La nuance, la subtilité, les allusions discrètes, les métaphores bien amenées, les chemins de traverse pour décrire, tout le monde n’est pas adepte de ces figures de style qui définissent à merveille le second degré, et certains préfèrent même l’attaque de front histoire d’aplatir celui de leur voisin qui fait mine de ne pas comprendre. On pourrait évoquer évidemment le cas du Heavy Metal, qui n’est pas style avare de clichés, spécialement dans son versant 80’s, qui n’hésitait jamais à en rajouter niveau cartouchières, clous effilés, et textes magnifiquement dédiés à une cause enflammée. Nul n’a pu oublier ces pantalons serrés et zébrés, ces t-shirts sans manche et ces dévaleurs de manche, enflammant des soli histoire de se mettre à la hauteur d’une légende qu’ils avaient eux-mêmes contribuée à forger, dans l’acier le plus trempé. Mais bon, qui ici peut se targuer de n’avoir jamais singé les interventions en solo de son héros préféré, devant la glace, en s’affublant de foulards, fanfreluches, ou de vestes en jean à dossard au goût sûr ? Pas moi c’est certain, puisque comme beaucoup d’entre vous, j’ai joué le jeu du mimétisme, serrant le poing en hurlant des « Metal for life !! » de bon matin. Et en découvrant ce premier album des allemands/néerlandais de STEEL SHOCK, j’eus l’impression de me retrouver happé dans le passé, tant les morceaux de ce combo de passionnés ont réveillé en moi un enthousiasme de fer qui me faisait défaut depuis mes plus tendres années. Il faut dire que les chevaliers du Metal épuré n’ont pas fait les choses à moitié, ni dans la dentelle, puisque leur premier album For Metal To Battle ne cache en rien ses aspirations nostalgiques puristes, de son titre, de son nom, et de sa pochette de bon ton, qui suggère des regrets quant aux trait grossier de covers qu’on n’a jamais pu oublier.

Ne faisons pas la fine bouche, et rangeons nos scrupules esthétiques au placard. Car For Metal To Battle, sous des atours de festival des lieux communs, et en fait l’un des albums les plus lyriques et emphatiques qu’il m’a été donné d’écouter depuis des années, au moins depuis le dernier MANOWAR que j’ai chantonné, ou le dernier RHAPSODY que j’ai occulté. Fondé par l’ex-STORMWITCH Sasch Machyne à la basse et Nima MetalHeart, vocaliste des non moins courageux GLORIA VICTIS, STEEL SHOCK se veut tribute au gros Heavy Metal d’antan, celui qui faisait les beaux jours d’une Allemagne en manque de sidérurgie, et qui attirait des milliers de pèlerins en concert, certains d’avoir affaire aux groupes les plus intègres du genre. Et il faut avouer que dans le créneau du Heavy Metal non dilué, les germano-bataves font feu de tout bois, en évoquant les références les plus évidentes du genre. Et histoire de faire tomber le suspens, je vous le dis tout de go, leur musique résonne d’un héroïsme commun à MANOWAR et SCANNER, puisque la voix opératique et dramatique de Nima évoque en tout point celle de Michael "M.A.J.O.R." Knoblich, qui transcendait il y a une trentaine d’années un album aussi foncièrement essentiel qu’Hypertrace. Non que ce nouveau quintette (outre les deux susmentionnés, on retrouve Martjo Whirlewolf et Lijon Knight aux guitares et E.Klipse à la batterie) tergiverse entre Heavy viril et Speed civil, mais il est certain que les similitudes frappent aux oreilles dès l’entame tonitruante de « Shockwave of Steel », évoluant sur un tempo que le ACCEPT de « Fast As a Shark » aurait dynamité avec conviction. La conviction, c’est aussi ce qui frappe chez ces trublions, qui au-delà de toutes les casseroles qu’ils traînent délibérément, assument parfaitement leur amour d’un Metal incandescent, et tous les clichés qui incombent à sa pratique. Mais on reste admiratif devant une telle débauche d’énergie, qui se moque complètement du qu’en dira-t-on, et qui avance au rythme d’un marteau-pilon pourfendant le crâne des hérétiques réfractaires à la cause héroïque. De là, tout y passe, des titres qui énumèrent tous les alliages possibles au look impossible, en passant par les figures instrumentales imposées, les tierces régurgitées, les soli de damné, et les envolées vocales aiguisées. Mais le tout fait preuve d’un tel enthousiasme qu’on se laisse happer par cette tranche de traditionalisme non édulcoré, apte à séduire les plus évolutionnistes, certainement hébétés par tant de franchise et de folie déclarée.

