Pic caniculaire aujourd’hui, plus de 41 degrés en début d’après-midi. Ce chiffre vous donne chaud ? Vous ne pouvez plus supporter ce soleil ? Tout vous semble étouffant, oppressant, désagréablement collant et gluant ? Parfait, car en bon petit sadique que je suis, j’ai exactement ce qu’il vous faut pour faire bouillir vos oreilles, les seules probablement épargnées par cette météo estivale éprouvante. Et d’ailleurs, c’est avec un plaisir masochiste non feint que j’ai retrouvé trace d’un groupe qui m’avait profondément marqué il y a quatre ans, en sortant son premier EP de nulle part, et en renaissant tel un phœnix de mauvaise augure… THROES et moi, c’est donc une longue histoire de perte de vue, mais de passion totale, puisque To Dust, leur premier effort m’avait convaincu de la capacité du Sludge à s’extirper de sa condition un peu trop monolithique, en agençant le bloc un peu différemment, et en l’aérant de petites touches d’Indus, de Hardcore et d’une attaque chaotique ne démentant pourtant pas les préceptes de lourdeur. In The Hands Of An Angry God, leur premier long rattrape donc le temps perdu inutilement, et confirme l’excellente impression que je m’étais faite d’eux, en accentuant encore plus le sentiment de puissance, de claustrophobie, et la vilénie ambiante le confinant à la psychose la moins avouable. Petit rappel des faits, THROES nous vient de Boise, Idaho, ville dans laquelle le groupe s’est formé sur les cendres de BONE DANCE et DOWNSIDED (une plus petite partie toutefois), prolongeant donc ses travaux antérieurs et continuant d’être obnubilé par l’agression sous sa forme la plus compacte. Du Sludge, ces cinq musiciens (Tyler Squire, Phillip Davis, Kasey Richardson, Morgan Mechling, Bryce Kresge) n’ont retenu que les principes les plus malsains, cette pesanteur excessive, ces vocaux semblant émaner d’un gosier trop usé par la vie et la colère, cette résignation dans le chaos qui tend vers le désespoir le plus absolu sans piocher dans les astuces du Doom, et cet unisson entre guitare/basse et batterie qui produit une déflagration énorme et laissant chancelant.

Sauf qu’à l’instar de To Dust, In The Hands Of An Angry God n’est pas que du Sludge, et loin de là. Et s’il n’en était que, il serait déformé, travesti, alourdi, épaissi, au point finalement de prendre de faux airs de In The Name of the Suffering de EYEHATEGOD, quelques décennies plus tard. On y retrouve cet instinct maladif qui privilégie les riffs les plus moisis et nauséeux, cette façon de traiter le Heavy comme s’il devait n’être qu’un paroxysme, ce goût pour les cassures soudaines qui contrastent avec les longues litanies plaintives, et cette manière d’arranger le tout comme un virus incurable qui vous purge de toute illusion. En gros et en détail, tout ce qu’une musique lourde et poisseuse devrait être pour rester dangereuse pour la santé mentale… Et en continuant le travail de sape entrepris sur l’EP précédent, les THROES nous balancent à la face un manifeste de haine repeint comme une vieille cabane de pêcheur mort depuis deux ans, mais dont la disparition n’inquiète plus personne. Avec des influences notables, BOTCH, ISIS, NEUROSIS, EYEHATEGOD, mais aussi les UNSANE, et le early SWANS dans les moments les plus hypnotiques, le quintet nous brosse donc un portrait de l’existence à la beauté inversement proportionnelle à cette sublime pochette (une constante chez eux, comme pour tamiser la laideur de beauté), et parvient à rendre le Sludge encore plus difficilement assimilable en plusieurs écoute répétées.

Pourtant, leur recette n’a rien de novateur. Les américains utilisent les itérations les plus irritantes, accentuent la portée de leurs riffs en appuyant sur la distorsion, se permettent des emprunts presque Ambient à la MEETHOOK SEED (« Disillusion », à la limite du Post, mais d’un seul pied et l’autre fermement ancré en terre Doom), et nous amadouent d’un morceau plus nerveux que la moyenne qui fait celle entre le Sludge et le Chaotic Core (« Bad Meat »). On pense en plusieurs occasions à une synthèse des courants mortifères de New-York et de Louisiane (un cocktail UNSANE/NOLA tout à fait infect, mais délicieux), à une dérivation des courants tumultueux de NEUROSIS (« They Never Spoke », mais en version moins centripète et plus centrifuge, les malins attirent mais ne partagent pas), et en définitive, à du vrai méchant, qui accélère, conteste, tempête, créé le tumulte pour mieux rendre mal à l’aise et virer presque sur la tangente Black (« Nothing New », Blackened Core pas du tout avoué, mais tangible dans les faits, et plus agressif que bon nombre de combos du cru). Pour en arriver à une telle efficience, rien n’est laissé au hasard, et toutes les astuces les plus probantes sont utilisées. La dissonance et les stridences qui s’opposent à des riffs encore plus massifs que du ISIS passé au ralenti (« Derelict », SUN O))) est encore loin, mais pas tant que ça), les rares mélodies qui sont torturées jusqu’à se plier sur elles-mêmes (« From Their Nails », ou comment visualiser une pauvre victime qui essaie de s’extirper de sa condition en se cassant les ongles sur les pierres de la cave), et les grooves qui sont aplatis pour laisser les guitares tout brûler à la ronde (belle performance du batteur sur le compressant « Ruin »).

Sans aller jusqu’à vous faire un dessin, vous aurez compris qu’ici, seules les ténèbres comptent, et que pour les mettre en valeur, on ne laisse filtrer que de rares rais de lumière. La vilénie instrumentale a donc trouvé un nouveau maître du jeu, ce que l’on pressentait déjà sur l’épiphanique To Dust. Mis à part que pendant quarante minutes, In The Hands Of An Angry God en ridiculise toutes les secondes de son assurance de serial-killer anonyme, tuant des victimes harmoniques avec une froideur incroyable, et renvoyant tous les apprentis-psychopathes à leurs chères études primaires. Et par extension, et après analyse à chaud, ce premier LP donne froid dans le dos, ce qui est plutôt bénéfique les jours de canicule. Des gouttes de peur qui ruissèlent sur le front, un écoulement acide sur les reins, et la terreur s’installe, oppressante, désagréablement collante et gluante.

   

Titres de l’album :

                           1.Bad Meat

                           2.They Never Spoke

                           3.Nothing New

                           4.Derelict

                           5.From Their Nails

                           6.Carrion

                           7.Disillusion

                           8.Ruin

                           9.Fang

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/10/2019 à 18:34
90 %    82

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...