Undercurrent

Friendship

14/06/2019

Southern Lord Recordings

Si comme ça, à la volée, je vous balançais les noms de FULL OF HELL, GAZA, CURSED, NAILS, CONVERGE, PRIMITIVE MAN, INFEST, COLUMN OF HEAVEN, MAN IS THE BASTARD, IRON LUNG, HATRED SURGE, CORRUPTED, CULT LEADER, INSECT WARFARE, vous penseriez que je me livre au petit jeu de la liste presque exhaustive de tous les sauvages géniaux de notre siècle ? Vous auriez en partie raison, mais ce listing a pourtant un autre but, beaucoup plus précis, celui de recenser une partie des institutions auxquels les tarés de FRIENDSHIP ont été ou sont encore comparés à chaque fois qu’ils sortent un album. Etonnant de constater qu’un combo se baptisant « amitié » puisse être rapproché de psychopathes aussi endurcis, et pourtant, au petit jeu des comparaisons souvent excessif, celles-ci sont amplement justifiées. Justifiées dans la densité, la qualité et la diversité. Car ces japonais sont de la caste rare des allumés complets qui prennent un malin plaisir à mixer ce que la violence instrumentale a de plus abrupt pour produire le chaos le plus intense. Originaires de la Préfecture de Chiba, au Japon, les FRIENDSHIP n’en sont pas à leur premier coup d’enclume sur la cloche du désespoir, puisque Undercurrent succède au bien nommé Hatred, publié il y a un peu moins de deux ans, et qui révélait à un monde médusé un versant hautement agressif de la scène Blackened Hardcore japonaise. Enfin Blackened Hardcore, pas seulement, et beaucoup plus que ça, puisque dans les faits, ce combo noir comme une mine désaffectée en décembre se veut melting-pot des influences extrêmes les plus teigneuses qui soient, et mixe allègrement Hardcore, Crust, D-Beat, Grind, Death, le tout arrangé à la sauce Black légère, mais épaisse en même temps.

Autant dire que ces flingués ne craignent pas grand monde en termes de puissance et de chaos organisé. Se basant sur un principe d’alternance vélocité/lourdeur déjà largement éprouvé par les scènes US et allemande, FRIENDSHIP construit avec beaucoup de minutie des morceaux qui débordent de plans, tout en restant compacts et logiques. En se basant conjointement sur les enseignements rythmiques déconstruits de CONVERGE et DEP, et en y greffant la vitesse de croisière de la scène D-Beat suédoise et Crust anglaise, les japonais parviennent à insuffler à leur vilain Hardcore de sérieuses tendances au sadisme, en y plaquant des riffs tous plus ombrageux les uns que les autres, eux-mêmes aggravés par un chant rauque invectivant les masses avec véhémence. En résumé, une sorte de Math-Powerviolence, aussi cru que mûrement réfléchi, et qui combine le poisseux du Sludge, la rapidité du Grind et du Crust, la violence ouverte du Death Metal, le tout joué avec l’énergie d’un combo Hardcore n’ayant pas honte de ses accointances métalliques. Et avec une entame en forme de pied de nez Ambient toute en feedback, les japonais placent l’atmosphère sous le signe de la menace permanente, menace accentuée par une rythmique en chien de fusil capable de canarder les BPM à la vitesse des FULL OF HELL, mais aussi de plaquer les blanches avec la même classe pachydermique que SUMAC.

Le batteur nous donne d’ailleurs un rapide (très rapide) aperçu de ses capacités dès les premières mesures du terrifiant « Vertigo », qui a de quoi rendre bien des percussionnistes jaloux et vert de honte, avant que la course en avant ne se stabilise sur un tempo D-beat, lui-même régulièrement brisé de fills, de descentes affolées, et de coups de cymbale fermes. Ce morceau, le plus long du lot, est un aperçu probant de l’évolution du groupe, qui depuis Hatred a encore durci ses positions et sa musique, et qui s’affirme aujourd’hui comme un concurrent très sérieux de la branche extrême de l’extrême. En trois minutes et vingt-deux secondes, les FRIENDSHIP passent en revue toutes leurs influences et font étalage bruyant de leurs qualités, empilant sans vergogne les plans lourds et les attaques supersoniques, prévenant l’auditeur qu’il n’est pas là pour se faire cajoler, mais bien bousculer comme dans un pit surchauffé. « Punishment », en traquenard, les sanctionne d’ailleurs sans attendre, en reprenant les astuces précédentes pour les condenser et les densifier encore plus. On reste pantois face au talent d’un batteur capable de propulser la musique tout en se présentant sous son meilleur jour de dégénéré rythmique, et on se dit finalement, en moins de cinq minutes, qu’on a vraiment de la chance d’être tombé sur le fils illégitime de COMA CLUSTER VOID, FULL OF HELL et NAILS sans avoir eu à trop chercher.

