Ils emmerdent la religion, ils emmerdent la musique, et…ils nous emmerdent. Je ne sais pas s’ils comptent se faire de nouveaux amis de cette façon, mais visiblement, la politesse est une conception toute relative à Brasilia…Et encore plus dans le petit monde très amusé et amusant du Death à tendance Grind bien relevé. Des barbares donc, fiers de leurs barbes et de leurs riffs tartares, et qui depuis leur création en 2014 n’ont eu de cesse de repousser les limites de la bienséance pour nous convaincre de leur potentiel de résistance. A quoi ? Une certaine idée de la violence, musicale bien sûr, mais bon enfant je vous rassure. Ils ne vont pas kidnapper vos grands-parents ni déféquer sur votre paillasson, quoique je ne puisse rien garantir à ce niveau. Mais ce que je peux vous promettre, c’est qu’ils vont vous faire passer une demi-heure assez fascinante et émaillée de jeux de mots bien troussés, sur fond de dénonciation d’injustices et autres vomissures sociales en fracture…De gosier. Les THE GRINDFUL DEAD sont quelque part à l’image sonore de leur patronyme, qui ne ménage pas les galéjades pour vous persuader du caractère frondeur de leur Death/Grind largement à la hauteur, et reconnaissant des legs laissés par leurs ainés de NAPALM, ASSÜCK et autres AGATHOCLES, qui ont jeté les fondements de l’instantanéité musicale débridée. Pas de grande originalité à attendre d’un quatuor (Pablo – chant, Marcio – guitare, Tulio – basse et David – batterie), formé sur les cendres d’autres entités (NW77, DECEIVERS, D.F.C., VIOLATOR, CONSIDERED DEAD), mais beaucoup d’efficacité, des guitares grasses et des rythmes emballés, concepts qu’ils maîtrisent avec une grâce affirmée.

I Spit On Your God et son titre sans mystère est donc le premier full lenght de cette bande d’esthètes bouchers, et fait suite à une grosse poignée de démos et EP (Black Goat Barbecue, 2014, Romantic Baphomet, 2016, My Venom T-Shirt, 2017), qui plaçaient déjà les jalons d’une agression sans concession. Agression certes, mais tout sauf gratuite, puisque les brésiliens sont attachés à un principe de musicalité, minimale certes, mais qui les empêche de sombrer dans le Noise ou le Goregrind. Nous sommes ici entre gens de bonne compagnie, qui certes font du bruit, mais qui savent manier les riffs pour les rendre presque jolis (« My Venom T-shirt », sorte de mélange contre nature entre VENOM et GWAR, lardé de chœurs en bile régurgitée sur fond de guitare saucissonnée). Si la plupart du temps, les interventions ne dépassent que très rarement la minute ou la poignée de secondes, on a quand même le sentiment que tout ce numéro a été élaboré avec beaucoup de passion. Les noms déjà cités en début de chronique sont donc validés, comme pourraient l’être ceux d’ANAL CUNT, de BIRDFLESH, MINDFLAIR ou même de S.O.B, soit l’élite bruitiste des origines, le tout amalgamé dans une indécence de puissance qui laisse quand même assez effaré. Encore une fois, il est toujours difficile de concrétiser en phrases ce qui se ressent en blasts et saccades, mais ce premier album des THE GRINDFUL DEAD s’avale presque d’un trait, tant sa bonne humeur sur fond de réalisme social est sobre en bouche, et délicate sur le gosier. Il faut dire que les quatre allumés ont le chic pour toujours trouver un motif endiablé, même lorsque la sauce ne monte que de quelques secondes (« Altar Of The Sacrifice », BLACK SABBATH et NAPALM DEATH imitent SLAYER dans un ascenseur). Alors, comment refuser une proposition qui laisse les babines se pourlécher d’elles-mêmes ? Impossible, alors éclatons nous, et grindons comme des fous.

Fast, mid ou slow, tout y passe, avec évidemment une attention particulière portée aux accélérations les plus folles, même si en version standard, la pilule passe sans qu’on force (« Leave Me Alone », non, je reste et j’apprécie ce petit trait d’humour Thrashcore). Production bien sèche mais au mixage parfait, pochette soignée aux références éclairées, pour un viol auditif qui prend quand même le temps d’enfiler une capote. Et après une intro sérieusement troussée, le pastiche « Faith No Gore ! » nous perturbe d’un riff en opprobre qui dégénère au rythme de blasts qui éclaboussent ta robe.  De communiant bien sûr…Allusions finaudes pour Thrash/Grind en fusion (« Facebooker », spéciale dédicace à Mark qui prend ça dans sa face), coups de coude aux ANAL CUNT, fin lettrés aux intitulés dédicacés (« Your Brand New Album », « Your Brand New Song », et le pire, c’est que ça groove mignon et moignon), investissement éclair dissonant pour prouver qu’on a tout payé comptant (« 100% », bonjour Shane et Mick), acronymes étranges qui démangent (« I.U.T.B.B.L.Y.I.J »), interludes en portugais natal pour affolement fatal (« Nada Sem Valor », pas plus, mais pas moins au niveau des BPM en enbompoint), private joke foutage de gueule, mais avec riff pas bégueule (« Not Stoner »), et aveu en déclaration d ‘intention avec double grosse caisse en pilon (« Fuck The Revolution », clair et niet), et je pourrais continuer toute la saison tant les exemples sont légion…

Nous avons même droit à quelques leçons de bon goût (« Porn Is Love », bien gras comme une levrette sur le tas), et à un trop plein d’amour qui éclate au grand jour (« Can’t Buy Me Love », c’est Paul qui doit être content de ce romantisme grognant).

Alors, l’affaire est faite et le compte est bon ?

Oui, le vôtre surtout, parce que ce machin dégraissé de toute couenne trop chargée est quand même salement percutant. Riche d’un chant qui se dédouble, d’une guitare qui turbine et d’une rythmique qui illumine, I Spit On Your God crache en effet sur les bonnes manières, mais pas sur l’art de composer des petites tranches d’humeur Death/Grind à parts entières. C’est roboratif, ça laisse la cervelle au bout des tifs, mais ça ne s’écoute pas vraiment au pif, puisque tout a été composé et dégueulé pour être apprécié.

Pas sûr que ça rende hommage à l’esprit embrumé de Jerry Garcia, mais tout le monde n’a pas le cœur à se laisser porter par des délires lysergiques pendant des heures…

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/10/2017 à 14:53
72 %    446

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.