Et là vous me direz, très justement d’ailleurs, « mais pourquoi chroniquer le sixième longue durée d’un groupe ultra connu, qui a déjà vendu 3.8 millions d’albums et 7.5 millions de singles comme indiqué sur le préambule de la bio de leur page Facebook, et qui est aussi adulé que détesté ? »

Et la réponse sera d’une lénifiante simplicité, une fois de plus. Parce que, je ne sais pas, je fais ce que je veux, et il n’y a pas de raison particulière. D’autant plus que je n’ai jamais parlé de ce groupe dont la musique m’est presque étrangère, et dont je ne connais que quelques albums et une poignée de titres. Mais comme il faut bien se montrer ouvert, je me lance, et c’est ainsi.

Alors, HINDER, pour ceux qui ne connaitraient pas, c’est qui, et c’est quoi ? Un groupe américain, évidemment, lancé à l’orée du nouveau millénaire, et qui a profité de la vague de succès des groupes dits « alternatifs » de l’époque, dont il faisait finalement partie. On a souvent glosé à leur propos, avec raillerie et ironie, en les comparant à la tête de turc mondiale NICKELBACK, mais si les points communs sont nombreux, les différences le sont tout autant. Certes, le chant présentait des similitudes, la musique aussi, dans cette façon de vouloir fédérer tous les publics, dans la production polie à l’extrême, et l’incrustation de motifs électroniques dans un contexte Rock.

Mais l’un dans l’autre, HINDER est quand même moins exposé que NICKELBACK, et donc, moins connu (en Europe, tout du moins), et donc moins susceptible de s’en prendre une de la part d’un public et d’une presse implacables qui ne pardonnent aucun faux-pas commercial trop prononcé…

Six albums donc, dont le premier, Extreme Behavior fut publié en 2005, et le cinquième When The Smoke Clears qui fêtait l’arrivée de Marshal Dutton au micro en 2015, des tournées mondiales, des charts pris d’assaut, et une réputation qui n’est plus à faire, plus de quinze ans après leur naissance. Est-ce pour autant que Marshal (chant), Joe (guitare), Mark (guitare), Mike (basse) et Cody (batterie) sont devenus si prévisibles que l’on pourrait résumer cette chronique en quelques comparaisons lapidaires et expéditives ? Oui et non, puisque la musique du groupe n’a pas vraiment changé, mais suffisamment pour se démarquer quelque peu des automatismes les plus flagrants, et des tics les plus irritants. Si la révolution stylistique n’est pas à l’ordre du jour, le glissement des années est quand même patent, même si l’on retrouve sur The Reign tout ce qui a fait la gloire du quintette. On ne change surtout pas une formule qui gagne, et les originaires de l’Oklahoma en sont bien conscients, c’est sans doute pour ça que ce sixième longue durée regorge et déborde de refrains à reprendre en chœur par la foule, de riffs formatés, de rythmiques pilonnées et de couplets en demi-teinte qui permettent de préparer ses mouvements pour le jump central, toujours bien placé.  Comme vous le constatez, si vous étiez fan des disques précédents, il y a peu de chance que vous manquiez celui-ci, qui n’a pas grand-chose à envier au When The Smoke Clears de transition. Depuis deux ans, Marshal a pris ses marques et se montre de plus en plus à l’aise dans son rôle de frontman, sans pour autant moduler à outrance ses interventions qui restent classiques, mais convaincantes.

Sur The Reign le groupe a décidé d’explorer la bataille émotionnelle de la vie d’une Rock star, et la lutte qu’elle représente au jour le jour. « L’implication émotionnelle qu’un artiste doit endurer pour rester créatif, et les hauts et bas de sa carrière dans la musique tendent à aboutir à l’abus de substances, et au suicide. Et malheureusement, le monde a perdu beaucoup de ses héros de cette façon. » Et en tant que groupe de Hard-Rock moderne, légèrement alternatif sur les bords, HINDER a dû se sentir concerné par les disparitions d’artistes comme Chris Cornell et Chester Bennington, qui ont laissé des millions de fans orphelins et dans les affres du questionnement, ne sachant pas vraiment pourquoi leurs idoles de toujours avaient choisi de les quitter…C’est donc un album adulte – nous éviterons le terme « de la maturité » pour rester poli – que le quintette nous propose, et qui distille des riffs plus profonds, mais aussi des lignes de chant plus intimes et impliquées, comme le démontre le très convaincant et prophétique « Too Late », qui rapprocherait même les américains du BON JOVI le plus transitoire.

