No More Must Crawl

Cleaver

06/05/2022

Klonosphere

L’album décrit le cycle de la maladie, et les différentes facettes qui la constituent, démarrant de l’annonce fatidique de la sentence, et se terminant par la mort inévitable du malade.        

    

Avant même d’avoir posé ses fragiles oreilles sur le premier album des CLEAVER, on sent que le propos n’est pas à la légèreté. Mais après tout, un disque de Hardcore qui se respecte ne s’attarde pas sur les petits bonheurs de la vie, mais bien les inégalités, les situations conflictuelles, les abus du gouvernement, les débordements de la police, et tout ce qui peut s’apparenter aux aspects les plus négatifs de l’existence. Alors, la maladie, la souffrance et la mort en faisant partie, il n’est guère étonnant de constater que la déflagration produite par ce No More Must Crawl est au moins aussi violente que l’annonce d’un cancer incurable dans le bureau stérile d’un médecin à l’air détaché.

Fondé à Commercy dans la Meuse fin 2018, le groupe se forme autour de Mathis Garelli, chanteur guitariste, et de Léo-Paul Garelli à la batterie. Les frères ont rapidement été rejoints par Franck Fortina à la basse et au chant.

 

Power-trio dans la plus pure tradition du Noisy Rock/Core, CLEAVER s’inspire de l’underground US qui ne l’est plus tellement, et si son agence de promotion n’hésite pas à citer quelques influences notables comme FULL OF HELL, CONVERGE, CODE ORANGE ou MASTODON, autant rester méfiant, expurger cette courte liste de noms qui sont hors-sujet, pour y ajouter le souffre des UNSANE, le chaos des REFUSED, et la clique épaisse américaine de ces dix dernières années. Avec toutefois une différence/nuance de taille, une froideur héritée de la scène énervée suédoise, la plus virulente et véhémente.

Produit par CLEAVER, mixé par le producteur d’AMENRA Tim De Gieter et masterisé par Brad Boatright 

Les faits sont là, et autant dire que No More Must Crawl a le son. Une production gigantesque mise en valeur par le gourou du mixage Brad Boatright, toujours aussi porté sur la puissance brute accentuée de cette franchise rythmique qui transforme l’axe basse/batterie en batterie de canons. Entre street-core vraiment agacé et sentence de mort dans les couloirs d’un hôpital, ce premier album est une courte litanie de douleur et de souffrance, un pèlerinage qu’on accomplit seul sur les terres arides du désespoir, et qui se termine en impasse, une fois la mort fixée dans ses yeux noirs.

CLEAVER n’invente rien, mais recycle avec panache, parfois très violemment (« The Plight »), et les étapes du concept dont décrites musicalement avec beaucoup d’acuité. Le choc initial de la nouvelle, le déni, la colère, l‘acceptation, la résignation et l’attente trouvent donc des illustrations très précises sur cet album, qui connaît parfois des poussées d’intensité à vous arracher la plèvre (« Thudding Stares »). Aussi efficace qu’impitoyable, le trio augmente la pression, monte dans les tours, fait preuve d’un sadisme rythmique conséquent qui transpose sur album le désespoir d’un condamné, et avec comme frontman un chanteur qui module sa voix au point de la perdre, CLEAVER s’écharne sur les détails les plus glauques, mais ne renie pas son caractère de catharsis pour perdus de l’existence entre attente et délivrance.

On appréciera « Desperate » pour le bloc de béton qu’il est, « KYG (Kill Your Guru) » pour ses dissonances et son break Heavy maladif, « No More Must Crawl » et ses tendances morbides à regarder la vie à l’envers en se rappelant des bons souvenirs qui vont bientôt fuir, et évidemment l’épilogue inévitable « Grief », qui nous présente la phase de deuil avec insistance, et un riff monolithique tendu comme un enterrement un lundi matin.

Rien n’est vraiment beau sur cet album, mais là n’est pas le propos. CLEAVER fait preuve d’une incroyable maîtrise de son sujet, et dévoile un premier album imperfectible dans le fond et la forme. Ayant moi-même - comme beaucoup d’entre vous - connu les affres d’un proche perdu dans le labyrinthe sans sortie de son destin funeste, je peux affirmer que No More Must Crawl est ce qui se rapproche le plus des derniers mois de vie d’un malade terminal. On pourrait presque sentir la bile et la sueur, et respirer la peur.

    

                                                                                                                                                                                                                   

Titres de l’album:

01. Desperate

02. Dressed in Sorrow

03. Sunset

04. Inner Voice

05. The Plight

06. Thudding Stares

07. KYG (Kill Your Guru)

08. Light On

09. No More Must Crawl

10. Grief


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/04/2022 à 15:23
85 %    283

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire


Debolka
@83.196.90.196
27/04/2022, 23:06:12

L’article est à la hauteur de leur talent. Leur performance live est captivante. 


Simony
membre enregistré
28/04/2022, 11:06:20

Le groupe sera en concert ce samedi dans la Meuse :

https://www.facebook.com/events/476826537314512


Doumé
@83.196.90.196
29/04/2022, 23:54:33

Pas d’artifice, pas de chichi, une énergie singulière qui vous prend aux tripes. Un groupe à suivre 

No mire must crawl

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16