A coup sûr, vous allez me dire, « le Crust, le Grind et le Death suédois, je connais ». Vous n’aurez pas tort dans un sens et pourtant, il se pourrait que je puisse vous surprendre avec une sortie inopinée qui remettrait en cause tous les fondements de votre connaissance.

Non que cette sortie en question bouleverse profondément vos convictions, mais elle y ajoutera quelques nuances de tailles. Enfin, nuances, façon de parler.

Disons qu’elle vous fera voir le monolithe encore plus compact qu’il n’est. Et pourtant, à l’écoute de ce Den Forstorda Manniskans Rike, difficile de croire qu’un seul homme est responsable d’un tel chaos. C’est pourtant le cas, puisque derrière le faux pseudonyme de HENRY KANE se cache un des musiciens les plus prolifiques de Scandinavie, Jonny Pettersson. Petterson, c’est un peu l’homme à tout faire suédois, celui qu’on retrouve au casting d’un nombre incroyable de groupes et projets, et qui lorsqu’il s’ennuie, s’arrange pour bricoler des trucs dans son coin.

Membre actif d’ASHCLOUD, CAVEVOMIT, HUMAN HARVEST, PALE KING, JUST BEFORE DAWN, SYN:DROM ou WOMBBATH, l’homme n’a de cesse de revêtir de nouvelles identités pour continuer d’explorer les extrêmes d’un son extrême qu’il se complait à vouloir de plus en plus sombre et assourdissant. On pourrait croire qu’à force d’enregistrer, le boulimique aurait fini par nous resservir les mêmes plats habilement réchauffés, mais il n’en est rien. Et sa dernière recette pourrait bien être la plus épicée de son menu.

Pourtant, à la base, aucun ingrédient inconnu. Une énorme préparation à base de Crust scandinave intense, relevée d’une sacrée dose de Grind, et corsée d’un nappage Death encore plus glacé que les ornements de GRAVE ou DISMEMBER. Rien de bien neuf sous le soleil noir local, mais en dosant ses composants sans aucune retenue et en parvenant à un équilibre infernal apte à cramer n’importe quelle gorge, Jonny Pettersson alias HENRY KANE dispose sur la table de la violence un met brulant et plus concentré qu’un quatre-quarts à la harissa, refroidi par un hiver suédois des plus rigoureux. En gros, le truc qui vous gèle la langue en vous enflammant le gosier.

Pour ça, il faut une production, et un son. Là encore, Jonny n’a pas hésité à en faire trop, et à donner à sa guitare un écho encore plus caverneux que le plus sourd des tronçonnages locaux de l’histoire. Oublié les Sunlight, qui à côté sonnent bien fades et polis, bonjour l’approche contemporaine qui assimile une guitare à un bourdonnement de gégène, attendant patiemment de vous envoyer la purée dans les veines. Mais loin de se contenter de ce gimmick, Petterson a en sus troussé une des rythmiques les plus profondes et percutantes du circuit, histoire de donner à son travail un aspect de descente aux enfers, symétrie d’un Walhalla dont l’entrée vous reste interdite pour cause d’hérésie instrumentale. Mais après tout, avec une caution comme celle du label Transcending Obscurity, rien n’est vraiment étonnant.

Den Forstorda Manniskans Rike est donc hurlé en idiome natal, et se permet de catapulter les expériences les plus néfastes de la scène extrême nationale encore plus loin en avant. Une chute vertigineuse qui unit les ENTOMBED, NASUM et URSUT dans un même ballet enivrant, et que « En Själ Till Salu » introduit sans aucune prétention dans un déluge de blasts et de violence crue, qui vous tombe sur la gueule comme une chape de plomb dans un vieux cimetière, sous la pluie.

On sait depuis longtemps que le son suédois est devenu une trademark après laquelle nombre de combos courent, régionaux ou pas, mais admettons que HENRY KANE en un seul et premier album est parvenu à en durcir encore plus les caractéristiques pour les pousser à leur paroxysme, qui cette fois-ci sera difficile à transcender.

Et si Petterson affirme lui-même s’adonner à un Crust nihiliste, ne le croyez-pas sur parole. L’homme croit en ce qu’il fait, bien au contraire, et prend un malin plaisir à radicaliser encore plus un propos qui à la base, n’est ni tendre, ni chaleureux.

