To Live to Kill to Live

Manticora

28/08/2020

Vicisolum Productions

Je pense que mon plus vieux souvenir concernant le Power Metal, c’est lorsqu’il ne s’appelait pas encore comme ça. Et bien qu’il soit toujours difficile de les associer aux origines du genre, ma première expérience fut en compagnie d’HELLOWEEN, lors de la sortie du volume 1 de leur Keeper of the Seven Keys. A cette époque - et MAIDEN ne me contredira pas - un groupe attendait la fin d’un album pour nous assommer d’un chapitre phare et progressif, à l’image de « Halloween », qui en plus de treize minutes nous entraînait dans un monde fantasmagorique et merveilleux, peuplé de créatures étranges, de citrouilles maléfiques, et de personnages inquiétants. Ces histoires se posaient en acmé d’un album qui voulait plus ou moins en raconter une plus globale, et offraient au public un épilogue digne de ce nom, lui laissant un souvenir de grandeur inoubliable qui peuplait ses rêves d’adolescent. Mais en termes de Power Metal, la logique et la grandeur ont évolué, et la construction d’un disque ne répond plus aux mêmes critères. Et c’est sans doute pourquoi les danois de MANTICORA nous cueillent à froid sur leur dernier LP avec une énorme composition de quatorze minutes. Certes, j’admets que To Live to Kill to Live est la suite logique de To Kill to Live to Kill paru il y a maintenant deux ans, et qui fut accueilli comme le grand œuvre des originaires de Hvidovre. Alors, en plaçant les deux albums bout à bout, on peut considérer « Katana - the Moths and the Dragonflies_Katana - Mud » et ses quatorze minutes bien tassées non comme une entame, mais comme un prolongement de « The Farmer's Tale Pt. 2 - Annihilation at the Graves » qui refermait les pages de To Kill to Live to Kill. Néanmoins, entamer un retour avec une telle chanson est preuve d’une confiance aveugle en son répertoire, les néophytes pouvant être rebutés par la longueur rédhibitoire de cette piste qui ne répond pas aux normes d’une entame raisonnable. Sauf que MANTICORA n’a jamais été un groupe raisonnable, et qu’il incarne depuis le début de sa carrière une certaine forme de démesure instrumentale que peu d’autres groupes peuvent atteindre. Et ce neuvième album, bien que légèrement plus humble que sa première partie ne donne encore une fois pas dans la demi-mesure…

MANTICORA, c’est un label déposé au Danemark, mais aussi en Europe. Le groupe (Kristian H. Larsen - guitare, Lars F. Larsen - chant, les deux membres originaux restant, Kasper Gram revenu à la basse depuis l’année dernière, Stefan Johansson - guitare et le nouveau batteur de 2020 Lawrence Dinamarca, membre d’AVUND, CARNAL FORGE, LOCH VOSTOK, et ex-ASTRAL CARNEVAL, ex-BLEEDING UTOPIA, ex-NIGHTRAGE) n’a jamais cherché l’intégration par la normalité, et multiplie les concepts depuis des années, nous laissant en héritage  non l’amour, mais les deux volets de The Black Circus, et aujourd’hui, les deux tomes To Kill to Live to Kill/To Live to Kill to Live. Je ne reprendrai pas en ces lignes les grandes du concept qui lie les deux chapitres, mais autant admettre que cette suite représente ce que les danois ont proposé de plus sombre et violent depuis le début de leur carrière, et si le timing de cette suite n’atteint pas les sommets de son aînée, il n’en garde pas moins plus d’une heure pour imposer son propos, ce qui est assez conséquent quand on joue une musique aussi intense. Il est d’ailleurs difficile de croire qu’un organisme normal puisse supporter une telle agression des sens pendant plus de soixante minutes. Les morceaux sont si compacts, remplis d’idées, animés par une rythmique puissante et des lignes de chant lyriques qu’on hésite au moment d’en accepter l’intégralité. D’autant que le groupe n’a pas lésiné sur la violence, se souvenant sans doute de ses jeunes années passées dans FEAR ITSELF, et l’on retrouve cette pugnacité Thrash à intervalles réguliers, notamment sur le surpuissant « Slaughter in the Desert Room », apte à faire passer les PRIMAL FEAR et autres WASTEFALL pour de gentils groupes de bal tout juste bons à reprendre des tubes du répertoire Pop. Mais c’est aussi ce qui fâche sur cet album, cette propension à augmenter tous les volumes et pousser les choses à leur paroxysme, rendant cette suite incroyablement roborative. Mais cela étant dit, rien ne vous empêche de l’aborder pour ce qu’elle est, livre pour les oreilles dont on peut feuilleter quelques pages avant de s’endormir. Mais croyez-moi, vous aurez beaucoup de mal à vous endormir…

