Et si pour un instant (ou admettons, une petite heure), nous oublions toutes les excroissances bâtardes de notre musique favorite pour remonter doucement vers ses racines ? Je veux dire, il faut bien de temps à autres se ressourcer aux origines du Rock pour se souvenir que sans ses guitares, sans ses soli, sans son ambiance de douce folie, nous n’en serions pas là aujourd’hui…

Programme alléchant ? Je trouve aussi, et qui vient parfaitement à point pour introduire le premier album d’un groupe dont la simplicité n’a d’égal que l’honnêteté, BONEYARD DOG.

Je vous rassure de suite, ce quatuor n’a rien d’un vieux cabot traînant ses pattes dans un ancien cimetière du Rock pour en traquer les derniers restes, mais bien un groupe aux chromes bien polis et aux mélodies hargneuses bien sentis. Mais avant de vous parler de leur musique, introduisons d’abord son historique et ses protagonistes.

BONEYARD DOG est donc né de l’association de deux musiciens, l’italo-allemand Rob Mancini (basse et chant, HOTWIRE, CRUSH, ROB MANCINI BAND et SCAR FOR LIFE), et le guitar-hero irlandais Davy Kerrigan. Fin 2015, les deux hommes s’associent dans une même démarche de recherche de sincérité musicale, et leur duo se voit complété par l’adjonction du batteur Ron Wikso (FOREIGNER, CHER, Richie SAMBORA, CCR), et du claviériste Toney Carey (RAINBOW).

Avec un ensemble d’un tel pedigree, il n’est pas difficile d’imaginer quelle tournure prirent les choses, même si les références mentionnées seraient à même de vous aiguiller sur la mauvaise voie. Car si Bluesbound Train se place de facto sur le terrain d’un certain Hard-Rock de tradition, il ne trahit jamais son appellation et ne lâche son Blues sous aucun prétexte bidon.

Du Rock et du Blues, pas forcément à la Stevie Ray ou à la Johnny Winter, ni à la Bjorn Berge, encore moins à la AC/DC, mais plutôt sous une optique proche de Philip SAYCE ou de Eric GALES en moins démonstratif. Mais en gros comme en détail, beaucoup de feeling, de la douceur, et un voyage à bord d’un train qui ne s’arrête que sur un seul quai, celui sur lequel sont posées les guitares et les souvenirs de scène…

Avec de tels cadors à la technique affirmée, nous étions en droit d’attendre un disque bourré de finesses personnelles, et pourtant, Bluesbound Train, s’il ne renie rien du passé de ses musiciens, se concentre plus sur l’émotion que sur l’impression. On y retrouve quelques guests de luxe, comme Marc Lynn à la basse (GOTTHARD), John Pratt pour quelques featuring vocaux (FIREFLY), ainsi qu’une participation de Neil Murray (WHITESNAKE, BOW WOW, et des dizaines d’autres costumes), ce qui transforme le générique de cette petite production en casting all-star, sans pourtant que la cohésion de base n’en pâtisse.

Musicalement, le Rock tirant sur le Hard de Rob et Davy se veut accessible, et s’ils assument une filiation avec les BLACK COUNTRY COMMUNION de Glenn ou Joe Lynn TURNER, ils se rapprochent plus de la dernière référence citée, Jonny Lang, puisque leurs décibels, quoique bien puissants, restent quand même solidement tenus par la bride.

Mais point de désir de vulgarisation à outrance, juste une allégeance à un Rock bluesy que tout le monde pourra apprécier dans n’importe quel bar adapté, qu’il soit Anglais ou Américain, du moment que les potes soient attablés et que la bonne humeur contamine l’assemblée.

Alors on aligne des riffs et on les garde un peu light pour ne pas effrayer les passants, sans pour autant tomber dans la soupe commerciale ou le raout dégoutant. Des guitares affutées, parfois assez énervées, des soli en flambées, et un orgue mutin, parfois soutenu par un harmonica malin, pour un ballet Americana authentique et gorgé de feeling.

