Certains sont obsédés par Tolkien, et pillent son héritage au point de se grimer en Gandalf, d’autres se focalisent sur l’univers virtuel de World of Warcraft et tirent à vue, pendant qu’une poignée de fondus préfèrent s’immerger dans les mondes médiévaux de Donjons et Dragons, histoire de nous raconter des histoires fantasmagoriques. Après tout, chacun sa passion, et je ne vois rien à y redire. Surtout lorsqu’ils illustrent leur fixation d’une bande-son au-dessus de tout soupçon. Après tout, nous sommes tous restés de grands enfants, alors autant joindre l’inutile à l’agréable, et garder en tête que la puérilité peut parfois prendre la forme d’un professionnalisme passionné. C’est en tout cas ce qui ressort du parcours des sud-californiens de GYGAX (du nom du créateur du fameux jeu susmentionné), qui depuis 2016 combinent les mondes du jeu vidéo et de la musique, avec un bonheur jouissif. Mais avec un tel line-up, et des anciens/actuels membres de références comme GYPSYHAWK, SKELETONWITCH, SORCERER, HUNTRESS, WARBRINGER, MANTIC RITUAL, ou PENTAGRAM, la qualité se devait d’être au rendez-vous, ce qu’a très rapidement confirmé leur premier et célébré album Critical Hits, qui il y a deux ans avait bien affolé la planète vintage, toujours prompte à s’approprier les travaux de musiciens rodés à l’exercice de la nostalgie. On découvrait à l’époque un groupe fasciné par l’héritage de THIN LIZZY, pouvant même prétendre au titre de tribute-band indirect le plus crédible qui soit, mais la suite laissait planer quelques interrogations…Les américains pouvaient-ils continuer de nous captiver en se fixant sur des sonorités éprouvées, ou devaient-ils légèrement dévier de leur route pour rester gravé dans les mémoires ? La réponse nous est donc prodiguée aujourd’hui par la sortie de leur second LP, ce 2nd Edition au titre classique, et à la musique ne l’étant pas moins.

Eric Harris (basse, chant), Bryant Throckmorton (guitare), Jeff Potts (guitare) et Ian Martyn (claviers) n’ont donc pas renoncé à honorer le travail du métissé irlandais Phil Lynott, mais ils ont pris le soin de moduler quelque peu leur admiration, en trempant leur inspiration dans les eaux pures de la NWOBHM, sans pour autant durcir le ton et se noyer dans la masse des suiveurs découvrant sur le tard les bienfaits de la tierce mélodique et de la rythmique élastique. Nous retrouvons donc ce son si smooth, qui laisse une impression agréable aux oreilles, les titillant sans les irriter, et gardant la distorsion dans des proportions acceptables, se posant toujours à la jonction d’un Rock typiquement 70’s et d’un Hard Rock méchamment 80’s, sans paraître hésitant quant au choix de leur camp. Doté d’une production quasiment parfaite, 2nd Edition s’impose donc comme une suite logique, mais qui ne se contente pas de répéter les formules de son aîné sans chercher à les perfectionner. A l’écoute de ce nouvel effort, on pourrait toujours croire que les GYGAX furent il y a longtemps exilés de leur Scandinavie natale, mais ce leurre auditif ne doit pas faire oublier qu’ils viennent bien de Californie, et non de Stockholm, bien que nos cousins suédois soient toujours des maîtres en la matière. Mais leur suprématie est remise en cause par cette succession de chansons heureuses et moelleuses, qui réconcilient deux décennies, tout en pistant les traces de Jailbreak, Thunder And Lightning, et Bad Reputation sans passer pour des stalkers psychopathes, désireux de s’approprier les qualités de leur victime. On trouve même quelques indices d’une inclinaison early MAIDEN assez prononcée, notamment sur « Song Of The Silverhands » qui rappelle les débuts de la bande à Steve Harris, mais globalement, la tonalité générale n’a pas vraiment changé d’un iota, et la qualité atteint une fois de plus un niveau extraordinaire.

En optant pour une concision leur évitant de trop flagrantes répétitions, les californiens ont fait le bon choix, et cette demi-heure passée en leur compagnie à des allures de visite un peu trop rapide d’amis qu’on aurait bien souhaité inviter à rester. Si quelques inquiétudes subsistaient, comme je le précisais, elles sont vite balayées par l’entame magique et trépidante de « Dice Throwers & Rock 'n' Rollers », qui galope d’un tempo bondissant et qui électrise d’un riff mordant, avant qu’une fois de plus les guitares ne s’unissent dans un ballet virevoltant, laissant le chant d’Eric Harris faire son office, de ses harangues polies mais fermes. On s’y croirait vraiment, puisque la composition est sublimée d’une production vintage aux graves polissons, et aux médiums policés, développant une rondeur alléchante qui provoque plus qu’elle n’agresse. Blues, Rock, Hard-Rock, tout est une fois de plus passé en revue, avec un brio indéniable, et le trip est intégral, nous transcendant d’un riff à la bonhommie rassurante (« It Makes It Worth It »), ou d’une cavalcade rythmique qui transforme les pieds en métronome pour une ballade enlevée sur les chemins du passé (« The Lascivious Underdark »). Les accointances avec l’ex-gang de Dublin sont toujours aussi frappantes, spécialement lorsque l’ambiance troque la puissance contre la nuance (« Pure Hearts », on s’y croirait, et c’est vraiment charmant), mais loin de se vouloir habiles clones d’une référence depuis longtemps passée à la postérité, les GYGAX savent aussi s’adapter, et revenir sur les côtes anglaises de la NWOBHM, via un « Songs Of The Silverhands » déjà abordé plus en amont, qui confirme l’inspiration plurielle qui les anime. S’inspirer oui, mais en ne choisissant que les meilleurs, en en imitant avec le cœur, ce que prouve la basse bondissante d’Eric qui singe les tics surexcités des doigts de Steve Harris, pour un instant de bonheur Hard-Rock incandescent.

Ça déroule comme à la parade, et ces nouveaux hits se glissent dans l’ombre des premiers pour profiter de leur lumière, n’hésitant pas à se montrer plus dociles pour nous charmer d’un entremêlement de guitares séduisant (« Wish », et sa magnifique intro qui pourrait donner des sueurs froides aux maîtres suédois). On passe par la case Blues intimiste (« Heavy Meddle » à la clarté à peine soulignée d’arrangements subtils, mais sublimée d’une mélodie gracile), avant d’adopter une posture finale proto-Punk, clavier déchaîné à l’appui, pour une dernière salve avant la nuit (« Second Wind », ou comment porter la NWOBHM aux nues sans finir la nuit tout nu). Les jeux vidéo et la grâce des héros musicaux n’est donc pas chose incompatible, et si le concept au départ pouvait prêter à sourire, 2nd Edition balaie du revers de ses manches les quelques récriminations ironiques pour nous offrir une demi-heure de Rock héroïque, intronisant les GYGAX nouveaux rois du Hard Rock de papa. De la nostalgie d’accord, mais du Rock d’abord, et gageons que si feu notre ami Phil entend ses enfants reprendre ses thèmes avec autant d’allant, il doit être fier d’avoir tenu la barre aussi fermement. Lui qui nous manque toujours cruellement, mais qui a su laisser un héritage que beaucoup se partagent avec talent.


Titres de l'album:

  1. Dice Throwers & Rock 'n' Rollers
  2. It Makes It Worth It
  3. The Lascivious Underdark
  4. Pure Hearts
  5. Song of the Silverhands
  6. Wish
  7. Heavy Meddle
  8. Second Wind

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/04/2018 à 14:28
80 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...