Ayant abordé N.K.V.D. par le biais de Hakmarrja, son deuxième album, j’étais fort curieux de découvrir  les travaux précédents de ce ‘one man’ projet particulier, évoluant dans un style black metal industriel crasseux. Comme par magie, la présente compilation m’offre la séance de rattrapage complète puisqu’elle renferme exactement le matériel qui me manquait ; c’est à dire le premier Ep Diktatura et Vlast, premier long métrage, tous deux remasterisés.

Force est de constater que Loïc, seul maître à bord, avait déjà imprégné ces premières sorties d’une identité propre, chaotique et obscure qui relie sans l’ombre d’un doute sa discographie au fil d’une certaine constance artistique. Néanmoins, je dois avouer que Diktatura affiche un aspect plus brut, carrément nécrosé, par rapport à ces successeurs de longue durée. Ce qui n’a rien pour déplaire !
Au début, lorsque je posai le premier pas dans l’antre de la bête, les percussions fort en arrière, me choquaient un tantinet, surtout après avoir écouté un disque de musique métallique plus conventionnelle juste auparavant. Cependant, une fois sous l’emprise de l’enfer sonore d’N.K.V.D., tout semble à sa place dans un fouillis organisé des plus délectables.

Totalitarian Industrial Oppression est opaque, brutal et diablement malsain, tout en projetant dans l’esprit une quantité d’images ténébreuses d’un monde où l’espoir et la joie n’ont pas leur place. Un univers dense et mécanique dont la froideur pourrait faire frissonner bon nombre de hardos purs et durs. Du grand art, tout simplement !

Titres de l’album :
1. Ch.R.I    
2. Kadyrovski Klan    
3. Die Blinde Wissenschaft    
4. Incipit SSSR    
5. Sloboda
6. Geheime Staats Polizei    
7. Incipit SSSR    
8. Ibn Al Khattab
9. Alkhan-Kala
10. Geniul Din Carpati    
11. Krasnaya Paranoia    
12. Socijalisticka Federativna Republika Jugoslavija
13. Grozny

Page Facebook officielle


par arnaudvsk le 03/01/2017 à 07:00
91 %    138

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Jesper Binzer

Dying Is Easy

Misstres

Butterfly

Dismal

遺。白

Cobra

Sin Dominio Del Tiempo

Pink Mass

Necrosexual

Eyestral

Beyond

Virgil

Initium

Watchcries

Wraith

Midnight

Sweet Death and Ecstasy

Blood Freak

Total Destruction Of The Human Form

Veilside

Eclipse

Full Of Hell, The Body

Ascending a Mountain of Heavy Light

Feast!

Feast!

The Erkonauts

I Shall Forgive

War Possession

Doomed To Chaos

Sweet

Unified

Corpsia

Genocides in the Name of God

Baneful Storm

Invocations

Boycott

The Mighty

Ulcerate+Blaze of Perdition+Outre

RBD / 22/11/2017
Black Metal

Interview de Grace MEER

mortne2001 / 21/11/2017
Interview

Savage Annihilation + Nephren-Ka + Geniteur + Inseminate Degeneracy

Jus de cadavre / 21/11/2017
Brutal Death Metal

Interview de l'asso La Vonologie

Jus de cadavre / 17/11/2017
Festival

Concerts à 7 jours

Stolen Memories + Black Widow's Project + Mother And Pearl

24/11 : Warm Audio, Decines-charpieu (69)

Seeds Of Mary

24/11 : Espace El Doggo, Limoges (87)

Dying Hope + Desperhate

25/11 : Alex's Tavern, Rennes (35)

Volker + Adx + Lurking

25/11 : Espace René Fallet, Crosne (91)

Solstafir

26/11 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Glam Skanks

29/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Enslaved

29/11 : Cco, Villeurbane (69)

Whisper Night + Man'n Sin + Contain Us

30/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

+ Nostromo

30/11 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

bonne nouvelle, me suis limité à leur deuxieme album. très bon album et artwork fantastique, je vais creuser


Les gros groupes moins extrêmes marchent mieux partout de toute façon. Festivals à part, en France il n'y a qu'à Paris en weekend qu'une affiche de la sorte peut espérer ramener vraiment beaucoup de monde. Une salle de ce gabarit remplie à ras bord sur une affiche Death Metal, je n'ai pas vu (...)


J'ai beaucoup aimé OUTRE en studio, curieux de voir ce que ça peut donner en live, à l'occasion il faudra que je les choppe sur la route.


Oui sur l'excellent Whoracle.


Ils avaient déjà fait une autre reprise de Depeche Mode sur l'un de leurs premiers albums, "Everything Counts".