Unhumanized

Cianide

13/12/2019

Hell's Headbangers Records

Trente ans d’existence pour seulement six LP. On ne peut pas dire que les américains de CIANIDE soient du genre prolifique ou encombrant. C’est d’ailleurs l’un des arguments promotionnels de leur label, qui pointe le fait que le groupe n’a jamais recherché la quantité, mais bien la qualité. Tout ça est bien joli, mais lorsqu’on est fan, on attend un peu plus de son groupe fétiche qu’une apparition tous les sept ou huit ans, et c’est pourtant le laps de temps qui sépare ce nouvel EP du précédent LP, Gods of Death, publié en 2011. Depuis, rien ou pas grand-chose, un simple split avec les affamés nécrophiles de NEKROFILTH, et c’est tout. Alors les CIANIDE, inspiration en berne, hibernation prolongée, ou attente du moment pertinent pour émerger de votre caverne perdue au fin fond de l’Illinois ? On ne connaîtra jamais la réponse à l’énigme, alors autant prendre cet EP pour ce qu’il est. Une nouvelle tranche de mort old-school, qui n’a absolument pas tenu compte de l’évolution du genre, et qui continue de considérer les méthodes d’embaumement des années 80 comme le nec plus ultra des  préparatifs mortuaires. Toujours aussi véhément, le power-trio (Mike Perun – chant/basse, Scott Carroll – guitares et Andy Kuizin – batterie, soit un line-up inchangé depuis plus de vingt ans) revient donc nous conter fleurette fanée sur fond d’exactions Death du plus bel effet, continuant d’accentuer sa rigor mortis de quelques inflexions Doom du plus bel effet pour se poser en garant de la légende ; ce qu’il est à n’en point manquer. De fait, aucune surprise à attendre d’un format court qui ne fait que reprendre des méthodes éprouvées, et aucun changement dans la continuité, la mort n’étant qu’un processus inamovible qui n’a guère besoin d’être enjolivé par des fioritures. Production toujours aussi craspec, mais instruments discernables, les CIANIDE soulignent encore leur allégeance à la vieille école, et préfèrent leur Death putride, mais compréhensible. C’est ainsi que les sempiternelles influences (plutôt des contemporains d’ailleurs) remontent à la surface des marais, pour empester l’air ambiant de leurs effluves nauséabonds.

En gros, ça pue, mais ça pue bon. Nous retrouvons donc ce Death joué médium en termes de vitesse, mais aussi lourd qu’un cadavre à sortir de la flotte après y avoir stagné des semaines. Après plus de trente ans de carrière, il ne fallait pas attendre du trio qu’il se remette en cause, mais plutôt en selle, un silence de huit ans ne se comblant pas par un simple « fuck you ! » balancé comme une bravade. Par extension, Unhumanized fait tout ce qu’il peut pour honorer son titre et la réputation de ses concepteurs, et nous propose un instantané 2019 de la douleur auditive et de la pesanteur rythmique. Toujours aussi adeptes d’une cadence maîtrisée, les trois américains rendent hommage au style de leur pays, citent AUTOPSY, MASTER, mais aussi l’Europe de BOLT THROWER, pour une longue litanie de cinq morceaux et vingt-cinq minutes de gravité instrumentale. On comprend vite ce qui nous attend en écoutant « Serpent's Wake », trait d’union avec un passé glorieux, et réminiscence d’albums phare comme The Dying Truth ou Divide and Conquer. Certes, le tout est d’un classicisme désarmant, on pourrait presque anticiper les plans de quelques secondes, mais le tout est aussi efficace qu’un coup de pelle qui bouche définitivement une tombe de fortune creusée dans une forêt glauque et abandonnée. Riffs circulaires, batterie qui concasse, chant graveleux qui égrène ses litanies de mort, beat qui imite Crust pour mieux enterrer Death, et atmosphère qui sent bon les bas-fonds de Chicago, la ville du crime organisée. Loin d’avoir été enregistré dans les égouts, Unhumanized est aussi clair que son propos musical n’est sombre, mais on est tout de même heureux de retrouver le groupe en étant de disgrâce, avec toujours cette solide dose de groove qui allège un peu l’oppression ambiante, et qui sonne même joyeux en certaines occasions (« Traitors », le meilleur raccourci entre ENTOMBED et BOLT THROWER disponible sur le marché).

