Hardcore chaotique, dix morceaux, dix-sept minutes. Le genre d’arguments qui suffisent à tendre mes oreilles comme des radars et à me donner envie de taper sur mon clavier comme sur des bambous. Et une fois de plus, mon proverbial flair ne m’a pas trompé, puisque le troisième effort de ces Grecs valait le bourdon auditif faisant vibrer mes tympans des heures après écoute.

RUINED FAMILIES, avec un nom pareil, impossible de se tromper. Deux albums déjà sur le marché, impeccables évidemment, Four Wall Freedom en 2010, et Blank Language en 2013, une science du riff pointu et de la rythmique têtue, et surtout, des morceaux mixant le meilleur du Hardcore déconstruit et du Post Hardcore ouvert aux harmonies.

Alors, aux commandes ?

Des musiciens qui ont très bien retenu les leçons de CONVERGE, DILLINGER, UNSANE et consorts, et qui les récitent d’un ton péremptoire, en prenant bien soin de ne pas diluer leur propos pour ne pas amenuiser son impact, assez imposant.

Enregistré par Kostas Ragiadakos aux studios Unreal et Twin Picks d’Athènes, produit par le même Kostas en compagnie de George Katsampanis et du groupe lui-même, Education a les aspirations de son titre et souhaite vous faire partager ses vues sur une certaine forme d’apprentissage de la déconstruction et de l’exubérance sonore, via des titres lapidaires, qui pourtant ne manquent pas d’idées.

Alternant avec bonheur les crises de colère Mathcore avec les accalmies mélodiques inquiétantes, les Grecs nous racontent une histoire personnelle basée sur le passé de styles extrêmes que l’on pense toujours connaître par cœur, jusqu’à ce qu’un groupe nous les fasse redécouvrir sous un nouveau jour.

Non que l’objet en question se révèle inédit de bout en bout, mais à force de mixer des influences multiples au sein d’un même élan, il révèle des parts d’ombre, des rais de lumières chaleureux, et propose un voyage d’un court laps de temps dans un univers aux dimensions assimilées.

Tout ça ne vous parle pas beaucoup ? Alors utilisons des images plus précises.

Imaginons une trame tissée des mailles de CONVERGE et DILLINGER, avec ses rangs irréguliers et imprévisibles, et greffons-y les motifs abrasifs du Post Hardcore New-yorkais des années 90, par intervalles et interstices.

Faisons cohabiter la virulence instrumentale cathartique et l’harmonie amère, pour obtenir un chandail un peu dépareillé, mais qui prend tout son sens une fois enfilé. Nous obtenons alors ces leçons d’éducation prônées par les RUINED FAMILIES, qui évoquent tout autant la colère de rue que les disputes internes à une famille dysfonctionnelle qui ne peut s’exprimer que par la rage et les soudaines crises de larmes. C’est un tableau assez sombre je le concède, et pourtant enthousiasmant.

Si la logique de ce troisième LP semble implacable et inéluctable, certains éléments viennent en perturber la démonstration comme ce « Whole Car », sorti de nulle part, qui tente le coup d’un Post Rock alternatif à la GIRLS AGAINST BOYS/JESUS LIZARD, avec son carillon de guitares résignées et son chant tout en retenue, un peu comme si les FUGAZI reprenaient du SUGAR sans vraiment assumer leur choix.

Mais si cet épisode surprend, il est isolé dans une mer très houleuse, dont le flux et le reflux sont très bien illustrés par la démangeaison initiale « The Future Of Electronic Music », débordant d’ironie et de rythmiques affolantes, qui osent les blasts pendant que les riffs se veulent aussi stridents et suintant de feedback qu’ils ne sont tranchants et précis.

Mais dès « Image Of An Image », on sent que les Grecs ont un peu plus à dire que ces crises de rage répétées comme des slogans, et les longs inserts plus posés commencent à se faire une place indiscutable dans le marasme ambiant, ce que confirme « Naked Life », qui démarre pourtant sur les chapeaux de roue.

Dès lors, le groupe alterne et souffle le chaud et le froid, comme pour se mettre en adéquation musicale avec la situation sociale et politique de leur pays ravagé par la crise.

« Demolition », le segment le plus long de l’ensemble laisse d’ailleurs échapper quelques plaintes vraiment prenantes, avec toujours en exergue ce chant qui s’époumone dans un écho de vide, de la même façon que les abandonnés du système national crèvent sur le perron de leur maison en attendant des jours meilleurs qui ne viendront peut-être jamais.

Alors, ça valse, d’un pied sur l’autre. On hésite entre la destruction et la reconstruction, si tant est qu’elle soit possible, et « No Rothko » en illustre très bien la dualité avec son démarquage très intense des premiers tics de DILLINGER et sa mélancolie vénéneuse estampillée UNSANE/NAILS.

Mais finalement, le groupe assume ses envies, et déclare en fermeture « We Want Everything », comme ultime cri de revendication, une fois de plus posé sur une trajectoire brisée d’accélérations rythmiques concassées et de riffs en fils barbelés qui malmènent la liberté.

Mais celle d’expression des RUINED FAMILIES est totale sur Education, comme une assemblée de révoltés qui n’ont plus rien à perdre, et qui gardent leur dignité lovée dans un manteau de haine et de ressentiment.

Pour un troisième album, c’est presque une révélation, et surtout, un instantané épidermique d’un situationnisme qui commence à chatouiller le désespoir et achever de le transformer en révolution agressive et d’une violence rare.

Le genre d’album parfait dans son genre, bref comme une algarade aux conséquences sanglantes, ou un pavé lancé dans la vitrine de l’injustice.

 Un bateau ivre piloté par un capitaine dans la tourmente, mais qui veut désespérément arriver jusqu’au phare, malgré sa lumière blafarde.


Titres de l'album:

  1. The Future of Electronic Music
  2. Image Of an Image
  3. Naked Life
  4. Underground Resistance
  5. Demolition
  6. No Rothko
  7. Use Your Hands
  8. Whole Car
  9. Meta Anthem
  10. We Want Everything

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/01/2017 à 14:52
80 %    284

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent