Un petit tour dans l’underground et puis revient. C’est un peu mon leitmotiv de tous les jours, à tel point qu’en fait, j’en reviens rarement. Mais les sous-couches, loin des produits manufacturés par les gros labels indépendants sont si riches et épaisses qu’on y trouve toujours matière à digresser…

Non que les combos signés sur de solides structures n’aient rien à offrir, mais souvent, la richesse se mérite et demande des efforts, une pelle, un pinceau d’archéologue pour déterrer des fragments d’histoire. Tiens, ce matin, mes fouilles m’ont emmené du côté d’Uxbridge, Ontario, pour y retrouver les ossements encore frais d’un trio, qui laissera sa marque dans l’histoire pour n’avoir pas su choisir un créneau franc et évident.

Et à l’écoute de ce premier album, je me demande encore ce que j’ai bien pu écouter.

Parfois, la question reste en suspens et la réponse devient indifférence, mais de temps à autres, elle flotte dans l’air comme une humeur qu’on aimerait bien figer.

Alors, qui sont donc ces trois olibrius qui n’ont pas rendu le travail de chroniqueur si facile que ça…Et bien…eux.

Eux, ce sont les LIGHTBRINGER, trois canadiens qui se sont réunis il y a quelques années pour nous offrir un point de vue différent sur bon nombre de courants musicaux qu’ils malaxent en un tout assez compact, mais très libre de ses recettes.

Reilly Higgins (basse), Luke Geddes (chant) et Matthew Grosz (tout le reste) ont donc déjà posé les bases d’un style très personnel sur un premier EP paru en juillet 2015, As Far As It Goes, au titre qui en disait long sur leurs intentions, et ont donc concentré leurs efforts pour parvenir à un résultat longue durée sur cet introductif (ou presque) Burn Me Alive, qui risque en effet de vous consumer jusqu’à votre dernier morceau de cartilage.

Si le trio use de mots clés sur son Bandcamp pour essayer de nous délimiter un peu leur champ d’action (Black Metal, Death Metal, Groove, Hardcore, enfin, tout ce qui passe à leur portée de lexique), leur crossover assez étrange et parfois complètement hermétique ne nous donne pas vraiment d’indication sur leurs influences, qu’ils balaient d’un revers de « colère, fête et Satan », assez ludique et laconique.

Mais bon, en écoutant une ou plusieurs fois ce premier LP, il est quand même possible de savoir où vont plus ou moins ces canadiens, et les rapprocher même parfois d’un PUNGENT STENCH ou d’un DISHARMONIC ORCHESTRA, sans toutefois atteindre leur haut degré d’expérimentation occulte.

Si le ton général est en effet suffisamment malsain pour qu’on raccroche leur wagon à la locomotive Death/Black, certains arrangements abscons, des lignes vocales bizarres, des breaks qui ne le sont pas moins nous empêchent d’être catégorique, et de les affilier à une mouvance claire. En définitive, les LIGHTBRINGER font du LIGHTBRINGER, et c’est très bien comme ça. Avec un homme à tout faire (Matthew Grosz) qui se charge du plus gros des structures, des participations externes qui apportent leur eau croupie au moulin chancelant (la très jolie Cheyenne Mcnenly qui vient poser quelques voix, sans que je puisse vous éclairer sur son identité), et des compositions qui semblent faire la part belle à une inspiration épidermique du moment, ce Burn Me Alive reste une énigme totale qu’il convient d’apprécier à sa juste valeur analogique underground affirmée.

C’est évidemment cruel et violent, mais avec une production sourde et faite maison par Jake Ballah (là non plus, pas plus d’éléments à vous fournir), ces sept titres semblent se mouvoir d’une énergie apathique qui pourrait s’apparenter à une nostalgie des premières démos de Death métal de la fin des années 80, à des années lumières de la rigueur catatonique de la scène canadienne BM actuelle. On pense même parfois à une version encore plus obscure d’AUTOPSY (« Tuesdays With Molly »), mais pour être honnête, les nombreux changements d’humeur et d’envie ne nous aiguillent pas vraiment sur une voie claire, qui a plutôt tendance à sinuer et à nous perdre sur des rails qu’on pressent en forme d’impasse.

Mais ce morceau, aussi presque « évident » soit-il, est le tout petit arbre qui cache l’énorme forêt touffue. Cette forêt, nous la découvrons par petites touches et à petits pas sur la première moitié de l’album, et elle se découvre avec pudeur et fausses indications, comme le démontre le très expérimental « Deadwood ». Gros pavé de ce premier album qui se laisse traîner sur plus de sept minutes, et qui alterne les arpèges mélancoliques et les poussées de colère retenues typiquement Black/Death, cette digression fait partie des choses étranges que le trio canadien peut vous proposer, et qu’il vous revient d’aimer ou pas.

Mais ce côté terriblement amateur et/ou personnel a ce charme suranné des réalisations qu’on ne parvient pas vraiment à situer, pensant au gré des notes à une version très primitive d’OPETH, à un brouillon de DEATHSPELL OMEGA, le tout agrémenté et cassé par des interventions de chant féminin (les fameuses implications de Cheyenne Mcnenly) qui tombent comme un réveil sur un rêve biscornu, avant que des hurlements à la BURZUM ne nous ramènent à une réalité pas forcément plus concrète.

Les LIGHTBRINGER ne sont pas pour autant de vilains conspirateurs qui se vautrent dans la fange de la longueur histoire de bien nous noyer, et savent parfois jouer de brièveté, sans pour autant nous montrer un visage aux contours plus clairs.

Ainsi, « End Piece » et ses trois minutes multiplie les harmoniques sifflées, et drape son décor d’un linceul troué, rapiécé de passages purement Death et de coutures BM en surfilage.

L’intro brève de « Double Leaning Jowler » s’amuse beaucoup de ses faux semblants, qui rapprocheraient même le groupe d’un Mathcore un peu gauche et pas forcément carré. Comme vous le voyez, l’ouverture est de mise, sauf qu’elle mène sur un univers encore moins compréhensible que le nôtre…

Cet univers est d’ailleurs mis une dernière fois en avant/arrière sur le final « 45PETERFRED », qui laisse une grosse basse non traitée se traîner le long d’un tempo un peu pataud, tandis que la guitare en épouse les thèmes, sombres, sourds, qui nous ramènent aux premières maquettes de la scène Death suédoise à éclore. Shunt, et final en forme de pied de nez, et c’est…fini.

L’underground permet donc de découvrir des choses…différentes. Et les LIGHTBRINGER prouvent avec Burn Me Alive qu’on peut toujours l’être, tout en jouant une musique qui se montre aussi séduisante qu’intrigante, à la croisée des chemins du BM, du Death et…d’autre chose.

Un album à part, qui sonne bon l’analogique et les caves humides. Mais un album que vous n’entendrez nulle part ailleurs.

Il va falloir mettre les mains dans la boue les enfants. Mais c’est bon pour la peau.


Titres de l'album:

  1. Double Leaning Jowler
  2. Deadwood
  3. Burn Me Alive
  4. Tuesdays With Molly
  5. End Piece
  6. Judgement
  7. 45Peterfred

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/07/2017 à 14:58
75 %    270

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Tempête

Pyro[Cb]

Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

+ Father Befouled + Encoffination

03/05 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Super interview, qui transpire la sincérité et l'authenticité ! Leur album tourne en boucle chez moi,, en plus. Je ne sais pas ce que ça donne en live, mais pressé de les y découvrir !


Je fais un bus depuis l’alsace Pour aschaffenburg ? Miam !


Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.


Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...