Si vous n’êtes pas un thrasher averti, si vous n’étiez pas un habitué des colonnes « chroniques » de Hard-Rock Magazine dans les années 80, ou spécialiste/anthropologue de la musique extrême australe depuis trente ans, il y a peu de chances que le nom de HOBBS' ANGEL OF DEATH vous dise quelque chose.

Il m’évoque pour ma part une large frange de la scène underground de l’époque, celle qui comptait dans ses ranges des hordes de groupes de série B qui ne sont jamais parvenus à imposer leur griffe sur la durée, encore moins de provoquer un séisme de leurs riffs tranchants.

L’histoire du groupe est plus ou moins celle de son leader, Peter Hobbs, musicien local désireux de jouer une forme assez particulière de Metal extrême, le « Virgin Metal », qu’il définissait lui-même comme une mouture très pure de Heavy, non dilué et non contraint à respecter des obligations de métissage pour séduire les masses. L’histoire du combo est assez trouble, et sa production plus qu’éparse. En trente ans d’existence depuis la première démo Virgin Metal Invasion From Down Under (à vos souhaits), HOBBS' ANGEL OF DEATH n’a sorti que trois longue durée, un split et une compilation, Hobb’s Satan’s Crusade, ce qui en fait un des ensembles les moins productifs du genre.

Car Peter aime les pauses. Enfin pas directement, mais il justifie ses longues absences par un professionnalisme et un perfectionnisme qui l’obligent à tenter le coup de l’album parfait à chaque occurrence, un peu de la même manière que Tom Schultz de BOSTON avait de réenregistrer à l’infini les parties de Third Stage jusqu’à ce qu’elles soient assez polies pour briller dans la nuit.

Mis à part le fait que Peter n’est pas Tom, et que HOBB’S n’est pas le BOSTON du Thrash Metal. Le premier album éponyme sorti en 1988 n’avait recueilli qu’une indifférence polie de la part des médias, et un intérêt léger des fanzines spécialisés, et faute avouée étant demie pardonnée, il faut reconnaître que le Metal assez passe-partout de l’ami Peter n’incitait pas à l’enthousiasme.

Après sept ans de disparition, l’animal bricola les ailes de son ange d’infortune pour lui permettre de s’envoler à nouveau sur Inheritance, un poil plus aventureux et inspiré que son prédécesseur, et une fois de plus, hiatus, et retour sur la scène à l’orée des années 2010 pour que l’aventure continue avec de nouveaux compagnons.

2016, troisième LP des Australiens, pour le compte des passionnés de Hell’s Headbangers Records, et dix ans de préparation pour donner un nouveau chapitre et éclairage sur la conception très personnelle du Virgin Metal de la part de Peter.

Musiciens affutés, créativité retrouvée, à quelle sauce allait-on être dévorés ? Il faut reconnaître que le plat d’aujourd’hui est plutôt relevé, même s’il ne révolutionnera pas les tables dressées en Europe pour célébrer le retour en fanfare d’un Thrash assez éprouvé, mais encore frais malgré les années.

« J’ai réenregistré le nouvel album trois fois. Mon but était d’offrir à l’industrie un album plus mature. Les tentatives précédentes étaient bonnes, mais je n’étais pas totalement satisfait du résultat, alors j’ai attendu patiemment d’être pleinement comblé par celui-ci. Et je pense que ça se ressent au travers du nouvel album. Je pense que Heaven Bled est aussi bon que mes précédents disques, écrit et produit par moi-même, et plus ouvert et propre à satisfaire une large part de l’auditoire Metal ».

Il est évident qu’un concepteur ne va pas dénigrer son propre travail, mais est-ce qu’un regard objectif pourra corroborer cet enthousiasme avec toute l’objectivité nécessaire ?

En partie oui, puisque Heaven Bled dame largement le pion aux deux précédentes réalisations de Peter en termes d’efficacité et de créativité.

Les morceaux sont longs mais bien construits, la technique, bien qu’affirmée ne prend pas le pas sur la brutalité, et le tout n’est pas dénué d’une certaine finesse d’esprit et de trait.

L’homme s’est même permis quelques brûlots vraiment chauds, comme en témoigne le lapidaire et concassant « Final Feast », qui effleure les traits les plus symptomatiques de SLAYER en les confrontant au purisme Metal du JUDAS PRIEST le plus radical. Comprenez par cette comparaison, « «Painkiller » se prend Christ Illusion en pleine gueule », ce qui vous en conviendrez, est une image assez…imagée.

Breaks à profusion, parties Heavy, accès de fièvre Thrash, le modus operandi de Peter n’a pas changé, mais est effectivement parvenu à un stade de maturation avancé. On y retrouve tous les tics du sympathique compositeur Australien, ces riffs de guitare qui virevoltent comme des pies en plein vol et qui sonnent parfois un poil accélérés au mixage, ces rythmiques ébouriffantes de virtuosité violente, et ces pavés massifs balancés en pleine face d’amateurs de Metal un peu trop timorés.

La méthode atteint même une certaine perfection dans l’exécution, et le dantesque « Suicide » permet même de retrouver les sensations éprouvées il y a quelques dizaines d’années, lorsque le Thrash luttait encore de ses dernières forces contre un Death implacable prêt à le terrasser.

Pics de vitesse appréciables, soli incandescents, harangues vocales véhémentes, pilonnage incessant palliant une créativité aux abonnés absents, c’est une façon de procéder rassurante pour les hordes thrashisantes qui regrettent leur headbanging d’antan.

Efficace donc, mais Heaven Bled à les défauts de ses qualités. En tapant sur l’heure de production, il renonce à la brièveté indispensable à ce genre de réalisations, et tombe dans le piège du pétard à la mèche trop longue. Les idées se retrouvent usitées à intervalles réguliers, et le gosier de Peter à souvent tendance à hurler dans le vide («Heaven Bled », aux pourtant délicieuses intonations Death). Trop plus trop égale pas assez, malgré quelques intros morbides bien senties (« Depopulation », que n’aurait pas renié un OBITUARY fatigué des notices nécrologiques), et quelques rondes de riffs agités par des blasts possédés (« Il Mostro Di Firenzi »). La production un peu concentrée n’aide pas vraiment à décoller, même si elle favorise certains morceaux « à ambiance », dont le final « Abomination » est la meilleure illustration.

Non, Heaven Bled n’est pas un disque raté, loin de là. Il se situe dans une bonne moyenne de Thrash très violent et sombre, reste à l’image de son concepteur, et se veut honnête et légèrement ambitieux. Il s’écoute en partie avec plaisir, il suffit en effet de choisir ses morceaux préférés pour le ramener à une durée plus facile à supporter.

 Justifie-il une telle attente ? La réponse est probablement non, mais chacun jugera selon son humeur du moment. Mais je ne peux m’empêcher d’éprouver une profonde sympathie pour un musicien qui s’accroche à sa passion de cette façon depuis tant d’années, sans rien attendre d’autre que l’affection et la fidélité de fans qui ne l’ont jamais laissé tomber.

Titres de l'album:

  1. Il Mostro Di Firenze
  2. Final Feast
  3. Suicide
  4. Drawn & Quartered
  5. Heaven Bled
  6. Sadistic Domination
  7. Depopulation
  8. T.F.M.F
  9. Hypocrites
  10. Abomination

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/10/2016 à 09:42
65 %    338

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Kryzees + Manigance + King Crown

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)