To Live to Kill to Live

Manticora

28/08/2020

Vicisolum Productions

Je pense que mon plus vieux souvenir concernant le Power Metal, c’est lorsqu’il ne s’appelait pas encore comme ça. Et bien qu’il soit toujours difficile de les associer aux origines du genre, ma première expérience fut en compagnie d’HELLOWEEN, lors de la sortie du volume 1 de leur Keeper of the Seven Keys. A cette époque - et MAIDEN ne me contredira pas - un groupe attendait la fin d’un album pour nous assommer d’un chapitre phare et progressif, à l’image de « Halloween », qui en plus de treize minutes nous entraînait dans un monde fantasmagorique et merveilleux, peuplé de créatures étranges, de citrouilles maléfiques, et de personnages inquiétants. Ces histoires se posaient en acmé d’un album qui voulait plus ou moins en raconter une plus globale, et offraient au public un épilogue digne de ce nom, lui laissant un souvenir de grandeur inoubliable qui peuplait ses rêves d’adolescent. Mais en termes de Power Metal, la logique et la grandeur ont évolué, et la construction d’un disque ne répond plus aux mêmes critères. Et c’est sans doute pourquoi les danois de MANTICORA nous cueillent à froid sur leur dernier LP avec une énorme composition de quatorze minutes. Certes, j’admets que To Live to Kill to Live est la suite logique de To Kill to Live to Kill paru il y a maintenant deux ans, et qui fut accueilli comme le grand œuvre des originaires de Hvidovre. Alors, en plaçant les deux albums bout à bout, on peut considérer « Katana - the Moths and the Dragonflies_Katana - Mud » et ses quatorze minutes bien tassées non comme une entame, mais comme un prolongement de « The Farmer's Tale Pt. 2 - Annihilation at the Graves » qui refermait les pages de To Kill to Live to Kill. Néanmoins, entamer un retour avec une telle chanson est preuve d’une confiance aveugle en son répertoire, les néophytes pouvant être rebutés par la longueur rédhibitoire de cette piste qui ne répond pas aux normes d’une entame raisonnable. Sauf que MANTICORA n’a jamais été un groupe raisonnable, et qu’il incarne depuis le début de sa carrière une certaine forme de démesure instrumentale que peu d’autres groupes peuvent atteindre. Et ce neuvième album, bien que légèrement plus humble que sa première partie ne donne encore une fois pas dans la demi-mesure…

MANTICORA, c’est un label déposé au Danemark, mais aussi en Europe. Le groupe (Kristian H. Larsen - guitare, Lars F. Larsen - chant, les deux membres originaux restant, Kasper Gram revenu à la basse depuis l’année dernière, Stefan Johansson - guitare et le nouveau batteur de 2020 Lawrence Dinamarca, membre d’AVUND, CARNAL FORGE, LOCH VOSTOK, et ex-ASTRAL CARNEVAL, ex-BLEEDING UTOPIA, ex-NIGHTRAGE) n’a jamais cherché l’intégration par la normalité, et multiplie les concepts depuis des années, nous laissant en héritage  non l’amour, mais les deux volets de The Black Circus, et aujourd’hui, les deux tomes To Kill to Live to Kill/To Live to Kill to Live. Je ne reprendrai pas en ces lignes les grandes du concept qui lie les deux chapitres, mais autant admettre que cette suite représente ce que les danois ont proposé de plus sombre et violent depuis le début de leur carrière, et si le timing de cette suite n’atteint pas les sommets de son aînée, il n’en garde pas moins plus d’une heure pour imposer son propos, ce qui est assez conséquent quand on joue une musique aussi intense. Il est d’ailleurs difficile de croire qu’un organisme normal puisse supporter une telle agression des sens pendant plus de soixante minutes. Les morceaux sont si compacts, remplis d’idées, animés par une rythmique puissante et des lignes de chant lyriques qu’on hésite au moment d’en accepter l’intégralité. D’autant que le groupe n’a pas lésiné sur la violence, se souvenant sans doute de ses jeunes années passées dans FEAR ITSELF, et l’on retrouve cette pugnacité Thrash à intervalles réguliers, notamment sur le surpuissant « Slaughter in the Desert Room », apte à faire passer les PRIMAL FEAR et autres WASTEFALL pour de gentils groupes de bal tout juste bons à reprendre des tubes du répertoire Pop. Mais c’est aussi ce qui fâche sur cet album, cette propension à augmenter tous les volumes et pousser les choses à leur paroxysme, rendant cette suite incroyablement roborative. Mais cela étant dit, rien ne vous empêche de l’aborder pour ce qu’elle est, livre pour les oreilles dont on peut feuilleter quelques pages avant de s’endormir. Mais croyez-moi, vous aurez beaucoup de mal à vous endormir…

