The Grand Deception

Volt

26/03/2019

Autoproduction

Voici donc un album dont le titre contredit parfaitement les qualités intrinsèques. A l’image du Fabulous Disaster d’EXODUS qui peinait à en dissimuler l’épiphanie artistique, The Grand Deception des canadiens de VOLT est tout sauf une déception, mais bien la révélation de l’émergence d’un nouveau talent national. Fondé il y a quelques années dans le froid d’Alberta, à Fort McMurray, VOLT est un peu le type même du groupe qui n’a pas inventé la poudre, mais qui sait la faire parler mieux que quiconque. Se revendiquant d’une mouvance Death/Thrash, le groupe n’a pas choisi la facilité de catégorisation, mais délivre un message clair et sincère qui peut se résumer en une ligne de leur bio. Une poignée de gars qui veulent vous ravager la tronche. C’est certes un peu sommaire pour expliquer le succès de ce premier album, mais la philosophie en vaut une autre, et s’avère très crédible après avoir digéré les dix morceaux de ce premier effort. Pas grand-chose d’autre à vous dévoiler sur eux, leurs sites se montrant plus que discrets et la toile semblant les ignorer pour l’instant, mais en substance, cette mise en jambes a largement les atouts pour plaire aux fans d’un Death Metal soft et subtilement thrashisé, et aux accros au Thrash qui ne refusent pas un brin de puissance supplémentaire. Et d’ailleurs, pour résumer l’affaire, autant dire que The Grand Deception n’est rien de plus ni de moins qu’un excellent album de Metal extrême, puisant dans le passé ses sources d’inspiration, les remettant aux goûts du jour, et ne crachant pas sur l’adjonction d’une touche de Heavy classique pour signer des hymnes mémorisables. Loin de la précipitation, mais en gardant le cap sur l’agressivité, les canadiens signent donc une pelletée d’hymnes qui s’incrustent dans la mémoire, à cheval entre l’approche nouvelle des nineties, et l’optique cruelle de la fin de la décennie précédente.

En variant les tempi, et en permettant aux guitares de s’exprimer sans filet, les deux concepteurs de cette œuvre peuvent se réjouir d’échapper à la marque du temps, leur travail semblant flotter sur un nuage au-dessus des modes. Shea Pelletier (guitare/chœurs) et James Poitras (basse/chœurs) ont donc eu raison de se laisser aller, et de composer sans se demander si le public allait adhérer, et les deux cerveaux ont su s’entourer des bons larrons pour préparer leur foire. On retrouve donc outre le tandem, Glen Miller à la batterie, Mat Cote à la guitare et Ryan Mustard au chant, pour quarante minutes de classicisme transcendé, qui dès l’ouverture « The Unseen » ne fait pas grand cas de ses inclinaisons. Grosse caisse qui thumpe, lick redondant et cyclique qui nous amadoue, pour une soudaine explosion de puissance Hard n’Heavy de première catégorie, rappelant les efforts les plus remarquables des groupes de série B de la période 89/91. Le tout est emballé dans des saccades bien pesées, enrobé dans une production sobre mais équilibrée, et se montre aussi convaincant que le CARCASS de la période Heartwork/Swansong reprenant à son compte quelques délires Black N’Roll suédois des mid nineties. Mais pas question de BM ici, juste de Metal intrépide et martial, qui répond à des critères de qualités élevés, se rapprochant même d’un trip nostalgique à la AT THE GATES retourné dans sa chambre d’adolescent, tapissée de posters de SLAYER et METAL CHURCH.

