Y’a d’la GRRRMBA dans l’air. Le smoking bien d’enfer. Et moi, je vous suis dans cette galère, d’autant que ça n’en est pas vraiment une. Alors, puisque nous parlons de musiques extrêmes, réhabilitons ainsi les possibilités du Sludge de s’extirper de sa condition monolithique pour aller fricoter avec des courants tout aussi dangereux et pesants. Et lorsque le genre s’obscurcit de Doom vraiment maladif, de Death vomitif, et plus généralement, de tonalités discordantes et de soudaines embardées décoiffantes, le résultat peut-être bien plus qu’une somme de blanches accumulées à la caisse claire histoire d’assommer l’auditeur. Litanie de mort, certes, mais aussi enthousiasme pour une forme de musique assez poussée, et pas seulement des répétitions des itérations, des insistances et des longueurs, mais aussi de la créativité dans la méchanceté histoire d’asseoir une réputation, et de creuser un filon. Celui exploité par les hongrois de GRRRMBA vous démontre que votre vie, vous ne pouvez pas la faire, mais seulement en subir les aspects les plus désagréables, vous laissant toutefois une petite échappatoire brutale pour vous en sortir. Plus prosaïquement, ces deux musiciens originaires de Budapest, et ex-GOROMBA agitent l’underground depuis 2016 seulement, mais se montrent assez productifs, puisque cette secousse sismique qu’est Embodiment fait suite à un premier choc éponyme ressenti l’année dernière, et qui lui-même continuait le travail de sape entrepris par deux EP, Imminent en 2016 et Coalecence en 2017. Quatre réalisations dont deux longs en deux ans, on peut dire que les musiciens ont des choses à grogner, et ils ne se gênent pas pour le faire. Au menu de cette nouvelle cargaison d’électrochocs en forme de fin de non-recevoir mélodique, beaucoup de puissance, un minimum de nuances, mais aussi une véritable envie de mélanger les courants pour fabriquer un acide très corrosif, qui ronge les chairs tout en accentuant les réactions épidermiques.

De fait, Szakács Bence (chant/basse/guitare) et Liptai Gergely (batterie/guitare) nous proposent un voyage aux confins de la folie du supportable, et se posent en double jonction d’un Crossover échelle géante, utilisant les codes du Doom pour les assombrir de Black, les recettes du Sludge pour les insérer dans un contexte de Powerviolence light, et ainsi, concocter des morceaux dont l’intensité n’a d’égal que la malséance. Inutile de nier que quelques références pointent le bout de leur nez, dont les plus évidentes restent celles de PRIMITIVE MAN, de VERMIN WOMB, avec une pointe d’ENCOFFINATION sans les excès, et surtout, saupoudré d’un peu de vague Nola bien distillée, histoire d’apporter une touche un peu plus légère à des envolées funèbres que le CATHEDRAL de légende aurait pu faire siennes. En gros, un truc méchamment Heavy, mais aussi terriblement bien pensé, et surtout, un comble pour le créneau, développé pour sonner progressif en ne se contentant pas de répéter les mêmes thématiques ad nauseam. Dotés d’un son à détourner un ouragan, les hongrois passent sur vous et emportent tout de leurs fréquences basses secouantes, profitant d’un son de guitare vraiment énorme à filer des complexes à la vague sous-accordée Nu-Metal, bien timide à côté. Savamment distillé de monochromes que les FULL OF HELL apprécient dans leurs moments les plus dépressifs, les GRRRMBA osent l’excès sans l’exagération, et ne nous font pas passer des vestiges pour des lentes terres, n’utilisant l’oppression que comme moyen et non comme unique but. En gros, on souffre beaucoup à l’écoute de ces sept morceaux, qui malgré leur longueur se paient le luxe d’accumuler les idées, sans toutefois tomber dans une quelconque complexité.

