Heaven Bled

Hobb's Angel Of Death

14/10/2016

Hell's Headbangers Records

Si vous n’êtes pas un thrasher averti, si vous n’étiez pas un habitué des colonnes « chroniques » de Hard-Rock Magazine dans les années 80, ou spécialiste/anthropologue de la musique extrême australe depuis trente ans, il y a peu de chances que le nom de HOBBS' ANGEL OF DEATH vous dise quelque chose.

Il m’évoque pour ma part une large frange de la scène underground de l’époque, celle qui comptait dans ses ranges des hordes de groupes de série B qui ne sont jamais parvenus à imposer leur griffe sur la durée, encore moins de provoquer un séisme de leurs riffs tranchants.

L’histoire du groupe est plus ou moins celle de son leader, Peter Hobbs, musicien local désireux de jouer une forme assez particulière de Metal extrême, le « Virgin Metal », qu’il définissait lui-même comme une mouture très pure de Heavy, non dilué et non contraint à respecter des obligations de métissage pour séduire les masses. L’histoire du combo est assez trouble, et sa production plus qu’éparse. En trente ans d’existence depuis la première démo Virgin Metal Invasion From Down Under (à vos souhaits), HOBBS' ANGEL OF DEATH n’a sorti que trois longue durée, un split et une compilation, Hobb’s Satan’s Crusade, ce qui en fait un des ensembles les moins productifs du genre.

Car Peter aime les pauses. Enfin pas directement, mais il justifie ses longues absences par un professionnalisme et un perfectionnisme qui l’obligent à tenter le coup de l’album parfait à chaque occurrence, un peu de la même manière que Tom Schultz de BOSTON avait de réenregistrer à l’infini les parties de Third Stage jusqu’à ce qu’elles soient assez polies pour briller dans la nuit.

Mis à part le fait que Peter n’est pas Tom, et que HOBB’S n’est pas le BOSTON du Thrash Metal. Le premier album éponyme sorti en 1988 n’avait recueilli qu’une indifférence polie de la part des médias, et un intérêt léger des fanzines spécialisés, et faute avouée étant demie pardonnée, il faut reconnaître que le Metal assez passe-partout de l’ami Peter n’incitait pas à l’enthousiasme.

Après sept ans de disparition, l’animal bricola les ailes de son ange d’infortune pour lui permettre de s’envoler à nouveau sur Inheritance, un poil plus aventureux et inspiré que son prédécesseur, et une fois de plus, hiatus, et retour sur la scène à l’orée des années 2010 pour que l’aventure continue avec de nouveaux compagnons.

2016, troisième LP des Australiens, pour le compte des passionnés de Hell’s Headbangers Records, et dix ans de préparation pour donner un nouveau chapitre et éclairage sur la conception très personnelle du Virgin Metal de la part de Peter.

Musiciens affutés, créativité retrouvée, à quelle sauce allait-on être dévorés ? Il faut reconnaître que le plat d’aujourd’hui est plutôt relevé, même s’il ne révolutionnera pas les tables dressées en Europe pour célébrer le retour en fanfare d’un Thrash assez éprouvé, mais encore frais malgré les années.

« J’ai réenregistré le nouvel album trois fois. Mon but était d’offrir à l’industrie un album plus mature. Les tentatives précédentes étaient bonnes, mais je n’étais pas totalement satisfait du résultat, alors j’ai attendu patiemment d’être pleinement comblé par celui-ci. Et je pense que ça se ressent au travers du nouvel album. Je pense que Heaven Bled est aussi bon que mes précédents disques, écrit et produit par moi-même, et plus ouvert et propre à satisfaire une large part de l’auditoire Metal ».

Il est évident qu’un concepteur ne va pas dénigrer son propre travail, mais est-ce qu’un regard objectif pourra corroborer cet enthousiasme avec toute l’objectivité nécessaire ?

En partie oui, puisque Heaven Bled dame largement le pion aux deux précédentes réalisations de Peter en termes d’efficacité et de créativité.

Les morceaux sont longs mais bien construits, la technique, bien qu’affirmée ne prend pas le pas sur la brutalité, et le tout n’est pas dénué d’une certaine finesse d’esprit et de trait.

