Voici donc une initiative fabuleuse, qui offre un peu d’air frais à la scène Thrash actuelle qui avouons-le, tourne un peu en rond depuis quelques temps.

En découvrant ce premier LP des finlandais de DEMONZTRATOR, je pensais tomber sur l’énième sortie du genre du mois, mais quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’il y avait more than meets the eye…Certes, le contenu en est Thrash jusqu’au bout des lacets, mais le quintette se pose plus en tribute band multiple qu’en combo original pillant le répertoire des aînés pour se faire une place au soleil de la saccade.

Fondé en 2016, le quintette (Jari Hurskainen (chant), Timo Ahlström & Jökä Reinholm (guitares), Jukkis Lappalainen (basse) et Jukka Ahlström (batterie)) a choisi de rendre hommage à la première vague de violence instrumentale de son pays, et donc d’aller piocher dans d’obscures démos et LP nationaux de quoi alimenter son propre répertoire, qui du coup, se veut plus révérence que référence.

Belle initiative que celle de ces cinq musiciens qui sont fiers de l’héritage de leur pays, et qui offrent à quelques classiques de l’underground une nouvelle relecture, plus contemporaine, et qui s’accaparent tout autant qu’ils ne réparent les injustices.

Car il faut bien admettre que la plupart des groupes auxquels les DEMONZTRATOR sont plutôt obscurs, et n’ont souvent jamais dépassé le stade de la démo ou du EP. Forgotten Acts of Aggression mérite donc bien son titre, et se présente comme une compilation post-mortem pleine de vie et de fureur, qui vous permettra d’entreprendre un pèlerinage en terre finlandaise sans avoir à explorer les arcanes les plus renfermées de la toile.

Sorti en autoproduction, ce premier LP (que je n’espère pas coup d’un soir, ce qui serait franchement dommage) s’accompagne d’un livret numérique téléchargeable via un lien sur la page Facebook du groupe, et qui vous explique la genèse du projet, mais détaille aussi chaque morceau.

On y découvre donc les jaquettes d’origine des œuvres exhumées, ainsi qu’un bref résumé de la reprise concernée. Du coup, Forgotten Acts of Aggression s’éclaire d’une lumière érudite tout à fait délicieuse, comme un livre d’histoire Thrash pour les oreilles qui se dévore d’une traite, et vers lequel on revient avec appétit.

Et de plus, comme la plupart des compositions revisitées ont bénéficié d’un rayonnement tout à fait intimiste, il est aussi concevable d’envisager cet album comme un concept global, qui se présente sous la forme de treize titres très homogènes, qui pourraient constituer le premier véritable album d’un nouveau groupe, très à l’aise dans son style.

Il y avait de quoi craindre de la dispersion, mais aussi des écarts de styles assez conséquents. S’il est certain que les rythmiques varient souvent du simple au triple, l’interprétation des DEMONZTRATOR se la joue carré et propre, et offre à l’ensemble une cohésion indéniable. Mais ça n’empêche nullement le répertoire de se vouloir suffisamment varié pour allécher, et tous les morceaux restent d’importance, pour peu que le Thrash soit votre société secrète d’adhésion tacite.

La production s’est donc voulu à la hauteur de la légende qu’elle célèbre, et revient vers des standards typiquement 80’s, la même décade que les groupes dont elle singe les échos. Batterie très sèche et mat, avec des graves réduits presque à néant, guitares qui lacèrent dans des médiums tranchants, et chant qui l’est tout autant, savamment mixé légèrement en avant-plan, sans pour autant bouffer la bande passante.

Mais quel est donc le programme proposé ? Quels en sont les acteurs et les tirades répétées ? Vous trouverez donc parmi les treize héros du passé AIRDASH, BRAINWASH, CHARGED, DEFECTION, DEMENTIA, DIRTY DAMAGE, FAFF-BEY, MENGELE, NATIONAL NAPALM SYNDICATE, OPPRESSION, PROTECTED ILLUSION, TERRIFIC VERDICT et THE HIRVI, soit une jolie brochette mixant le connu et le parfaitement inconnu, pour un festival d’albums uniques, de démos typiques, et de EP caractéristiques.

