Les musiciens n’ont pas tous pour but de révolutionner leur art ou de chambouler les idées reçues. Des groupes comme AC/DC ou MOTORHEAD ont construit une carrière sur la même approche légèrement modulée, les RAMONES n’ont jamais dévié de leur optique Surf Punk à grosses mélodies Pop, et les exemples pour étayer cette thèse ne manquent pas. Et alors ? Après tout, quand la musique est bonne, qu’elle sonne, sonne, sonne, autant ne pas jouer la déconne et accepter la donne. Le Thrash allemand historique, malgré un passage un peu trouble durant lequel les artistes référentiels se sont pris d’une ambition technique poussée (DEATHROW, HOLY MOSES) a toujours prôné des valeurs de violence et de brutalité pour se montrer à la hauteur de sa propre légende. Prenez les PROTECTOR par exemple. Deux albums et deux EP impeccables dans les années 80, une suite assez recommandable, et un malheureux split, avant de réapparaitre à l’orée des années 2000 sous la forme d’un tribute band, pour annoncer un comeback tonitruant en 2011. Depuis, quelques face partagées, mais surtout deux longue-durée, Reanimated Homunculus en 2013 et Cursed and Coronated en 2016, pour retrouver la lumière des ténèbres d’un Thrash sans concessions, toujours aussi brutal et diffus, mais clairement indispensable. PROTECTOR en substance, a toujours plus ou moins été le tonton bec de lièvre de la scène germaine, ce mec un peu fou qui sort des blagues douteuses et qui fait étalage d’un humour borderline. Musicalement, cette déviance s’articulait autour de riffs primaires, de rythmiques nucléaires, et d’un refus de céder aux sirènes de la compromission pour incarner le versant le plus incorruptible de l’extrême. Ils ne nous ont certes jamais offert de suite digne de ce nom du classique Urm The Mad (quoique Cursed and Coronated s’en rapprochait quelque peu), mais depuis huit ans, ils continuent de faire brûler la flamme sacrée, celle d’un Thrash tout sauf édulcoré, à quelques détails près. Pendant cette période, ils ont appris ce qu’était la fluidité, ce qui leur permet aujourd’hui de nous offrir un LP beaucoup plus léché, mais pas moins sauvage pour autant.

Summon the Hordes, toujours distribué par les passionnés de High Roller Records (les rois de la réédition, merci à eux) continue donc le travail de sape entrepris dans les années 80, mais montre un visage quelque peu différent des grimaces forcées d’antan. Disposant d’un son touffu mais plus précis que par le passé, ce septième album a presque des allures de rédemption et d’acceptation. L’acceptation que les limites franchies autrefois n’ont pas besoin de l’être une nouvelle fois, et que l’heure est à la médiation, sans modérer les intentions. Avec un line-up inchangé depuis 2011 (Martin Missy - chant, seul membre originel, Mathias Johansson - basse/chœurs, Carl-Gustav Karlsson - batterie et Michael Carlsson - guitare, tous trois depuis 2011 et l’époque MARTIN MISSY AND THE PROTECTORS), PROTECTOR envisage donc le présent et l’avenir serein, et nous développe des arguments très convaincants, mais assez éloignés des débordements desquels il fut coutumier. Beaucoup plus souple, ce nouvel album permettra sans doute à tous les réfractaires d’aborder un pan important de la culture Thrash allemande underground des eighties, et de découvrir un groupe plus posé, moins radical, plus maître de ses émotions mais toujours aussi fatal. L’inspiration n’est pas toujours forcément à la hauteur des attentes (certains titres reniflant le remplissage un peu facile), mais les qualités que l’on est toujours en droit d’attendre de ce quatuor infernal sont bien présentes, par intermittence, lorsque le tempo s’affole enfin pour retrouver cette impulsion à la limite du Thrashcore qui avait permis aux allemands de se démarquer de leurs concurrents (« Two Ton Behemoth »). On sent que Missy et les siens ont bien écouté le renouveau de la scène old-school nationale, et qu’ils ont adapté leurs vues à un marché de plus en plus exigeant, qui ne se contente plus de plans recyclés et d’idées chapardées. Mais même en version légèrement émoussée, PROTECTOR reste toujours ce chien fou dans un jeu de quille biaisé, et nous foudroie de ses poussées de vitesse inopinées et de ses breaks complètement allumés.

