire preuve d’une certaine perversion dans l’attitude, et de prôner des valeurs déviantes dans le rendu. Mais dès lors qu’on note une signature en bas de page, de celles qui mentionnent des labels comme Iron Bonehead, Sentient Ruin, Blood Harvest ou Nuclear War Now !, on sait à qui on risque d’avoir affaire, et le cas d’école en est encore un aujourd’hui. Sortant son stylo plume pour parapher la distribution d’un énième combo underground, les américains de NWN nous ont encore gâtés en nous offrant l’un des cadeaux les plus fétides de leur existence, emballé dans un papier kraft en sachet de superette US. Nous pouvons faire confiance à ce label de dégénérés qui nous a déjà présenté les travaux d’ABOMINATOR, BLASPHEMY, PERVERTED CEREMONY, REVENGE et MORBOSIDAD pour nous inciter à nous enfoncer encore plus profondément dans le marigot de l’inhumanité, et assurément, SANGUE ne fera pas tâche dans leur catalogue de bestiaux tous aussi déviants et violents les uns que les autres. SANGUE dans les faits, est une aventure italienne pas vraiment comme les autres, fuyant la lumière pour mieux se vautrer dans les ténèbres, et déjà responsable d’une première démo éponyme faisant étalage d’un certain sadisme occulte. Concrètement, cette nouvelle entité est censée se répandre en effluves Death Metal, mais leur approche est tellement obscure et malicieuse qu’on se demande parfois si le BM le plus âpre n’est pas aussi invité aux agapes, ce que les sonorités étouffées de ce premier longue-durée semblent confirmer. Difficile toutefois de se faire un avis précis sur la question, le quintet romain n’étant pas vraiment disert sur son passé et ses envies d’avenir, ne disposant même pas d’une page officielle pour disserter sur la question.

Tout au plus pouvons-nous faire mention d’un line-up (MeTa - basse, Rector Stench - batterie, Valerio Scissor & Welt - guitares et Mirko "Offender" Scarpa - chant), de quelques groupes antérieurs ou actuels (THE TEMPTER, PUNGENT STENCH, LAWA, CARNAGE, LOS TRES HOMBRES, ON/OFF, SPINE, MORBO, VII ARCANO, OMICRON, THROAT VIOLENCE pour Rector et Mirko), mais surtout, de ce Culś qui repousse les limites de la violence en prônant une sorte d’alternance entre la vitesse et la lourdeur pour parvenir à ses fins. Ce qui intrigue au prime abord, c’est cette intro, composée et interprétée à la demande par l’illustre Claudio Simonetti des GOBLIN, qui pose les jalons, et plante l’ambiance glauque et poisseuse. Nationalité oblige, les artistes ont tendance à se filer des coups de main, mais on se demande quand même comment un petit groupe aussi underground a pu convaincre le grand maître des B.O de Dario Argento de collaborer à un disque aussi extrémiste…Toujours est-il que cette entame est une jolie plus-value à une réalisation se plaçant sous des auspices de Death Metal étrusque (ça n’est pas moi qui le dit, mais leur label), et décrivant « les rites anciens d’une civilisation qui a cherché les faveurs des Dieux ayant créé le chaos en interférant avec les hommes » (là aussi, le tout vient d’une accroche publicitaire futée). Mais concrètement, en en aparté de ces gimmicks certes vendeurs, mais légèrement flous, que faut-il attendre de ce premier LP qui en quelque sorte, présente les SANGUE à un monde intrigué ? Une forme très larvée et étouffée de Death Metal, grossièrement teintée de BM occulte, qui sans concourir pour le titre de champion du monde de la brutalité, parvient quand même à titiller la moiteur la plus éprouvante via des astuces de composition remarquables.

Difficile toutefois de situer ce groupe autrement qu’en affirmant qu’ils ont parfaitement leur place dans l’écurie Nuclear War Now. Mais pour plus de précisions, référez-vous au premier vrai morceau de l’album, ce « They Do Not Rest (Clock of the Giants) » qui ose des guitares redondantes au possible sur fond de lignes vocales graves et régurgitées. C’est très gras, rapide mais emphatique, oppressant autant que le Death le plus primaire peut l’être, mais l’affaire va plus loin qu’un simple succédané de tradition perpétrée. On sent clairement que les cinq romains ont voulu adapter des thèmes à leur vision, mélangeant donc le Black norvégien des origines à une vision du Death très européenne, glauque mais ambitieuse, parsemée de chœurs grégoriens morbides, et d’aplatissements dignes du Néo-Doom des nineties. Les plans alternent, se différencient, et rendent donc l’écoute assez fascinante, offrant une versatilité dans la cohérence. La segmentation des morceaux est aussi très intrigante, les italiens se partageant entre des morceaux longs et évolutifs et des charges brutes plus concises, très symptomatiques de la vague centre-européenne de Death Metal de l’orée des années 90 (« Eerie Murmuring / Infinity Abysmal »), mais aussi caractéristiques de la mouvance Noisy actuelle, à cheval entre Death old-school et BM chaotique. Plus fins que la moyenne dans la grossièreté instrumentale, Culś sait imposer une ambiance morbide et fascinante, et profite d’un timing très resserré pour choquer, alternant les passages en mid qui freinent les élans bordéliques de blasts assez fréquents. Le mixage de l’album, assez homogène, place la voix en arrière-plan, pour laisser la rythmique et les guitares se fondre dans un même creuset, et il devient alors complexe de comparer les SANGUE à toute autre entité existante.

