Into the Desert Temple

Cryptic Void

24/03/2017

Rsr

Un vide cryptique ? Moi je veux bien, pourtant deux contradictions émergent. D’abord, le truc est loin d’être vide, il est même plutôt rempli, et déborde de partout. Ensuite, il n’a rien de cryptique, il est plutôt clair et direct, d’autant plus que je connais déjà ceux qui en sont à l’origine.

Alors ne croyez pas me tromper les mecs, j’ai l’habitude et je sais où vous habitez.

Oui, souvenez-vous, j’ai déjà parlé de vous, il y a quelques années, à l’occasion de la sortie de votre Psychomanteum qui si je m’en souviens bien était votre première déflagration.

J’ai un peu laissé couler l’eau sous les étoiles depuis, mais je ne vous ai jamais oubliés, la preuve, puisque je m’en reviens disséquer votre premier long, qui ne l’est d’ailleurs pas tant que ça.

Seize minutes, c’est un timing raisonnable pour un écho Death Grind tout en non finesse, bien qu’un peu de rab n’aurait pas été de refus.

Mais pour les étourdis, les champions de la mémoire de poisson rouge et ceux complètement à côté de la plaque bruitiste, rappelons quelques faits.

Les CRYPTIC VOID nous en viennent donc de Houston, Texas, et pratiquent ce qu’ils décrivent comme du Gulfcoast Grind, ce qui en dit long sur leur cas sans rien dire de particulier. Ils sont cinq pour bâtir leur mur du son (Ben et Seattle – guitares, Frank – batterie, Kenny – basse et Stephen – chant), et viennent tous d’horizons similaires, faisant partie ou ayant fait de combos plus ou moins illustres comme MINDBOIL, INSECT WARFARE, P.L.F., TURBOKRIEG, PEASANT, NIBURU ou WAR MASTER.

Et dans la grande famille du Grind de Houston, tout ça est assez indicateur d’une tendance (rien que le nom d’INSECT WARFARE devrait vous suffire si vous n’avez pas oublié leur séminal World Extermination), et révélateur d’instincts assez primaires, ceux qui poussent un être humain à retrouver son état le plus animal, prompt à défendre son territoire en montrant les dents et en hurlant plus fort que ses ennemis.

C’est exactement le cas de nos amis du jour, qui depuis Psychomanteum n’ont pas changé d’un iota leur comportement, ni modifié leurs influences, qui vont toujours de NAPALM DEATH à INFEST en passant par REPULSION, AGATHOCLES et autres pourfendeurs de violence bon marché déjà faisandée à peine emballée.

Disponible en dématérialisé, mais aussi en tape et en vinyle via les services/sévices de RSR, ce premier LP dégouline donc de Grind par tous les sillons, et ne fait aucun compromis en restant coincé dans la tradition. Profitant d’un son gigantesque, Into the Desert Temple remet les pendules du gros Grind éclaboussé de Death à l’heure de la boucherie, et aligne les morceaux de bravoure sans craindre d’être honni. Pourquoi ? Parce que les CRYPTIC VOID connaissent leur boulot et aiment leur barouf, le jouant donc avec passion et application, tout en gardant ce grain de folie Crust qui les différencie de la masse grouillante de bruitistes sans pertinence. Le Grind des originaires de Houston ne se mord donc pas la queue et ne tourne pas en rond, mais évoque les meilleurs représentants du style.  

Pas question de Gore ici ni de tripailles moisies, ça joue vite mais précis, et en un tout petit peu plus d’un quart d’heure, nos héros avec valeurs balancent leurs meilleurs riffs sur fond d’apocalypse rythmique, nous bousculant et ramenant sur les côtes d’un paysage métissant les découpages abrupts d’un DOOM et les contours plus fluides d’un S.O.B., lissant le tout d’une folie héritée des BRUTAL TRUTH et autres ASSUCK. Certes la tonalité générale est plutôt grasse et grave, et les guitares tronçonnent en chœur, allant chercher au fond des cordes les riffs les plus ombrageux et rageurs.

Le chant est aussi à l’avenant, penchant du côté Death où il va dégueuler, mais ne vous y trompez pas, les mecs jouent carré, et chaque break est millimétré. Alors écoutez, appréciez, et tentez de compter le nombre de plans proposés, qui s’accumulent comme autant de blasts sur une peau de caisse claire usée.

En imaginant un UNSEEN TERROR dopé aux stéroïdes SUFFOCATION, vous aurez un petit aperçu du sprint qui vous attend, mais qui ménage quand même quelques instants plus posés et lents, histoire d’apporter une caution Death à la claque Grind.

Alors oui, ça cavale, mais intelligemment et avec des thèmes porteurs (« Their Morbid Chamber », qui ose même le pont concasseur et sous pression), et parfois, ça ne traîne vraiment pas en route (« Into The Desert Temple », qui plante quand même au moins deux thèmes, « Rebirth », et son intro atomique avec une basse à la Shane Embury, « Mastery and Power » et sa batterie en fusil mitrailleur, « Unto The Bondage Of Death », qui vous la joue shibari de l’extrême et vous suspens à la batterie avec des cordages bien sertis), tout en laissant le chronomètre courir pour mieux semer le doute (« Beyond The Sphere », son chant à la Glen Benton et son instrumental typique des INSECT WARFARE, plus un passage mosh pour bien faire, « Into The Breach » et son entame purement Bestial Death, lourde, grondante, qui dégénère en mid avant de tout écraser et de partir en vrille Crust sans prévenir).