Vous pouvez choisir votre titre, puisque l’éventail des BONEYARD DOG est largement ouvert, et d’ailleurs, après une courte intro qui donne le ton (« Atchafayalla », la loco démarre et le périple commence pour de bon.

« Mother Lode » joue donc le sifflet de départ sur la voie (et le jeu de mot de bon aloi), et lance le Hard Rock bluesy sur les bons rails, avec une jolie syncope rythmique chaloupée, un motif de guitare débordant de déliés, une basse bien roulée, et surtout, des lignes de chant délicatement voilées. De quoi s’asseoir en toute tranquillité, en attendant le contrôleur venu valider nos billets. Un peu PURPLE période Steve Morse dans l’esprit pour cet orgue endiablé, un peu GRAVEYARD light pour ces envolées de six-cordes bien ficelées, mais cent pour cent BONEYARD DOG pour cette façon de tout s’approprier.

Le contrôleur nous accueille d’un « Kingdom of Your Company » qui reste sur la même envie, avec une intro tonitruante qui fait hurler les boomers, et un riff énorme sur fond de tapis synthétique un peu sombre sans être morne. On pense au WHITESNAKE le plus mordant, de la transition entre Slide It In et 1987, ou même à une démarcation plus carré des WINERY DOGS, mais le feeling suintant de « Lonely Road » nous recentre sur notre propre vécu, et laisse parler les arpèges électriques qui illuminent la nuit et le wagon rempli de visages assombris.

Une jolie vidéo est d’ailleurs disponible si vous souhaitez associer les images aux sons, mais elles sont déjà assez évoquées par la voix de Rob, qui sans en faire trop et user du vibrato, nous serre le cœur pendant que Davy alterne coulés et soli, se lovant au creux de la basse ronde de son chanteur.

Mais pour apprécier la ballade ferroviaire, inutile de dresser un inventaire. Tout au plus pouvons-nous souligner que certains paysages aperçus par le fenêtre sont plus intimistes que d’autres (« 100 Guns », qui démarre très doux pour une montée en puissance Blues Rock qui fait crisser les roues), que parfois le trip s’agite de soubresauts Funky à la Stevie Salas de pure classe (« Paid My Dues » et son duo basse/batterie qui rappelle le EXTREME de « Cupid’s Dead »), ou que le quart d’heure américain se pare de larmes de fatigue et humidifie la nuit de ses coulées Soul (« Hell And Back », joli mélange de SIMPLY RED et Andrew Strong, sur fond de SKYNYRD stellaire).

Une petite incursion dans un Hard Rock teinté d’AOR mid tempo (« Fire Down Below »), et l’aventure prend fin sur un ultime morceau éponyme, qui lui aussi s’étire pour ne pas avoir à dire au-revoir (« Boneyard Dog », un peu ZEP, un peu PURPLE, mais très WHITESNAKE/GRAVEYARD dans le fond)…

Certes, les musiciens impliqués dans le projet avaient suffisamment de bouteille pour accoucher d’un album pareil. Mais Bluesbound Train surprend quand même de son mélange de maîtrise absolue et de feeling bourru, tout en restant suffisamment fin pour séduire tous les fans de Rock, de Blues, et de Hard Rock qui usent leurs oreilles à la recherche d’une musique sincère qui fédère.

 Un trip à tenter live bien sûr, puisque c’est sur scène que ces instrumentistes donnent le meilleur d’eux-mêmes. Mais achetez votre billet, et montez dans leur wagon. Vous pourriez dire adieu à la frime et à la superficialité pour de bon.


Titres de l'album:

  1. Atchafayalla
  2. Mother Lode
  3. Kingdom of your Company
  4. Lonely Road
  5. 100 Guns
  6. Bluesbound Train
  7. Paid my Dues
  8. Lay Down the Law
  9. Hell and Back
  10. Heartbreaker
  11. Fire Down Below
  12. Boneyard Dog

Site officiel



par mortne2001 le 06/12/2016 à 14:02
85 %    335

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".