United $tate$ of Anarchy

Evildead

30/10/2020

Steamhammer/spv

Célébrons le retour d’un autre brutos de la fin des années 80, un an après le comeback surprise d’EXHORDER pour nous offrir un Mourn the Southern Skies impeccable. Certes, EVILDEAD n’a jamais joué dans la même catégorie que les enragés de Louisiane, et si leurs deux albums proposaient à l’époque un Thrash impeccable et presque old-fashion pour son époque, ils n’en restaient pas moins des héros de seconde division au CV déjà chargé. Formé en 1986, EVILDEAD était alors plus connu pour les implications passées de ses membres fondateurs, et les séjours de Juan Garcia au sein d’AGENT STEEL et ABATTOIR, ces derniers ayant aussi vu passer en leur sein le chanteur Phil Flores et le batteur Rob Alaniz, alors que Karlos Medina avait lui aussi taquiné sa basse dans AGENT STEEL. Et presque trente ans après leur dernier témoignage discographique, les mêmes reviennent, remontés comme des pendules à l’heure de la Bay Area pour signer le troisième chapitre d’une saga qui avait trouvé son épilogue en 1995, après la sortie de Live....from the Depths of the Underworld et d’une ultime démo en 1994 (Terror). Mais ne nous leurrons pas, aussi réussi fut The Underworld, c’est bien Annihilation of Civilization qui marqua les esprits des thrasheurs en 1989, alors justement que le Thrash de papa cédait violemment la place au Death de fiston, la Floride remplaçant la Californie dans le cœur des fans d’extrême. Mais aujourd’hui, nous sommes en 2020 (comment l’oublier…), et le Thrash a retrouvé ses lettres de noblesse depuis longtemps, la jeune génération admirative de l’ancienne donnant envie aux anciens héros de repartir sur le champ de bataille pour tirer quelques cartouches avant la retraite définitive.

Remis en selle par un deal avec SPV/Steamhammer, EVILDEAD revient donc nous prouver qu’il n’a rien perdu de sa superbe, et rien que le line-up historique à des allures de vieille photo de classe. On retrouve donc dans le groupe trois de ses membres fondateurs, Rob Alaniz (batterie, parti en 1990), Juan Garcia (guitare, le seul membre permanent de la formation), et Phil Flores (chant), et deux autres qui ont aussi largement contribué à la légende, Albert Gonzales (guitare) et Karlos Medina (basse), mais aussi d’autres acteurs de la scène d’époque aussi importants que le groupe. La pochette a ainsi été soignée par le mythique Ed Repka, dont on reconnaît immédiatement le trait, et la production par Bill Metoyer (D.R.I, FLOTSAM & JETSAM, SACRED REICH, ATROPHY, TOURNIQUET, SAVAGE GRACE, SLAYER), soit la fine fleur des représentants Thrash d’une époque qui n’a de cesse de revenir à la mémoire. C’est donc un véritable pèlerinage en terre sacrée que nous propose United $tate$ of Anarchy et ses dollars judicieusement et malicieusement placés, et un pur album de Thrash californien, tels qu’on pouvait les savourer il y a trente ans. Pour ce faire, le groupe n’a pas eu à changer ses habitudes, à tel point qu’on a parfois l’impression d’entendre des classiques de l’époque, avec ce très syncopé et entêtant « Without A Cause » qui ressemble à s’y méprendre à une autocitation de « Annihilation of Civilization ». Car oui, même après trois décennies d’absence discographique (le groupe s’était brièvement reformé entre 2008 et 2012, sans ne rien produire d’autre qu’un single, « Blasphemy Divine », que l’on retrouve ici), Juan et ses complices n’ont pas perdu la main, et n’ont pas l’intention de jouer autre chose que ce qu’ils ont toujours joué.   

Il est donc tout à fait raisonnable d’envisager United $tate$ of Anarchy comme la suite logique de The Underworld, voire l’album qui aurait pu être proposé à sa place pour reprendre le flambeau d’Annihilation of Civilization. Rien de neuf sous le soleil de Los Angeles, mais une envie qu’on sent dès les premières mesures, et une jeunesse retrouvée, certainement amplifiée par le désir de montrer aux petits jeunes que les anciens sont encore capables d’en découdre. Les fans de la formation ne seront donc aucunement déstabilisés par les neuf morceaux originaux, qui dès l’entame « The Descending » reprennent à la lettre la formule employée à la fin des années 80. Inutile donc de vous attendre à autre chose qu’un Thrash simple, franc et massif, de celui qu’on savoure réchauffé trois ou quatre fois par semaine, mais préparé cette fois-ci par de grands chefs de la seconde division et de la troisième vague Thrash ricaine. La voix de Phil Flores est toujours aussi mordante, et les chœurs à la MADBALL toujours aussi efficaces, EVILDEAD continuant d’accommoder son Metal à la sauce légèrement crossover. Et si le groupe incarnait plus ou moins la frange extrême du Thrash de la fin des années 80, il se place aujourd’hui dans une moyenne de brutalité et de fluidité, proposant des chansons qu’on peut anticiper sans peine, et ne prenant ainsi aucun risque. Et à la différence d’EXHORDER qui a été capable de se transcender pour sortir l’album de sa vie, signant ainsi son retour en lettres de sang, EVILDEAD se satisfait très bien d’un simple panaché de ses deux seuls témoignages, les résumant en moins de quarante minutes pour ne pas trop s’incruster.

On ne risque donc pas la lassitude, mais on ne peut pas non plus saluer la performance, malgré la qualité constante de l’écriture, dans un créneau plus que classique. Les riffs sont efficaces et formels, le phrasé ferme, la rythmique constante et pulsée, et si le tout sent quand même un peu le réchauffé, la joie de retrouver un groupe que l’on a vraiment aimé prend le dessus. L’utilisation un peu systématique d’un up-tempo joyeux pourra rebuter les fans de violence ouverte, mais le très DEATH ANGEL « Napoleon Complex », ou l’ambitieux « Seed Of Doubt » sauront satisfaire les fans d’un Thrash non édulcoré, et joué trempé dans son jus. Le son concocté par Bill, clair et joyeux est évidemment impeccable, quoique parfois un peu trop clean, mais les accélérations fulgurantes (« Blasphemy Divine », replacé avec flair) et les associations heureuses (« A.O.P. / War Dance ») permettent à United $tate$ of Anarchy de largement passer la barre, et de s’inscrire dans les réussites old-school de son temps. En plus, en cadeau incongru, la bande nous emballe une reprise rigolote de la scie radiophonique « Planet Claire » des B-52's, qui trouve ici un éclairage moins robotique tout en respectant la cadence et le style de l’original. Alors, des chansons prévisibles mais efficaces, une production nickel, une pochette qui replace la mascotte entre les mains de son créateur, et une reprise bien sentie, voilà un bilan honnête pour EVILDEAD, à défaut d’une adhésion massive et d’un culot manifeste. Une reprise de contact qui fait plaisir à défaut de faire couler les larmes aux yeux.           

                                                                                              

Titres de l’album:

01. The Descending

02. Word Of God

03. Napoleon Complex

04. Green House

05. Without A Cause

06. No Difference

07. Blasphemy Divine

08. A.O.P. / War Dance

09. Seed Of Doubt

10. Planet Claire 2020 (B-52's cover)


Facebook officiel


par mortne2001 le 26/11/2020 à 15:08
80 %    204

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
29/11/2020, 14:46:38

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :

Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.

Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ...


mortne2001
membre enregistré
29/11/2020, 19:02:24

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."

Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes   


LeMoustre
@93.4.16.166
30/11/2020, 14:38:21

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Très beau message. Mais si le tissu économique et culturel d'un pays peut-être sacrifié au nom de l'incurie à avoir su prévoir/gérer une pandémie, ce ne sont pas les soubresauts d'un festival, qui plus est de Metal, qui vont fa(...)

18/01/2021, 22:45

KaneIsBack

TL; DR

18/01/2021, 20:14

Gargan

j'ai lu "grand raoult musical". 

18/01/2021, 20:13

Simony

Oui c'est le genre de missive qui ne sert à rien. Après ils se battent pour leur job, c'est très bien mais il n'y aura rien en 2021 et même 2022 est trèèèèès hypothétique. Il faut bien comprendre que ça va (...)

18/01/2021, 18:35

metalrunner

Du vent tout ca le résultat sera clair rien nada nothing peau de zob avec une lettre ou mille;

18/01/2021, 18:27

Jus de cadavre

Clair et précis, c'est bien. Même si la ministre (ni même personne en fait) ne sera capable de répondre quoique ce soit d'utile pour le moment hélas...

18/01/2021, 18:16

Gargan

Il va être dans les listes des meilleurs albums 2021 celui-ci haha ! Le sieur Helwin aux fûts, soit dit en passant.

18/01/2021, 09:53

LeMoustre

Sympa, cette vidéo ! D'ailleurs je recommande la compile de Asshole, très complète et d'un bon niveau. Plein d'anecdotes justes comme celle sur la Fnac, par exemple. 

18/01/2021, 09:06

Bones

Vidéo très sympathique et intéressante ! Dans la bande son des années lycée, ce CYTTOYLP.  Je me vois encore trimbaler ma grosse malette de matos d'arts plastiques dans les transports en commun, sur laquelle j'avais reproduit au feutre(...)

17/01/2021, 22:07

Simony

Excellente vidéo comme d'habitude. Avec les documents d'époque, on replonge encore plus au cœur de la bête.

17/01/2021, 18:43

yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16