De quoi étancher votre soif de connaissance, avec une nouvelle bordée de soldats tombés très tôt au combat et qui n’auront même pas pu profiter de leur belle une dernière fois.

Je connaissais personnellement quelques-uns d’entre eux, les AIRDASH notamment, dont l’excellent Hospital Hallucinations Take One avait rythmé mon adolescence de son Thrash progressif envoutant et technique. Nous les retrouvons ici à leurs débuts, dans une version atomique du 7’’ « Without It », publié en 1988 mais qu’on retrouvait aussi sur leur LP introductif Thank God It’s Monday, avec une participation symbolique et efficace de Ykä, batteur d’origine, qui depuis a fait une belle carrière au sein de BARATHRUM, GLOOMY GRIM, NOMICON, WALHALLA, SOULGRIND, ou THY SERPENT.

Dans les rangs des chanceux ayant pu graver sur vinyle leurs plans les plus teigneux, nous retrouvons aussi les DEMENTIA, et leur rondelle éponyme de 1995, via « Peacemaker », petit brulot cavalant comme un inédit de SLAYER, les plus méconnus FAFF-BEY, qui voient leur « The Slaymaker » de 1988 honoré d’un tempo Speed bien stabilisé, et les DIRTY DAMAGE, responsables d’un It’s Amazing How Stupid prople Can Sometimes Be », et qui ont autorisé une relecture de leurs morceaux « Amisha Mi Papa-Papa/Justice ».

Les autres références sont restées au stade de la démo, comme les TERRIFIC VERDICT et leur Thrashcore/Speedcore à la CRYPTIC SLAUGHTER teinté de KREATOR vraiment méchant (« No Return », un de mes préférés), ou les PROTECTED ILLUSION, qui proposaient pourtant un « Method Of Manipulation » sur leur premier simple Swimming In The Moonlight, très à cheval sur un mid tempo lourd et agressivement Core à la S.O.D.

Je vous laisse bien sur le plaisir de la découverte pour le reste du tracklisting, qui ne contient que du bon, et qui profite surtout d’une interprétation vraiment investi, qui permet aux morceaux d’être catapultés en 2017 comme s’ils avaient été composés hier.

En définitive, et sous ses airs de fausse compilation, Forgotten Acts of Aggression restera comme l’un des efforts Thrash les plus notables de cette année, et ce, pour plusieurs raisons. D’une, son optique historique qui ne se borne pas aux influences archi usées, et de deux, pour son incarnation contemporaine qui respecte les codes du passé dans les dénaturer.

Je remercie donc chaudement les DEMONZTRATOR pour ce joli trip past into the future, et les encourage à maintenant tenter l’aventure personnelle, puisqu’ils semblent avoir tous les atouts pour imposer leur propre répertoire.

A bientôt j’espère messieurs, et comme on dit dans le jargon, Thrash un jour, Thrash toujours !  


Titres de l'album:  

  1. Killer Instinct (THE HIRVI)
  2. Have No Mercy (BRAINWASH)
  3. Peacemaker (DEMENTIA)
  4. The Slaymaker (FAFF-BEY)
  5. No Return (TERRIFIC)
  6. Amisha Mi Papa-Papa / Justice (DIRTY DAMAGE)
  7. No Way Out (DEFECTION)
  8. Method Of Manipulation (PROTECTED ILLUSION)
  9. Parasites (OPPRESSION)
  10. Selection (MENGELE)
  11. Inquisition (CHARGED)
  12. Werewolf, The Obsession (NATIONAL NAPALM SYNDICATE)
  13. Without It (AIRDASH)

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/07/2017 à 17:34
88 %    271

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/