Sortir un album instrumental n’est déjà pas chose aisée. Sortir un album instrumental en se basant sur l’un des styles les plus redondants de l’extrême l’est encore moins. C’est pourtant le pari que ce sont lancé les anglais de TELEPATHY depuis 2011, et qu’ils ont relevé sur deux premiers longue-durée. Difficile en effet de capter l’attention du public et de la conserver lorsqu’on pratique une sorte de Post Sludge, le genre supportant parfaitement les longues digressions musicales, mais se dispensant assez mal d’un chant hurlé ou plaintif. Des plaintes justement, les quatre originaires de Colchester en ont rarement eu suite à la parution de 12 Areas en 2014 et Tempest en 2017, et gageons qu’ils n’en recevront pas plus après l’écoute de Burn Embrace, qui s’il reprend peu ou prou les mêmes recettes que ses deux aînés propose quelques idées sinon fraîches, du moins notables. Il faut dire que le style pratiqué par les quatre musiciens (Piotr Turek - guitare, Albert Turek - batterie, Richard Powley - guitare et Teddy - James Driscoll - basse) est pluriel, et ne se contente pas de retravailler les figures imposées du Sludge sans essayer d’en détourner les codes. On retrouve donc dans la musique des anglais des traces de Post (Hardcore, Sludge, Rock), du Doom évidemment, quelques marques fugaces de Black et Post Black soit la quintessence d’une scène extrême qui tolère très bien de nos jours la diversité. Diversité est justement le mot clé, les albums de ce type répétant souvent la même recette pendant plus de trois quarts d’heure, et si Burn Embrace n’échappe pas totalement à la règle, il contient suffisamment d’idées pour se démarquer et se justifier. Et c’est tant mieux, parce qu’avec des morceaux qui dépassent souvent les six, sept et huit minutes, mieux vaut ne pas en manquer, mais là réside la philosophie globale du groupe. Prendre un thème, le faire dériver, le faire entrer dans d’autres moules en le confrontant à des styles extérieurs, pour mieux revenir vers lui et offrir une boucle intelligemment bouclée.

On constate ce fait dès « Eternal Silence » qui après une longue mise en place présente les éléments de façon exhaustive. Emphase immédiate et lourde, gravité de ton, guitare tournoyante d’un côté pour assumer les tendances Post, guitare sombre aux riffs plaqués de l’autre pour l’affiliation Doom et Sludge, rythmique en procession, et lorsque le schéma est planté, ne reste plus aux musiciens qu’à broder dessus, en nous assénant quelques blasts sortis de nulle part, des notes égrenées avec peine et instaurer un climat général de tristesse et de mélancolie, à la PARADISE LOST des débuts. On sent évidemment l’influence de ces derniers, mais celle aussi de MY DYING BRIDE, de NEUROSIS, d’ISIS, et tous ceux utilisant la redondance et les répétitions en hypnose pour happer l’auditeur dans leur vortex. C’est très bien agencé, les plans se succèdent en maintenant la pression, les mélodies, rachitiques servent de transition, mais les changements sont bien réels et la progression concrète. Il ne s’agit donc pas de tester notre patience en attendant que nos nerfs craquent, mais bien de proposer une sorte de Post Sludge Progressif qui refuse la facilité. Certes, il vaut mieux avoir les oreilles rompues à l’exercice de la lourdeur et de la puissance pour apprécier un tel album, mais même les réfractaires à la cause pourraient y trouver leur compte, spécialement s’ils ne refusent pas un brin de fantaisie. C’est en tout cas ce que semble indiquer « Aonaran » qui ouvre des perspectives avec sa batterie versatile qui sort des accélérations fulgurantes de ses toms. Le contexte est celui d’une B.O imaginaire, avec ces ambiances poisseuses qui se complètent et se déforment, l’ensemble est gothique dans le fond mais moderne dans la forme, et la mise en place parfaite, au millimètre.

Il est toujours compliqué d’exprimer la façon dont la musique vous touche, et d’autant plus lorsque celle-ci revêt un caractère particulier. Le Sludge des anglais n’en est pas vraiment un, plutôt un Post Doom léger dans l’instrumentation, ou tout simplement une forme de Post Rock très personnel, sous références, mais affranchi d’influences trop marquantes. C’est à cause de cela que le groupe peut se permettre de lever le pied sans trahir la cause, et d’oser les arpèges en son clair, dans un contexte moins confiné. « Black Earth » évoquerait presque un Metal Progressif technique et léché, si cette grosse basse à la NEUROSIS ne venait pas combler les vides, imposant un regain de puissance de sa gravité. Il est certain que l’absence de chant frustre parfois, inutile de le nier. On se plaît souvent à imaginer comment tel ou tel morceau aurait pu sonner avec une partie vocale adaptée, mais cette frustration ne dure jamais longtemps, et résulte plus d’un processus de curiosité que d’un manque. D’ailleurs, pour contourner ce problème, TELEPATHY propose à intervalles réguliers des morceaux plus courts, comme « Pariah » qui parfois ressemble à s’y méprendre à un instrumental du METALLICA de la grande époque. Et pour être totalement honnête, avouons que certains plans se retrouvent d’un morceau à l’autre, le parti pris de lourdeur y étant pour beaucoup. Mais ces similitudes ne sont pas un handicap loin de là, conférant à l’album une sorte de logique concentrique, et transformant des redites en gimmicks, pour renforcer l’esprit global de cohésion. D’autant qu’Albert Turek, fin percussionniste fait tout ce qu’il peut pour insuffler aux chansons un esprit personnel, multipliant le jeu sur les toms, les blasts inopinés, les cassures soudaines et autres fills incongrus. On supporte donc très bien le timing, et « The Void In Aimless Flight » incarne même une acmé tout à fait crédible pour un album qui ne supporte que très mal la moyenne ou la raison.

Si les amateurs de Sludge regretteront l’absence de chant, si les maniaques du Doom déploreront les concessions mélodiques et les déviances de vitesse, les amoureux d’une musique riche et plurielle trouveront leur compte, tant Burn Embrace échappe avec facilité à toute catégorisation. TELEPATHY nous réserve même une sortie incantatoire et superbe avec le magnifique et fragile « Burn Embrace », spectral et pur, qui achève de conférer à ce troisième album une aura mystique en forme d’initiation à l’absolu. De l’instrumental de qualité qui n’a pas laissé le mental dans son flight-case.                            

                                 

Titres de l’album :

                      01. Eternal Silence

                      02. Aonaran

                      03. Black Earth

                      04. Pariah

                      05. The Void In Aimless Flight

                      06. Sorrow Surrenders Its Crown

                      07. Burn Embrace

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/03/2020 à 17:34
80 %    124

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!