Si vous n’êtes pas un thrasher averti, si vous n’étiez pas un habitué des colonnes « chroniques » de Hard-Rock Magazine dans les années 80, ou spécialiste/anthropologue de la musique extrême australe depuis trente ans, il y a peu de chances que le nom de HOBBS' ANGEL OF DEATH vous dise quelque chose.

Il m’évoque pour ma part une large frange de la scène underground de l’époque, celle qui comptait dans ses ranges des hordes de groupes de série B qui ne sont jamais parvenus à imposer leur griffe sur la durée, encore moins de provoquer un séisme de leurs riffs tranchants.

L’histoire du groupe est plus ou moins celle de son leader, Peter Hobbs, musicien local désireux de jouer une forme assez particulière de Metal extrême, le « Virgin Metal », qu’il définissait lui-même comme une mouture très pure de Heavy, non dilué et non contraint à respecter des obligations de métissage pour séduire les masses. L’histoire du combo est assez trouble, et sa production plus qu’éparse. En trente ans d’existence depuis la première démo Virgin Metal Invasion From Down Under (à vos souhaits), HOBBS' ANGEL OF DEATH n’a sorti que trois longue durée, un split et une compilation, Hobb’s Satan’s Crusade, ce qui en fait un des ensembles les moins productifs du genre.

Car Peter aime les pauses. Enfin pas directement, mais il justifie ses longues absences par un professionnalisme et un perfectionnisme qui l’obligent à tenter le coup de l’album parfait à chaque occurrence, un peu de la même manière que Tom Schultz de BOSTON avait de réenregistrer à l’infini les parties de Third Stage jusqu’à ce qu’elles soient assez polies pour briller dans la nuit.

Mis à part le fait que Peter n’est pas Tom, et que HOBB’S n’est pas le BOSTON du Thrash Metal. Le premier album éponyme sorti en 1988 n’avait recueilli qu’une indifférence polie de la part des médias, et un intérêt léger des fanzines spécialisés, et faute avouée étant demie pardonnée, il faut reconnaître que le Metal assez passe-partout de l’ami Peter n’incitait pas à l’enthousiasme.

Après sept ans de disparition, l’animal bricola les ailes de son ange d’infortune pour lui permettre de s’envoler à nouveau sur Inheritance, un poil plus aventureux et inspiré que son prédécesseur, et une fois de plus, hiatus, et retour sur la scène à l’orée des années 2010 pour que l’aventure continue avec de nouveaux compagnons.

2016, troisième LP des Australiens, pour le compte des passionnés de Hell’s Headbangers Records, et dix ans de préparation pour donner un nouveau chapitre et éclairage sur la conception très personnelle du Virgin Metal de la part de Peter.

Musiciens affutés, créativité retrouvée, à quelle sauce allait-on être dévorés ? Il faut reconnaître que le plat d’aujourd’hui est plutôt relevé, même s’il ne révolutionnera pas les tables dressées en Europe pour célébrer le retour en fanfare d’un Thrash assez éprouvé, mais encore frais malgré les années.

« J’ai réenregistré le nouvel album trois fois. Mon but était d’offrir à l’industrie un album plus mature. Les tentatives précédentes étaient bonnes, mais je n’étais pas totalement satisfait du résultat, alors j’ai attendu patiemment d’être pleinement comblé par celui-ci. Et je pense que ça se ressent au travers du nouvel album. Je pense que Heaven Bled est aussi bon que mes précédents disques, écrit et produit par moi-même, et plus ouvert et propre à satisfaire une large part de l’auditoire Metal ».

Il est évident qu’un concepteur ne va pas dénigrer son propre travail, mais est-ce qu’un regard objectif pourra corroborer cet enthousiasme avec toute l’objectivité nécessaire ?

En partie oui, puisque Heaven Bled dame largement le pion aux deux précédentes réalisations de Peter en termes d’efficacité et de créativité.

Les morceaux sont longs mais bien construits, la technique, bien qu’affirmée ne prend pas le pas sur la brutalité, et le tout n’est pas dénué d’une certaine finesse d’esprit et de trait.

L’homme s’est même permis quelques brûlots vraiment chauds, comme en témoigne le lapidaire et concassant « Final Feast », qui effleure les traits les plus symptomatiques de SLAYER en les confrontant au purisme Metal du JUDAS PRIEST le plus radical. Comprenez par cette comparaison, « «Painkiller » se prend Christ Illusion en pleine gueule », ce qui vous en conviendrez, est une image assez…imagée.

Breaks à profusion, parties Heavy, accès de fièvre Thrash, le modus operandi de Peter n’a pas changé, mais est effectivement parvenu à un stade de maturation avancé. On y retrouve tous les tics du sympathique compositeur Australien, ces riffs de guitare qui virevoltent comme des pies en plein vol et qui sonnent parfois un poil accélérés au mixage, ces rythmiques ébouriffantes de virtuosité violente, et ces pavés massifs balancés en pleine face d’amateurs de Metal un peu trop timorés.

La méthode atteint même une certaine perfection dans l’exécution, et le dantesque « Suicide » permet même de retrouver les sensations éprouvées il y a quelques dizaines d’années, lorsque le Thrash luttait encore de ses dernières forces contre un Death implacable prêt à le terrasser.

Pics de vitesse appréciables, soli incandescents, harangues vocales véhémentes, pilonnage incessant palliant une créativité aux abonnés absents, c’est une façon de procéder rassurante pour les hordes thrashisantes qui regrettent leur headbanging d’antan.

Efficace donc, mais Heaven Bled à les défauts de ses qualités. En tapant sur l’heure de production, il renonce à la brièveté indispensable à ce genre de réalisations, et tombe dans le piège du pétard à la mèche trop longue. Les idées se retrouvent usitées à intervalles réguliers, et le gosier de Peter à souvent tendance à hurler dans le vide («Heaven Bled », aux pourtant délicieuses intonations Death). Trop plus trop égale pas assez, malgré quelques intros morbides bien senties (« Depopulation », que n’aurait pas renié un OBITUARY fatigué des notices nécrologiques), et quelques rondes de riffs agités par des blasts possédés (« Il Mostro Di Firenzi »). La production un peu concentrée n’aide pas vraiment à décoller, même si elle favorise certains morceaux « à ambiance », dont le final « Abomination » est la meilleure illustration.

Non, Heaven Bled n’est pas un disque raté, loin de là. Il se situe dans une bonne moyenne de Thrash très violent et sombre, reste à l’image de son concepteur, et se veut honnête et légèrement ambitieux. Il s’écoute en partie avec plaisir, il suffit en effet de choisir ses morceaux préférés pour le ramener à une durée plus facile à supporter.

 Justifie-il une telle attente ? La réponse est probablement non, mais chacun jugera selon son humeur du moment. Mais je ne peux m’empêcher d’éprouver une profonde sympathie pour un musicien qui s’accroche à sa passion de cette façon depuis tant d’années, sans rien attendre d’autre que l’affection et la fidélité de fans qui ne l’ont jamais laissé tomber.

Titres de l'album:

  1. Il Mostro Di Firenze
  2. Final Feast
  3. Suicide
  4. Drawn & Quartered
  5. Heaven Bled
  6. Sadistic Domination
  7. Depopulation
  8. T.F.M.F
  9. Hypocrites
  10. Abomination

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/10/2016 à 09:42
65 %    383

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.