Of Soil Unearthed

Deathcult

28/01/2022

Invictus Productions

Huit ans après leur premier EP, six ans après leur premier album, les suisses macabres de DEATHCULT ouvrent à nouveau le couvercle de leur cercueil pour revenir d’entre les morts et nous raconter quelques histoires grappillées de l’au-delà. Leurs deux premières apparitions avaient marqué les esprits, eux qui pratiquent un Death riche et dense, complexe et pourtant cru, mais gageons que ce comeback inopiné saura encore une fois déclencher les passions des esprits de la nuit, ceux qui se rassurent dans le froid de l’ombre et des corps empilés à la morgue.

DEATHCULT, la Suisse, évidemment, le néophyte fan de Thrash fera très rapidement le rapprochement avec CORONER, mais si l’hommage est prononcé, il n’en est pas pour autant valide. Certes, le côté cryptique de la violence, cet hermétisme de surface, et cette volonté de rendre la bestialité moins rigide et plus fluide techniquement ne sont pas sans valider un parallèle lointain, mais pour autant, c’est plus du côté de la Suède qu’il faut chercher les influences de ces quatre musiciens. M. Goathammer (batterie), S.Phoberos (basse/chant), Yves B. (guitare) et S.Morbid (guitare), un seul membre originel pour trois pièces rapportées par le temps, mais une envie, celle de déterrer le Death de grand-tonton pour en exhumer un cadavre moins décati qu’on aurait pu le penser. Alors, de l’ambition évidemment, en tout cas un peu plus que celle qui pousse les jeunes musiciens à copier leurs aînés, et des titres qui affichent la couleur, avec un timing étiré qui résiste aux idées les moins évidentes.

« On Primal Wings » donne donc le ton, affichant fièrement huit minutes d’inspiration, et plaquant au sol une intro digne d’un PANTERA bercé par le fantôme d’ENTOMBED. Un groove poisseux et hivernal qui donne la chair de poule, mais qui ne sert que de prétexte à la furie ambiante qui déboule comme un croque-mort par la mort alléché et qui tient à peu près ce langage : le temps n’est pas le même pour tous, et certains, plus doués, parviennent à le plier pour créer des boucles temporelles. Si l’argument promotionnel lâché en toute confiance par Invictus parle d’une année 1993 qui aurait très bien pu être la date d’aujourd’hui, c’est parce que la réalité des faits s’y colle : le Death des suisses n’a rien de contemporain, s’ancre dans une tradition séculaire, et nous bouscule quand même de ses envies un peu plus ambitieuses que la moyenne.

La succession des plans est magique, les riffs certes formels se bousculent au portillon des caveaux, la lourdeur suffocante le dispute à la pression sanguine élevée, et les blasts se tapent le duel avec les accents Doom les plus prononcés. Après tout Stockholm n’est pas si loin, et la Suède vaut bien la Suisse. Alors, autant se baigner dans la nostalgie comme dans les eaux suédoises, pour tenter d’en reproduire les noyades les plus symptomatiques. Et il n’est pas incongru d’affirmer que cet Of Soil Unearthed aurait pu être en temps et en heure un rival sérieux au chef d’œuvre Left Hand Path. Avec plus d’énergie, moins de culte, et plus de perspectives.

Le son est certes plus sec, les graves noyés dans le mix, et le chant moins grognon/fin d’hibernation, mais les similitudes sont nombreuses, à l’image de ces mélodies maladives de décembre qui interviennent régulièrement. Mais les châteaux de cartes sont plantés dans le sable avec une confiance aveugle, et « Black Vapour Coagulation » de laisser un vent glacial balayer le roi de pique s’épanouissant soudain d’un arpège en son clair déstabilisant, pour le moins. Passés maîtres du coq-mort qui se prend pour un âne-tombed, les suisses accumulent les figures imposées, et y apposent leur patte d’ours mal léché : si le classicisme est indéniable, il a au moins le bon goût d’être plus personnel.

Consistant et méchant, DEATHCULT se montre plus impressionnant que jamais. Les capacités entrevues et notées sur Beasts of Faith en 2016 ont été renforcées d’un sens de l’à-propos très juste, avec en point fort ces déluges rythmiques qui nous emportent dans une tempête sans fin. On en prend acte et on la subit sur « Swine of Oblivion », massacre organisé qui ne filtre pas les flocons par le masque, et les paliers de décompression ne sont que très peu marqués, provoquant un afflux d’oxygène trop violent pour être géré et un état second proche de la mort, mais pas assez pour nous y laisser.

En gros et en termes clairs, les suisses aiment jouer avec les BPM et les atmosphères, et s’avèrent redoutables joueurs sur le terrain. Si évidemment leur tactique montre ses limites dans les répétitions, on trouve toujours une idée fameuse sur chaque morceau, qu’elle soit mélodique ou épileptique, ce qui a tendance à rendre ce deuxième album passionnant de bout en bout, et se terminant dans une orgie de passéisme délicieuse pour les orifices.  

« Funeral Trance », plus early nineties qu’un hurlement natal de DISMEMBER, « Alastor » final vénéneux et sombre nous laissent donc retourner chez nous dans une nuit noire, les idées de la même teinte, mais la joie d’avoir retrouvé des fantômes qu’on attendait depuis longtemps. DEATHCULT, la mâchoire disloquée et la peau pendante est encore plus laid qu’avant, mais aussi plus fort. A bon entendeur chers amis nécrophiles, vos héros sont de retour.    

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Iron Beclawed Rules the Divine            

02. On Primal Wings             

03. Doxology and Putrescence                     

04. Trepanation Rites            

05. Black Vapour Coagulation                     

06. Swine of Oblivion           

07. Funeral Trance                

08. Alastor


Facebook officiel


par mortne2001 le 29/01/2022 à 18:24
80 %    626

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


PuteBorgne18
@185.32.221.247
04/02/2022, 09:32:59

Putain, mais faut vraiment être le dernier des jean-foutres pour citer Coroner ou Pantera pour ce groupe. 


Chief Rebel Angel
@90.103.15.197
04/02/2022, 11:28:55

@PuteBorgne18 : Possible d'avoir un argumentaire dénué de vulgarités ou d'insultes dans la section commentaires?


PuteBorgne18
@185.32.221.247
05/02/2022, 13:18:32

Tu préfères foutriquet au lieu de jean-foutre?


DJ Teub et MC Bouliches
@104.238.189.180
05/02/2022, 13:22:51

Ça fait les gros durs à écouter du metooll et à crier evoool en fest mais ça se froisse devant du langage familier. J'espère que vous n'avez pas une larme à l'oeil en écoutant Necropedophile.  


Jus de cadavre
membre enregistré
05/02/2022, 16:26:13

Ah parce qu'utiliser un langage familier ça fait "gros dur" ? 

Et non pas de larme à l’œil en écoutant Necropedophile. Par contre en lisant ce genre de commentaire, oui (mais de rire hein).

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

la vidéo du bidule : https://www.youtube.com/watch?v=t0K2EVnkhC0

19/07/2024, 08:12

Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19