Une fois encore, la production de l’objet est tout à fait moderne, et compresse, délie, élargit le spectre, tout en concentrant le propos en quelques fréquences très dynamiques. Choix qui ne fait qu’augmenter la pression que l’on sent dès les premières mesures. Le nouveau batteur Lawrence Dinamarca a justement pris celle des enjeux, et multiplie les contretemps, les fills diaboliques, les enchainements fluides, et les accélérations meurtrières, indispensables au bon déroulement du concept. Je parlais de « Slaughter in the Desert Room» tellement ce morceau m’a impressionné, mais j’y ai retrouvé l’influence d’un STRAPPING YOUNG LAD, celui des premières années et de City, et l’ajout de voix féminines n’est pas sans rappeler les interventions magiques d’Anneke van Giersbergen sur les disques du lutin spatial Devin. Evidemment, un concept ne s’arrête pas à l’importance cruciale de deux morceaux, et « Goodbye Tina », en imposant le calme et la délicatesse, nous permet de reprendre notre souffle avec son tempo bancal et ses harmonies typiquement eighties. D’un autre côté, « Tasered/Removal » évoque une union DREAM THEATER/SYMPHONY X, et nous retrouvons avec joie ce fameux katana mortel sur « Katana - Death of the Meaning of Life » qui tâte du Thrash avec flair et panache, poussant le potentiel d’agressivité de To Live to Kill to Live à son maximum. Tous les fans le savent, MANTICORA est unique dans son créneau, et totalement isolé dans sa tour d’ivoire. Peu de groupes peuvent rivaliser avec lui sans tomber dans le ridicule et le grotesque, et les danois sont bien les seuls à pouvoir oser tant de grandiloquence sans paraître risibles. Et il faut du talent pour ne pas franchir la frontière séparant l’excès absolu de la pantalonnade achevée, et du savoir-faire pour abuser non-stop de cette double grosse caisse et de ces arrangements de blockbuster sans déclencher l’ennui et la saturation, et To Live to Kill to Live remporte une fois encore le pari, avec une magie indéniable.

Cet album, comme tous les autres, ne s’adresse pas à tout le monde. Ceux qui aiment leur Metal direct et sans fioritures ne comprendront pas un traître mot musical employé par les danois, mais cette démesure a quelque chose d’admirable dans sa franchise. Et près de vingt-cinq ans après leurs débuts, les musiciens de MANTICORA prouvent que leurs ambitions n’ont pas été soldées sur la table de l’expérience, nous offrant une seconde partie d’œuvre à la hauteur de la première, et encore un sommet dans leur parcours. Admirable, pour le moins, éreintant, mais jubilatoire comme un feu d’artifices.      

                    

Titres de l’album:

01. Katana - the Moths and the Dragonflies_Katana - Mud

02. To Nanjing

03. The Farmer's Tale, Pt. 3 - Eaten by the Beasts

04. Slaughter in the Desert Room

05. Through the Eyes of the Killer - Filing Teeth

06. Katana - Death of the Meaning of Life

07. Tasered_Ice Cage

08. Goodbye Tina

09. Tasered_Removal

10. Stalin Strikes

11. Ten Thousand Cold Nights

12. Katana - Beheaded


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/11/2020 à 18:20
88 %    454

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Seigneur FRED
@80.11.174.15
06/03/2021, 10:57:28

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39