Recyclant la folie dont ils ont toujours été atteints, les quatre musiciens ne traînent pas en chemin, mais ont appris à temporiser et surtout à enchaîner, ce Summon the Hordes offrant des transitions beaucoup moins marquées, et faisant preuve d’un esprit de fusion beaucoup plus fluide. Les diablotins de la Ruhr sont même capables aujourd’hui de signer de véritables hits de l’enfer, et de nous torcher un « Summon the Hordes » aussi empreint de Néo-Death que de Thrash formel, naviguant entre les ambiances comme un bateau de pirates aux aguets. On peut donc constater un réel désir de progression, sans remiser de revers ses mauvais réflexes, à base d’excès en tous genres et autres folies vocales de dément. D’ailleurs, Missy n’a pas changé d’un iota son phrasé, la bouche toujours pleine de tabac à chiquer et le ton sardonique du mec à qui on ne la fait plus depuis longtemps, mais dès « Stillwell Avenue », la distance séparant PROTECTOR de ses homologues de KREATOR semble moins prononcée, malgré une double-grosse caisse au son complètement compressé et foiré. Mais tout est en place, les piqures de tiques qui grattent les mollets du batteur, ces riffs au son malpoli qui font passer la distorsion pour le bourdonnement d’un chauffe-eau récalcitrant, ces soli lâchés comme des coups de rasoir sur les avant-bras, et cette façon de régurgiter son repas en racontant des histoires de violence qui font toujours aussi peur aux petits-enfants. Pas de quoi se plaindre donc, même si on regrette de temps en temps l’atmosphère délétère des plus grandes œuvres, et cette production aux allures de démo qui nous laissait croire qu’on s’adonnait à des plaisirs interdits.

Mais l’écoute d’un PROTECTOR n’est plus un délit depuis longtemps, et même plus une faute de gout, puisque les exilés suédois ont appris que la séduction ne rimait pas toujours avec répulsion, réprimant parfois leurs instincts les plus barbares pour se la jouer malin, et nous surprendre de sophistication avec « Steel Caravan » et « Realm of Crime ». Nous sommes tout de même encore loin du consensus, mais le tout est diablement bien agencé, plus contrôlé, parfois proche d’un MORGOTH domestiqué (« Three Legions »), mais toujours symptomatique d’une démarche de déstabilisation programmée (« Meaningless Eradication »). Avec un final en forme de giclée sur des murs déjà souillés (« Glove of Love »), Summon the Hordes est donc un très bon nouveau chapitre à ajouter à la saga, pas le meilleur mais l’un des plus solides et cohérents. On peut vieillir sans vraiment changer, mais en acceptant de nouvelles possibilités, ce qui en soit est une preuve d’intelligence. Même pour les plus tarés.     

     

Titres de l’album :

                          1. Stillwell Avenue

                          2. Steel Caravan

                          3. Realm of Crime

                          4. The Celtic Hammer

                          5. Two Ton Behemoth

                          6. Summon the Hordes

                          7. Three Legions

                          8. Meaningless Eradication

                          9. Unity, Anthems and Pandemonium

                         10. Glove of Love

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/07/2019 à 16:43
80 %    173

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


NecroKosmos
@109.218.91.25
16/07/2019 à 20:34:22
Un album absolument excellent !

guy
@78.192.38.132
17/07/2019 à 07:32:17
Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part

NecroKosmos
@109.218.91.25
17/07/2019 à 21:19:09
Mou ?!!! Euh...

guy
@78.192.38.132
18/07/2019 à 23:19:55
très mou

NecroKosmos
@109.218.221.175
22/07/2019 à 19:32:19
Tu confonds avec autre chose.

Humungus
membre enregistré
23/07/2019 à 06:13:08
Je souscris à mort à tout ce que dit mortne2001 et ce qu'ajoute Necrokosmos.
Un seul réel bémol : La pochette.
Mon dieu quelle horreur quoi... ... ...

Ajouter un commentaire


Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.


Cool !


...Coeurs à Vif ? ok je sors...

P.S : sinon, en vrai, la musique est plutôt très cool.


@ Wildben: je me suis fait la même réflexion dès la première écoute. Je trouve d'ailleurs que ça en devient agaçant d'entendre "fuck" toutes les deux lignes. C'est bon pour l'ado rebel, après, on grandit (ou on devrait grandir...)

Pour ce qui est de la musique, c'est nettement m(...)


Bien vu LeMoustre ! Grossière erreur de ma part concernant la date :/ ! Ça permettra à ceux qui sont passé à coté d'y jeter une oreille ;) Car oui c'est du tout bon !


Euh, n'y a t-il pas une erreur, voilà un disque que je possède depuis plusieurs mois (excellent au demeurant) ?
A recommander aux fans de thrash allemand de tradition.


Pas encore écouté en entier, mais c'est sur la liste. Ils ne s'arrêtent jamais eux en tout cas ! Ils passent littéralement leur vie sur la route et quand ils n'y sont pas ils sont en studio !


Superbe chronique pour un album inattendu. Le style musical évolue vers un Progressif plus épuré qui fait effectivement penser à Pink Floyd, c'est incontestable. C'est également plus digeste que les essais pur Prog' précédents, par conséquent. Les langues scandinaves passent bien sur le Rock(...)


Bof bof OVERKILL. Quelques albums d'enfer, quelques trucs pas mal et pas mal de trucs fades. 75 % de leur discographie est à oublier.


Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.