Lions

Tokyo Motor Fist

10/07/2020

Frontiers Records

Frontiers, encore et toujours. Serafino et ses plans finauds, et une nouvelle fois, l’addition de deux talents individuels au service d’un collectif performant. Toutefois, est-il juste de parler de TOKYO MOTOR FIST comme d’un supergroupe ? La question de pose, et j’envisage la chose plutôt comme un duo fameux, et la collaboration entre deux musiciens talentueux et attachants, tous deux survivants de la vague Hair Metal de la fin des années 80/début des années 90. Pour les étourdis ayant manqué le premier épisode de la saga, TOKYO MOTOR FIST a été fondé par deux figures de la scène US d’il y a trente ans, avec d’un côté le chanteur de DANGER DANGER Ted Poley, et de l’autre le guitariste de TRIXTER Steve Brown, soit deux acteurs essentiels du mouvement Hard Rock mélodique d’antan. Les deux leaders sont secondés par d’autres musiciens au pedigree établi, avec Greg Smith à la basse (Ted NUGENT, RAINBOW, Alice COOPER) et Chuck Burgi à la batterie (RAINBOW, BLUE OYSTER CULT, Joe Lynn TURNER), mais c’est véritablement la longue histoire d’amitié entre Ted et Steve qui incarne l’essence même de ce projet qui ne surprendra personne, encore moins les fans des deux musiciens. Il est évidemment question de Hard Rock californien ici, ce qu’on réalise assez rapidement, mais du meilleur évidemment, ce qui n’a rien d’étonnant non plus au regard du passif des deux têtes pensantes. Et Serafino, trop heureux de voir ses deux poulains collaborer a du se frotter les mains lorsqu’il a découvert le premier et éponyme LP du concept, qui respectait en tout point les règles établies il y a quelques décennies.

II - Lions poursuit donc le travail entrepris sur le premier LP du combo, et propose son lot de chansons souriantes, de mélodies chatoyantes, de rythmiques enlevées et de chœurs enjoués. Composé et écrit par Steve Brown, mixé par Bruno Ravel et masterisé par Maor Applebaum, II - Lions est plus qu’un second album aussi réussi que le premier, il est une ode à l’hédonisme en vogue aux Etats-Unis dans les années 80, et plus particulièrement une symphonie composée en l’honneur des fans de TRIXTER, DANGER DANGER, mais aussi de CHEAP TRICK, DEF LEPPARD, MÖTLEY CRÜE, BON JOVI, WARRANT, et même des BACKYARD BABIES lorsque l’intensité monte d’un cran et que l’instrumental adopte des postures un peu plus punky et pêchues. C’est à ce point troublant qu’on a parfois le sentiment d’écouter un hit inédit de BON JOVI de la période Slippery When Wet, en compagnie de la signature de Phil Collen et Steve Clark, lorsque résonne « Mean It », qui aurait fait un malheur dans le Billboard de 87/88. La recette est évidemment bien connue, des couplets accrocheurs menant sur des refrains fédérateurs, mais la joie de jouer, la perfection des arrangements, l’euphorie des chœurs font qu’on craque sans résister, et une fois encore, le travail de Steve à la composition se montre admirable. Pour un peu, on se croirait sur le trottoir du Sunset à attendre le début d’un concert, entouré de potes aux perfectos immaculés et de charmantes demoiselles aux tenues affriolantes. Mais il n’y a pas de honte à se montrer nostalgique, spécialement lorsque la musique est aussi intelligemment composée, et constituée de souvenirs magiques évoquant une adolescence qui parait moins lointaine le temps d’une chanson. Et le groupe ne s’est pas moqué de nous, puisque même la production semble reproduite à l’identique, et les chansons si heureuses qu’on a l’impression de voir Ted sourire sur l’écran de l’ordinateur. Et en onze morceaux, II - Lions donne une leçon magistrale d’AOR et de Hard Rock mélodique, sans jamais tomber dans les travers putassiers de la séduction old-school forcée.

Et dès les premières secondes en cascade de solo de « Youngblood » dans les oreilles, le voyage peut commencer, et les guides sont des hôtes de première qualité, toujours prompts à vous faire plaisir. Evidemment, le trip est garanti sans danger, avec tous les risques calculés, mais cette sensation de liberté et de joie fait vraiment plaisir à entendre, et nous pouvons contempler le panorama à travers les vitres sans nous poser de questions d’éthique inutiles. Après tout, Ted et Steve connaissent la chanson, et la chantent toujours aussi bien, même si la voix de Poley n’a jamais été de celles qui peuvent rivaliser avec les Steve Perry ou Tony Harnell. Mais en évoquant toutes les nuances d’un Hard Rock souvent moelleux et radiophonique, et parfois plus piquant et homérique, TOKYO MOTOR FIST propose un résumé exhaustif des années Los Angeles, entre mid tempo accrocheur en diable (« Monster In Me ») et party wild à la BACKYARD BABIES (« Around Midnight »). Cependant, la facilité d’exécution n’empêche pas les ambitions, et certains segments plus développés font montre d’un panache certain dans l’agencement, avec en exergue le superbe et évolutif « Lions », qui ose une ambiance plus tamisée sur laquelle la voix de Ted, un peu fragile, fait merveille. C’est du taillé sur mesure, évitant le sirupeux et les gimmicks faciles, et les tubes se succèdent, mettant en valeur le talent intact de Steve Brown, toujours prompt à dégainer des riffs Heavy inspirés de LED ZEP pour se rapprocher d’un BADLANDS ou d’un EXTREME (« Decadence On 10th Street »).

Tout est évidemment bien calibré, et parfait, mais cette perfection n’occulte pas la passion de deux musiciens n’ayant jamais trahi leurs convictions. Qu’attendre d’autre en effet de ces deux hommes qu’un Hard Rock joué avec le cœur, flirtant parfois avec le Rock plus léger (« Dream Your Heart Out »), et s’aventurant avec parcimonie sur le terrain de la sensibilité, le temps d’une ballade plus DEF LEP que nature (« Blow Your Mind ») ? Impeccablement composé et produit, II - Lions est une immersion dans l’océan de souvenirs heureux, lorsque les vagues charriaient toutes les semaines leur lot de sorties enthousiasmantes, et que les héros Hair Metal dominaient le monde de leurs mélodies chatoyantes et de leur envie de mordre dans la vie à pleines dents. On sent le soleil tanner notre peau, on aperçoit les jolies naïades passer sur la plage en bikini blanc et rose (« Sedona »), et on oublie pendant quarante-cinq minutes les soucis d’une époque aussi troublée qu’une photo jaunie. Superbe de bout en bout, ce second album valide l’existence même du concept, et renforce les liens unissant Ted, Steve et nous. Les deux hommes ont même la gentillesse de terminer l’histoire avec un épilogue Heavy en diable, et « Winner Takes All » de se poser en ultime hit d’un disque en étant rempli jusqu’à la pochette. Une sacrée réussite que ce II - Lions, qui en plus d’être une magnifique démonstration de sincérité Hard Rock, incarne aussi un passé pas si lointain, pour peu que votre mémoire ne vous joue pas de tour pendable. Avoir le sourire pendant trois quarts d’heure est une opportunité trop rare pour être refusée. Voici la morale à tirer d’un album qui chasse les nuages au loin pour laisser passer le soleil le plus chaleureux.  

      

                                                

Titres de l’album :

01. Youngblood

02. Monster In Me

03. Around Midnight

04. Mean It

05. Lions

06. Decadence On 10th Street

07. Dream Your Heart Out

08. Blow Your Mind

09. Sedona

10. Look Into Me

11. Winner Takes All


Facebook officiel


par mortne2001 le 11/07/2020 à 14:39
90 %    422

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50