Traditionalisme, efficacité, les valeurs n’ont pas changé. Mais sous de fausses apparences simplistes, le trio nous trousse encore des morceaux évolutifs, qui prennent leur temps sans gaspiller leurs forces. CIANIDE frappe toujours aussi fort et toujours aussi bien, comme le confirme le long mais éprouvant « Unhumanized » et ses six minutes de savoir-faire Doom/Death. Gras, pesant, suintant, le Death des originaires de l’Illinois se montre toujours aussi chauffé, attendrissant la viande avant de la trancher, et nous offrant de longs passages à la machette lourds comme un orage qui gronde. Rois du dépeçage propre et net, les musiciens connaissent depuis longtemps les meilleures astuces, et alternent la violence sourde et la brutalité sans bourdes, pour nous offrir une nouvelle pelletée d’hymnes. Ces nouveaux hymnes ont d’ailleurs le cachet 80’s/90’s le plus fameux, comme le démontre l’intro sale et purulente de « Shadow of the Claw », manifeste Doom/Death qui schlingue la putréfaction et les morceaux de barbaque infestés de mouches. C’est lent, processionnel, ça prend aux tripes et ça rentre dans les narines, mais c’est jouissif comme une exécution sommaire à la Texas Chainsaw Massacre, avec crocs de boucher qui semblent sortir du casque pour vous écorcher les tympans. Alors certes, j’en conviens, tout ceci est éminemment conventionnel, ne prend aucun risque, respecte tous les dogmes, mais le tout est emballé dans un paquet cadeau dégoulinant de sang, et le résultat traîne en bouche comme un vieux bout de cuisse avarié. Huit ans, un EP, c’est évidemment un peu court, mais il ne serait pas étonnant que la bande nous en revienne avec un format plus long pour continuer de nous torturer les oreilles avec un plaisir sadique. Plaisir partagé évidemment, puisque lorsqu’il s’agit de Death de cette qualité, nous sommes tous volontiers masochistes. 


Titres de l'album :

                         01. Serpent's Wake

                         02. Unhumanized

                         03. The Weapon of Curse

                         04. Traitors

                         05. Shadow of the Claw

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/04/2020 à 18:21
80 %    312

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
10/04/2020, 02:48:47
Groupe dont je suis über fan depuis le lycée.
"Pour se poser en garant de la légende ; ce qu’il est à n’en point manquer"...
What else ?

jefflonger
@90.51.16.209
18/04/2020, 18:56:58
je ne connaissais pas le groupe malgré leurs 30 années, ta chro donne envie, tout ce que j'aime

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17

Simony

Par contre l'entrée sur scène toutes lumières allumées, un petit jam et une reprise c'est assez original. Malgré tout, ça reste un groupe qui a souvent tenté des choses pour proposer un truc en plus à son public.
Après perso, j'adore Load, peut-être aussi parce que c'est le 1° METAL(...)

03/06/2020, 14:48

Jus de cadavre

D'autant plus que c'est pas mal du tout je trouve ! Et je plussoi totalement pour Global Metal, c'est un très bon docu. Bien mieux que son premier et plus connu Voyage au coeur de la bête pour moi.

03/06/2020, 14:21

Wildben

Excellent!
Super découverte, d'autant que le reste de la discographie a l'air au niveau. Le traitement des voix me rappelle parfois également Anacrusis.

03/06/2020, 14:03

Hair-dressing Curiosity

La triste époque des nuques rases, avec cette impression de reniement complet de leur ADN dans le look et le son. Je trouve ça pénible à regarder, comme de vieilles photos qu'on ressort de la boite pour mieux vouloir les replanquer sous la pile.

C'est très curieux que James ait ens(...)

03/06/2020, 13:30

Grinding Velocity

Ca me fait toujours délirer ce genre de groupe totalement exotique venu du trou du cul du monde. :-)
Et là je repense au très bon docu de Sam Dunn, "Global Metal".
Cette musique s'est VRAIMENT mondialisée.

03/06/2020, 12:34

Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30