Firespawn

Deathfucker

16/06/2021

Cavernous Records

J’avais exactement besoin de ça. Oui, c’est la vérité, après avoir encaissé de petites calottes nostalgiques à peine capables de secouer la barbe de Scott Ian, ce gigantesque pain dans la tronche asséné par les italiens de DEATHFUCKER fait un bien fou, et fait tomber les derniers chicots qui restaient encore accrochés à la mâchoire. Fondé en 2015 en Lombardie, ce trio de dégénérés congénitaux nous propose donc la mixture Death/Thrash/Black la plus efficace du marché, et ce, en faisant simplement appel à des recettes éprouvées par les cadors de chaque genre qu’ils abordent. Entre un INCUBUS privé de goûter, un DEMOLITION HAMMER coincé sur un chantier de destruction, un MORBID ANGEL tournant fou après une énième écoute de POSSESSED et un RECIPIENTS OF DEATH carburant à la nitro, DEATHFUCKER jette toutes ses forces dans la bataille contre Dieu et impose le diable comme nouvelle figure christique, à grands coups de rythmique nucléaire et de riffs en barbelés. La performance n’en est que plus époustouflante, d’autant que l’intensité ne retombe nullement durant quarante minutes.

Pest (basse), J.K (batterie) et Insulter (guitare/chant) prouvent donc avec ce premier jet que la nostalgie peut-être appropriée pour sonner plus personnelle, en s’éloignant des facilités inhérentes à la reprise de thèmes dans le texte. Ainsi, après une longue intro rampante et grondante, « Firespawn » explose enfin d’une rage satanique promettant une partouze gigantesque sur des terres brûlées et désolées, mais c’est véritablement l’atomisation « Damnation Strikes » qui nous fait fondre la face come des radiations émanant d’une centrale aux fuites conséquentes.

Après une démo, un EP et un split, les italiens donnent donc la mesure de leur talent dans la colère et le blasphème et autant dire que le choc frontal fait craquer le crane avant hémorragie interne. Sans vouloir atténuer l’impact de certaines sorties antérieures, Firespawn a de véritables airs d’incendie mondial que seule une mort globale pourrait éteindre, et alors qu’on se dit au fil des minutes égrenées que la tension va fatalement retomber, le groupe insiste, persiste et signe, et accélère même un tempo déjà déraisonnable. Dans la veine d’un WARFECT passé entre les mains néfastes d’Umbrella Corporation, DEATHFUCKER est un monstre de puissance aux muscles hybrides, le genre de machin qui prend la mort en levrette sur le comptoir d’un laboratoire souterrain, la limant de riffs mortels et de poussées de fièvre en coups de rein, avant de la laisser la rondelle sanglante sur le sol, agonisant de sa propre fin.

Autant le dire, je n’avais pas entendu boucherie pareille depuis le séminal Beyond the Unknown d’INCUBUS. Epais comme un glaviot à la face du bon goût, ce premier album est tellement énervé qu’il se vautre dans les blasts comme les païens dans les cultes douteux (« Sacrificial Slaughter »), et passe pour le petit fils légitime de Seven Churches, après avoir reçu une éducation extrême plus pointue.

Collectif sidérant de précision, individualités plus que notables, batteur en poumon inépuisable qui maltraite sa caisse claire et qui torture ses futs de fills supersoniques et sadiques, basse qui lie le tout comme une sauce, DEATHFUCKER est l’illustration de la vilénie musicale la plus symptomatique des nineties, lorsque les thrasheurs des années 80 augmentaient la pression pour se rapprocher du Death et donner naissance au Crossover le plus laid et violent du marché. « Emissaries Of Hatred » donne un petit aperçu de la densité cherchée par les italiens, qui bénéficient d’une excellente production ne noyant pas les détails et autres harmonies dans un brouet imbuvable. Soli lointains noyés dans l’écho, patine Death américaine palpable par tous les pores, emprunts à SLAYER pour rendre la monnaie à SADUS, tout y passe, et on en a pour notre argent, la violence ne se démentant jamais au profit d’une accalmie en mid incongrue dans le contexte.