Il faut dire qu’avec des instrumentistes d’un tel calibre, le massacre (dans le bon sens sanglant du terme) était annoncé. Et que le format soit modéré, que le rythme soit contrôlé, ou que la durée se laisse étaler comme du sang sur des tartines, tous les secteurs de jeu sont calibrés, mais pas aseptisés. Ainsi, en version longue les STEEL SHOCK sont aussi convaincants qu’un PRIMAL FEAR soudainement obsédé par le répertoire d’un MANOWAR (« Stand Tall »), et en version courte, l’allègement très patent ne les empêche nullement de rocker comme des déments (« All Hail To Metal », cornes du diable non fournies, mais air revêche offert par la maison garanti). D’ailleurs ils l’affirment eux-mêmes, ils ne sont que Metal et Hard-Rock en fièvre (« Ready To Rock », mid tempo qui mise tout sur le headbanging de héros), et adoptent en héritage la guerre menée contre le Metal tiède et mal réchauffé, via des litanies d’amour débitées d’un ton assuré et d’un riff écrémé (« Night Of Steel »). On peut trouver ça un tantinet exagéré, mais comme ce genre d’entreprise ne peut fonctionner que si les musiciens s’y adonnent corps et armes, celle montée par les allemands et les hollandais s’envole vers des hauteurs insoupçonnées, adaptant un vocable passé sans en moduler les accents les plus prononcés. Il faut dire que les mecs connaissent leur métier, et qu’ils savent toujours trouver le lick qui va vous fédérer, en l’agrémentant de cœurs investis et guerriers, et en substituant des arrangements inutiles par des élans fertiles. Mais que tout ceci ne vous empêche pas de noter les quelques subtilités disséminées de çà et là, comme cette intro étonnement bluesy sur « Eyes of Fire », qui dégénère vite en énorme Heavy plombé qui fait vraiment craquer.

Mais entre des percussions à faire trembler le grand et regretté moustachu Scott Columbus himself (« Axe of Hatred »), et une propension à faire chuter les murs qui séparent le médium du plombé (« Break Down The Walls »), For Metal To Battle se présente comme une quête rondement menée, qu’il est impossible de critiquer, même si ce Metal maintes fois rebattu et répété n’offre que peu de compensations de nouveauté. Ici, la nouveauté, ce sont ces dix morceaux, qui sont autant d’hymnes à la cause, et à titre indicatif, dites-vous que l’album est vendu avec un patch en cadeau, ce qui en dit long sur l’amour des traditions. Des traditions qui de temps à autres font du bien au moral Metal, et avouons quand même que ces cinq-là ne font pas semblant, et ne nous prennent pas pour des cons en recyclant des plans déjà périmés depuis longtemps. Des chansons qui en sont vraiment, bien interprétées et vraiment possédées, et un réel amour du genre qui transforme des bourrins potentiels en esthètes existentiels.  

So, are you ready to Metaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaal ??? Eux oui, certainement, et ils ne font pas semblant.


Titres de l'album:

  1. Shockwave of Steel
  2. Under The Sign
  3. Metal Fire
  4. Eyes Of Fire
  5. Night Of Steel
  6. Stand Tall
  7. Break Down the Walls
  8. Ready To Rock
  9. Axe of Hatred
  10. All Hail to Metal

Site officiel


par mortne2001 le 09/01/2018 à 17:28
78 %    136

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Kidnapped

Crunch CS

Nosotros Los Muertos

Nosotros Los Muertos

Frozen Graves

Frozen Graves

Betrayed

The Unbeliever

Bucium

Miorița

Profane Order

Tightened Noose of Sanctimony

Midnight City

Не умрем

Phantasm

Three Men Make a Tiger

Jarun

Sporysz

Primero Muerto

Dividen Para Gobernar

The Animal In Me

Helping Won't Help

Obskuritatem

U Kraljevstvu Mrtvih...

In Shadows And Dust

A Fleur de Peau

Blackest Sin

Blood Eagle

Wargame

Dead Skaters Brigade

Steel Shock

For Metal To Battle

Malakhim

Demo I

Eternal Torment

Blind to Reality

Carousel Vertigo

Revenge Of Rock And Roll

Ascended Dead

Abhorrent Manifestation

Gods Of Violence Tour

Simony / 15/01/2018
Death Metal

VAMACARA STUDIO

youpimatin / 05/01/2018
Vacamara Studio

Interview du groupe SKELETHAL

Jus de cadavre / 02/01/2018
Death Metal

Interview Samuel SANTIAGO (BLACK MARCH)

youpimatin / 30/12/2017
Black Metal

Concerts à 7 jours

Civil War + Gloryhammer

16/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Civil War + Gloryhammer

17/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Inquisition + Septic Flesh

18/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Arch Enemy + Wintersun

18/01 : Le Transbordeur, Lyon (69)

Loudblast + Teska

19/01 : La Carene, Brest (29)

Inquisition + Septic Flesh

19/01 : Le Chabada, Angers (49)

Fleshdoll + Anamorh + Ascendance

20/01 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Inquisition + Septic Flesh

20/01 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

36 Crazyfists + All Hail The Yeti + '68

23/01 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Achat obligatoire. J'ai beau regretter le côté plus extrême des débuts (Bitter ist's dem Tod zu dienen ou Her von welken Nächten faisant partie de mes classiques), Dornenreich reste un groupe de très grande classe et qui a le mérite de ne pas laisser indifférent.


Va falloir du temps pour l'assimiler, mais il y a de bonnes choses dessus (j'adore Forgive me, où on retrouve bien la patte COC). Et surtout je suis vraiment content du retour de Pepper Keenan, un peu trop cannibalisé par Down ces dernières années à mon goût.


Yes ! J'ai revu Kreator il y a presque un an dans le Midi (cf. les archives), c'était une grosse fessée.


"Thrash de stade" putain c'est ça ! :D ça colle parfaitement a Kreator ! Pour moi trop aseptisé sur scène en tout cas. Mais tellement pro que ça passe.


Mon ressenti sur le groupe c'est que, le problème de Machine Head, c'est qu'il s'agit d'un groupe très inégal dans ses sorties d'albums.

On a eu droit à un "Burn My Eyes" excellent, suivi d'un "The More Things Change" pas mauvais mais moins bon que le premier.
Leur troisièm(...)