D’ailleurs, le groupe présente son nouveau-né via ce faire-part assez juste, mentionnant un « LP plus sombre et Heavy, que les précédents, même si les fans old-school y retrouveront des chansons typiques ». Et loin d’un discours promotionnel langue de bois, cette déclaration somme toute très honnête colle aux sillons d’une œuvre qui juxtapose la lucidité d’un âge qui avance et l’énergie d’un groupe qui commence. Et pourrait donc, de facto, devenir l’un des meilleurs travaux d’un combo plus si superficiel qu’il n’en a l’air…

Et si l’affaire commence sous des auspices prévisibles via le classique à outrance « The Reign », qui bondit d’un up tempo et de chœurs rageurs, et continue dans l’intimisme un peu surfait de « Burn It Down » qui dégénère vite en Heavy moderne et mordant, elle dévie rapidement vers un glissement plus personnel, qui sans rien renier du passé, se tourne vers un avenir peut-être plus assombri qu’on le pensait. Les hits sont là évidemment, comment faire autrement, mais on les sent plus réfléchis, moins faciles et « de reflexe », à l’image sonore de ce « Drink You Away », au texte poignant et à la guitare plus déliée, qui sent même les effluves de Nashville flottant jusqu’à l’Oklahoma. Un titre qui une fois de plus suggère quelques sympathies entre les HINDER et BON JOVI, tout comme les BLACK CROWES en version plus « light », mais toujours sincères. Doit-on pour autant ranger le quintette dans la catégorie des groupes burnés, propres à séduire un public peu enclin à se laisser influencer par les modes présentes et passées ? Il reste encore un peu de marge, mais Cody Hanson et sa bande se rapprochent doucement de cette case, en commençant à abandonner certaines attitudes un peu trop faciles pour se remettre en cause. Peut-être est-ce la thématique de l’album qui a entrainé ce changement dans la continuité, mais on ne peut que le saluer. Tout n’est pas encore parfait au niveau littéraire, et heureusement que le binaire puissant de « Making It Hard » nous fait oublier la complaisance de ses rimes, mais la doublette finale « Long Gone » et son ambiance ambivalente et « Loser’s Salute » et son boogie endiablé nous laissent sur une très bonne impression, un peu comme si des musiciens que nous avons toujours connu avaient enfin choisi de laisser de côté leurs blagues les plus évidentes et leur attitude boudeuse trop flagrante.

Mais…

Je ne sais pas si The Reign pourra entraîner dans son sillage les plus réfractaires à la cause HINDER, qui préfèreront jouer les autruches et se baser sur des souvenirs obsolètes enfouis dans leur mémoire. Mais en tant que sixième album d’un groupe plus que confirmé, il se place comme l’une des réalisations les plus convaincantes d’un quintette qui jusqu’à lors avait toujours privilégié la facilité à la profondeur, et qui finalement, n’est pas ridicule du tout dans sa tentative de nous émouvoir à l’existence d’artistes partis un peu trop tôt. Souhaitons-leur de persévérer sur la voie de la qualité sans avoir à déplorer la perte de l’un des leurs. Ils viennent de prouver qu’ils méritent finalement le meilleur.


Titres de l'album:

  1. The Reign
  2. Burn It Down
  3. King of the Letdown
  4. Remember Me
  5. Too Late
  6. Another Way Out
  7. Making It Hard
  8. Drink You Away
  9. Play To Win
  10. Long Gone
  11. Loser's Salute

Site officiel


par mortne2001 le 30/08/2017 à 14:51
78 %    321

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)