Direction les pays du froid pour se réchauffer un peu de cet hiver pluvieux, puisqu’on sait cette région du globe apte à nous faire oublier les tracas météorologiques du quotidien de ses riffs d’airain. Riffs qui parfois savent s’adoucir au coin du feu, et épouser des formes plus délicates et moins tranchées…Pour autant, nos amis du jour ne versent ni dans le nostalgique trop marqué, et ne singent pas non plus les sonorités AOR si chères à nos cousins scandinaves malins, puisque leur inspiration est plus plurielle et un tantinet plus personnelle, s’ancrant dans une tradition de survol des époques et d’une synthèse de styles assez intéressante en soi. Laissez-moi donc, à dessein, vous introduire le quintette de ce matin, qui nous en vient de Lahti, Finlande, et qui garde jalousement les informations le concernant dans un coffre méchamment bien fermé. Ainsi vont donc les AUREA MENTIS, quintette (Antti Lehtinen - chant, Sami Virkki & Sami Leppäaho - guitares, Riku Levasmaa - basse et Derek Kinnunen - batterie), dont il est difficile de connaître le parcours, puisque sa page Facebook n’est pas vraiment foisonnante de renseignements. Tout au plus apprenons-nous que leur nouveau/premier EP est disponible sur les plateformes d’usage, et qu’ils arpentent les scènes nationales, convaincus de leur potentiel qui en effet, éclate d’une façon assez probante tout au long des décibels diffusés par ces quatre morceaux assez complets. Mais ne comptez pas sur moi pour vous fournir une bio exhaustive, puisqu’il n’en existe visiblement pas. De fait, difficile de jouer au petit jeu des comparaisons, puisque les influences sont purement occultées, et qu’une éventuelle discographie n’est même pas mentionnée. Il faut donc prendre tout ça de bloc, et assumer sa passion pour un Hard-Rock teigneux et moins mélodieux qu’il n’y paraît, à cheval entre la rudesse de ton alternative des glorieuses 90’s et le Metal mordant de la décennie précédente, le tout enrobé dans une approche moderne qui ne crache pas sur un brin de groove bondissant et certain.

Ce qui l’est aussi, c’est cette énergie que les cinq musiciens injectent à leur musique, et qui les fait passer de références presque Néo Rock du tournant des deux siècles, à des riffs d’acier symptomatiques des premières années de transition entre Rock geignard et Punk en pétard d’il y a plus de vingt ans, sans que le groupe ne sonne passéiste pour autant. Visiblement, nos amis du nord n’aiment pas vraiment se fixer sur un courant en particulier, et sonnent même parfois comme un croisement entre les représentants les plus durs du Rock légèrement électrifié de l’orée des 2000 et une version très light des SIXX A.M ( « Drown In Gold »), tout en imposant une rythmique galopante qui nous rapproche des éléments les plus explosifs d’un Metal ouest-européen. Mais la diversité semble être le mot d’ordre d’un EP qui pourrait aisément passer pour une carte de visite démontrant tout le talent d’une formation qui joue crânement sa carte, sans se poser trop de question. En un peu plus d’un quart d’heure, il est toujours plus facile de concentrer ses idées et de choisir les plus pertinentes, et comme les musiciens ont un potentiel assez prononcé chacun de leur côté, la donne n’est pas changée, et le résultat assez efficacement étalé. Mélodies de guitares qui n’hésitent pas à mordre dans le vif, petits arrangements sobres qui enjolivent, et survol de trente ans de musiques amplifiées, mais adaptées aux exigences d’un public qui veut bien headbanguer, mais pas forcément se décoiffer. Crossover adouci et putassier ? Que non, juste une acceptation des standards, avec toutefois, quelques crises de rage qui font du bien à entendre, comme ce performant et tendu « Human Strain », aux objectifs clairement Néo-Thrash qui dévoilent une autre facette d’un groupe qui ne remise jamais ses harmonies au placard. Subtil mélange d’énergie et de tendresse pas trop adoucie, The Path nous montre la voie d’un équilibre assez stable, et nous séduit de ses gestes qui frappent au hasard, mais qui touchent toujours la cible.

Et alors que « The End Of Slavery », insiste dans la même voie de métissage entre guitares agressives, rythmique impulsive et chant modulé, on commence à comprendre la démarche de liberté d’un groupe qui ne souhaite pas se figer sur un style en particulier, sans rester au milieu de la route, hésitant trop longtemps à traverser. Leur complémentarité fait plaisir à voir, tout comme leur culot qui permet d’incruster des passages en double compressés à une structure plutôt aérée, alors même que les accents d’Antti Lehtinen permettent au groupe de rester ancré dans une tradition de Rock à tendance alternative qui ne trahit pas forcément la cause. Mais quelle cause au juste ? Celle d’un Rock Hard moderne, à l’aise dans ses baskets, mais qui n’hésite pas à assumer des accointances avec le passé pour exister. Et qui n’hésite pas non plus à nous faire tressauter d’un beat méchamment chaloupé et plastifié, histoire de voir si les rockeurs chevelus savent aussi remuer leur joufflu (« The Path »). Engagé, enragé, ce quintette finlandais l’est, et sans faire preuve d’une flagrante originalité, parvient sans peine à nous convaincre de sa pertinence en adaptant la rudesse d’un instrumental tergiversant entre violence et séduction en latence, avant de nous prendre à revers d’un refrain vraiment adapté pour faire fondre des radios pas vraiment préparées. Basse ronde qui gigote, riff qui tricote, batterie qui dépote, et lignes de chant qui vapotent, pour une prise de risque minimale ne mettant pas les poumons à mal. Une musique qui respire, des inflexions qui inspirent, un minimum, pour un statu pas si quo que ça entre des décennies qui proposaient des transitions pas forcément logiques, mais sincères. Et au bout du compte, sans impressionner, les AUREA MENTIS font leur petit bout de chemin pour s’incruster, et cet EP reste dans la mémoire sans vraiment l’imprégner, mais en nous faisant passer un bon moment intelligemment préparé.

Attendons donc de voir si ces finlandais se montreront aussi pertinents et versatiles en version longue, mais avec quatre morceaux bien diversifiés, The Path trace sa propre route sans se soucier d’une quelconque attache à son époque si décriée.


Titres de l'album:

  1. Drown in Gold
  2. Human Stain
  3. The End of Slavery
  4. The Path

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/01/2018 à 17:42
75 %    279

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Iron Bastards + Paranoid Cats + Sweeping Death

31/08 : Millenium, Haguenau ()

Photo Stream

Derniers coms

Slipknot et Behemoth a ouais lol deux salles deux ambiances.


Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)