Une fois encore, la production de l’objet est tout à fait moderne, et compresse, délie, élargit le spectre, tout en concentrant le propos en quelques fréquences très dynamiques. Choix qui ne fait qu’augmenter la pression que l’on sent dès les premières mesures. Le nouveau batteur Lawrence Dinamarca a justement pris celle des enjeux, et multiplie les contretemps, les fills diaboliques, les enchainements fluides, et les accélérations meurtrières, indispensables au bon déroulement du concept. Je parlais de « Slaughter in the Desert Room» tellement ce morceau m’a impressionné, mais j’y ai retrouvé l’influence d’un STRAPPING YOUNG LAD, celui des premières années et de City, et l’ajout de voix féminines n’est pas sans rappeler les interventions magiques d’Anneke van Giersbergen sur les disques du lutin spatial Devin. Evidemment, un concept ne s’arrête pas à l’importance cruciale de deux morceaux, et « Goodbye Tina », en imposant le calme et la délicatesse, nous permet de reprendre notre souffle avec son tempo bancal et ses harmonies typiquement eighties. D’un autre côté, « Tasered/Removal » évoque une union DREAM THEATER/SYMPHONY X, et nous retrouvons avec joie ce fameux katana mortel sur « Katana - Death of the Meaning of Life » qui tâte du Thrash avec flair et panache, poussant le potentiel d’agressivité de To Live to Kill to Live à son maximum. Tous les fans le savent, MANTICORA est unique dans son créneau, et totalement isolé dans sa tour d’ivoire. Peu de groupes peuvent rivaliser avec lui sans tomber dans le ridicule et le grotesque, et les danois sont bien les seuls à pouvoir oser tant de grandiloquence sans paraître risibles. Et il faut du talent pour ne pas franchir la frontière séparant l’excès absolu de la pantalonnade achevée, et du savoir-faire pour abuser non-stop de cette double grosse caisse et de ces arrangements de blockbuster sans déclencher l’ennui et la saturation, et To Live to Kill to Live remporte une fois encore le pari, avec une magie indéniable.

Cet album, comme tous les autres, ne s’adresse pas à tout le monde. Ceux qui aiment leur Metal direct et sans fioritures ne comprendront pas un traître mot musical employé par les danois, mais cette démesure a quelque chose d’admirable dans sa franchise. Et près de vingt-cinq ans après leurs débuts, les musiciens de MANTICORA prouvent que leurs ambitions n’ont pas été soldées sur la table de l’expérience, nous offrant une seconde partie d’œuvre à la hauteur de la première, et encore un sommet dans leur parcours. Admirable, pour le moins, éreintant, mais jubilatoire comme un feu d’artifices.      

                    

Titres de l’album:

01. Katana - the Moths and the Dragonflies_Katana - Mud

02. To Nanjing

03. The Farmer's Tale, Pt. 3 - Eaten by the Beasts

04. Slaughter in the Desert Room

05. Through the Eyes of the Killer - Filing Teeth

06. Katana - Death of the Meaning of Life

07. Tasered_Ice Cage

08. Goodbye Tina

09. Tasered_Removal

10. Stalin Strikes

11. Ten Thousand Cold Nights

12. Katana - Beheaded


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/11/2020 à 18:20
88 %    274

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Seigneur FRED
@80.11.174.15
06/03/2021, 10:57:28

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10