Un nom évocateur, une pochette qui ressemble à la partouze de goules sur la pochette d’Altars of Madness, une distro via des labels spécialisés dans les exactions les plus fétides, pas de doutes à avoir, nous avons encore une fois affaire à des fossoyeurs de la musicalité la plus élémentaire. Mais qu’attendre d’autre d’un groupe baptisé PESTILENT DEATH qu’un Death Metal des plus primaires et ombrageux ? Rien en effet, et les spécialistes de la question savaient déjà quoi craindre d’un combo qui a depuis longtemps choisi de racler les égouts de l’inhumanité…Fondé en 2010 du côté de l’ensoleillée Los Angeles, PESTILENT DEATH incarne en quelque sorte un chef de file de la nouvelle vague Old-school Death qui agite les couloirs de la mort américains, mais un chef de file qui n’a pas l’intention d’émerger de sa crypte pour revendiquer son titre. En presque une décennie, ce quatuor (Skulllfucker - basse, Eraclio Olvera - batterie, Conrado Gesualdi - chant et Ominous - guitare) a déjà narré les pires aventures d’outre-tombe via une multitude de formats distribués par une multitude de labels courageux, et c’est ainsi que leur discographie peut aujourd’hui s’appuyer sur deux démos, un EP (The Art of Torture), et surtout, un premier LP paru il y a trois ans, Eulogies of Putrefaction, qui lui aussi en disait long de son intitulé macabre. De là, avec tous ces éléments en tête, facile de deviner ce qui vous attend au détour de ce très franc et massif Chapters of Depravity, qui se vautre dans l’ignominie, la lourdeur et l’horreur comme un cadavre en putréfaction dans la terre de son dernier voyage accompagné par les vers.

En substance, les quatre californiens ne proposent évidemment rien de novateur, et jouent le Death Metal comme les tarés d’INCANTATION en prônaient les valeurs il y a quelques décades. Un Death sourd, diffus, totalement en adéquation avec ses thèmes Gore, et il n’est donc pas incongru de voir en cette nouvelle réalisation la réconciliation des MORTICIAN et d’AUTOPSY autour d’un barbecue humain. Restant suffisamment musical pour ne pas faire fuir les plus impressionnables, Chapters of Depravity n’est qu’une collection de sévices, un amas de chairs en putréfaction, un catalogue de tortures infligées aux tympans, qui toutefois voit un peu plus loin que la simple punition auditive de base. Assez réjouissant dans son absence totale de compromission, ce second LP de PESTILENT DEATH empeste le moisi, la mort et la décadence, et s’interdit toute forme de sophistication en supprimant le mot finesse de son répertoire. Mais en utilisant des thématiques fortes, et en bénéficiant d’un son compact mais pointu, cette œuvre ignoble parvient sans peine à attirer l’attention, comme des cris émanant d’une vieille tombe défraichie dans laquelle se débattrait un corps refusant la mort. Assurément aussi vilain qu’un zombie qui pointe sa face en plein centre-ville de Los Angeles, n’importe lequel des morceaux de cette suite en râles majeurs est une réussite totale de mauvais goût, qui l’érige en tant que valeur fondamentale d’une recherche artistique ancestrale, plaçant le chaos, le magma, l’infamie au-dessus de toute autre considération. 

C’est donc très laid, très lourd, ça colle aux doigts, ça reste attaché à la pelle du fossoyeur, mais c’est bon comme un malheur s’abattant sur une famille méritante qui n’a rien demandé au destin. Avec des musiciens très capables et qui connaissent la problématique, Chapters of Depravity assume ses instincts les plus déviants, et nous propose une belle alternance de Death/Doom maladif et de Death ultra-brutal, sans avoir à admettre d’influences qui de toute façon sautent aux yeux dès les premières écoutes. Un peu d’AUTOPSY, un peu de DISEMBOWELMENT, un peu de ROTTREVORE, et le tour est joué, mais pas de ceux pendables qui vous font prendre des vessies bruitistes pour des lanternes brutales. Ici, le propos se veut intelligible mais ferme, et les structures des morceaux sont pensés pour naviguer entre bestialité glauque et violence ouverte (« Upheaval Of The Undead »), ce que l’entame morbide et sourde « Chamber Of Wretched Souls » démontre en quatre minutes et quelques. Des riffs qui essuient le manche avec un vieux linceul cradingue, un chanteur/grogneur qui vomit ses litanies comme un démon exprime son courroux, une section rythmique qui connaît toutes les astuces du pilonnage/mise en terre, pour un passage en revue savoureux des bas-morceaux d’un style certes classique et éprouvé, mais qui parvient toujours à faire jouir les plus allumés. Mais l’atout majeur de PESTILENT DEATH est ce refus du monolithisme qui aurait pu les condamner à la redondance d’un Death trop lent et trop cyclique, et un titres aussi enragé que « Torturous Incantations » permet justement d’échapper à la monotonie ambiante, bien que le quatuor sache toujours rendre ses longues et lentes complaintes intéressantes de par leur refus d’aération.

 Et au bout du compte, malgré des titres en forme de clichés horrifiques, malgré certaines facilités qui le confinent aux poncifs, malgré quelques passages encore un peu trop formels, ce deuxième album incarne une sorte d’épitomé de violence efficace, qui paie autant son tribut aux premiers CARCASS qu’aux chefs d’œuvres d’INCANTATION. Un Death qui utilise toutes les ficelles pour captiver, qui compose et ne se contente pas de ressasser les mêmes agonies, et qui a la décence de ne pas s’éterniser pour ne pas provoquer l’agonie de la tolérance. Bonne suite donc et bonne opération pour les californiens qui assoient leur réputation, et qui prouvent que le Death le plus cryptique et nauséeux a encore de belles morts devant lui avant l’agonie.


Titres de l'album :

                          1.Chamber Of Wretched Souls

                          2.Torturous Incantations

                          3.Pulsating Entrails

                          4.Perverse Blood Offering

                          5.Emanation Of Despair

                          6.Anthropophagy

                          7.Upheaval Of The Undead

                          8.Exhumation Of Fermented Graves

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/06/2019 à 18:03
80 %    234

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!