Rotten Romance

Bloody Heels

10/06/2022

Frontiers Records

Quand on l’est, letton vraiment ? Oui, et toutes mes confuses pour ce calembour déplorable sur la nationalité de nos BLOODY HEELS chéris, ceux qui portent des talons aiguilles pour écraser la tronche de la vague nostalgique et s’asperger de sang de traître. Les BLOODY HEELS font partie de cette nouvelle génération de groupes élevés en couveuse par FRONTIERS, mais qui possédaient un ADN propre avant d’être enfermés en studio. D’ailleurs, il ne s’agit que du deuxième album que les lettons offrent au label italien, deux ans après l’excellent Ignite The Sky. Through Mystery était lui distribué plus intimement par KS Records, ce qui ne l’avait pas empêché de faire pas mal de bruit au niveau local, plaçant le quatuor dans le peloton de tête des groupes à suivre.  

Que de chemin parcouru donc depuis 2017, et il est certain que BLOODY HEELS présente aujourd’hui un visage terriblement professionnel, ainsi qu’une musique très mature et néanmoins enthousiaste et énergique. Ces musiciens décidés (Valts Berzins (Vicky White) - chant, Haralds Avotins (Harry Rivers) - guitare, Gunars Toms Narbus (Gunn Everett) - basse et Gus Hawk (Gustavs Vanags) - batterie) nous proposent donc un instantané de leur vie en 2022, et le postulat artistique qu’est Rotten Romance a de quoi donner envie de signer n’importe quel contrat de mariage à vie.

Gardant leur démarche intacte, prônant des valeurs d’ouverture entre tradition et modernité, les BLOODY HEELS arpentent les trottoirs des eighties et nineties le pas tranquille et la mine enjouée, pour offrir au public un résumé de ces trois ou quatre dernières décennies sans tomber dans le piège de la synthèse anonyme et trop connotée old-school. Entre assise contemporaine et regard vers le passé, ces onze nouveaux morceaux mettent en haleine et font perler la sueur sur le front, dès le riff d’introduction en crescendo de « Dream Killers », premier hit de l’album qui nous plonge dans un bain bouillant.

On prend immédiatement acte de cette production solide, de cette guitare méchamment aiguisée, et de cette section rythmique performante. Entre Hard à l’américaine et Heavy à l’allemande, les lettons agitent nos petons sur un air bien connu, entre couplet agressif et viril et refrain plus modulé et féminin. La recette est éprouvée, mais fonctionne ici à plein régime grâce à la passion du quatuor pour un Hard musclé mais nuancé. « Rotten Romance » reste dans la même lignée, bourré d’arrangements subtils et de licks gonflés, et en deux morceaux, BLOODY HEELS nous rallie à sa bannière et nous fait marcher à pas cadencé. Pur produit moderne d’un amour pour le Metal de tradition, ce troisième album en passage d’excellence obligé confirme toutes les bonnes impressions suscitées par le groupe ces huit dernières années.

Et avec un frontman de la trempe de Valts Berzins, l’enthousiasme l’emporte sur le scepticisme vintage. On pense parfois à MAXXWELL en version plus diversifiée, aux mythiques PINK CREAM 69, et à pas mal de choses, même si la musique garde ce caractère personnel indéniable.

Alors, des tubes, encore des tubes, comme s’il en pleuvait au mois de juin. Totalement maîtres de leur sujet, les lettons remettent une copie parfaite, juste assez longue pour rassasier la curiosité, mais assez courte pour ne pas lasser. « The Velvet » se lance même dans une opération séduction AOR/Heavy dans la plus droite lignée d’un métissage HAREM SCAREM/STONE TEMPLE PILOT, tandis que le trépidant « Distant Memory » nous fait courir comme des lapins devant des phares allumés à plein rendement.

Célébration du headbanging le plus cathartique, Rotten Romance est une histoire d’amour sincère entre un groupe et le Hard n’Heavy des années 90. Beaucoup d’intros bien senties, des mélodies vocales riches, quelques chœurs de stade, et l’affaire est emballé, emballe, et pesée. Bien que fondamentalement traditionnel, BLOODY HEELS se hisse dans le top 3 des sorties Frontiers de ce mois de juin décidément très clément. Les lettons savent imposer des burners construits sur des humeurs contradictoires mais complémentaires (« Mirror Mirror »), oser le Post-Grunge sans vraiment s’y immerger complètement, mais surtout, composer de véritables morceaux, et non de simples excuses électrifiées pour occuper le terrain de la nostalgie actualisée.

Je mettrai donc en avant le formidable et syncopé « Burning Bridges », qui ferait danser un paralytique, et le final tendre « Oblivion », pour ses harmonies fortes et son potentiel dramatique certain. Mais à vrai dire, même après un nombre conséquent d’écoutes, Rotten Romance s’avère tout indivisible, même décomposé en chapitres d’importance fonctionnant au premier degré.

Alors, romance pourrie ou flirt poussé ? La seconde réponse est la bonne, et les BLOODY HEELS maîtrisent de mieux en mieux ces œillades énamourées et ces baisers plein de fougue et de passion.  

  

  

Titres de l’album :

01. Dream Killers

02. Rotten Romance

03. The Velvet

04. Distant Memory

05. Hour Of Sinners

06. Mirror Mirror

07. When The Rain And I Meet

08. Crow’s Lullaby

09. Burning Bridges

10. Angels Crying

11. Oblivion


Facebook officiel


par mortne2001 le 22/06/2022 à 16:01
85 %    361

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14