Pas toujours facile de trouver des infos sur la toile lorsqu’un groupe vient d’Asie. Mais en cherchant bien, on finit toujours par apprendre deux ou trois trucs…

Ainsi, j’ai découvert que les MAHATMA (du Sanskrit mahātman, « grande âme », c’est toujours ça de pris) venaient donc de Corée du Sud, de Daejeon plus précisément, ville située au centre du pays, et qu’ils s’y étaient formés au début des années 90, en 1993 pour être plus pointilleux.

Depuis, leur carrière a connu quelques difficultés à décoller, puisque leur premier album officiel n’a vu le jour qu’en 2004 (ou 2005 selon les sources), The Endless Struggle Against Time, rapidement suivi une poignée d’années plus tard par un second, Perseverance, qui en effet méritait bien son nom.

Mais il leur aura fallu attendre encore presque une décade pour que leurs aventures se poursuivent, et en cette fin 2016, c’est leur troisième LP qui voit enfin le jour, ce New Justice qu’ils ont donc eu le temps de peaufiner.

Publié comme d’habitude par leur label Coréen Dope Entertainment, ce longue durée est un concentré de Thrash en fusion, qui prouve que la scène Coréenne est toujours en pleine ébullition, mais aussi qu’ils en incarnent une sorte de leadership, puisqu’ils font partie des groupes les plus réputés du genre (visiblement, notre label national Listenable a déjà distribué leur travail en Europe).

C’est donc un quatuor affûté que nous retrouvons (Jonggap Yoon – chant, guitare,  Yeongjoon Park – guitare, Jooseon Yi – batterie et Yeongchoon Jeong – basse) sur ce New Justice qui essaie d’imposer sa loi Metal, et qui y parvient sans peine en proposant un Thrash délicieusement vintage, qui ne se pose pas de problème existentiel, et se contente d’aligner les riffs meurtriers et les rythmiques affolées.

Les MAHATMA incarnent en quelque sorte un archétype d’exemple de groupe ayant démarré sa carrière à l’orée des années 90, et qui a donc traversé diverses époques du genre, ramenant dans son giron de nombreuses influences et faisant fructifier ses connaissances sur le sujet.

Vous pouvez donc leur faire confiance, ils connaissent le principe, et nous l’exposent au travers de dix morceaux, qui s’ils ne révolutionnent pas le genre, pérennisent son héritage avec une belle énergie et une conviction sans faille.

A la première écoute, beaucoup d’influences affleurent l’esprit, notamment celle des ACCUSER en version moins épileptique, mais aussi évidemment, les sempiternels KREATOR, SEPULTURA, ainsi que quelques autres que le groupe lui-même propose, comme CORONER ou SODOM, et il n’est pas faux d’affirmer qu’ils se situent dans une moyenne générale de ces citations.

Niveau technique individuel patent, implication totale dans une débauche d’énergie sous contrôle, ce troisième album poursuit les expériences menées plus en amont, et les perfectionne même, développant un joli équilibre entre puissance et finesse de trait, sans vraiment pencher d’un côté ou de l’autre.

Si la première partie du LP se focalise sur des interventions courtes et efficaces, à l’image sonore de cette entame « All That’s Left To Me », qui démarre bon train avant de se plonger dans un dédale de breaks et de cassures rythmiques qui dynamisent l’écoute, la seconde préfère développer des variations plus aérées, et développées, culminant sur un sidérant « The Never Ending and What Will Never Ends » frisant les huit minutes et faisant preuve d’une créativité étonnante. Le meilleur des deux mondes en quelque sorte, et les quatre musiciens semblent aussi à l’aise d’un côté du miroir que de l’autre.

Si les compos les plus rapides restent raisonnables dans leur démesure, ce morceau épique nous montre un autre visage, plus ambigu, aux traits plus complexes…Arpèges électriques déviants, basse qui se propose de jouer les premiers rôles, et thème principal amené avec beaucoup d’intelligence, avant d’imposer un mid tempo très inventif.

Harmonies prononcées mais subtilement agencées, sans tomber dans la mièvrerie ni l’excès de séduction sucrée, et dédale technique à la CORONER qui rend enfin cette référence patente, pour un labyrinthe musical digne d’une récréation commune à DREAM THEATER et DEATH ANGEL.

Outre les qualités rythmiques du groupe, la voix grave et les accents tonitruants de Jonggap Yoon sont assurément un avantage, et le chanteur/guitariste à l’art de dynamiter des compos dont la mèche n’attendait qu’une légère étincelle pour s’enflammer.

Ajoutez à ça des soli tout à fait capables, une tendance à trousser de soudaines accélérations foudroyantes («Indelible Scars », véritable casse-tête de plans qui se télescopent sans perdre de leur efficacité), une propension à plaquer des riffs fatals sur une vélocité létale (« War Without End », véritable hymne en puissance qui va faire très mal en concert), et quelques gimmicks séduisants (l’intro très AC/DC meets HOLY MOSES de « Primary Poin »), et vous obtenez un cocktail très relevé, qui pourtant ne vous brûle pas le gosier dès la première goulée.

Quelques accalmies lourdes et pesantes qui varient le propos (« Rules Of Regulation », pourtant l’un des plus rapides du lot, dans un DARK ANGEL style un peu mosh sur les bords), et des envolées torrides qui une fois de plus savent imposer des patterns inhabituels (« Entropy »), qui confirment la prédominance d’un groupe sur cette scène locale, et justifie ces décennies d’existence par une affirmation globale d’un talent universel.

Un troisième album qui va donc permettre aux MAHATMA de se paver une voie royale sur la route du succès, et gageons que l’on retrouvera très bientôt le quatuor sur les scènes internationales.

New Justice n’est pas forcément nouveau dans le fond, mais il est frondeur dans la forme. Grandeur d’âme et lucidité, une combinaison éclairée, pour un Thrash de très haute volée.

 Et pas la peine de prier ou de respecter des dogmes pour l’apprécier. Il suffit de l’écouter.


Titres de l'album:

  1. Wake Up
  2. All That's Left to Me...
  3. Deafness
  4. Entropy
  5. Fatal Imbalance
  6. Indelible Scars
  7. Rules of Regulation
  8. Primary Point
  9. The Never Ending and What Will Never Ends
  10. War Without End

Site officiel (en Coréen)


par mortne2001 le 17/12/2016 à 18:00
75 %    327

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/