Faire comme si, c’est bien. Mais le faire vraiment, c’est mieux. Oui, introduction cryptique, j’en conviens, mais face à la déferlante de groupes se revendiquant d’une éthique « old-school », on se retrouve vite à court de bouée sémantique pour garder la tête hors de l’eau.

D’où, quelques formules à l’emporte-pièce pour essayer d’esquiver le débat. Vaste s’il en est, mais légèrement redondant au bout de quelques mois.

Donc, faire vraiment comme si, c’est vraiment bien. Et dans ce registre, un duo sorti de presque nulle part se permet de donner une leçon à quelques grands noms disposant certainement de beaucoup plus de moyens qu’eux.

Nous devons cette découverte aux stakhanovistes de l’underground Morbid Skull Records, qui sortent à peu près tout ce qui passe à leur portée en faisant suffisamment de boucan, mais qui pour le coup ont eu le nez creux. Ils nous ont déniché une petite perle cosmopolite, reliant la Colombie à l’Equateur, et unissant les cultures barbares dans un même élan sauvage de nostalgie des primes années du Speed Black, avant que le genre ne devienne sinon respectable, du moins rentable.

Deux musiciens, ça suffit pour faire un bout de chemin, ce que pensent certainement Melissa Perdomo (vociferation & warhammers, autrement dit, batterie et chant, membre de DESTROYER ATTACK et BESTIAL RAPE, tout un programme) et Muerto (666 strings & fucking bass, c’est suffisamment clair, ex LUCIFERA), qui ont uni leur destin il y a deux ans pour explorer leur passion commune d’un Metal sans concessions, à cheval entre le Thrash bestial, le Speed fatal, et le Black létal.

Après une première démo éponyme, le duo fraichement formé fonce tête baissée dans la composition d’un LP, qu’ils nous proposent donc en ce mois de juin torride, ce qui convient parfaitement à leur musique intrépide.

On y trouve une petite demie heure d’hommage intégral à bon nombre de groupes sud-américains, mais aussi un survol global des prémices de la libération des mœurs Thrash Black, parmi autres références à la culture brutale européenne, et quelques influences avouées ou non.

Lesquelles ?

Au choix, et un simple coup d’œil aux quelques photos promo du duo disséminées sur la toile suffit pour les deviner.

Melissa joue franc jeu avec son sémillant t-shirt HELLHAMMER, tandis que les sites traitant du cas de ce premier longue durée parlent avec pertinence d’INFERNO, DESTRUCTION, AURA NOIR, CELTIC FROST, ROOT, SARCOPHAGUS, SODOM, SLAYER, ou MORBID, soir la crème du dégueulis du Metal extrême vomi par tous les pores. De sérieuses capacités, une fois sans bornes en une musique non édulcorée, et une sauvagerie sans limite qui séduit de son caractère impétueux et de son implication totale.

Bien sûr, le caractère hautement naïf de l’instrumental fera parfois sourire les plus exigeants d’entre vous. Le jeu de batterie de Melissa, très impulsif et épidermique ne cache pas son manque de précision dans les passages les plus violents, mais loin de représenter un handicap, il valide la facette la plus primaire de la musique d’un duo qui va se ressourcer aux origines, à une époque où le niveau instrumental était le cadet des soucis des satanistes en herbe.

Et l’atmosphère très travaillée de ce premier LP est une franche réussite, qu’une intro/outro digne d’une BO de film d’horreur Colombien ou Italien vient rehausser de ses notes discordantes et inquiétantes.

Entre les deux, le délire est complet, et la brutalité de mise. Cette même brutalité qui sauçait épicé les premiers méfaits de SARCOFAGO, SEPULTURA, HELLHAMMER, BULLDOZER, et toute la cohorte de groupes d’Amérique du Sud qui eux aussi voulaient en découdre musicalement. C’est donc un Speed/Thrash à forts relents Black qui vous attend, de ceux qui blasphèment sans discontinuer, et qui conjuguent hédonisme de thème et cacophonie morbide qu’on aime, pour un fracas assourdissant de haine que la voix bien râpeuse de Melissa met en exergue.

Au menu de ce Visiones Coaticas ? Des visions artistiques éminemment chaotiques en effet, et surtout, une grosse pièce bien saignante et tartare de Speed/Black gratiné et bien juteux. Un maximum de riffs basiques et tronçonnés larges, une rythmique qui court et cavale d’un tempo D-beat implacable, pas mal de hurlements, des couplets graves et des refrains qui ne le sont pas moins, pour une symphonie de poche d’un massacre annoncé. En gros, vingt minutes de bourrin qui fonce dans le tas, et qui ne se retourne jamais.

Certes, les morceaux se ressemblent tous, à tel point qu’on a du mal à reconnaître la reprise des TYPHON (« The Age »), que le groupe s’approprie de son ton et de son son.

Un son d’ailleurs très daté et vintage, parfaitement équilibré, qui ne met pas trop la voix en avant, et qui lacère la guitare comme à la bonne époque des premiers méfaits de Cogumelo Records.

Breaks qui tombent pile ou presque, accélérations fatales, défonce radicale, le duo ne s’épargne aucun cliché, mais le fait avec une telle candeur qu’on en ressort enthousiaste et lessivé. On a déjà entendu ça des centaines de fois, mais avouons que les SIERPES font clairement partie du haut du cercueil, même si Max Cavalera et Tom Warrior pourraient revendiquer la paternité d’un bon paquet de leurs riffs.

Des blasts qui tombent plus ou moins pile, et une énergie de tous les diables, tel est le programme de ce premier LP qui fédère dès ses premières secondes.

Muerto et Melissa ont abattu un sacré boulot pour nous replonger dans l’ambiance hérétique de la première moitié des 80’s, et dites-vous qu’en plus ils ont soigné leur produit, disponible dans une version limitée évidemment à 666 exemplaires, et distribuée par Morbid Skull Records.   

Mais si vous êtes un die-hard de la cause, rien ne vous empêche d’opter pour la version ultra méga limitée à cinquante exemplaires, signée de leur sang.

On est un vrai, ou on ne l’est pas.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Black Holocaust
  3. Sierpes
  4. Vision Caotica
  5. Peste
  6. Eterno Esplendor de la Muerte
  7. Ciclo Cosmico
  8. The Age (Typhon cover)
  9. Doctrina Pagana
  10. Outro

Site label


par mortne2001 le 05/07/2017 à 18:07
75 %    394

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)


Hé oui, il en faut pour tous les goûts. Je crois qu'on en a déjà causé. Comme tu dis heureusement, et les échanges sont là pour ça :-)

Mais à l'heure où ils sont un peu dans le caca, ça veut dire aussi que la structure n'est pas des masses solide (genre un mois d'inactivité (...)


Chacun a sa propre opinion et heureusement car sinon, on se ferait sacrément ch... dans la vie.

Tu n'y trouves aucun intérêt, d'autres si.

Tu regrettes le manque d'extrême dans un magazine intitulé RockHard, soit.

Je le regrette également mais franchement(...)


J'ai vu cette rubrique sur ce numéro. Ben ça vaut pas tripette la misérable page, seule la page sur l'ami Raskal sort un peu des clichés sur la rubrique avec le bouquin.
Les gars, vous avez lu les mags comme Decibel, Zero Tolerence, Legacy ou Deaf Forever ou même les versions germaniques(...)


"Quoi qu'il en soit, ils restent quand même intéressant dans leur questions et dans leurs propos, donc c'est toujours un plaisir de les lire, pour ma part."

Voilà.


Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)