Avec en cadeau un diptyque d’intro qui casse les murs (« Wastelands I et II », genre de flux et de reflux qui charrie la houle huilée et les corps putréfiés), et un final en guise de constat légèrement cynique et désabusé (« Eternal Isolation », ou comment se la faire misanthrope de l’extrême en deux minutes de Grind bien sévère), Into the Desert Temple confirme bien que CRYPTIC VOID est tout sauf un projet annexe, mais bien un symptôme de maladie mentale locale.

Et le terme de Gulfcoast Grind prend alors tout son sens après ce tsunami sonore. This is Houston man, and this is Grindcore.

Can you hear me growling and blasting outside your door?

Un genre d’Alien dans l’espace qui ne communique avec la terre que par segments de blasts. Et qui vous laisse seul pour affronter la menace.

Plutôt tenace.


Titres de l'album:

  1. Wasteland I
  2. Wasteland II
  3. Into the Desert Temple
  4. Subterranean Vault of the Mysteries
  5. The Realm of Abstraction
  6. Their Morbid Chamber
  7. Rebirth
  8. Beyond The Sphere
  9. Mastery and Power
  10. Of Worlds Past
  11. Instrument of Desolation
  12. Into the Breach
  13. Universal Retribution
  14. Unto the Bondage of Death
  15. Eternal Isolation

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/04/2017 à 18:23
75 %    428

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Oliv

Je parlais de groupes extrême bien évidemment, j’ai pas précisé .

06/07/2020, 20:42

Reg

Un rdv à ne pas manquer !

06/07/2020, 17:38

Satan

Et Cult of Luna c'est du poulet peut-être?

06/07/2020, 14:23

Oliv

C’est sûr que la , ils ont voulu assuré le coup avec des groupes français , anglais , italien et suisse entre autre . J’aurai pas dit non pour de la scène norvégienne , hollandaise et suédoise !
Je vais pas faire 500 bornes pour si peu . Ma préférence irai au Lyon metal fest en (...)

06/07/2020, 12:06

Simony

Visiblement si !
Après, dans le contexte actuel, il faut bien garder en mémoire que les groupes qui peuvent se déplacer à travers le monde est plus restreint. Comme personne ne sait comment va évoluer la situation, ils sont obligés de prendre en compte la situation actuelle pour booker e(...)

06/07/2020, 11:51

Oliv

Ce n’est pas l’affiche finale quand même ?

06/07/2020, 11:27

steelvore666

???

05/07/2020, 14:28

Gargan

Vachement inspiré par Necrolord l'artwork, un peu à la blood on ice.

05/07/2020, 12:26

wada

Il met son masque une fois sorti des transports en commun et il ne respecte pas la distanciation sociale. Il a tout compris cet abrutis !

04/07/2020, 21:06

wada

Je me souviens de cette chasse aux sorcières hypocrite et ridicule.

04/07/2020, 21:04

stench

C'est encore possible des photos pareilles en 2020 ? Le groupe, que je connais peu, fait de l'auto-dérision ou ils sont sérieux ?

04/07/2020, 19:16

Jus de cadavre

Un des rares groupe BM dont j'attends encore les nouvelles sorties avec impatience... Donc bien content aussi. Je ne sais pas qui les signera par contre, Season ayant dit en 2018 qu'ils ne travailleraient plus jamais avec le groupe... On verra !

04/07/2020, 17:08

Humungus

Ah bah très bien.
Je me demandais justement pas plus tard qu'hier ce qu'il pouvait bien advenir d'eux...

04/07/2020, 16:56

Buck Dancer

Pareil que RBD j'ai la version avec "Mentally murdered" en bonus.
Certainement le Napalm que j'écoute le plus. L'enchaînement "Suffer..." avec le bonus "hiding behind" est pour moi toujours aussi fatal 30 ans après.

04/07/2020, 14:33

JTDP

Au vu de la chronique pour le moins élogieuse du collègue, je me suis laissé tenter par l'achat, bien que rien nem'avait transcendé depuis "Once" de la part des finlandais. Je ne serais pas aussi mordant que KaneIsBack concernant le second cd, mais je dois confessé que ce n'est clairement pas l(...)

04/07/2020, 13:25

radidi

marrant de voir ce groupe avec un genre de statut culte aujourd'hui alors qu'à une époque osmose bradait les deux albums du groupe à 10 francs chacun! cela dit, ces deux albums étaient une tuerie, surtout trans cunt whip!!

04/07/2020, 11:26

Humungus

Je porte actuellement le t-shirt de cet album sur mes frêles épaules.
CQFD...

04/07/2020, 10:45

poybe

Le clip de Suffer the Children ... je l'ai sans doute encore chez mes parents sur une vieille VHS (si ça n'a pas été jeté). Je l'avais enregistré au milieu d'autres clips diffusés sur M6. A l'époque j'avais halluciné. Quand je l'écoute maintenant, je vois que mes oreilles se sont bien habit(...)

04/07/2020, 09:39

RBD

Hmmm... Tu sais parler aux hommes, toi... J'ai la version avec "Mentally Murdered" en bonus non signalé. L'occasion de signaler qu'avec cet EP entre autres, la transition n'a pas été tout à fait aussi brutale que ce qui semble si on s'en tenait trop strictement aux albums, simplement.
C'es(...)

04/07/2020, 01:21

Kairos

Haha ce nom sorti du fond des ages... comme osmose d'ailleurs

03/07/2020, 20:05