Et ainsi tangue la barque sur des eaux tourmentées, ne ménageant jamais son coup de rame dans la tempête, pour nous mener au bon port de la violence. Les néophytes, sans doute pas vraiment au fait de la scène Blackened Hardcore reprocheront aux japonais un phrasé un peu trop systématique d’un morceau à l’autre, mais les initiés reconnaîtront évidemment la touche nippone qui transcende toujours ses références pour les adapter à sa culture. Certes, quelques morceaux se ressemblent, mais en prenant en compte la brutalité excessive avec laquelle le groupe appréhende ses constructions, il n’est guère étonnant de retrouver quelques gimmicks un peu répétés. Mais dans un style qui ne tolère que très peu les fantaisies et variations, les FRIENDSHIP font figure de défricheurs et d’innovateurs, et se permettent des figures de styles plus qu’intéressantes (le tourneboulé DEP/NAPALM DEATH de « Abandon », qui intronise ce batteur fou parmi les cogneurs les plus virulents). Ils parviennent même parfois à se réguler et à stabiliser leurs pamphlets, à leur manière évidemment, et « Hatred » en final de se poser en exégèse du Blackened Crust moderne, incarnant la quête d’ultra-brutalité absolue à laquelle tous les musiciens du cru prétendent un jour ou l’autre. Et si on connaît tous le principe traditionnel de la torture de la goutte d’eau chinoise, on connaît maintenant celui du parpaing perpétuel japonais. Guère plus humain, mais plus rapide et efficace.         

  

Titres de l’album :

                       1. Demise

                       2. Vertigo

                       3. Punishment

                       4. Lack

                       5. Abandon

                       6. Fiend

                       7. Plague

                       8. Garbage

                       9. Wrecker

                       10. Hatred

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/12/2019 à 17:54
90 %    207

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19

metalrunner

J y perçois du vektor mais effectivement surtout du toxik de par le chant. Au moins ils ne cachent pas leurs influences. A écouter plus attentivement pour voir la digestion des dites influences.

26/09/2020, 08:50

NecroKosmos

Ah, oui, ce titre me plait carrément. Le chant est génial avec effectivement un côté REALM ou FORBIDDEN, voire HIRAX.

26/09/2020, 08:06

POMAH

Hum je te comprends 

26/09/2020, 04:18

LeMoustre

Un certain côté Toxik/Realm, pour sûr. Ca speede bien sur ce titre. Curieux de découvrir ce groupe qui m'a l'air intéressant, pas bien loin d'un Sacral Rage, tiens.

25/09/2020, 20:38

Hammer Pils

15 pesos c’est pas donné, même si je comprends qu’ils doivent remplir la gamelle à la fin du mois surtout dans leurs pays où tu n’a ni assurance santé, ni chômage.... Mais à la limite plutôt qu’un streaming qui sera vite(...)

25/09/2020, 19:08

Sphincter Desecrator

"Trois concerts en "live stream" filmés en studio"... Sauf que pour moi, s'il n'y a pas de public, ce n'est pas un concert. CQFD.Ceci dit, le contexte est particulier, et je comprends cette recherche d'un nouveau format, s(...)

25/09/2020, 18:54

Moshimosher

Perso, en ces temps difficiles, ça ne me choque pas... Maintenant, faut voir les conditions du streaming, les difficultés du groupe et des individus qui le composent, et l'impact que ça peut avoir sur tout ce qui n'est pas ce streaming mais se rapporte au groupe... (...)

25/09/2020, 18:27

Kairos

@satantu te trompe je pense, c’est bien les bonnes prestations de cradle qui se compte sur les doigts d’une main. je ne les ai vu que 2 fois sur scene mais je confirme que cradle en live, c’est problématique.Cradle a été conspué pend(...)

25/09/2020, 17:44

Oliv

oui c’est   plus un soutien au groupe qu’autre chose car des lives d’Obituary , t’en a un paquet sur YouTube 

25/09/2020, 17:29

Buck Dancer

Oui, bien cool !! 

25/09/2020, 16:29

Jus de cadavre

Pareil je trouve ça trop cher. Mais attention ce sont des ricains donc :- business is business (oui même pour du Death Metal)- aux États-Unis tu taf pas, t'a pas de revenu c'est pas comme chez nous... (pas de statuts d'intermintents là-bas) (...)

25/09/2020, 16:27

Simony

Merci Wolf88, bien vu !

25/09/2020, 15:58

Simony

L'objectif est d'en faire une mensuellement, donc oui ça devrait revenir.Merci et content que ça vous plaise.

25/09/2020, 15:48

Wolf88

Bonjour,Ce n'est pas Finlande mais à DanemarkBandcamp: https://septage.bandcamp.com/releasesFacebook: https://www.facebook(...)

25/09/2020, 15:26

Buck Dancer

Je ne payerais pas non plus pour ça, mais je suis curieux du troisième concert. 

25/09/2020, 15:08

Jefflonger

Très  belle chro, album varié et pourtant direct dans le pif

25/09/2020, 15:02

Kairos

Moi j’ai backé parceque les mag à kro, news et interviews n’ont plus vraiment beaucoup d'interêt a l’heure du net

25/09/2020, 14:10