Pas toujours facile de trouver des infos sur la toile lorsqu’un groupe vient d’Asie. Mais en cherchant bien, on finit toujours par apprendre deux ou trois trucs…

Ainsi, j’ai découvert que les MAHATMA (du Sanskrit mahātman, « grande âme », c’est toujours ça de pris) venaient donc de Corée du Sud, de Daejeon plus précisément, ville située au centre du pays, et qu’ils s’y étaient formés au début des années 90, en 1993 pour être plus pointilleux.

Depuis, leur carrière a connu quelques difficultés à décoller, puisque leur premier album officiel n’a vu le jour qu’en 2004 (ou 2005 selon les sources), The Endless Struggle Against Time, rapidement suivi une poignée d’années plus tard par un second, Perseverance, qui en effet méritait bien son nom.

Mais il leur aura fallu attendre encore presque une décade pour que leurs aventures se poursuivent, et en cette fin 2016, c’est leur troisième LP qui voit enfin le jour, ce New Justice qu’ils ont donc eu le temps de peaufiner.

Publié comme d’habitude par leur label Coréen Dope Entertainment, ce longue durée est un concentré de Thrash en fusion, qui prouve que la scène Coréenne est toujours en pleine ébullition, mais aussi qu’ils en incarnent une sorte de leadership, puisqu’ils font partie des groupes les plus réputés du genre (visiblement, notre label national Listenable a déjà distribué leur travail en Europe).

C’est donc un quatuor affûté que nous retrouvons (Jonggap Yoon – chant, guitare,  Yeongjoon Park – guitare, Jooseon Yi – batterie et Yeongchoon Jeong – basse) sur ce New Justice qui essaie d’imposer sa loi Metal, et qui y parvient sans peine en proposant un Thrash délicieusement vintage, qui ne se pose pas de problème existentiel, et se contente d’aligner les riffs meurtriers et les rythmiques affolées.

Les MAHATMA incarnent en quelque sorte un archétype d’exemple de groupe ayant démarré sa carrière à l’orée des années 90, et qui a donc traversé diverses époques du genre, ramenant dans son giron de nombreuses influences et faisant fructifier ses connaissances sur le sujet.

Vous pouvez donc leur faire confiance, ils connaissent le principe, et nous l’exposent au travers de dix morceaux, qui s’ils ne révolutionnent pas le genre, pérennisent son héritage avec une belle énergie et une conviction sans faille.

A la première écoute, beaucoup d’influences affleurent l’esprit, notamment celle des ACCUSER en version moins épileptique, mais aussi évidemment, les sempiternels KREATOR, SEPULTURA, ainsi que quelques autres que le groupe lui-même propose, comme CORONER ou SODOM, et il n’est pas faux d’affirmer qu’ils se situent dans une moyenne générale de ces citations.

Niveau technique individuel patent, implication totale dans une débauche d’énergie sous contrôle, ce troisième album poursuit les expériences menées plus en amont, et les perfectionne même, développant un joli équilibre entre puissance et finesse de trait, sans vraiment pencher d’un côté ou de l’autre.

Si la première partie du LP se focalise sur des interventions courtes et efficaces, à l’image sonore de cette entame « All That’s Left To Me », qui démarre bon train avant de se plonger dans un dédale de breaks et de cassures rythmiques qui dynamisent l’écoute, la seconde préfère développer des variations plus aérées, et développées, culminant sur un sidérant « The Never Ending and What Will Never Ends » frisant les huit minutes et faisant preuve d’une créativité étonnante. Le meilleur des deux mondes en quelque sorte, et les quatre musiciens semblent aussi à l’aise d’un côté du miroir que de l’autre.

Si les compos les plus rapides restent raisonnables dans leur démesure, ce morceau épique nous montre un autre visage, plus ambigu, aux traits plus complexes…Arpèges électriques déviants, basse qui se propose de jouer les premiers rôles, et thème principal amené avec beaucoup d’intelligence, avant d’imposer un mid tempo très inventif.

Harmonies prononcées mais subtilement agencées, sans tomber dans la mièvrerie ni l’excès de séduction sucrée, et dédale technique à la CORONER qui rend enfin cette référence patente, pour un labyrinthe musical digne d’une récréation commune à DREAM THEATER et DEATH ANGEL.

Outre les qualités rythmiques du groupe, la voix grave et les accents tonitruants de Jonggap Yoon sont assurément un avantage, et le chanteur/guitariste à l’art de dynamiter des compos dont la mèche n’attendait qu’une légère étincelle pour s’enflammer.

Ajoutez à ça des soli tout à fait capables, une tendance à trousser de soudaines accélérations foudroyantes («Indelible Scars », véritable casse-tête de plans qui se télescopent sans perdre de leur efficacité), une propension à plaquer des riffs fatals sur une vélocité létale (« War Without End », véritable hymne en puissance qui va faire très mal en concert), et quelques gimmicks séduisants (l’intro très AC/DC meets HOLY MOSES de « Primary Poin »), et vous obtenez un cocktail très relevé, qui pourtant ne vous brûle pas le gosier dès la première goulée.

Quelques accalmies lourdes et pesantes qui varient le propos (« Rules Of Regulation », pourtant l’un des plus rapides du lot, dans un DARK ANGEL style un peu mosh sur les bords), et des envolées torrides qui une fois de plus savent imposer des patterns inhabituels (« Entropy »), qui confirment la prédominance d’un groupe sur cette scène locale, et justifie ces décennies d’existence par une affirmation globale d’un talent universel.

Un troisième album qui va donc permettre aux MAHATMA de se paver une voie royale sur la route du succès, et gageons que l’on retrouvera très bientôt le quatuor sur les scènes internationales.

New Justice n’est pas forcément nouveau dans le fond, mais il est frondeur dans la forme. Grandeur d’âme et lucidité, une combinaison éclairée, pour un Thrash de très haute volée.

 Et pas la peine de prier ou de respecter des dogmes pour l’apprécier. Il suffit de l’écouter.


Titres de l'album:

  1. Wake Up
  2. All That's Left to Me...
  3. Deafness
  4. Entropy
  5. Fatal Imbalance
  6. Indelible Scars
  7. Rules of Regulation
  8. Primary Point
  9. The Never Ending and What Will Never Ends
  10. War Without End

Site officiel (en Coréen)


par mortne2001 le 17/12/2016 à 18:00
75 %    438

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!