En général, les allemands savent de quoi ils parlent lorsqu’ils thrashent. Oui, finalement, on peut même dire qu’ils ont partiellement inventé le genre avec leur approche clous & bières, symptomatique des KREATOR DESTRUCTION, SODOM et tous leurs suiveurs avides de décibels et de rythmiques franches et rebelles. La vision US du genre était un poil plus sophistiquée et lissée, mais la tradition ayant toujours du bon, les petits-enfants du Thrash boom de 83/84 ont tiré les leçons du passé, et les ont même enrichies de quelques enseignements encore plus brutaux, en flirtant avec le Death histoire d’avoir l’air plus costaud. C’est ainsi qu’en cette fin d’après-midi je vous introduis à la délicatesse des MADBRAIN, qui effectivement ont dû être bercés trop près du mur pour faire un boucan pareil, et pour aborder l’extrême avec une telle paillardise assumée. Mal peigné, mal habillé, l’air renfrogné, ce quintette (Robin – chant, Stefan – guitare/chœurs, Sebastian – guitare, Stephan – basse et Lappen – batterie) reste éminemment sympathique, même si sa musique ne propose rien de réellement novateur pour la matrice, se contentant de rester dans des balises d’outrance déjà repoussées à maintes et maintes reprises. Mais leur bonne humeur et leur dilution Thrash dans un grand tonneau d’acide Death se laisse écouter sans vraiment lasser, bénéficiant d’une brièveté l’empêchant de franchir les frontières de la politesse et de la bienséance. Nonobstant cette remarque somme toute assez sévère, Retribution reste une solide affaire de violence musicale qui sait mixer les influences avec flair, et les régurgiter sans serrer les dents pour garder les plus gros morceaux.

Formé en 2003, le combo n’a donc pas fait ses crocs avant-hier, mais a quand même dû patienter quelques années avant de pouvoir enregistrer son premier longue-durée. A leur actif cependant, deux démos, Shadow of The Beast en 2006 et Tortured Soul en 2007, et même un EP en 2010, Failed Resist, qui finalement constituent une trame solide pour aborder cette première expérience en album bien tassé, disponible en dématérialisé sur les plateformes concernées, mais aussi dans une belle édition CD. Alors, pourquoi se gêner ? A moins d’être un cul-béni ou un adepte des frisottes techniques en furie, difficile de ne pas succomber à l’orgie à laquelle ces cousins germains nous convient, qui si elle ne dévie pas d’une agression systématique sait quand même stimuler nos chevelures et nos zygomatiques. Pour être honnête, on pourrait affirmer que tout est dit sur cette magnifique pochette, qui reproduit façon BD une scène de mise en terre, sans vraiment savoir celui qu’on enterre. Le capitalisme ? L’ennemi des bruitistes ? Le réfractaire à la cause Thrash ou le judas de la foi Death ? Un peu tout ça à la fois, et autant dire que la cérémonie est menée guitares en main, qui saccadent, tailladent, et charclent dans tous les sens pour un festival de riffs qui nous mettent en transe. Voici donc le point fort de ce combo qui évoque autant le TANKARD le plus rigolard qu’un AT THE GATES en traquenard, et qui fait la jonction entre Thrash de souillon et Death tout sauf brouillon. Pour un peu, et si le chant goguenard mais un peu trop standard de Robin ne vous agace pas trop les pavillons, on s’y croirait, et on pencherait pour une absolution.

Pas forcément indispensable dans le paysage de l’extrême mondial, ce premier LP fait pourtant montre de qualités remarquées, notamment au niveau de l’interprétation, très précise et carrée, qui permet de fermer les yeux sur des itérations un peu trop prononcées. Voilà donc le talon d’Achille de cette promotion, ces idées qui traînent de morceau en morceau, et qui abusent des mêmes thématiques, certes ludiques, mais redondantes une fois le quart d’heure passé. En étant très critique, on pourrait affirmer que tout ou presque est dit dès « Zombi Bukakke », et son bon goût incontesté, qui après une courte intro nous gicle dans le sillage d’un Thrash très renforcé, aux cris de morts-vivants assez bien amenés. Difficile de ne pas penser à une version en série B des RIGOR MORTIS, pour ce son de duo basse/batterie à l’écho profond, et pour cette propension à envenimer les débats à la moindre occasion. Mais le quintette sait aussi faire plus ambitieux, et le démontre lors des six minutes du long « MadBrain », qui finit par peiner de ne plus savoir qui va le porter, et qui trahit les limites de créativité d’un groupe pas encore très sûr de son fait. Heureusement, les titres les plus courts rattrapent la donne, et nous en donnent, comme cet infernal « Retribution », qui thrashe à mort, et qui vocalise Death de stentor. Quelques chœurs démoniaques, une guitare qui tronçonne sans arnaque, et l’affaire est emballée et pesée, avec même un petit peu de rab’ au fond du sac.

Mais impossible de passer outre l’allégeance revendiquée, spécialement en tendant ce qui nous reste de tympans sur un hymne de la trempe de « Thrash Massacre », qui tient toutes les promesses de son titre d’une attaque de dément, et qui se porte en point d’orgue d’un album qui aurait gagné à être plus aéré. A la rigueur, cette petite touche Death pas forcément désagréable au prime abord, se révèle retord, et plombe le jeu des allemands, alors même que leur Thrash est vraiment convaincant. Dans les moments les plus rapides, les cinq musiciens sont limpides, alors même que les segments les plus lourds et violents ne sont pas les plus avenants. Non qu’ils aient le cul entre deux chaises, mais celles musicales qui les font suivre la valse des cadors du Thrash est beaucoup plus probante, et lorsque le tempo grimpe dans les tours, les morceaux ne font aucun détour, et frappent fort dès les premières mesures. Dommage donc qu’ils insistent sur la méchanceté d’un Death trop réchauffé, et conseillons-leur de se focaliser sur leurs qualités. En tant que Thrasheurs, les MADBRAIN font notre bonheur, et il est inutile d’enfoncer un peu plus le clou dans le cercueil de la brutalité si c’est pour manquer son coup et s’en coller un sur les doigts à se faire saigner. La saignée justement, n’est pas totale, et le massacre est évité d’une marge confortable, tant ce premier album n’est pas le bain de sang promis, mais plutôt une mise en garde pas assez fournie.

Mais gageons que l’avenir me donnera raison (en tout cas je l’espère), et que ce Retribution ne sera qu’un premier pas sur le chemin d’une longue carrière, que je leur souhaite. Faire des dégâts, OK, mais le faire avec style, c’est recommandé.


Titres de l'album:

  1. Retrospective
  2. Zombi Bukakke
  3. Virtues
  4. Aviator
  5. Cult Of Death
  6. MadBrain
  7. Retribution
  8. Thrash Massacre

Site officiel


par mortne2001 le 08/12/2017 à 14:12
68 %    478

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Tant qu'on est dans les docu, je vous conseil de mon coté "Los Punks" sur la scène punk hispanique de Los Angeles. Très intéressant, même pour les non fan de punk (c'est mon cas).


J'ai fait une rapide visionnage, en diagonale, ça a l'air vraiment excellent !
Beaucoup d'acteurs de la scène, d'anecdotes et même de découvertes à faire.

Ca n'a rien à voir avec le Grindcore mais j'en profite pour conseiller à tous le docu de RAT SKATE intitulé "Born in t(...)


Qu'importe le confinement je pense. La question est plus : en aura t'ont fini avec l'épidémie dans 2 mois ? La réponse est non (à moins d'un traitement miracle trouvé entre temps... mais ça...). Donc les rassemblements (d'autant plus de plusieurs milliers de personnes) ne seront pas autorisés(...)


Pour moi le hellfest aura lieu si on sort du confinement au plus tard le 15 mai.


Je vais pouvoir travailler mon anglais !


Merci beaucoup pour le lien !
Visionnage obligatoire.


aussi chez Metal Force records.
https://metalforcerecords.bandcamp.com/album/under-siege


Tu m'étonnes !
PISSGRAVE n'a qu'à bien se tenir !


Oh bourdal de mardch !
La pochette o_O


Il fallait un commentaire négatif. Je déteste l'unanimisme...
Mais j'adore ce site et je croise les doigts pour qu'il ne soit pas éphémère.


J'ai toujours eu du mal avec leur musique, décidément je leur laisse une chance à chaque fois mais ...


j'adore se groupe


Je trouve ça complétement con.
Je vais pas argumenter parce que j'imagine que tout le monde s'en fout mais je trouvais que 10 messages unanimement élogieux c'était un peu beaucoup.
Voilà.


Poisson d'avril


Bon, même si c'est pas de vous ça reste génial, bravo donc a METAL EN FER !!!


Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...