Si ma mémoire ne me joue pas de tours, je crois me souvenir que l’évocation d’une scène Thrash chrétienne avait bien fait rire les amateurs d’extrême à la fin des années 80…Il est vrai que la religion catholique semblait fort mal s’accommoder de la violence inhérente au genre (sans parler de ses obsessions pour la guerre thermonucléaire et autres diableries exotiques), et plus encline à déverser ses psaumes dans un contexte Country, Pop, ou légèrement Rock sur les bords. Sauf qu’après avoir porté leurs oreilles sur quelques combos symptomatiques du mouvement, les thrasheurs ont moins rigolé…Il faut dire qu’après s’être envoyé les premiers albums de TOURNIQUET, VENGEANCE RISING, BELIEVER ou DELIVERANCE, la situation n’avait plus rien de cocasse, et révélait un underground pétri de foi, mais dissimulant aussi des musiciens méchamment à l’aise avec les rythmiques fracassées et les riffs syncopés. De cette engeance bénie furent donc issus les DELIVERANCE, qui dès 1989 sortirent leur premier LP éponyme, depuis devenu une sacrée référence. D’autant plus que les soldats de Dieu ne se sont pas arrêtés en si bon chemin de croix, puisqu’ils ont enchaîné assez vite avec un foudroyant Weapons Of Our Warfare, toujours aussi teigneux, puis un fatal What A Joke, subtilement plus fusionnel…Et si quelques témoignages ont par la suite légèrement entaché la conviction du discours initial, la qualité du groupe ne s’est jamais démentie jusqu’à leur split de 2002. Fraîchement réunis en 2007, le groupe a recommencé à psalmodier avec fougue, via le comeback As Above - So Below, puis Hear What I Say ! six ans plus tard, avant qu’une fois de plus la chaire ne se vide pendant quelque temps…C’est donc après quatre longues années de silence que le quatuor nous revient, et force est de constater qu’il ne s’est pas assagi avec le temps, puisque ce onzième LP fait sans conteste partie du haut de leur propre panier, eux qui lavent toujours leur linge en famille…

Et en mettant vos objections de côté (puisque vous avez tout à fait le droit de ne pas être d’accord avec leur message), ce The Subversive Kind a justement la subversion efficace et convaincante, et se présente comme une heureuse surprise dans un moule qui pourtant ne façonne pas les créations les plus malléables. Car loin de se contenter d’un Thrash éculé sentant le faisandé, les Californiens (la terre du diable…) ont toujours privilégié le mi-chemin, se sentant terriblement à l’aise dans une moyenne Heavy/Thrash d’excellente facture, ce que ces huit nouvelles compositions prouvent avec une énergie incroyable. Axé autour des membres fondateurs Jimmy Brown (chant/guitare) et Glenn Rogers (guitare), mais aussi de l’ami Victor Macias ex-TOURNIQUET (basse) et du compère Jim Chaffin, ex-CRUCIFIED (batterie), le DELIVERANCE cru 2018 est donc une affaire de grande famille, aux membres se rendant la politesse et allant et venant d’un combo à l’autre, ce qui n’est point gênant puisqu’ils partagent tous le même point de vue, religieux et musical. Et autant dire que la formation actuelle dépote sévère, et qu’elle envoie du bois, sans pour autant changer formellement l’orientation que les américains ont toujours prônée. On retrouve donc plus ou moins les mêmes pistes qui nous entraînaient sur celle d’un Thrash fortement mâtiné de Heavy baston, celui-là même qui enflammait les morceaux des deux albums post-reformation, mais le regain de puissance que semble avoir connu le groupe lui permet de signer ses chansons les plus radicales depuis ses débuts. Et que les fans du SLAYER le plus contemporain ne m’en veuillent pas de comparer leur créature cornue à ces évangélistes têtus, mais autant dire que les œuvres période post 2K de la bande à Tom, Kerry et Jeff ressemblent parfois beaucoup au nouveau missel des Los Angelinos

