C’est un beau roman, c’est une belle histoire ? Possible…En tout cas, on pourrait la résumer en ces termes simples…Ils se rencontrèrent, parlèrent de leur passion pour KREATOR, et décidèrent que décidément rien n’avait été fait de plus radical que le Thrash des années 85/88. Ils étaient cinq, et certains à l’époque ne savait guère manier leur instrument au-delà des mouvements de base, mais rien n’allait altérer leur enthousiasme…

2014, Marcel et Dario (guitares), Philip (chant), Justus (basse) et André (batterie), création de RAVAGER au nom ne prêtant pas à la confusion, et deux ans plus tard, enregistrement d’un premier EP, Alarm Clock Terror, dont le titre se retrouve lové au creux de ce premier longue durée au titre lui aussi suffisamment clair pour être compris même par les plus étourdis.

Eradicate... Annihilate... Exterminate...RAVAGER…C’est un beau roman, c’est une histoire convenue, celle de musiciens Allemands sentant que la bise fut venue, agrippèrent leurs instruments pour jouer un Thrash dense et velu, subtilement influencé par les cadors du genre…

Classique comme légende ?

Classique comme musique.

Il est certain qu’après écoute de ce premier LP, rien ne vient déranger le nouvel ordre mondial, puisque ce quintette Allemand somme toute assez jovial s’est contenté de rester sur ses plates-bandes, en prenant grand soin de ne pas piétiner celles des copains.

En jouant un Thrash fortement influencé par SLAYER, KREATOR et autres LIVING DEATH, les RAVAGER n’ont pas pris plus de risques que leur patronyme ne l’indique et se sont contentés de rester classiques et formels, dans la forme et le fond.

Avec des intitulés de morceaux tels que « Deathbringer », « Human Sacrifice », The Walking Dead », « Unknown Dreams » ou « Burn The Cross », inutile de s’attendre à une révolution thématique sur fond d’ouverture chromatique, mais bien à un Thrash saccadé, syncopé, aux accélérations franches et aux motifs Heavy circulaires qui déhanchent.

Certes, on en convient, la méthode est éprouvée et d’aucuns diraient même éculée, mais elle fonctionne toujours, puisque l’enthousiasme dont fait preuve ce combo fait plaisir à voir, à défaut de titiller notre curiosité. Mais après tout, chacun a ses propres ambitions et celles des RAVAGER        ne sont pas différentes de celles de la horde de groupes qui se complaisent dans l’hommage vintage permanent.

Niveau info, pas grand-chose de très excitant à révéler, sauf donc cette anecdote croustillante concernant ce batteur, André, qui s’est assis sur le fauteuil de percussionniste sans y connaître grand-chose à la question rythmique, et qui en très peu de temps est devenu un cogneur assez inspiré et très compétent. Le reste appartient à la légende du Thrash Allemand, qui depuis un bon bout de temps est devenu une vraie saga. La question restant en suspens étant celle-ci. Même sans jouer les aventuriers de la double croche perdue, les RAVAGER sont-ils suffisamment performants pour vous offrir quarante minutes de Thrash bouillonnant sans que vous ne regardiez votre montre trop souvent ?

La réponse est nuancée, à contrario de la musique proposée qui elle, à tendance à rester dans les mêmes accents prononcés et usités depuis une bonne trentaine d’année.

Si l’ombre de SLAYER semble planer au-dessus des têtes de nos amis allumés du jour (« Unknown Dreams », pas le seul d’ailleurs, avec une petite touche HOLY MOSES pas désagréable), si celle du gourou KREATOR plonge dans la pénombre les morceaux sans obstacles ni encombres (« Deathbringer », radical et séminal dans l’attaque franche), ou si parfois les deux joignent leur enseignement pour pousser les choses vers l’avant, tout en maintenant la mémoire en arrière (« Burn The Cross », ouverture à la Hanneman et accélération à la Petrozza, pas le plus inspiré du lot, mais une bonne ouverture à chaud), Eradicate... Annihilate... Exterminate...n’en reste pas moins une solide affaire de savoir-faire, qui pour l’instant se contente d’appliquer des astuces à l’efficacité éprouvée, en attendant d’être moins timoré pour enfin oser.

Certes, quand le tempo se la joue lourdaud, l’inspiration est en directe perfusion des bras secs et musclés d’un KREATOR période Extreme Agression (« Human Sacrifice », pour le coup, l’hommage est vraiment poussé…), et quand il part en vrille dans les tours, c’est le sang de SLAYER qui coule et court dans les veines (« The Walking Dead »).

Autrement dit, point d’inédit, mais de l’application dans la récitation, et n’oublions pas au passage qu’il ne s’agit que d’un premier album d’un groupe qui n’affiche qu’un peu plus de deux ans d’existence, et qui fait déjà preuve d’une solidité et d’un professionnalisme affichés.

Alors reconnaissons Eradicate... Annihilate... Exterminate...pour ce qu’il est, à savoir un excellent album de Thrash pas encore affranchi de ses tours de passe-passe, mais qui risque de laisser des traces dans quelques années, si le groupe ne jette pas l’éponge de guerre lasse.

Et reconnaissons au quintette le mérite d’avoir terminé son effort sur deux morceaux de la mort, avec d’abord un « Dr.Mad » qui nous rappelle salement le « Mad Butcher » des DESTRUCTION, en plus rigolard et baston, le bistouri à la main à la place de la feuille de boucher, et les chœurs collégiaux prêts à opérer.

Et surtout, ce lumineux et jouissif « Alarm Clock Terror », qui restera leur hymne définitif, et qui illustre à merveille les affres d’un homme aux prises avec la vilénie d’un réveil honni qui chaque matin le tire de son lit. Brulot incendiaire très intelligemment placé en conclusion, il paie encore son tribut à SLAYER mais le fait pour de bon, et flirte même avec le Thrashcore en plus d’une occasion.

Mélodique, ludique et sans concession, cet ultime segment valide les capacités décelées chez ces Allemands encore un peu réservés, mais qui ne devraient pas tarder à laisser leur imagination exploser.

Vous avez donc tous les éléments en main pour juger, je vous laisse maintenant le soin de vous faire votre propre idée.

Encore un peu trop empesé par des références exigées, ce premier longue durée des RAVAGER fait montre d’un potentiel certain, mais présente aussi quelques tics de pilotage automatique pas bien malins.

Laissons-leur donc le temps d’affiner leur vision, et d’éprouver leur répertoire sur les scènes de festivals de saison.

Ils n’en reviendront que plus conquérants, et prêts à mettre le monde du Thrash à feu et à sang.

Un roman sympathique, et une histoire anecdotique…Possible. Attendons de lire la suite avant de refermer le livre…


Titres de l'album:

  1. Burn The Cross
  2. Deathbringer
  3. Human Sacrifice
  4. War Without End
  5. The Walking Dead
  6. Superior Forces
  7. Unknown Dreams
  8. Trapped Inside
  9. Dr.Mad
  10. Alarm Clock Terror

Site officiel


par mortne2001 le 26/04/2017 à 14:20
68 %    326

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense