Scar Weaver

Once Human

28/01/2022

Edel Records

Alors que KORN vient tout juste de sortir son dernier album, de proportions artistiques modestes, il est temps de se pencher sur son lourd héritage, sur lequel ont capitalisé des centaines de groupes de par le monde, spécialement aux Etats-Unis. Ainsi, en écoutant un morceau comme « Deadlock » des américains de ONCE HUMAN, il est irréfutable que Jon et sa bande gardent une emprise incroyable sur la production actuelle, plus de vingt-sept ans après leur émergence. Mais loin de la copie carbone réservée aux suiveurs les moins capables, ce troisième album des californiens semble digérer ses influences pour les régurgiter de façon plus personnelle.

Bénéficiant d’une fanbase conséquente dans leur pays, et d’un rayonnement leur ayant permis de participer à la fameuse croisière musicale 70000 Tons of Metal, les originaires de Los Angeles se lâchent à l’occasion de leur troisième album, vaguement raccroché aux wagons « Groove Metal », tout en alimentant en charbon la locomotive Deathcore. Un troisième album est toujours une étape cruciale dans la carrière d’un groupe, et après deux disques de la qualité de The Life I Remember et Evolution, ONCE HUMAN n’avait d’autre choix que de passer à la vitesse supérieure pour accoucher de l’œuvre définitive de sa première partie de carrière. Chose ainsi faite, et si les puristes rejetteront l‘effort sous couvert d’une crédibilité éthique, les plus perméables à l’évolution reconnaîtront l’inspiration d’un groupe qui certes, bouffe à tous les râteliers, mais le fait proprement et avec classe.

Pour certains, l’équation sera très simple. ARCH ENEMY période Angela et le KORN le plus classique enfermés dans les pods de Seth Brundle, pour une fusion au résultat incertain égal ONCE HUMAN. Cette formulation, quoiqu’un peu simpliste résume pourtant à merveille le son de ce Scar Weaver, qui sinue entre Metalcore, Nu Metal, Death moderne mélodique, et musique aux accents légèrement électroniques. Depuis 2015, le quintet a (un peu) changé de line-up, mais pas de formule (Damien Rainaud - basse, Logan Mader & Max Karon - guitares, Lauren Hart - chant et Dillon Trollope - batterie), et se montre en 2022 aussi véhément qu’un STRAPPING YOUND LAD rajeuni, mais aussi vulgarisé. Une fois évacué le gimmick de « groupe d’un ex-MACHINE HEAD/SOULFLY », on se concentre donc sur la musique, certes parfois un peu générique dans ses riffs, mais toujours accrocheuse dans ses gimmicks. Logan s’éloigne en effet quelque peu de son champ d‘action, même si son ancien compère Robb Flynn vient gentiment faire une petite apparition. Dès lors, et après quelques écoutes attentives, on se rend compte de la qualité d’une œuvre certes réservée à un public bien ciblé, mais qui pourrait toucher beaucoup de monde pour peu que les œillères sont mises de côté.

Ok, il faut passer outre ce son de batterie à faire passer BEHEMOTH pour un petit groupe de Thrash amateur. Ok, il faut éviter de souligner que quelques compositions se ressemblent tellement qu’elles finissent par passer pour des remix d’elles-mêmes. Il faut aussi accepter que ONCE HUMAN est un pur produit de son époque brutale, qu’il décrit comme beaucoup d’autres le font, à grands coups de riffs en prétextes et de mélodies en filigrane classique. Mais l’un dans l’autre, et les principes ramenés à une échelle raisonnable, je concède à ce troisième chapitre des qualités indéniables pour provoquer le headbanging, et surtout, une portée live qui risque de faire trembler le sol des salles et la cale d’un paquebot de luxe. « Eidolon » est d’ailleurs une entrée en matière parfaite pour aborder les fans en les griffant dans le sens des poils. Immédiatement, la production up in time agresse les tympans, mais le thème fluide de la rythmique permet d’apprécier une mise en place au millimètre. La voix de Lauren Hart, un peu monolithique et statique en approche claire est toujours aussi véhémente, et la rythmique formée par Damien Rainaud et Dillon Trollope turbine à plein régime, tout en s’autorisant quelques fantaisies mélodiques. Le tout est à peu près aussi écrasant qu’un bloc de béton qui vous tombe sur la tronche, mais en acceptant le principe d’immédiateté des motifs, on finit par se prendre au jeu.

Robb Flynn vient donc apporter sa caution vocale à « Deadlock », déjà abordé plus en amont via son versant KORN, et le reste des titres, assez intéressant, cherche parfois de l’oxygène dans l’ambiance anxiogène, se souvenant des astuces calibrées de MESHUGGAH, des trucs et ficelles de la vague Nu Metal la plus féroce, tout en calmant parfois le feu de la rage par des colères plus accessibles (« Deserted »).

Je n’essaierai guère de vous persuader d’une révolution à venir, puisque ONCE HUMAN se plaît à rester dans les clous, à piquer à Fieldy ses glissés les plus graves, à ARCH ENEMY son aptitude à jouer avec le thermostat, tout en glissant de temps à autres une peau de banane discrète (« We Ride »). Melting-pot de tout ce que la musique extrême mainstream compte de plus efficace, Scar Weaver ne laisse pas vraiment de cicatrices, ni de souvenir impérissable, mais fait le job, et se prépare une campagne live destructrice.

C’est tout ce qu’on lui demande depuis ses débuts.        

    

                                                                                                                                                                                                                  

Titres de l’album:

01. Eidolon

02. Deadlock (feat. Robb Flynn)

03. Scar Weaver

04. Bottom Feeder

05. Where the Bones Lie

06. Erasure

07. Deserted

08. We Ride

09. Cold Arrival

10. Only in Death


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/11/2022 à 18:25
75 %    73

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


bernie laplante
@81.51.239.11
13/11/2022, 05:30:50

Le titre Erasure est super efficace dans son genre, j'ai toujours plaisir à remater le clip, par contre l'album ne vaut pas tripette du coup en comparaison.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51