L’homme s’est même permis quelques brûlots vraiment chauds, comme en témoigne le lapidaire et concassant « Final Feast », qui effleure les traits les plus symptomatiques de SLAYER en les confrontant au purisme Metal du JUDAS PRIEST le plus radical. Comprenez par cette comparaison, « «Painkiller » se prend Christ Illusion en pleine gueule », ce qui vous en conviendrez, est une image assez…imagée.

Breaks à profusion, parties Heavy, accès de fièvre Thrash, le modus operandi de Peter n’a pas changé, mais est effectivement parvenu à un stade de maturation avancé. On y retrouve tous les tics du sympathique compositeur Australien, ces riffs de guitare qui virevoltent comme des pies en plein vol et qui sonnent parfois un poil accélérés au mixage, ces rythmiques ébouriffantes de virtuosité violente, et ces pavés massifs balancés en pleine face d’amateurs de Metal un peu trop timorés.

La méthode atteint même une certaine perfection dans l’exécution, et le dantesque « Suicide » permet même de retrouver les sensations éprouvées il y a quelques dizaines d’années, lorsque le Thrash luttait encore de ses dernières forces contre un Death implacable prêt à le terrasser.

Pics de vitesse appréciables, soli incandescents, harangues vocales véhémentes, pilonnage incessant palliant une créativité aux abonnés absents, c’est une façon de procéder rassurante pour les hordes thrashisantes qui regrettent leur headbanging d’antan.

Efficace donc, mais Heaven Bled à les défauts de ses qualités. En tapant sur l’heure de production, il renonce à la brièveté indispensable à ce genre de réalisations, et tombe dans le piège du pétard à la mèche trop longue. Les idées se retrouvent usitées à intervalles réguliers, et le gosier de Peter à souvent tendance à hurler dans le vide («Heaven Bled », aux pourtant délicieuses intonations Death). Trop plus trop égale pas assez, malgré quelques intros morbides bien senties (« Depopulation », que n’aurait pas renié un OBITUARY fatigué des notices nécrologiques), et quelques rondes de riffs agités par des blasts possédés (« Il Mostro Di Firenzi »). La production un peu concentrée n’aide pas vraiment à décoller, même si elle favorise certains morceaux « à ambiance », dont le final « Abomination » est la meilleure illustration.

Non, Heaven Bled n’est pas un disque raté, loin de là. Il se situe dans une bonne moyenne de Thrash très violent et sombre, reste à l’image de son concepteur, et se veut honnête et légèrement ambitieux. Il s’écoute en partie avec plaisir, il suffit en effet de choisir ses morceaux préférés pour le ramener à une durée plus facile à supporter.

 Justifie-il une telle attente ? La réponse est probablement non, mais chacun jugera selon son humeur du moment. Mais je ne peux m’empêcher d’éprouver une profonde sympathie pour un musicien qui s’accroche à sa passion de cette façon depuis tant d’années, sans rien attendre d’autre que l’affection et la fidélité de fans qui ne l’ont jamais laissé tomber.

Titres de l'album:

  1. Il Mostro Di Firenze
  2. Final Feast
  3. Suicide
  4. Drawn & Quartered
  5. Heaven Bled
  6. Sadistic Domination
  7. Depopulation
  8. T.F.M.F
  9. Hypocrites
  10. Abomination

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/10/2016 à 09:42
65 %    560

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Hey voilà un truc intéressant. Un peu court pour juger, mais ça m'a évoqué un peu comme si Primordial faisait du thrash. M'en vais suivre ca se près. Merci

15/07/2020, 11:00

Humungus

LeMoustre + 1.

15/07/2020, 08:29

LeMoustre

La même. Sauf que je préfère le 1er album au second. M'enfin, celui-ci est dans le panier. Bon groupe assez personnel en plus.

14/07/2020, 17:47

LeMoustre

Commande faite en LP et CD. Super label en plus. Hâte...

14/07/2020, 17:45

Gargan

Arkona, ça restera toujours pour ma pomme le groupe d'un premier album, "imperium". De la seconde vague bien foutue qui grésille, avec le petit truc, le charme, l'ambiance, enfin on se comprend...

14/07/2020, 14:02

Jus de cadavre

Mais oui c'est juste excellent ça ! Bien vu pour le coté Dissection, juste terrible !

14/07/2020, 13:59

Jus de cadavre

Boss HM-2 worship ! Excellent !

14/07/2020, 13:42

Saddam Mustaine

Je prefere Vader comme porte drapeau de la Pologne.

14/07/2020, 12:32

Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35