En général, les allemands savent de quoi ils parlent lorsqu’ils thrashent. Oui, finalement, on peut même dire qu’ils ont partiellement inventé le genre avec leur approche clous & bières, symptomatique des KREATOR DESTRUCTION, SODOM et tous leurs suiveurs avides de décibels et de rythmiques franches et rebelles. La vision US du genre était un poil plus sophistiquée et lissée, mais la tradition ayant toujours du bon, les petits-enfants du Thrash boom de 83/84 ont tiré les leçons du passé, et les ont même enrichies de quelques enseignements encore plus brutaux, en flirtant avec le Death histoire d’avoir l’air plus costaud. C’est ainsi qu’en cette fin d’après-midi je vous introduis à la délicatesse des MADBRAIN, qui effectivement ont dû être bercés trop près du mur pour faire un boucan pareil, et pour aborder l’extrême avec une telle paillardise assumée. Mal peigné, mal habillé, l’air renfrogné, ce quintette (Robin – chant, Stefan – guitare/chœurs, Sebastian – guitare, Stephan – basse et Lappen – batterie) reste éminemment sympathique, même si sa musique ne propose rien de réellement novateur pour la matrice, se contentant de rester dans des balises d’outrance déjà repoussées à maintes et maintes reprises. Mais leur bonne humeur et leur dilution Thrash dans un grand tonneau d’acide Death se laisse écouter sans vraiment lasser, bénéficiant d’une brièveté l’empêchant de franchir les frontières de la politesse et de la bienséance. Nonobstant cette remarque somme toute assez sévère, Retribution reste une solide affaire de violence musicale qui sait mixer les influences avec flair, et les régurgiter sans serrer les dents pour garder les plus gros morceaux.

Formé en 2003, le combo n’a donc pas fait ses crocs avant-hier, mais a quand même dû patienter quelques années avant de pouvoir enregistrer son premier longue-durée. A leur actif cependant, deux démos, Shadow of The Beast en 2006 et Tortured Soul en 2007, et même un EP en 2010, Failed Resist, qui finalement constituent une trame solide pour aborder cette première expérience en album bien tassé, disponible en dématérialisé sur les plateformes concernées, mais aussi dans une belle édition CD. Alors, pourquoi se gêner ? A moins d’être un cul-béni ou un adepte des frisottes techniques en furie, difficile de ne pas succomber à l’orgie à laquelle ces cousins germains nous convient, qui si elle ne dévie pas d’une agression systématique sait quand même stimuler nos chevelures et nos zygomatiques. Pour être honnête, on pourrait affirmer que tout est dit sur cette magnifique pochette, qui reproduit façon BD une scène de mise en terre, sans vraiment savoir celui qu’on enterre. Le capitalisme ? L’ennemi des bruitistes ? Le réfractaire à la cause Thrash ou le judas de la foi Death ? Un peu tout ça à la fois, et autant dire que la cérémonie est menée guitares en main, qui saccadent, tailladent, et charclent dans tous les sens pour un festival de riffs qui nous mettent en transe. Voici donc le point fort de ce combo qui évoque autant le TANKARD le plus rigolard qu’un AT THE GATES en traquenard, et qui fait la jonction entre Thrash de souillon et Death tout sauf brouillon. Pour un peu, et si le chant goguenard mais un peu trop standard de Robin ne vous agace pas trop les pavillons, on s’y croirait, et on pencherait pour une absolution.

Pas forcément indispensable dans le paysage de l’extrême mondial, ce premier LP fait pourtant montre de qualités remarquées, notamment au niveau de l’interprétation, très précise et carrée, qui permet de fermer les yeux sur des itérations un peu trop prononcées. Voilà donc le talon d’Achille de cette promotion, ces idées qui traînent de morceau en morceau, et qui abusent des mêmes thématiques, certes ludiques, mais redondantes une fois le quart d’heure passé. En étant très critique, on pourrait affirmer que tout ou presque est dit dès « Zombi Bukakke », et son bon goût incontesté, qui après une courte intro nous gicle dans le sillage d’un Thrash très renforcé, aux cris de morts-vivants assez bien amenés. Difficile de ne pas penser à une version en série B des RIGOR MORTIS, pour ce son de duo basse/batterie à l’écho profond, et pour cette propension à envenimer les débats à la moindre occasion. Mais le quintette sait aussi faire plus ambitieux, et le démontre lors des six minutes du long « MadBrain », qui finit par peiner de ne plus savoir qui va le porter, et qui trahit les limites de créativité d’un groupe pas encore très sûr de son fait. Heureusement, les titres les plus courts rattrapent la donne, et nous en donnent, comme cet infernal « Retribution », qui thrashe à mort, et qui vocalise Death de stentor. Quelques chœurs démoniaques, une guitare qui tronçonne sans arnaque, et l’affaire est emballée et pesée, avec même un petit peu de rab’ au fond du sac.

Mais impossible de passer outre l’allégeance revendiquée, spécialement en tendant ce qui nous reste de tympans sur un hymne de la trempe de « Thrash Massacre », qui tient toutes les promesses de son titre d’une attaque de dément, et qui se porte en point d’orgue d’un album qui aurait gagné à être plus aéré. A la rigueur, cette petite touche Death pas forcément désagréable au prime abord, se révèle retord, et plombe le jeu des allemands, alors même que leur Thrash est vraiment convaincant. Dans les moments les plus rapides, les cinq musiciens sont limpides, alors même que les segments les plus lourds et violents ne sont pas les plus avenants. Non qu’ils aient le cul entre deux chaises, mais celles musicales qui les font suivre la valse des cadors du Thrash est beaucoup plus probante, et lorsque le tempo grimpe dans les tours, les morceaux ne font aucun détour, et frappent fort dès les premières mesures. Dommage donc qu’ils insistent sur la méchanceté d’un Death trop réchauffé, et conseillons-leur de se focaliser sur leurs qualités. En tant que Thrasheurs, les MADBRAIN font notre bonheur, et il est inutile d’enfoncer un peu plus le clou dans le cercueil de la brutalité si c’est pour manquer son coup et s’en coller un sur les doigts à se faire saigner. La saignée justement, n’est pas totale, et le massacre est évité d’une marge confortable, tant ce premier album n’est pas le bain de sang promis, mais plutôt une mise en garde pas assez fournie.

Mais gageons que l’avenir me donnera raison (en tout cas je l’espère), et que ce Retribution ne sera qu’un premier pas sur le chemin d’une longue carrière, que je leur souhaite. Faire des dégâts, OK, mais le faire avec style, c’est recommandé.


Titres de l'album:

  1. Retrospective
  2. Zombi Bukakke
  3. Virtues
  4. Aviator
  5. Cult Of Death
  6. MadBrain
  7. Retribution
  8. Thrash Massacre

Site officiel


par mortne2001 le 08/12/2017 à 14:12
68 %    244

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)


"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...