Et en termes d’accroches à la limite du gimmick, les canadiens de VOLT en connaissent un rayon, eux qui sont capables de nous torcher un hit cruel et jumpy de la trempe de « Thrashocalypse », que MUNICIPAL WASTE aurait pu signer en hommage à Jeff Walker. En version up tempo, le quintet est incroyablement performant, ses mélodies sobres et ses saccades au biseau rappelant même les WARBRINGER en version moins démonstrative, mais en deux morceaux seulement, le groupe convainc, et donne méchamment envie d’en savoir plus. Certain d’être tombé sur un album qui a un peu plus à dire que dix litanies à répéter ad nauseam, l’auditeur laisse les chansons faire leur effet, et se laisse enivrer par l’esprit conquérant de « Malicious Communion », aux cassures de rythmiques finaudes, et par la lourdeur oppressante de « Serene Deletion », à l’intro de cordes aussi surprenantes que le chant soudainement clair de Ryan Mustard. Riff à la ALICE IN CHAINS pas content d’avoir perdu les clés de son cadenas, duo basse/batterie tout en emphase, pour une relecture des canons Death/Thrash d’il y a vingt ans. Sans jamais chercher à provoquer une originalité qu’ils n’ont pas les moyens de défier, les cinq compères du froid avancent dans la neige pour se rapprocher d’un soleil artistique, et mélangent allègrement les codes du Hard Rock, du Heavy Metal, du Thrash et du Death pour soigner aux petits oignons des thèmes qu’ils développent avec beaucoup d’efficience et de finesse. Certes, parfois, on se sent en terrain connu, mais chaque chapitre propose suffisamment d’inédit par rapport au précédent pour que la lassitude ne s’installe jamais, et les performances rythmiques de l’ensemble dont vraiment notables, tout comme leur flair pour trouver des plans catchy qui s’incrustent dans la mémoire. On se demande même si le sieur Mustaine ne leur aurait pas filé quelques tuyaux (« Collective Impudence »), tant l’ombre du MEGADETH contemporain plane sur l’ensemble…

Du punch et de l’envie, la gnaque, et cette volonté de toujours rebondir sur une digression porteuse, telles sont les qualités évidentes de cette première réalisation faisant preuve d’une maîtrise et d’une maturité étonnantes. Pas une minute ne se passe sans qu’on s’accroche à un riff ou à une percussion encore plus remarquable que les autres, et entre un « Speed & Mayhem » qui ne ment pas sur son contenu euphorique, et un « The Hall of the Northmen » plus posé mais toujours aussi empreint de formalisme nordique des nineties transposé dans un idiome anglais de la même époque, The Grand Deception confirme les bonnes impressions initiales sur la durée, et pourrait même incarner l’album que CARCASS aurait dû enregistrer à la suite du succès Heartwork. Pas de plagiat à craindre cependant, les canadiens étant beaucoup trop intelligents pour ça, et surtout, capables de moduler, de se travestir, de changer de direction sans virer de bord, et si de temps à autres, quelques plans semblent replacés par facilité, on excuse cette petite astuce en se raccrochant à la dizaine d’autres qui restent uniques. Certes, et histoire d’être tatillon, on aurait aimé que la machine s’emballe en BPM pour mériter la caution Thrash, le tempo restant la plupart du temps up ou mid, et la compression de la grosse caisse aurait mérité d’être allégée pour ne pas sonner si synthétique. Mais entre une paire de guitaristes qui n’ont pas oublié les tierces et harmonies dans leur poche, un vocaliste au timbre rauque et abrasif, et un tandem basse/batterie efficace et performant, le bilan est largement positif, considérant en sus que tout ceci n’est qu’un premier essai. VOLT, un groupe branché sur triphasé qui envoie la gégène, et qui vous fait trembler la colonne vertébrale de ses soubresauts électriques.      


Titres de l'album :

                          1.The Unseen

                          2.Thrashocalypse

                          3.Malicious Communion

                          4.Serene Deletion

                          5.Collective Impudence

                          6.Speed & Mayhem

                          7.The Hall of the Northmen

                          8.Hate Deserved

                          9.Tipping Point of Tyranny

                          10.The Crawling Chaos

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/08/2019 à 18:40
85 %    580

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46