Vous aimez le bruit, le vrai, qui sent le mâle et la bête par les pieds ? Vous vouez un culte au Noise le plus obscur, le plus nihiliste, qui réfute tout principe de production, de conception, d’élaboration ? Vous fondez pour des graphismes maléfiques, et des morceaux ne l’étant pas moins ? Les one-man bands vous ont toujours laissé admiratif, au mépris de tout précepte de logique et de musicalité ?

Vous vous vautrez dans le Grind, le Gore, le Dark Ambient, les gargouillis, les boîtes à rythmes, les riffs tronçonnés à la hâte et régurgités en désordre de strates ? Alors soyez heureux, j’ai ce qu’il vous faut ce soir pour voir la vie et le ciel en bleu. Et le reste en noir, genre…très noir.

Du fin fond de Lakeland, Floride, nous arrive un musicien qui lui aussi n’a cure des harmonies et de la cohésion, et qui depuis des années multiplie les publications, sous son nom, d’autres, et de pas mal de groupes tous aussi néfastes les uns que les autres. On est quand même pas loin de l’écurie Satan Records, et de performers tels SEWER, PHANTOM, et autres adorateurs du culte du n’importe quoi fait musique, et de disques auto-proclamés « pure evil », « more satanist than anyone else » et autres dithyrambes personnelles approuvées par une frange minimaliste d’un auditoire en recherche d’exutoire. Difficile de juger de la portée artistique d’une œuvre qui n’en revendique aucun aspect, mais après tout, chacun peut s’enthousiasmer pour ce qu’il veut, je n’y vois aucun mal.

Et visiblement, Eric Gran non plus. Que ce soit au sein de GORE BLAST ou de BLASPHEMATION, l’homme aime l’hérésie la plus absolue, et s’enfonce corps et âme au plus profond d’un bourrier bruitiste dont il semble tirer une jouissance infinie. Nous n’aborderons pas aujourd’hui l’intégrale de son œuvre, ni même une portion, mais juste une de ses exactions, An Oath of Total Allegiance to the Black God, publiée une fois de plus sur Torn Flesh Records, son propre label. Sans savoir quel est ce Dieu noir qu’il révère, avouons qu’il pourrait bien s’agir de Cthulhu, Satan, ou de Donal Trump que ça ne changerait pas grand-chose, eut égard au caractère foncièrement farouche du boucan que l’esseulé propose sur ce nouvel EP, qui n’a pas grand-chose à envier à ses aînés en termes de limites de tolérance foulées du pied...ou des sabots. Eric en revanche, n’a pas les deux dans le même, puisqu’il gère l’aspect musical, textuel et graphique, et qu’il se débrouille très bien tout seul pour nous amocher les tympans de son mélange de Death, de Gore, de Grind et de bruitisme expérimental très à cheval sur les principes de dissonance.

Sur quatre morceaux, en à peine un quart d’heure, Eric nous propose donc deux pièces de Goregrind bourrées de vomissures et jets de bile rythmiques, et deux autres plutôt portées sur le Noise pur, à la limite de la musique concrète jouée par un japonais enragé sur ses samplers/claviers. Si l’ensemble fait donc salement penser aux groupes précités, il convient de préciser que l’ambiance chez BLASPHEMATION est plus gentiment provocatrice que réellement nihiliste, ce qui permet d’apprécier ses abominations avec plus d’abnégation.

Sans aller jusqu’à se frotter à un GNAW THEIR TONGUES en pleine crise de priapisme, ou d’un GORE BEYOND NECROPSY salement taraudé par des obsessions porno, reconnaissons quand même à An Oath of Total Allegiance to the Black God certaines capacités d’effroi, qui feront certainement rire les plus complaisants/complices d’entre vous, tout comme il laissera de marbre tous les autres, ce qui ne le laissera sans doute qu’en petit comité. Quant à savoir quelle orientation globale prend cet art si singulier, c’est une autre affaire que je vous laisserai régler comme des grands.

Alors, en un quart d’heure, et en connaissant un peu le passif du bonhomme, je dirais qu’il reste dans ses propres clous, plantés dans le cercueil de la normalité (même en admettant dans les limites du concept normatif des choses comme REVENGE ou AXIS OF ADVANCE), et qu’il n’a cure des influences extérieures, qu’il foule sans doute comme des grains de raisin trop mûrs. D’ailleurs, en commençant son méfait par un « Necrotic Bondage Bitch » qui nous serre les burnes avec une tenaille Goregrind, il sait parfaitement ce qu’il fait, en bon maître de cérémonie SM Black/Grind, jamais avare de tortures en tous genres. Par contre, faites-vous à l’idée que les pistes les plus courtes sont les seules à se rapprocher d’un Metal quelconque, et que « An Oath of Total Allegiance to the Black God » et ses huit minutes de samples, bruits, et arrangements déglutis vous tapera vaguement sur les nerfs au bout de quatre. Sauf si pour vous LUSTMORD et THROBBING GRISTLE sont les apôtres d’un radicalisme qui reste la seule alternative anti-commerciale tolérable.

Je vais donc vous laisser affronter cet EP dans votre coin, et si vous avez le temps, envoyez moi un pigeon pour me tenir au courant de votre opinion. Par contre, lâchez-le en toute discrétion, car si Eric Gran tombe dessus au coin d’une rue, il en fera un nouveau split avec VOMITOMB.


Titres de l'album:

  1. Necrotic Bondage Bitch
  2. Sorceror's Sight
  3. Stomped Into a Sludge
  4. An Oath of Total Allegiance to the Black God

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/09/2017 à 18:38
50 %    256

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)