Totalement cramés du bulbe, les trois italiens continuent leur travail de sape sans se demander si le fond du trou n’a pas déjà été atteint, et si les fondations n’ont pas disparu dès le troisième morceau. On reste totalement admiratif face à cette débauche de bestialité clinique (« Plague Descends »), face à cet acharnement dans la brutalité, et sans faire appel à des astuces ou des arrangements douteux, les DEATHFUCKER foncent dans le tas comme de grosses brutes avides de sang et de cris de douleur.

« Hail, Predator! » accentue encore plus les instincts sadiques, « Violated Salvation » module un peu les BPM mais reste aussi féroce, et « Where Life Dwells In Woe » offre le concassage rêvé en épilogue, nous laissant avec nos molaires dans les mains et les mains tenant fermement notre tête. Plus qu’un premier album, Firespawn est un massacre dans les grandes largeurs, et l’album de Death/Thrash de l’année, reléguant la concurrence au rang de poids coq se prenant une branlée honteuse à peine montés sur le ring.        

    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Firespawn

02. Damnation Strikes

03. Sacrificial Slaughter

04. Emissaries Of Hatred

05. Plague Descends

06. Temple Of Adoration

07. Hail, Predator!

08. Violated Salvation

09. Where Life Dwells In Woe


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/08/2021 à 15:26
90 %    640

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
06/09/2021, 13:24:16

Commandé direct. Merci pour cette mise en lumière

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32

Simony

J'ai arrêté de suivre le groupe lors de la sortie de United Abominations que je trouve terriblement poussif pour arriver sur du bourrinage sans âme (tout comme le TESTAMENT, KREATOR, DEATH ANGEL, ajoutez ici n'importe quel nom d'un groupe de Thrash des '80s (...)

24/06/2022, 12:36

Chemikill

Super bon

24/06/2022, 12:24

Buck Dancer

Rien de nouveau sous les riffs ( Dystopia/Black Friday /Rust in Peace.... Whiplash, ah non, trompé de groupe) mais putain, comment ça envoie \m/ La seconde partie est vraiment énorme. Vivement la suite. 

24/06/2022, 10:55

Deathcotheque

Une tournée ou un évènement spécial pour les 20 ans du groupe ? Ca serait dommage d'en rester là après le dernier EP qui est tout bonnement excellent !

23/06/2022, 23:54

Arioch91

De prime abord, j'ai l'impression d'entendre toujours la même chanteuse sur les 5.Aucune ne se distingue de ses copines.Anneke n'est pas prête d'avoir une concurrente.Je passe mon tour.

23/06/2022, 20:42

Sphincter Desecrator

Moi j'aime MANOWAR!   J'aime leur attitude de trou du cul, et surtout j'adore leur musique.@ Sa(...)

23/06/2022, 20:11

RBD

Et dire que c'est le premier groupe que j'ai vu jouer à la reprise des concerts à la rentrée 2021. Je me demande si les collaborations avec Igorrr n'ont pas donné envie à J-B Le Bail de faire d'autres choses moins extrêmes dans l'a(...)

23/06/2022, 16:13

Satan

Manowar, le seul groupe à braquer tous les promoteurs de la planète. Avec un égo si surdoimensionné, rien d'étonnant dans le fond même si c'est aussi risible que leur musique.

23/06/2022, 13:01

Deathcotheque

Je l'ai senti venir avec le dernier album et les interviews données à l'époque. On sentait déjà que quelque chose n'était plus ou ne pourrait plus être.Heureusement qu'ils partent sur une note haute avec leur nouvel EP qui(...)

23/06/2022, 10:53

Jus de cadavre

Cancelowar.Quel indécence en tout cas. 

23/06/2022, 09:19

Buck Dancer

Je leur souhaite de bien profiter de ce dernier concert au Hellfest. Witnessing the Fall était vraiment un excellent album 

23/06/2022, 09:09

Humungus

Tout pareil.Même si moi c'était pour le GRASPOP, 4 jours de fest (5 en comptant la veille au camping), pour un quarantenaire, c'est duraille.Bon... En même temps, je disais déjà ça y'a 10 ans hein !

23/06/2022, 08:15

Humungus

L'histoire se répète... ... ...

23/06/2022, 08:08

Steelvore 666

Merdowar.

23/06/2022, 07:22

Steelvore 666

Y'a du bon là !!!!!!!!!

23/06/2022, 07:21