Complexité non, mais complicité, oui. Et entre des riffs à faire trembler sur ses pieds d’argile un PRIMITIVE MAN qui en a vu pourtant d’autres, Embodiment est un concassage en règle, gras comme un cadavre obèse oublié dans un caniveau bouché, et grave comme une sentence de mort tombée à l’improviste. Si les fans de Doom pur et dur en seront pour leur frais, les accros au Sludge le plus maladif et concentré seront aux diables de tendre l’oreille sur des titres aussi larges et compacts que « For a Higher Purpose », érigeant les stridences et dissonances au rang d’art majeur de perturbation, et ralentissant la cadence avec précision pour rendre les débats encore plus claustrophobiques. Passés maîtres dans l’art de faire mal en faisant du bien, les hongrois jouent crânement leur carte, ou plutôt leurs cartes, en assemblant des motifs parfaitement logiques, pour nous mener de vie insipide à trépas rigide, sans pour autant oublier d’illustrer avec pertinence les pires tracas de l’existence. Ainsi, l’ouverture « Agony Through a Lifetime » décrit avec une acuité musicale sans pareille les diverses tortures du quotidien, from the cradle to the grave, en multipliant les cassures, les accélérations injustifiées et subites, sans pour autant perdre de vue le but originel. N’utiliser que les composantes les plus malsaines de chaque style pour en créer un presque nouveau, à cheval entre le nihilisme du BM, la misanthropie du Sludge et la douleur existentielle du Doom, et ainsi aboutir à un résultat vomitif, mais cathartique. Héros d’une vision des choses extrême et sans pitié, les GRRRMBA sonnent parfois plus lourd et emphatique que n’importe quel groupe de Sludge à tendance Core, spécialement sur le traumatique « To Deprive You of 21 Grams », qui appuie encore un peu plus sur le dernier clou du cercueil pour être certain que vous n’allez pas remonter par surprise.

Associant avec une vilénie sans équivalent la crudité d’un Black purement US et la résignation d’un Sludge/Doom à l’Européenne, le duo parvient toujours à rebondir d’une pensée impure à un désir mortifère, ce que démontre sans ambages le long et hypnotique « To Starve for Happiness is an Addiction to Misery », au titre aussi long que son effet n’est intense, alors même que quelques séquences à la lourdeur indéniable sont soudainement striées de hurlements lointains et d’arrangements souterrains. Plongée dans les entrailles de la douleur, ce second album fait honneur à son style de prédilection, sans en respecter les codes à la lettre. Et c’est sans doute pour cette raison, et ce désir d’évasion des préceptes les plus marteau-pilon (quand même suivis de près, soyons honnête), que l’on succombe aux plaisirs les moins charnels, d’autant plus que le tourbillon centrifuge se rétrécit comme un goulot arrivé à la moitié de l’album, pour finir par nous enfermer dans une bouteille, sorte de souvenir humain d’une humanité remise au lendemain (« Swallowed by the Whirl »). Et même si l’histoire se termine par une ultime outro Ambient, Dark mais mélodique (harmonie quand même légèrement psychotique et dérangée, soyons clair), l’ambiance générale dégagée par ce second longue-durée reste oppressante, crument violente, mais suffisamment inventive pour ne pas se présenter comme une impasse figée que le temps à encore oublié dans les limbes. Cruel, violent, asphyxiant même parfois, Embodiment est une déclaration de refus absolu d’un optimisme malvenu, qui ne s’enferme pas dans un carcan obtus, mais qui assume ses positions les plus crues.


Titres de l'album :

                          1.Agony Through a Lifetime         

                          2.Out of Pure Malice

                          3.To Starve for Happiness is an Addiction to Misery

                          4.For a Higher Purpose

                          5.To Deprive You of 21 Grams

                          6.Swallowed by the Whirl

                          7.Embodiment

Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 18/10/2018 à 15:53
75 %    256

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah j'ai vraiment bien aimé cet album.
Effectivement groovy à souhait.
A tel point que je vais me rebouffer toute la disco du groupe histoire de me refaire un avis plus précis sur la chose.
Par contre, pas trop de ton avis quand tu dis que "l’influence s’estompe".
LIZZ(...)


respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D