Y’a des trucs qu’on n’a presque pas besoin d’écouter pour aimer. Juste au feeling, comme ça, un nom de groupe qui accroche les yeux et une pochette au graphisme différent, une attitude, un power-trio, et puis des références directes…Non, mais après, à moins d’avoir une culture musicale qui avoisine le candidat de télé-réalité sur une échelle graduée de l’élève de maternelle étourdi au pseudo-philosophe moyennement télégénique, impossible de passer à côté de l’énorme clin d’œil IRON BASTARDS…Parce que si vous connaissez un peu votre lexique Rock N’Roll, vous aurez immédiatement noté l’accolade entre deux albums de MOTORHEAD, Iron Fist et…Bastards. Les apparences étant parfois trompeuses, on peut rester méfiant, mais même sans connaître la discographie passée des marsouins, « Inside the Nest » ne laisse planer aucun doute. C’est crade, ça pue la graisse, ça laisse des tâches, mais ça fait péter la distorsion et couler la sueur comme Lemmy à sa grande époque, c'est-à-dire toute sa vie. Oui, néophyte, rassure-toi, les IRON BASTARDS sont bien des fans de la tête de moteur et ne s’en cachent pas depuis le début de leur carrière, qui remonte aujourd’hui à quelques années. Et ces années ne furent pas uniquement consacrées à l’ingurgitation de boissons alcoolisées et de substances prohibées, puisque ce Cobra Cadabra est déjà le troisième LP des strasbourgeois, qui n’ont donc pas traîné dans le caniveau à la recherche d’un mégot. Et à l’inverse, fan, rassure-toi aussi, ton groupe favori n’a pas tourné le dos à ta/sa passion, et délivre toujours un énorme Heavy Rock qui fleure bon les effluves de tour-bus et autres clopes mal éteintes sous une botte.

De là, plusieurs options vous sont possibles. Considérer ce trio (David Bour : basse/chant, David Semler : guitares et Anthony Meyer : batterie) comme une association de malfaiteurs plagiaires incapables de faire la différence entre fac-similé et hommage, ou alors justement comme le plus beau qu’on a pu rendre à Lemmy de son vivant et depuis sa mort. Si vous optez pour la seconde solution, ne vous sentez pas faible ou fautif : c’est la bonne. Car autant de passion concentrée en aussi peu de minutes est une gageure que tous les musiciens sous influence ne peuvent pas relever, et les trois strasbourgeois s’en tirent une fois encore avec des lauriers plus que mérités. La formule n’a pas changé, les potards à fond, les manches qui saignent et les oreilles qui chopent la teigne, pour quarante minutes et des poussières de MOTORHEAD-like suppurant la foi indéfectible en un Rock joué Heavy, mais avec le groove des origines. C’est simple, Cobra Cadabra pourrait être un album inédit de l’ex-bande à Lemmy, enregistré dans les nineties, et faisant la jonction/résumé entre Ace of Spades, Rock N’Roll et Bastards. Production énorme qui fait trembler le casque comme les amplis, distorsion à fond les ballons, et surtout, une voix, celle de David, qui ressemble tellement à celle de son héros qu’on se perd parfois en conjectures. Mais l’homme ne le fait pas exprès, et utilise cette similitude flagrante à bon escient, pour parfaire des instrumentaux qui auraient pu indifféremment être composés en compagnie de Phil Campbell, Eddie Clarke, Wurzel, Phil Taylor ou Mikkey Dee.

