On avait les TING TINGS, on avait SHE & HIM, les WHITE STRIPES, THE KILLS, THE CIVIL WARS, les CULTS, BEACH HOUSE, SLEIGH BALLS, WYE OAK, les ROSEBUDS, et puis dans un registre plus multiple, les MAID OF ACE, ATARI TEENAGE RIOT, PARAMORE, enfin toute un clique de groupes/duo homme/femme, parce que finalement, two is enough.

C’est vrai, quel besoin de recruter tout un groupe alors qu’un mec et une nana suffisent amplement à faire un barouf apte à décrasser n’importe quelle paire d’oreilles ?

Alors OK, pour cette liste j’ai triché et j’ai inclus de véritables groupes, trio/quatuor, mais qu’est-ce qu’on en a à carrer ? L’essentiel est de vous situer le truc, bien que « situer » les TOKYO TABOO ne soit pas chose facile, ni vraiment indispensable…

Ah, et au cas où vous réfléchissiez trop, ils ne viennent absolument pas du Japon mais d’Angleterre, et de Londres en sus, histoire d’impliquer la capitale dans l’équation.

Mais tout le monde sait déjà que tout ce qui vient de Londres mérite une attention particulière non ?

Alors, qui se cache derrière ce nom en trompe boussole ? La hype a déjà fait son travail, et leur nom est sur toutes les lèvres, d’autant plus depuis trois jours puisque leur album est enfin dispo via les usuelles plateformes de téléchargement et d’écoute. Mais dans le costume chamarré de ces deux personnages iconoclastes se dissimulent un homme + une femme, soit Dolly and Mike, qui revendiquent des influences aussi disparates que DAVID BOWIE, LED ZEPPELIN, PINK FLOYD, THE YEAH YEAH YEAHS, THE WHITE STRIPES, DEAP VALLY, et certainement des dizaines d’autres si on insistait un peu pour savoir.

Dolly de son côté, parle de Madonna, de Cindy Lauper, mais en l’asticotant un peu, elle nous lâcherait sans doute aussi des références comme Katie Jane Garside, Debbie Harry, Hanin Elias ou même peut-être une ou deux GO GO’s, avec un peu de patience.

Bon, je vois que vous avez plus ou moins pigé le truc, et surtout, que je suis limite borderline sur ce coup-là. Car oui, et non, les TOKYO TABOO avec 6th Street Psychosis ne sont pas vraiment des électrons libres de la planète Metal, mais dérivent plutôt sur des courants Pop-Punk, Alternatif ou même Bubble Punk, enfin de tout pourvu que ça soit party, et pas trop rudy.

Donc, si l’ouverture d’esprit vous donne des boutons comme moi les salsifis, passez votre chemin.

Cet album a été enregistré en partie à Londres, en partie à Los Angeles, et témoigne de la vitalité Rock de ces deux villes, avec un sens du fun, de la légèreté qu’on ne retrouve que chez les combos apatrides qui se foutent de la terre d’origine comme de leur première répète. Ici, tout ce qui compte, c’est que ça bouge, que ça pète, que ça virevolte et que rien ne s’arrête, et ça tombe bien, puisque ce 6th Street Psychosis est un genre de party organisée sur un toit américain qui ne trouve son issue qu’au petit matin. D’ailleurs, écoutez juste « Make It Out Alive » pour vous persuader que Dolly et Mike connaissent leur classique du samedi soir. Intro braillée comme une dégénérée, guitare fuzzy lourde comme du Stoner, basse rampante sur les cuisses de ta sœur, et chœurs désincarnés qui s’envolent pour faire chier les pigeons pas invités.

Dès le départ ça fonctionne comme un gros hymne Rock/Pop/Punk vintage, un peu comme si les STOOGES s’étaient invités à un banquet de Jack White, tout en reprenant ensemble les TING TINGS avec un peu plus de solidité instrumentale.

Et c’est bon, bon, bon et bon. Et pourtant, niveau lyrics, c’est pas vraiment marrant et aborde le cas sanglant de la Syrie, comme quoi, un hymne aussi exubérant peut aussi se concentrer sur un contenu plus « adulte ». Et d’ailleurs, les lyrics de Dolly ne s’embarrassent pas de lipstick et autres revendications futiles, mais se concentrent sur des sujets bien chauds. Ce qui ne fait qu’augmenter le capital sympathie déjanté de ce duo d’allumés qui connaissent leur époque. Malheureusement pour eux…

« N.A.R.C.I.S.M. », c’est un peu l’hymne de cours d’école, avec sa bordée de voix juvéniles qui tentent de nous sensibiliser sur l’estime personnelle et le complexe de l’homme qui regardait son reflet dans l’eau. Le tout virevolte à une cadence affolante, tutoie les cimes d’un Hard-Pop-Punk de première bourre, et vous donne envie de sauter dans tous les coins, histoire de voir si votre voisin est toujours aussi con. On pense à une version ado attardée et nippone des ATARI TEENGE RIOT, les stridences en moins et la mélodie Pop en plus. Radical et imparable.