C’en est parfois tellement troublant qu’on en vient à regarder les crédits de plus près pour tenter d’y voir la signature d’un King, particulièrement sur l’ouverture tonitruante de « Bring ‘Em Down », mais aussi sur l’emphatique « Epilogue », et encore plus sur le bombardé « Listen Closely », qui s’échine à reproduire les sensations éprouvées à la période charnière des massacreurs, celle de South Of Heaven/Seasons In The Abyss. On retrouve la même inclinaison à varier les tempi, cette voix de foi un peu trainante mais ferme dans les énoncés, et ces guitares aussi précises qu’un crucifix affuté. Mais au vu de l’histoire passée des DELIVERANCE, il serait complètement hors contexte de parler de plagiat, mais plutôt d’une fidélité sans borne à un style qu’ils pratiquent depuis leur plus tendre jeunesse. Et croyez-moi, malgré l’ombre des aubes et des chapelets, ces quatre-là n’en sont pas pour autant des enfants de chœur, à tel point que certains soli semblent tout droit sortis de la BC Rich de notre vieil ami Kerry, tandis que de nombreux breaks résonnent de la même basse frappée bas de la main de Saint Araya. Et bien évidemment, d’incitation en complicité, et de références en clins d’œil appuyés, le résultat ne laisse planer aucun doute, ce The Subversive Kind est évidemment l’un des meilleurs LP de Thrash modéré de cette année, laissant la concurrence dans le confessionnal pour avouer ses péchés de facilité. On se prend à headbanguer comme un prêtre après l’office, et lorsque l’ingéniosité le dispute à l’efficacité, le tableau est admirable, comme celui d’une Cène mémorable, mélangeant le psychédélisme des années fusion au radicalisme de la période carton (« The Subversive Kind »).

DELIVERANCE n’a rien perdu de son art à mélanger la franchise et la roublardise, et se montre toujours aussi à l’aise dans le louvoiement, sans rien perdre de son impact. Et en optant pour un format temporel très proche de la référence ultime Reign In Blood (SLAYER, encore, mais…what else ?), ils ont pris la meilleure option possible et nous laissent exsangues, prêts à recevoir le corps du Christ sous la forme d’un vinyle d’époque. Chaque verset est une bible à lui seul, et aucun ne sert de remplissage pour avoir le nombre suffisant de pages, piochant allègrement dans les nouveaux et anciens testaments sans évoquer TESTAMENT (elle est facile, j’en conviens), et accumule les riffs d’acier, les accélérations pulsées, les breaks futés, et les lignes de chant exhortées. Véritable festival de maitrise, ce nouvel album est une révélation, et presque l’annonce d’une seconde résurrection, comme si ces chevaliers chrétiens anticipaient le retour de l’antéchrist sur terre en tenant fermement leur glaive en main. Main qui ne tremble jamais d’ailleurs, et qui massacre les hérétiques qui croiraient encore que Dieu et le Thrash n’ont rien en commun et qu’ils ne devraient d’ailleurs même pas se fréquenter. On ressort donc de l’écoute comme on sort d’une église Metal, le cœur pur et le cheveu vaillant, et prêt à convertir tous les mécréants de la cause qui auraient l’outrecuidance de douter de la pertinence de la démarche. On a beau se dire que ces mecs-là parcourent le monde en prêchant la bonne parole depuis trente ans, on a toujours du mal à croire qu’ils puissent sonner aussi frais que de jeunes communiants. Mais le fait est, et je ne pouvais décemment pas terminer cette chronique sans un ultime cri tonique :

Hallelujah !!!


Titres de l'album:

  1. Bring'Em Down
  2. Concept of the Other
  3. Center Of It All
  4. The Black Hand
  5. Epilogue
  6. Listen Closely
  7. The Subversive Kind
  8. The Fold

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/03/2018 à 18:01
90 %    264

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
@92.167.49.24
22/03/2018 à 22:32:10
Cela me rappelle aussi Annihilator.

Comme Thrash Death chrétien (catholique je ne suis pas tout à fait certain), il y avait surtout Incubus, plus tard rebaptisé (!) Opprobrium. Les albums de l'époque étaient géniaux, le dernier des deux de la reformation est horrible.

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)