Direction les pays du froid pour se réchauffer un peu de cet hiver pluvieux, puisqu’on sait cette région du globe apte à nous faire oublier les tracas météorologiques du quotidien de ses riffs d’airain. Riffs qui parfois savent s’adoucir au coin du feu, et épouser des formes plus délicates et moins tranchées…Pour autant, nos amis du jour ne versent ni dans le nostalgique trop marqué, et ne singent pas non plus les sonorités AOR si chères à nos cousins scandinaves malins, puisque leur inspiration est plus plurielle et un tantinet plus personnelle, s’ancrant dans une tradition de survol des époques et d’une synthèse de styles assez intéressante en soi. Laissez-moi donc, à dessein, vous introduire le quintette de ce matin, qui nous en vient de Lahti, Finlande, et qui garde jalousement les informations le concernant dans un coffre méchamment bien fermé. Ainsi vont donc les AUREA MENTIS, quintette (Antti Lehtinen - chant, Sami Virkki & Sami Leppäaho - guitares, Riku Levasmaa - basse et Derek Kinnunen - batterie), dont il est difficile de connaître le parcours, puisque sa page Facebook n’est pas vraiment foisonnante de renseignements. Tout au plus apprenons-nous que leur nouveau/premier EP est disponible sur les plateformes d’usage, et qu’ils arpentent les scènes nationales, convaincus de leur potentiel qui en effet, éclate d’une façon assez probante tout au long des décibels diffusés par ces quatre morceaux assez complets. Mais ne comptez pas sur moi pour vous fournir une bio exhaustive, puisqu’il n’en existe visiblement pas. De fait, difficile de jouer au petit jeu des comparaisons, puisque les influences sont purement occultées, et qu’une éventuelle discographie n’est même pas mentionnée. Il faut donc prendre tout ça de bloc, et assumer sa passion pour un Hard-Rock teigneux et moins mélodieux qu’il n’y paraît, à cheval entre la rudesse de ton alternative des glorieuses 90’s et le Metal mordant de la décennie précédente, le tout enrobé dans une approche moderne qui ne crache pas sur un brin de groove bondissant et certain.

Ce qui l’est aussi, c’est cette énergie que les cinq musiciens injectent à leur musique, et qui les fait passer de références presque Néo Rock du tournant des deux siècles, à des riffs d’acier symptomatiques des premières années de transition entre Rock geignard et Punk en pétard d’il y a plus de vingt ans, sans que le groupe ne sonne passéiste pour autant. Visiblement, nos amis du nord n’aiment pas vraiment se fixer sur un courant en particulier, et sonnent même parfois comme un croisement entre les représentants les plus durs du Rock légèrement électrifié de l’orée des 2000 et une version très light des SIXX A.M ( « Drown In Gold »), tout en imposant une rythmique galopante qui nous rapproche des éléments les plus explosifs d’un Metal ouest-européen. Mais la diversité semble être le mot d’ordre d’un EP qui pourrait aisément passer pour une carte de visite démontrant tout le talent d’une formation qui joue crânement sa carte, sans se poser trop de question. En un peu plus d’un quart d’heure, il est toujours plus facile de concentrer ses idées et de choisir les plus pertinentes, et comme les musiciens ont un potentiel assez prononcé chacun de leur côté, la donne n’est pas changée, et le résultat assez efficacement étalé. Mélodies de guitares qui n’hésitent pas à mordre dans le vif, petits arrangements sobres qui enjolivent, et survol de trente ans de musiques amplifiées, mais adaptées aux exigences d’un public qui veut bien headbanguer, mais pas forcément se décoiffer. Crossover adouci et putassier ? Que non, juste une acceptation des standards, avec toutefois, quelques crises de rage qui font du bien à entendre, comme ce performant et tendu « Human Strain », aux objectifs clairement Néo-Thrash qui dévoilent une autre facette d’un groupe qui ne remise jamais ses harmonies au placard. Subtil mélange d’énergie et de tendresse pas trop adoucie, The Path nous montre la voie d’un équilibre assez stable, et nous séduit de ses gestes qui frappent au hasard, mais qui touchent toujours la cible.

Et alors que « The End Of Slavery », insiste dans la même voie de métissage entre guitares agressives, rythmique impulsive et chant modulé, on commence à comprendre la démarche de liberté d’un groupe qui ne souhaite pas se figer sur un style en particulier, sans rester au milieu de la route, hésitant trop longtemps à traverser. Leur complémentarité fait plaisir à voir, tout comme leur culot qui permet d’incruster des passages en double compressés à une structure plutôt aérée, alors même que les accents d’Antti Lehtinen permettent au groupe de rester ancré dans une tradition de Rock à tendance alternative qui ne trahit pas forcément la cause. Mais quelle cause au juste ? Celle d’un Rock Hard moderne, à l’aise dans ses baskets, mais qui n’hésite pas à assumer des accointances avec le passé pour exister. Et qui n’hésite pas non plus à nous faire tressauter d’un beat méchamment chaloupé et plastifié, histoire de voir si les rockeurs chevelus savent aussi remuer leur joufflu (« The Path »). Engagé, enragé, ce quintette finlandais l’est, et sans faire preuve d’une flagrante originalité, parvient sans peine à nous convaincre de sa pertinence en adaptant la rudesse d’un instrumental tergiversant entre violence et séduction en latence, avant de nous prendre à revers d’un refrain vraiment adapté pour faire fondre des radios pas vraiment préparées. Basse ronde qui gigote, riff qui tricote, batterie qui dépote, et lignes de chant qui vapotent, pour une prise de risque minimale ne mettant pas les poumons à mal. Une musique qui respire, des inflexions qui inspirent, un minimum, pour un statu pas si quo que ça entre des décennies qui proposaient des transitions pas forcément logiques, mais sincères. Et au bout du compte, sans impressionner, les AUREA MENTIS font leur petit bout de chemin pour s’incruster, et cet EP reste dans la mémoire sans vraiment l’imprégner, mais en nous faisant passer un bon moment intelligemment préparé.

Attendons donc de voir si ces finlandais se montreront aussi pertinents et versatiles en version longue, mais avec quatre morceaux bien diversifiés, The Path trace sa propre route sans se soucier d’une quelconque attache à son époque si décriée.


Titres de l'album:

  1. Drown in Gold
  2. Human Stain
  3. The End of Slavery
  4. The Path

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/01/2018 à 17:42
75 %    233

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.


Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !