Y’a des trucs qu’on n’a presque pas besoin d’écouter pour aimer. Juste au feeling, comme ça, un nom de groupe qui accroche les yeux et une pochette au graphisme différent, une attitude, un power-trio, et puis des références directes…Non, mais après, à moins d’avoir une culture musicale qui avoisine le candidat de télé-réalité sur une échelle graduée de l’élève de maternelle étourdi au pseudo-philosophe moyennement télégénique, impossible de passer à côté de l’énorme clin d’œil IRON BASTARDS…Parce que si vous connaissez un peu votre lexique Rock N’Roll, vous aurez immédiatement noté l’accolade entre deux albums de MOTORHEAD, Iron Fist et…Bastards. Les apparences étant parfois trompeuses, on peut rester méfiant, mais même sans connaître la discographie passée des marsouins, « Inside the Nest » ne laisse planer aucun doute. C’est crade, ça pue la graisse, ça laisse des tâches, mais ça fait péter la distorsion et couler la sueur comme Lemmy à sa grande époque, c'est-à-dire toute sa vie. Oui, néophyte, rassure-toi, les IRON BASTARDS sont bien des fans de la tête de moteur et ne s’en cachent pas depuis le début de leur carrière, qui remonte aujourd’hui à quelques années. Et ces années ne furent pas uniquement consacrées à l’ingurgitation de boissons alcoolisées et de substances prohibées, puisque ce Cobra Cadabra est déjà le troisième LP des strasbourgeois, qui n’ont donc pas traîné dans le caniveau à la recherche d’un mégot. Et à l’inverse, fan, rassure-toi aussi, ton groupe favori n’a pas tourné le dos à ta/sa passion, et délivre toujours un énorme Heavy Rock qui fleure bon les effluves de tour-bus et autres clopes mal éteintes sous une botte.

De là, plusieurs options vous sont possibles. Considérer ce trio (David Bour : basse/chant, David Semler : guitares et Anthony Meyer : batterie) comme une association de malfaiteurs plagiaires incapables de faire la différence entre fac-similé et hommage, ou alors justement comme le plus beau qu’on a pu rendre à Lemmy de son vivant et depuis sa mort. Si vous optez pour la seconde solution, ne vous sentez pas faible ou fautif : c’est la bonne. Car autant de passion concentrée en aussi peu de minutes est une gageure que tous les musiciens sous influence ne peuvent pas relever, et les trois strasbourgeois s’en tirent une fois encore avec des lauriers plus que mérités. La formule n’a pas changé, les potards à fond, les manches qui saignent et les oreilles qui chopent la teigne, pour quarante minutes et des poussières de MOTORHEAD-like suppurant la foi indéfectible en un Rock joué Heavy, mais avec le groove des origines. C’est simple, Cobra Cadabra pourrait être un album inédit de l’ex-bande à Lemmy, enregistré dans les nineties, et faisant la jonction/résumé entre Ace of Spades, Rock N’Roll et Bastards. Production énorme qui fait trembler le casque comme les amplis, distorsion à fond les ballons, et surtout, une voix, celle de David, qui ressemble tellement à celle de son héros qu’on se perd parfois en conjectures. Mais l’homme ne le fait pas exprès, et utilise cette similitude flagrante à bon escient, pour parfaire des instrumentaux qui auraient pu indifféremment être composés en compagnie de Phil Campbell, Eddie Clarke, Wurzel, Phil Taylor ou Mikkey Dee.

Alors ça mouline bien sûr, et sec comme un bourbon pris à deux heures du mat après avoir écrasé le troisième paquet de clopes de la journée, mais ça mouline avec raffinement dans la débauche et avec beaucoup d’intelligence. Ayant parfaitement compris l’approche de leur modèle, les IRON BASTARDS attendent d’avoir des riffs mortels pour leur consacrer une chanson entière, ne se contentant pas d’une relecture malhabile d’un standard que l’on connaît par cœur. On sait très bien que dans ce genre d’entreprise l’approximation n’est pas de mise, et que seul le talent peut vous mener à bon port, et « Cobra Cadabra » de nous exploser à la gueule de sa basse évidemment survoltée et de sa guitare déchaînée. C’est à peu près aussi classe qu’un greaser qui drague une fille de joie sur le parking d’un restau routier, ça gicle dans tous les coins de la pièce, mais c’est aussi jouissif qu’une première masturbation adolescente, au son d’un Rock qui vous fait vous sentir enfin homme. Il y a du Blues là-dedans, celui que Lemmy aimait tant, mais surtout, un art consommé de la percussion immédiate, dans la même optique que les NUGENT, AC/DC et tous ceux qui ont un jour compris que les fioritures n’étaient pas indispensables. On en trouve pourtant sur Cobra Cadabra, dans les petits licks et soli de David Semler, dans les mélodies qui sont chopées par les burnes, et dans l’agencement global, qui alterne les branlées et les poussées de fièvre, taquinant même les cinq minutes sur le diaboliquement groovy « With the World on your Side ».

Mais que serait un groupe de fondus sans quelques virées speed incontrôlées, et « Speed Machine » de rappeler une fois encore les « Overkill » ou « Ace of Spades » tout en clignant de l’œil nominativement en direction du « Silver Machine » d’HAWKIND, composé par le maître himself. En version ultrarapide, ça fonctionne, mais en version médium aussi, et les morceaux les plus longs de ne pas se montrer moins inspirés que la moyenne, avec un addictif « You Only Live Twice », au boogie détrempé par les heures d’attente dans des bleds paumés. Après tout, les mecs ont de la bouteille, et pas seulement dans le flight-case, puisqu’ils totalisent depuis quelques temps plus de deux-cents concerts un peu partout dans le monde, et en support de têtes d’affiche de la trempe de Phil CAMPBELL, SODOM, OVERKILL, SOULFLY ou Udo DIRKSCHNEIDER. Ça fait toujours bien sûr un CV, et ça se sent à chaque seconde, lorsque les breaks bluesy coupent la chique à un enfer Rock N’Roll de circonstance (« Outside the Nest », résister à ça, c’est comme affirmer qu’on peut avoir passé sa vie peinard et heureux sans avoir vu MOTORHEAD live), ou lorsque les notes s’accumulent alors que la tension augmente (« Riffpower », tout est dit dans le titre, hybride entre VAN HALEN et le HEAD). Mais bon, histoire de ne pas les brosser dans le sens du poil pendant deux plombes, j’ajoute que « Feel it in Your Bones » doit coller la trique aux VULCAIN, et que ce troisième LP des IRON BASTARDS est LE truc à écouter si Lemmy vous manque. Parce que se l’enfiler, c’est quand même plus gai que de poser une bouteille de Jack sur une tombe, et que de toute façon, Ian K. n’a jamais aimé les pleureuses.            

 

Titres de l’album :

                          1.Inside the Nest

                          2.Cobra Cadabra

                          3.Days of Rage

                          4.Bad Dream

                          5.With the World on your Side

                          6.Speed Machine

                          7.You Only Live Twice

                          8.Riffpower

                          9.Feel it in Your Bones

                         10.Stay off the Line

                         11.Outside the Nest

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/08/2019 à 16:28
88 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bon, même si c'est pas de vous ça reste génial, bravo donc a METAL EN FER !!!


Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!


Magique.
Merci


Enfin du vrai journalisme !


Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.