« Bubbilicious» est du même tonneau, même si le Rock bien gras se taille la part du lion. Chant acidulé, bidouillages de gimmicks hors d’âge, et riff qui colle aux semelles pour vous obliger à rester toute une semaine. Une version très perso de la mode Drag des 80’s, des mangas Japonais, enfin de tout ce qui fait le monde coloré et branché de ces deux allumés.

Alors comme ça, Mike aime la guitare ? Oui, on le comprend, d’autant plus qu’il lâche des thèmes qu’on n’oublie pas même sur les trucs les plus lents comme « Leech ». Ok, tout ça est très ludique, très cartoon, mais musicalement, c’est sérieux comme le Rock peut l’être lorsqu’il décide de tomber dans l’entertainment engagé, et si les mélodies sucrées dominent, elles ne font pas oublier que Dolly+Mike, ce sont de solides références Rock et surtout, un caractère musical bien trempé. On ne leur fait pas, on ne nous la fait pas, alors on écoute et on chope le propos, engagé, socialement et humainement.

Alors tout y passe, ambiance à la PARAMORE, power-chords, saccades Pop-Punk, délire à la Gwen Stefani, enfin toute la batterie de cuisine Rock qui transforme des cris primaux en hymnes imparables. Car là est la force des TOKYO TABOO qui soulignent, dénoncent, se défoncent, mais nous laissent avec une bonne dose de musique de première bourre qui résiste. Et même à l’épreuve du temps, même aux récriminations des Rock-critics sérieux qui trouveront la chose un peu légère alors qu’elle ne l’est absolument pas…entièrement.

Car Mike est un mélange inter époques de Chris Stein, Johnny Ramone et Jack White à lui tout seul, et Dolly a bien fait de le garder après son audition. Elle, c’est l’héritière directe de…trop de modèles pour les citer avec sa fausse candeur à la Madonna (qui sait très bien, et vous aussi) de Cindy Lauper, de Katie Jane et tant d’autres qui avaient beau beugler d’une voix suraiguë, mais qui savaient très bien de quoi elles voulaient traiter. Alors, les tubes s’enchaînent, et l’album, le premier, ressemble à un greatest hits de l’outrance, sans pause, ni démence. Enfin si, un peu.

« Emotional Suicide », c’est un peu la plus belle collision entre les OFFSPRING et Ranma ½, sans déconner. Un genre de révolte de classroom pour réclamer des frites à la cantine, sauf que ça parle d’un truc beaucoup plus douloureux. « Self Sabotage », où comment provoquer une rencontre pas du tout fortuite entre les RACONTEURS et PRISTINE dans une rue louche de L.A. « Drowning » prouve si besoin en était que les deux associés sont tout sauf des gamins mal lunés, et ose l’émotion, en tâtant du U2 dilué dans du PARAMORE relevé.

Et « Pussy Power », tiens, je n’ai pas entendu un truc pareil depuis le…Mais je laisse Dolly en parler.

« « Pussy Power » commence avec le vers « Just une fille, juste une salope »…le fait d’être pris pour « juste quelque chose », que personne ne prend au sérieux, c’est vraiment ce que je ressens en tant que femme ».

Et peu importe que le morceau soit plus ou moins inspiré du « Just à Girl » des NO DOUBT, puisqu’il n’est qu’une grosse dose de bona fide perso qui unit les riffs gras de Jon Spencer et un final digne du « School’s Out » d’Alice COOPER. Et qui au passage règle quelques comptes machistes….

Mais bon, je ne vais pas vous prendre la tête deux heures en vous expliquant qu’en substance, les TOKYO TABOO ont signé avec 6th Street Psychosis l’un des albums les plus essentiels de cette année qui vient pourtant juste de démarrer. Un truc qui sent le Rock à plein nez, qui enjolive la Pop et qui décrasse le Punk mélodique, en amalgamant le tout dans une prise de conscience humaine et sociale, pour que le message soit à la hauteur de cette musique aussi délurée que concentrée.

Dolly à une voix, des mots, et Mike des riffs, des gros. Mais d’ailleurs, comment voient-ils leur duo ?

« Un putain de bordel coloré ».

Voilà, c’est ça. Exactement ça. Ou des RITA MITSOUKO Pop-Punk sous acide d’hélium, ça fonctionne aussi.  


Titres de l'album:

  1. Make It out Alive
  2. N.A.R.C.I.S.M.
  3. Bubbilicious
  4. Leech
  5. Emotional Suicide
  6. Self Sabotage
  7. Papercut
  8. Drowning
  9. Creator
  10. Pussy Power

Site officiel


par mortne2001 le 30/03/2017 à 14:30
88 %    344

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.