Un petit tour dans l’underground et puis revient. C’est un peu mon leitmotiv de tous les jours, à tel point qu’en fait, j’en reviens rarement. Mais les sous-couches, loin des produits manufacturés par les gros labels indépendants sont si riches et épaisses qu’on y trouve toujours matière à digresser…

Non que les combos signés sur de solides structures n’aient rien à offrir, mais souvent, la richesse se mérite et demande des efforts, une pelle, un pinceau d’archéologue pour déterrer des fragments d’histoire. Tiens, ce matin, mes fouilles m’ont emmené du côté d’Uxbridge, Ontario, pour y retrouver les ossements encore frais d’un trio, qui laissera sa marque dans l’histoire pour n’avoir pas su choisir un créneau franc et évident.

Et à l’écoute de ce premier album, je me demande encore ce que j’ai bien pu écouter.

Parfois, la question reste en suspens et la réponse devient indifférence, mais de temps à autres, elle flotte dans l’air comme une humeur qu’on aimerait bien figer.

Alors, qui sont donc ces trois olibrius qui n’ont pas rendu le travail de chroniqueur si facile que ça…Et bien…eux.

Eux, ce sont les LIGHTBRINGER, trois canadiens qui se sont réunis il y a quelques années pour nous offrir un point de vue différent sur bon nombre de courants musicaux qu’ils malaxent en un tout assez compact, mais très libre de ses recettes.

Reilly Higgins (basse), Luke Geddes (chant) et Matthew Grosz (tout le reste) ont donc déjà posé les bases d’un style très personnel sur un premier EP paru en juillet 2015, As Far As It Goes, au titre qui en disait long sur leurs intentions, et ont donc concentré leurs efforts pour parvenir à un résultat longue durée sur cet introductif (ou presque) Burn Me Alive, qui risque en effet de vous consumer jusqu’à votre dernier morceau de cartilage.

Si le trio use de mots clés sur son Bandcamp pour essayer de nous délimiter un peu leur champ d’action (Black Metal, Death Metal, Groove, Hardcore, enfin, tout ce qui passe à leur portée de lexique), leur crossover assez étrange et parfois complètement hermétique ne nous donne pas vraiment d’indication sur leurs influences, qu’ils balaient d’un revers de « colère, fête et Satan », assez ludique et laconique.

Mais bon, en écoutant une ou plusieurs fois ce premier LP, il est quand même possible de savoir où vont plus ou moins ces canadiens, et les rapprocher même parfois d’un PUNGENT STENCH ou d’un DISHARMONIC ORCHESTRA, sans toutefois atteindre leur haut degré d’expérimentation occulte.

Si le ton général est en effet suffisamment malsain pour qu’on raccroche leur wagon à la locomotive Death/Black, certains arrangements abscons, des lignes vocales bizarres, des breaks qui ne le sont pas moins nous empêchent d’être catégorique, et de les affilier à une mouvance claire. En définitive, les LIGHTBRINGER font du LIGHTBRINGER, et c’est très bien comme ça. Avec un homme à tout faire (Matthew Grosz) qui se charge du plus gros des structures, des participations externes qui apportent leur eau croupie au moulin chancelant (la très jolie Cheyenne Mcnenly qui vient poser quelques voix, sans que je puisse vous éclairer sur son identité), et des compositions qui semblent faire la part belle à une inspiration épidermique du moment, ce Burn Me Alive reste une énigme totale qu’il convient d’apprécier à sa juste valeur analogique underground affirmée.

C’est évidemment cruel et violent, mais avec une production sourde et faite maison par Jake Ballah (là non plus, pas plus d’éléments à vous fournir), ces sept titres semblent se mouvoir d’une énergie apathique qui pourrait s’apparenter à une nostalgie des premières démos de Death métal de la fin des années 80, à des années lumières de la rigueur catatonique de la scène canadienne BM actuelle. On pense même parfois à une version encore plus obscure d’AUTOPSY (« Tuesdays With Molly »), mais pour être honnête, les nombreux changements d’humeur et d’envie ne nous aiguillent pas vraiment sur une voie claire, qui a plutôt tendance à sinuer et à nous perdre sur des rails qu’on pressent en forme d’impasse.

Mais ce morceau, aussi presque « évident » soit-il, est le tout petit arbre qui cache l’énorme forêt touffue. Cette forêt, nous la découvrons par petites touches et à petits pas sur la première moitié de l’album, et elle se découvre avec pudeur et fausses indications, comme le démontre le très expérimental « Deadwood ». Gros pavé de ce premier album qui se laisse traîner sur plus de sept minutes, et qui alterne les arpèges mélancoliques et les poussées de colère retenues typiquement Black/Death, cette digression fait partie des choses étranges que le trio canadien peut vous proposer, et qu’il vous revient d’aimer ou pas.

Mais ce côté terriblement amateur et/ou personnel a ce charme suranné des réalisations qu’on ne parvient pas vraiment à situer, pensant au gré des notes à une version très primitive d’OPETH, à un brouillon de DEATHSPELL OMEGA, le tout agrémenté et cassé par des interventions de chant féminin (les fameuses implications de Cheyenne Mcnenly) qui tombent comme un réveil sur un rêve biscornu, avant que des hurlements à la BURZUM ne nous ramènent à une réalité pas forcément plus concrète.

Les LIGHTBRINGER ne sont pas pour autant de vilains conspirateurs qui se vautrent dans la fange de la longueur histoire de bien nous noyer, et savent parfois jouer de brièveté, sans pour autant nous montrer un visage aux contours plus clairs.

Ainsi, « End Piece » et ses trois minutes multiplie les harmoniques sifflées, et drape son décor d’un linceul troué, rapiécé de passages purement Death et de coutures BM en surfilage.

L’intro brève de « Double Leaning Jowler » s’amuse beaucoup de ses faux semblants, qui rapprocheraient même le groupe d’un Mathcore un peu gauche et pas forcément carré. Comme vous le voyez, l’ouverture est de mise, sauf qu’elle mène sur un univers encore moins compréhensible que le nôtre…

Cet univers est d’ailleurs mis une dernière fois en avant/arrière sur le final « 45PETERFRED », qui laisse une grosse basse non traitée se traîner le long d’un tempo un peu pataud, tandis que la guitare en épouse les thèmes, sombres, sourds, qui nous ramènent aux premières maquettes de la scène Death suédoise à éclore. Shunt, et final en forme de pied de nez, et c’est…fini.

L’underground permet donc de découvrir des choses…différentes. Et les LIGHTBRINGER prouvent avec Burn Me Alive qu’on peut toujours l’être, tout en jouant une musique qui se montre aussi séduisante qu’intrigante, à la croisée des chemins du BM, du Death et…d’autre chose.

Un album à part, qui sonne bon l’analogique et les caves humides. Mais un album que vous n’entendrez nulle part ailleurs.

Il va falloir mettre les mains dans la boue les enfants. Mais c’est bon pour la peau.


Titres de l'album:

  1. Double Leaning Jowler
  2. Deadwood
  3. Burn Me Alive
  4. Tuesdays With Molly
  5. End Piece
  6. Judgement
  7. 45Peterfred

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/07/2017 à 14:58
75 %    235

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !