L’histoire des DARK PHANTOM trouve son origine en l’année 2007, celle de leur formation. Et au mois de décembre dernier, nous pouvions juger de leur potentiel sur leur premier LP Nation of Dogs, distribué par Symbol Of Domination Productions via Satanath Records.

Entre temps ?

Parce qu’après un rapide calcul, 2007/2016, tout ça nous donne neuf longues années pendant lesquelles il a bien dû se passer un peu plus qu’une simple mise en jambes, quelques concerts et un processus de composition et d’enregistrement…

Tout ça paraît très long, mais le parcours de ce quintette (Mir – chant, Murad & Rebeen – guitares, Mahmood – batterie et Sermet – basse) est pour le moins atypique, et ce, pour une raison bien particulière…

Ces cinq amis/musiciens viennent en effet d’Iraq, de Kirkuk plus exactement, et vous n’êtes pas sans savoir que faire de la musique dans cette région du monde relève plus d’un acte de rébellion que d’un simple passe-temps ou d’une passion. Dans une zone géographique dominée par les exactions d’Al Quaeda, le simple fait de prendre une guitare ou de chanter s’apparente à une défiance ultime, et surtout l’engagement d’une vie que l’on remet entre les mains d’un destin qui peut souvent s’avérer funeste.

Alors, dès lors, pas étonnant que presque dix ans aient séparé la création de DARK PHANTOM de la publication de son premier album, et il est déjà extrêmement satisfaisant de pouvoir l’apprécier, tranquille au chaud dans nos salons…

Alors certes, conditions précaires, danger permanent, mais nous ne sommes pas là pour parler géopolitique ou religion, mais juste pour juger de la valeur intrinsèque de ce Nation Of Dogs, qui nous présente donc une nation de chiens, qui pourrait s’apparenter à la vision qu’ont ces intégristes de nos démocraties décadentes…

Si la carrière des Iraquiens est atypique, leur musique est plus fondamentale. En bons fans de METALLICA, LAMB OF GOD et SLAYER, les cinq compagnons de l’extrême ont donc choisi la voie assez fréquentée du Thrash à tendance Death, agrémentant le tout de tonalités assez Black, sans pour autant verser dans le chaos ou l’ultraviolence.

Non, leur musique est agencée, intelligente, brutale évidemment, grave dans ses inflexions, mais gardant prise avec une lucidité mélodique qui rend leurs morceaux assez séduisants, à défauts d’être originaux.

Pourtant, certains font montre d’une indéniable créativité, comme ce « O! Holocaust », qui juxtapose des fondations de Death très profondes et putrides à des chœurs orientaux fascinants, sans jamais se départir d’une lourdeur de ton oppressante. Mais ne nous leurrons pas, le principal but de des DARK PHANTOM reste une efficacité et une puissance de tous les instants, ce qui n’est déjà pas si mal, puisqu’ils s’acquittent très bien de leur tâche.

En fouillant dans les influences possibles du quintette, et en occultant celles qu’ils avouent d’eux-mêmes, il est possible de trouver d’évidentes traces du SEPULTURA post Max, de MERCYLESS lorsque les débats s’enveniment et se débrident, et pour rester dans un cadre national, de dénicher quelques réminiscences d’un GOJIRA moins mystique qu’à l’habitude, dans quelques progressions un peu plus complexes et appuyées. En gros, la  crème de la quintessence d’un crossover entre Thrash, Néo-Death, Death primal et Heavy barbare, pour un rendu qui provoque un headbanging instantané, et qui prouve que les Iraquiens ont bien fait de s’accrocher sans jamais baisser les bras.

Outre leur sens de la concision, le niveau notable de chaque individualité est à souligner, avec une paire de guitaristes très capables qui font le show et multiplient les soli pertinents et harmonieux.

De son coté, Mir assure des lignes vocales rauques et graves, et développe un sens du phrasé précis et percutant, tout en aménageant des respirations bienvenues qui lui permettent de tenir le rythme sans montrer des signes d’essoufflement.

Difficile de faire son choix dans ce panier bien rempli d’hymnes à la violence, mais chaque entrée apporte sa pierre à l’édifice, et les lyrics rendent bien compte de la situation d’un pays en proie aux affres d’une situation inextricable.

Les thèmes abordés sont évidemment logiques, le conservatisme et l’obscurantisme religieux, les tabous sociaux, la répression gouvernementale…Et bien que n’ayant jamais joué hors de leurs frontières, les DARK PHANTOM prouvent qu’ils sont restés au fait de l’actualité de l’extrême mondial en s’adaptant sans aucun problème aux standards contemporains.

« State Of War », la clôture, se hisse même au niveau des meilleures productions de SLAYER, GRIP INC et autres SOILWORK/AT THE GATES/LAMB OF GOD, avec une fois de plus la superposition d’un thème agressif et sombre et des chœurs mélodiques, accumulant les plans percutants, comme ce mid tempo saccadé en break central qui relance la machine.

Vous avez bien sûr déjà entendu tout ça, mais c’est tellement bien fait qu’on en oublie que certains emprunts sont plus qu’évidents, chose que l’on peut pardonner à un groupe dont chaque jour d’existence est déjà une victoire en soi.

Niveau réussites flagrantes, impossible de passer sous silence l’ouverture tonitruante de « New Gospel » qui ne fait pas dans le détail et s’agite d’un Thrash au parfum Death très prononcé, et qui oppose un tempo épileptique à des grognements dignes de l’école suédoise. Un peu PESTILENCE, un peu SLAYER, mais totalement foudroyant, c’est une entame qui prend à la gorge et qui met les choses au point dès le départ.

Les exercices de ruptures rythmiques du court « On Brink Of Terror » sont aussi à mettre en avant, pour un morceau qui ose un groove instable, et n’oublions pas les tonalités Heavy de « Nation of Dogs », qui se veut Heavy/Thrash et presque JUDAS PRIEST dans l’esprit, tout du moins dans une version mordante et féroce.

Quelques baisses de régime sont inévitables, mais ne handicapent en rien ce projet, et en définitive, malgré un classicisme de surface assez flagrant, Nation Of Dogs reste une belle démonstration de savoir-faire dans un créneau Thrash/Death ne rechignant pas à lorgner du côté d’un Heavy harmonique appuyé.

 Je souhaite bien sûr le meilleur à ces courageux musiciens pour qui le simple fait de répéter et de jouer dans leur pays devient un acte de bravoure, et j’espère qu’ils pourront un jour s’expatrier pour arpenter les scènes européennes et propager la bonne parole d’un extrême qui peut compter sur eux pour défendre sa cause.


Titres de l'album:

  1. Dark Ages
  2. New Gospel
  3. Nation Of Dogs
  4. Judgement Call
  5. Unholy Alliance
  6. O! Holocaust
  7. Atomosphere
  8. Confess
  9. On Brink Of Terror
  10. State Of War

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/03/2017 à 15:00
70 %    374

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!