Si je vous dis THE RIPPER, immédiatement, des images vont affluer de votre inconscient pour vous guider sur des pistes différentes…Certains penseront derechef au hit des BLUE OYSTER CULT, « Don’t Fear the Reaper », analogie phonétique oblige, mais la plupart d’entre vous se replongeront illico dans la discographie d’un des plus illustres défenseurs du Heavy Metal, JUDAS PRIEST, pour en exhumer l’un de ses titres les plus emblématiques. D’ailleurs, et par extension, le nom de Tim Owens risque aussi de faire son apparition dans les interprétations possibles, et ça n’est certainement pas un hasard si ce combo a opté pour un nom aussi connoté, au vu de son allégeance à un Metal fier et corsé. Et sans avoir à s’afficher en casquette cloutée ou débouler on stage en Harley, les mexicains de THE RIPPER défendent une certaine vision du Heavy Metal des années 80, genre qu’ils prônent avec une fierté sans failles et une bière sans paille. Bingo, c’est donc à un nouveau combo vintage que nous avons affaire, et autant dire que celui-ci ne se distingue pas vraiment des autres par son originalité, mais émerge de la masse de son intégrité. Impossible de remettre en cause la foi de ces preux chevaliers à l’écoute de ce premier palier, qui fait la part belle aux guitares acérées, aux refrains désoxydés, et aux soli incendiés, sans vraiment chercher à remettre en cause les fondements de ses croyances et en s’affiliant de fait à la vague vintage mondiale actuelle. Doit-on pour autant les mépriser, les conchier, ou pire, les snober ? Non, car leur musique, aussi classique soit-elle, s’écoute avec grand plaisir, et se déguste comme un hommage à peine déguisé à la mouvance Power Metal de la charnière 83/85. Nous retrouvons donc tous les ingrédients d’un Heavy tirant sur le Speed, qui ne refuse pas des moments d’émotions épars pour retrouver la motivation, et avouons qu’une fois l’effet de non-surprise passé, on se prend à déguster des morceaux taillés dans le fer et solides comme le Rock.

Alors, le nom, le logo, la pochette et les intitulés des morceaux, tout est fait pour nous rassurer et nous indiquer que nous sommes en terre connue, et que les amateurs de sensations fortes ou d’inédit passent leur chemin, puisque celui que je vous propose d’emprunter est du genre balisé, style piste verte pour novices encore un peu tendres. Ne voyez aucune condescendance dans ces propos, mais juste un avertissement, puisque le but de ces originaires de Mexico City n’est pas de déstabiliser, mais bien de conforter, en utilisant des principes éprouvés et des recettes classiques. Formé en 2012, ce quatuor aux pseudos chantants (Mr Banshee - chant, Diego Bassburner - basse, Moy Hellripper - guitare et Gus HellDrums - batterie) a donc pris son temps pour se jeter dans le grand bain du premier long, et a développé son style en convergence avant d’oser en livrer une interprétation personnelle. Pas grand-chose à déclarer à leur propos, puisque leur bio est aussi succincte que leur prise de risques, et en se basant sur la musique pratiquée, il n’est pas présomptueux d’affirmer que ces quatre-là ont grandi en écoutant les sempiternels PRIEST, MAIDEN, HELLOWEEN, et tous les autres chantres d’un Metal de tradition tel qu’on le pratiquait il y a trente ans et plus. Si l’influence de Rob et les siens semble la plus probante, on retrouve aussi des traces de Power Metal à l’allemande dans leur approche, mais aussi des réminiscences de la mode crossover Belge du début des années 80, ainsi que quelques allusions Boogie symptomatiques de la NWOBHM (« Carroñero », plus redondant que ce riff, c’est du KROKUS repris par ZZ TOP). En substance, de la nostalgie à outrance, mais de la nostalgie respectée et peaufinée, puisque loin d’une démo améliorée, cet album sonne, et dispose d’une production adaptée aux standards de l’époque remis au goût d’un jour qui finalement, se satisfait très bien des exigences du passé. Partant de ce principe simple, difficile de gloser des heures sur un album qui vous évite les heurts, et qui navigue entre Heavy appuyé et Speed enlevé, pour le plus grand bonheur de ceux qui regrettent la pureté des eighties et qui condamnent l’opportunisme actuel.

Speed, Ok, mais lequel ? Un peu générique dans le fond, et assez caractéristique de l’école allemande des années 85/86, avec parfois un regain de férocité assez similaire aux attaques du LIVING DEATH des deux premiers albums, la folie Thrash en moins, mais l’application Heavy en plus (« Hellripper », que DESTRUCTION aurait pu caser sur son premier EP), ou plus caractéristique des poussées de fièvre des groupes Heavy qui de temps à autres, avaient envie d’emballer un peu la machine (« Royal Death », RESTLESS, GRAVESTONE, mais aussi le PRIEST de Painkiller en plus rapide). Lorsque la cadence retombe, les travers apparaissent, et le Heavy le plus formel se glisse dans les interstices, non édulcoré, mais basique comme un poignet clouté (« Rock n' Roll y Heavy Metal » au tempo pas toujours carré et costaud, et au slogan pas très finaud, mais avec des vocaux bien arrachés à la GRAVESTONE/LIVING DEATH), qui nous renvoie aux heures les moins inspirées d’ACCEPT ou de l’école espagnole de 87/88. Version médium, version courte ou version longue, vous avez le choix, et un morceau gentiment évolutif comme « Demon Road » vous offrira un visage un peu différent, même si le fond reste le même, et ne décolle jamais du sol Hard-Rock dans lequel il est fermement planté. Mais concédons au groupe une conviction, une envie d’action, et un certain flair pour trousser des plans sinon ahurissants, du moins efficaces, en maniant la double grosse caisse avec efficience et en laissant parler la lead avec insistance.

Une fois ces éléments précisés, le reste coule de source, ou de lave en fusion selon les opinions, même si le Metal des mexicains ne dépasse jamais les limites de la décence en matière de puissance. Tout au plus pourra-t-on remarquer quelques mises en place parfois hasardeuses (« Bloody Soul »), ou des clins d’œil un peu plus appuyés en direction de la NWOBHM (« Reborn from the Ashes »), et même, avec un peu d’imagination, des mélanges fameux, dont celui unissant le PRIEST et MAIDEN sur le final « Epic Death (Epicness) », que messieurs Steve Harris et Rob Halford auraient pu entonner lors d’une tournée partagée. Une moyenne de qualité donc largement atteinte par THE RIPPER avec cet introductif Hell Rising, qui sans se démarquer de ses origines parvient quand même à se faire remarquer. Les plus cyniques en parleront comme d’un ajout pas forcément indispensable à la vague old-school actuelle, tandis que les plus enthousiastes y verront une contribution pas toujours personnelle, mais appréciable et plurielle.    

 

Titres de l’album :

                        1.Royal Death

                        2.Carroñero

                        3.Hellripper

                        4.Rock n' Roll y Heavy Metal

                        5.Demon Road

                        6.Bloody Soul

                        7.Reborn from the Ashes

                        8.Epic Death (Epicness)

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/02/2019 à 17:33
70 %    161

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas plutôt sorti chez Notre Dame des landes Records ce truc ?

... pardon. Ça doit être le soleil.


J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...