Ancient Light

Eliminator

14/01/2022

Dissonance Productions

Cinq jeunes hommes fringants, tout de cuir vêtus, arborant des lunettes miroir, venant de Lancaster, et jouant du Heavy Metal, voici donc une image qui mettra les décibels aux oreilles des nostalgiques de la NWOBHM. Et c’est évidemment le public visé par les ELIMINATOR, malgré leur patronyme évoquant pus volontiers les texans de ZZ TOP. Mais ici, pas de barbes de trente centimètres de long, pas de boogie sudiste, pas de legs qui dépassent d’un custom, mais bien des rythmiques franches et dures, des riffs mélodiques, et une énergie qui n’est pas sans rappeler la scène Heavy sud-américaine du milieu des années 90, tout comme le Seattle natal du QUEENSRYCHE le plus adolescent.

Si les habitués des conventions ne manqueront pas de citer IRON MAIDEN en écoutant les dix pistes de ce second album, il convient d’y voir une astuce de facilité plutôt qu’un parallèle probant. En effet, en disséquant les schémas de composition de ces anglais, on trouve plus volontiers des plans d’attaque utilisés par LIZZY BORDEN au début de sa carrière, mais aussi des traces patentes d’ANGRA et même de NEVERMORE lorsque l’ambiance s’assombrit, chose assez rare au demeurant.

Déjà auteur d’un premier album paru en 2018 (Lost Horizon), ELIMINATOR fait partie de ces rares groupes qui utilisent une assise classique pour transcender le formalisme et le faire sien, et proposer de fait un peu plus qu’une simple photocopie des fanzines musicaux les plus lus à l’époque. On en prend acte sur le flamboyant et tonitruant « Silent Stone », sublime de fougue et symptomatique d’une attitude bravache justifiée par un niveau technique solide. Pris individuellement, Jamie Brandon (basse), Dave Steen (batterie), Jack MacMichael & Matthew Thomas (guitares) et Danny Foster (chant) sont tous solides à leur poste, mais collectivement, la magie se produit, et nous ramène aux plus grandes légendes du Heavy Metal des sacro-saintes années 80.

Impeccablement produit pour sonner équilibré, Ancient Light a en effet tout d’une lumière ancienne brulant toujours dans le cœur des Heavy Metal kids. Tablant sur la crédibilité anglaise de tout un pan de l’histoire métallique, le quintet ne se contente pas de singer la révolution de l’orée des eighties, et apporte sa touche à ce classicisme ambiant. Bien sûr, les noms déjà cités sont d’importance, mais on peut aisément leur ajouter quelques autres références, moins évidentes, mais tout aussi probantes. De fait, HEIR APPARENT, HAUNT, NATUR noircissent de leur parcours plus intime les pages écrites par ces cinq anglais, et le tout à de fausses allures de best-of parfait d’une période de gloire que nul n’a oublié.

D’une, grâce à un instrumental sans failles, multipliant les cassures et silences pour imposer des moments de puissance absolue. La complémentarité de ces deux guitaristes éclate au grand jour comme celle unissant Dave et Adrian, Glenn et K.K, ou même Scott et Brian, et le tout est relevé par le chant lyrique de Danny Foster, vocaliste dans la plus pure tradition d’un Heavy emphatique et dramatique. L’osmose entre les musiciens est donc palpable, et confère à ce second tome des allures de classique instantané, de ceux qui fédèrent les foules d’un cri, d’un solo ou d’un break harmonique.

Et faites-moi confiance, ELIMINATOR s’y connaît en morceaux homériques à faire tourner fou des foules amassées face à une scène. La simple écoute de « Goddess Of Life » évoque des images de stade rempli à ras bords de fans en transe, levant le poing comme un seul homme, et vibrant au son grave d’une basse typiquement ronde et sinueuse.

Les anglais se sont en outre montrés plus que généreux pour cette seconde offrande, lâchant cinquante minutes de musique, et une poignée de titres plus longs que les autres. « The Sculptor and the Stone Lady » en étant le premier et probant exemple, et sans se démarquer de ses aînés, ose quand même le break acoustique de toute beauté, avec solo oriental à la clé. Des ambitions clairement affichées donc, et autres que de ressembler à un clone parfait des légendes des années 80, ce qui n’est pas la moindre des qualités. Inévitablement, les parallèles se dresseront contre les opinions les moins tranchées, mais est-il encore possible de recycler les eighties sans se retrouver coincé entre deux noms historiques ?

Je ne suis d’ordinaire pas toujours tendre avec ceux se frottant à l’exercice de la copie intelligente, mais le cas des anglais des ELIMINATOR m’a plongé dans la bienveillance, sans doute à cause de l’impact d’un morceau comme « Lord of Sleep, Dreamaster », à la limite du Power Metal. Entre un HELLOWEEN moins versé dans la pantalonnade Frankenstein et un QUEENSRYCHE moins royal mais tout aussi noble, Ancient Light est une bougie à forte lumière éclairant la nostalgie, mais surtout, et plus important, un extraordinaire album de Heavy formel, qui sait se montrer sous un jour moins influencé (« Foreverless »)

De quoi oublier les photocopies abandonnées sur les bureaux des rédactions, et croire encore que le Metal le plus pur peut nous enthousiasmer comme il le fait depuis plus de quarante ans. De l’intelligence dans le recyclage, une foi sans faille font des ELIMINATOR un outsider sérieux.             

          

                                                                                                                                                                                                      

Titres de l’album:

01. Arrival

02. Silent Stone

03. Ancient Light

04. Goddess Of Life

05. The Sculptor and the Stone Lady

06. Lord of Sleep, Dreamaster

07. The Library

08. Mercy

09. Foreverless

10. The Nightmare of Aeon


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/10/2022 à 18:17
82 %    131

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51