Il faut remonter loin pour retrouver telle intensité, certains ont même parlé des chefs d’œuvre de NASUM, sans que je puisse infirmer ou confirmer leur propos.

Si beaucoup d’entre vous seront rebutés par tant de véhémence, une minorité trouvera l’exercice admirable et sera conquis par ce refus de la demie mesure, que quelques breaks encore plus Heavy qu’une enclume de forgeron sur le pied parviennent quand même à moduler.

En dehors de ça, le cheminement est simple, et les morceaux courts. En dehors de deux interventions dépassant allégrement les quatre minutes, des jets primaux, et des cris qui ne le sont pas moins. Ces deux élongations font d’ailleurs partie des segments les plus intenses de l’album, frisant même des pics de créativité, notamment le morceau éponyme qui ose torturer des mélodies anémiées en leur râpant la peau d’accélérations Crust sans pitié. Le chant de Jonny, absolument infect et vomi menace à chaque instant de verser dans la caricature, et pourtant l’évite grâce à une foi indéfectible en l’ignominie qui les rend effrayants.

« Det Var Inte Ditt Fel » suit peu ou prou le même chemin, avec une introduction Death cauchemardesque, qui lamine encore plus le son de guitare pour en exagérer la distorsion déjà grotesquement élevée, avant qu’une double grosse caisse sortie de nulle part ne concasse les os d’un couplet abominable de gravité.

Mais n’attendez pas plus d’empathie de la part des titres les plus lapidaires. Au contraire, malgré leur fugacité, certains font preuve d’une vilénie et d’une véhémence à rendre les NAILS verts de jalousie, et pourraient même rivaliser avec les pires exactions des FULL OF HELL (« Dragen i Skiten »). D’autres au contraire, malgré un timing resserré, parviennent à se faire introduire quelques plans médiums accrocheurs (« En Längtan »), tout en saturant de blasts assassins.

Entre les deux, des litanies éprouvantes (« En Grav Av Angest »), des bourrinades déroutantes (« Lögnens Svarta Ögon »), et évidemment, eut égard au caractère excessif de l’entreprise, une certaine routine qui s’installe de temps à autres, sans pour autant nuire au caractère essentiel d’une telle réalisation.

Mais pour lui rendre hommage, rien de mieux qu’une bonne image. Alors, imaginez. Une énorme presse à disque dans laquelle on introduirait Clandestine d’ENTOMBED, Grind Finale de NASUM et Panzer Division Marduk de MARDUK, pour en ressortir la rondelle la plus noire et grave de l’histoire de l’extrême. Vous visualisez/entendez un peu le résultat possible ?

Non ?

C’est pour ça que Den Forstorda Manniskans Rike a été enregistré. Parce que vous manquez d’imagination…


Titres de l'album:

  1. En själ till salu
  2. Svarta tankar
  3. Skuld och begär
  4. En grav av ångest
  5. Är din botten nådd
  6. Dragen i skiten
  7. En längtan
  8. Den förstörda människans rike
  9. Flaskan var din sista vän
  10. Bön för bön
  11. Kära bror
  12. Bara hat
  13. Lögnens svarta ögon
  14. Det var inte ditt fel
  15. Vinst eller fölust

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/07/2017 à 14:07
85 %    136

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Sadistic Intent + Pillorian + Toxic Holocaust

18/08 : Sur Hodémont, Méan ()

+ Venom Prison + Goatwhore

18/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Goatwhore + Dying Fetus

18/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)


J'ai entendu THE QUILL quand je distribuais les flyers à l'entrée et ça avait l'air pas mal du tout! Du bon Heavy/Rock 70's avec un excellent chanteur!


Et bien la journée du samedi avec SATYRICON, SOLSTAFIR, UFOMAMMUT et ORANGE GOBLIN avait quand même une sacrée gueule pour moi. Sans parler d'autres sympathiques groupes comme MUNICIPAL WASTE ou ARMORED SAINT... vivement demain du coup !
Par contre, JérémBVL, as-tu entendu un peu THE QUIL(...)


On dirait bien oui! Tout une epoque


On dirait bien oui! Tout une epoque