Les morceaux passent, accrochent l’oreille et salissent l’âme, interrompus régulièrement par des inserts en interludes qui accentuent la patine gothique et horrifique de l’ensemble. Loin de n’être que des artifices de composition, ces intermèdes sont ludiques et utiles, et achèvent de transformer ce premier LP en bande son d’un film d’épouvante pour les oreilles, entre un démarquage de la Hammer façon fumetti, et un scénario prétexte vite écrit sur un coin de nappe par Aristide Massaccesi. Mais on sent que les SANGUE ont une solide culture alternative qui leur permet d’adapter les préceptes Death des années 80 dans un contexte de Metal sombre et limite gothique (« Shifting into Necrocosmos »), et de dériver le long d’une inspiration dissonante à mi-chemin d’un BM rauque et viscéral (« The Rite of Cosmic Void »). Parfois, quelques gimmicks nous étonnent (cette basse proéminente sur l’intro de «When the Magus Whispers to the Skies »), mais le tout est largement assez crédible et solide pour attirer dans ses filets une frange du public un peu lassée des automatismes vintage actuels. Une découverte intéressante, qui demande à être approfondie et surveillée, histoire de voir où les délires cauchemardesques des italiens nous emmèneront la prochaine fois.    


Titres de l'album :

                        1.In the Church

                        2.They Do Not Rest (Clock of the Giants)

                        3.Eerie Murmuring / Infinity Abysmal

                        4.Interlude / Call of the Gorgon

                        5.Shifting into Necrocosmos

                        6.Her Cold Breath

                        7.Interlude / Tuchulcha

                        8.The Rite of Cosmic Void

                        9.When the Magus Whispers to the Skies


par mortne2001 le 15/06/2019 à 17:40
78 %    78

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Xentrix

Bury The Pain

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Live-report HELLFEST 2019 / Samedi

Jus de cadavre / 06/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !


@ Jus : je n'étais pas au courant de ces autres détails pour l'affaire MANOWAR, mais quoi qu'il en soit entièrement d'accord avec toi...sur toutes les lignes...


@JTDP : oui bien sur que Manowar n'a pas découvert ça la veille, les 6 mois de silence radio entre le groupe et l'orga le démontrent bien. Manowar, savait pertinemment avant même de venir qu'ils n'allaient pas jouer. Mais là encore, pour des questions de contrat, ils ne pouvaient pas annuler av(...)


@Humungus et Simony : ils ont été remplacé par SABATON, qui étaient restés sur site après leur show au Knotfest pour voir MANOWAR justement. Ils se sont spontanément proposés pour les remplacer. A noter que Leur chanteur s'est pété la voix la veille, du coup c'est l'un des gratteux qui l'a(...)


"Je n'ai pas vu passer le set même sans être fan, tellement le quintet illustre parfaitement ce qu'est le Thrash Metal, pour l'éternité, et non pas un simple phénomène de génération il y a une grosse trentaine d'années."
Je plussoie totalement. Municipal Waste sur scène c'est juste e(...)


"Soigner sa mort (…) JOY DIVISION"...
Putain Simony, si tu souhaites cette fin à tous les groupes cultes en pleine gloire, v'là l'hécatombe !
(sic)


Remplacés par personne, en tout cas à ma connaissance, on est d'accord... mais ce n'est pas grave, personne ne sera en mesure de remplacer IRON MAIDEN et beaucoup d'autres grands noms mais c'est ce qui les rendra intemporels et indémodables, on continuera à parler des albums aux nouveaux Metalhe(...)


Et pas vraiment besoin de le rappeler mais le tribunal ne prendra pas en compte un "manowar c'est des cons irrespectueux ! ". Ce qui rentrera en compte c'est les contrats signés entre les 2 parties.
Je rajouterai pour finir que ce serait tout de même très étonnant qu'un groupe (même eux,(...)