Alors ça mouline bien sûr, et sec comme un bourbon pris à deux heures du mat après avoir écrasé le troisième paquet de clopes de la journée, mais ça mouline avec raffinement dans la débauche et avec beaucoup d’intelligence. Ayant parfaitement compris l’approche de leur modèle, les IRON BASTARDS attendent d’avoir des riffs mortels pour leur consacrer une chanson entière, ne se contentant pas d’une relecture malhabile d’un standard que l’on connaît par cœur. On sait très bien que dans ce genre d’entreprise l’approximation n’est pas de mise, et que seul le talent peut vous mener à bon port, et « Cobra Cadabra » de nous exploser à la gueule de sa basse évidemment survoltée et de sa guitare déchaînée. C’est à peu près aussi classe qu’un greaser qui drague une fille de joie sur le parking d’un restau routier, ça gicle dans tous les coins de la pièce, mais c’est aussi jouissif qu’une première masturbation adolescente, au son d’un Rock qui vous fait vous sentir enfin homme. Il y a du Blues là-dedans, celui que Lemmy aimait tant, mais surtout, un art consommé de la percussion immédiate, dans la même optique que les NUGENT, AC/DC et tous ceux qui ont un jour compris que les fioritures n’étaient pas indispensables. On en trouve pourtant sur Cobra Cadabra, dans les petits licks et soli de David Semler, dans les mélodies qui sont chopées par les burnes, et dans l’agencement global, qui alterne les branlées et les poussées de fièvre, taquinant même les cinq minutes sur le diaboliquement groovy « With the World on your Side ».

Mais que serait un groupe de fondus sans quelques virées speed incontrôlées, et « Speed Machine » de rappeler une fois encore les « Overkill » ou « Ace of Spades » tout en clignant de l’œil nominativement en direction du « Silver Machine » d’HAWKIND, composé par le maître himself. En version ultrarapide, ça fonctionne, mais en version médium aussi, et les morceaux les plus longs de ne pas se montrer moins inspirés que la moyenne, avec un addictif « You Only Live Twice », au boogie détrempé par les heures d’attente dans des bleds paumés. Après tout, les mecs ont de la bouteille, et pas seulement dans le flight-case, puisqu’ils totalisent depuis quelques temps plus de deux-cents concerts un peu partout dans le monde, et en support de têtes d’affiche de la trempe de Phil CAMPBELL, SODOM, OVERKILL, SOULFLY ou Udo DIRKSCHNEIDER. Ça fait toujours bien sûr un CV, et ça se sent à chaque seconde, lorsque les breaks bluesy coupent la chique à un enfer Rock N’Roll de circonstance (« Outside the Nest », résister à ça, c’est comme affirmer qu’on peut avoir passé sa vie peinard et heureux sans avoir vu MOTORHEAD live), ou lorsque les notes s’accumulent alors que la tension augmente (« Riffpower », tout est dit dans le titre, hybride entre VAN HALEN et le HEAD). Mais bon, histoire de ne pas les brosser dans le sens du poil pendant deux plombes, j’ajoute que « Feel it in Your Bones » doit coller la trique aux VULCAIN, et que ce troisième LP des IRON BASTARDS est LE truc à écouter si Lemmy vous manque. Parce que se l’enfiler, c’est quand même plus gai que de poser une bouteille de Jack sur une tombe, et que de toute façon, Ian K. n’a jamais aimé les pleureuses.            

 

Titres de l’album :

                          1.Inside the Nest

                          2.Cobra Cadabra

                          3.Days of Rage

                          4.Bad Dream

                          5.With the World on your Side

                          6.Speed Machine

                          7.You Only Live Twice

                          8.Riffpower

                          9.Feel it in Your Bones

                         10.Stay off the Line

                         11.Outside the Nest

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/08/2019 à 16:28
88 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...


Un groupe énorme qui a marqué mon adolescence.

Contrairement à Humungus, je ne pense pas que Slayer reviendra. Araya a voulu lâcher l'affaire à plusieurs reprises. Si ça se faisait, ça risquerait bien d'être sans lui.

Et il a bien raison. Faut savoir s'arrêter à t(...)


Pareil. Un groupe sans qui le metal au sens large ne serait pas le même aujourd'hui. Un héritage considérable et un palanquée d'albums et de shows d'une intensité rare. Un moment de vie qui s'en va, pour de nombreux fans pour sûr.